Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 27 septembre 2021
Antananarivo | 20h03
 

Opinions

Madagascar : Les enjeux de la France (tentative d’approche) : deuxième partie

samedi 30 janvier 2010 | Lalatiana Pitchboule

Seconde partie. Première partie mise en ligne dans l’édition du Vendredi 29 janvier 2010.

Un potentiel minier de plus en plus alléchant …

On démontera un jour le montant des faramineux investissements en prospection et en infrastructures engagés jusque là. Ils sont venus, ils sont tous là, même ceux du Sud de l’Australie… On se demande bien pourquoi…

Le développement de la Chine et des pays émergents a, on le sait, tiré vers le haut les cours mondiaux de l’ensemble des matières premières nécessaires à leur développement. De fait les importantes ressources minières de Madagascar ont attisé les convoitises de toutes les grandes nations industrielles et de la Chine en premier lieu… et attiré les investisseurs… pour de multiples ressources.

Nickel et Cobalt,

Ces minéraux, dont Madagascar représente aujourd’hui, à travers le concessionnaire Sherritt, respectivement 5% et 10% de la production mondiale, ont connu en un an une hausse de 66% et 36% de leurs cours. Bagatelle me direz vous. A-t-on besoin de se battre pour cela ?

Ilménite et Bauxite

Le métal de titane, transformation de l’ilménite, a vu de même en un an une hausse de + 57%. Les 750 000 tonnes /an d’ilménite qui seront produite par QMM Rio Tinto représentent 10% de la production mondiale. Les chinois sur la côte Est, et les sud-africains au Nord de Tuléar ont lancé ou négocient des projets d’exploitation de ce minerai. La mise en exploitation d’autres gisements d’ilménite le long de la côte Est, entre Mananjary et Fénérive ont fait l’objet d’appels d’offres. Le projet Ticcor des Sud Africains laissait, lui, envisager la production de 500 000 tonnes/an d’ilménite.

L’aluminium, lui, a augmenté de 71%. Est il alors surprenant que Rio Tinto s’intéresse dans le Sud aux ressources en bauxite à proximité des gisements qu’ils exploitent. Mais au fait, où sont donc les compagnies françaises ?

L’uranium

L’explosion de la demande en énergie nucléaire laisse craindre à terme une pénurie des ressources en uranium. Là aussi, britanniques, canadiens, australiens et leurs compagnies minières (ALM & Forex et ClineMining Corp, Pencari Mining Corp, Haddington, Uranium Star) ont lancé des campagnes d’exploration dans l’Ouest, le Centre et le Sud.

A-t-on vu Areva dans cette énumération ? Alors que « Depuis 2001, le prix spot de l’ U3O8 (yellow cake) est en progression constante, Il a ainsi augmenté de plus de 300 % en moins de cinq années. Cette hausse n’est donc pas conjoncturelle et elle a de forte chance de perdurer. » [1]

Le charbon

Les besoins sidérurgiques de la Chine et des pays émergents ont de la même manière provoqué une envolée des cours du charbon qui ont pris 200% entre 2005 et 2008. Ainsi, le gisement de la Sakoa « exploité dans la seconde moitié du siècle dernier, puis délaissé en raison d’une rentabilité insuffisante, voit son intérêt renouvelé »  [2]. Les réserves en charbon de la Sakoa sont à ce jour estimées à plus de 100 millions de tonnes en hypothèse basse et jusqu’à 1 Md de tonnes en hypothèse haute !!! Le groupe australien Straits (coté à Singapour) à travers Red Island Mineral et Madagascar Consolidated Mining dispose d’un champ d’exploitation de 800km2 sur la zone. De français ici, point…

Le fer

Le gisement de fer de Soalala dont les réserves sont estimées à 562 Mt pour une production à ciel ouvert de près de 3,5 Mt annuelles intéresse bien évidemment les entreprises de la région asiatique, première productrice d’acier et dont les besoins continuent de croître…

Et le reste… Sans oublier le pétrole.

Nous ne nous étendrons pas sur les ressources et les potentiels réels en or, en pierres précieuses et semi-précieuses, ou en chromite et autres graphite, mais est il besoin de parler EN PLUS du pétrole qui demeure la ressource éminemment stratégique des décennies à venir ? Les sables bitumineux et les huiles lourdes ne sont rentables qu’avec un cours du brut autour de 100 dollars le baril, mais les 16 milliards de barils estimés en réserve on shore sur Bemolanga (plus vaste gisement inexploité au monde) ont certainement posé des enjeux de pérennisation de la ressource. Ce sont ces enjeux qui ont poussé Total à acquérir 60% du contrat d’exploration de Bemolanga. Selon Afrique Energy Intelligence, il a fallu, pour la conclusion de ce contrat, une intervention du président Sarkozy lui-même qui en aurait négocié en avril 2008 le dossier avec Ravalomanana. Ce dernier préférait en effet une solution en faveur des chinois de la China National Petroleum Corp. Tiens donc !!!

Et bien évidemment, derrière les énormes infrastructures à bâtir et les besoins de logistique, les intérêts des géants français du BTP (Colas) et du transport (Bolloré), ne sont probablement pas très loin.

Au-delà des potentiels pétroliers on shore de Madagascar, les potentialités offshore font l’objet de convoitises que l’on lit derrière les blocs de prospection négociés du Sud au Nord de l’île. Or, il s’avère que les zones d’exclusivité économique des îles éparses, qui sont strictement accolées à la ZEE malgache et aux zones de prospection, recèlent aussi potentiellement des ressources pétrolières. Sur Juan de Nova, possession française, deux concessions de prospection aux sociétés Marex Petroleum Corporation et Roc Oil Compagny Ltd, ont été accordées (arrêté du 22/12/2008 du ministère français de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de l’aménagement du territoire) pour des montants d’engagement de 47 millions de $.

Pour conclure sur ces enjeux miniers,

Les observateurs attentifs auront par ailleurs pris note d’une manifestation organisée à Paris ce 4 février, petit-déjeuner débat tenu autour notamment de Jean Marc Chataignier (Ambassadeur de France) et de Lionel Levha (Directeur général, Total Exploration Production Madagascar). Cette réunion, qui veut promouvoir Madagascar auprès des investisseurs, présente ainsi son objet :

[…] La croissance est stoppée et la gouvernance (qui était déjà l’un des points faibles du régime précédent) ne s’est pas améliorée.

Quelles sont les raisons d’espérer, et sur quels éléments peut-on s’appuyer pour préparer en 2010 la reprise de l’économie, une fois la crise politique passée ? Est-il raisonnable d’étudier un projet, à Madagascar aujourd’hui et sur quels réseaux de contacts s’appuyer ?

L’île peut-elle sortir de son relatif isolement économique ? Quelles sont ses relations avec ses voisins ; peut-on espérer à moyen terme une meilleure intégration dans un développement régional ?

Ce petit déjeuner permettra de faire un point de situation (calendrier politique, prévisions macro-économiques, environnement des affaires) et d’étudier les secteurs qui peuvent se développer dans ce contexte avec deux éclairages particuliers sur l’environnement des grands projets miniers (implantations, développements, besoins) et sur les entreprises des secteurs de l’informatique et des services liés, au moment de l’arrivée de l’internet à haut débit.

Que doit on en penser ?

La diplomatie française peut-elle reprendre la main ?

Pour la France, Madagascar ne peut donc pas être livrée à une puissance ou un pouvoir qui pourrait remettre en question ses enjeux, ses intérêts et sa stratégie. Il faut le savoir et le dire. Elle ne PEUT pas lâcher prise et ne lâchera pas prise.

Une aberration demeure : la France a intérêt à un pouvoir stable ET LEGITIME. Croire que les « capacités » des gouvernants mis en place lors de ce putsch répondaient à ce souci de stabilité et de légitimité a été une grossière erreur. C’est là une ânerie d’analystes qui une fois encore, de leurs laboratoires en stratégie théorique, comme en 2002, comme en Côte d’Ivoire en 2004, se sont encore fourvoyés dans leur évaluation des aspirations des peuples et dans l’évaluation des forces endogènes et exogènes en présence.

Les incohérences et erreurs d’analyse de la diplomatie et de la politique étrangère française ne doivent pas nous surprendre. C’est s’illusionner que croire à une diplomatie de la France qui ne serait « qu’une seule main ». Coincé entre le gaullisme d’Henri Guaino, l’opportunisme de Jean David Levitte, et le cavalier seul de Claude Guéant, maîtres avec Nicolas Sarkozy de la politique étrangère française, le quai d’Orsay de Bernard Kouchner ne peut que dire « pouce ». Les guerres de pouvoir et les conflits d’ambition entre les 3 cavaliers de Napocalypse qui veulent « co-écrire l’histoire et influer sur les évènements » [3], ne laissent que peu de place à une diplomatie généreuse et à une prise en compte pertinente des réalités humaines et sociales de nos pays.

Il est scandaleux que les populations soient prises en otage de ces errements… Ce mépris qui ne voit que des pions à manipuler, déplacer, acheter, et non pas des interlocuteurs à préserver avec vigilance, est insupportable et il appartiendra aux malgaches de changer le regard de ces puissants… Mais…

Conclusion : peut-on enfin en sortir ?

La position de Jean PING représentant le GIC qui affirmait l’exigence du respect des accords de Maputo 1, devrait être rassurante. Mais les accointances de Ping avec les milieux financiers gabonais (Gabon = Total) posent quand même interrogation. Ceci étant, l’assouplissement apparent de Rajoelina qui semble accepter un report des élections peut laisser espérer un déblocage de cet imbroglio. On aurait pu craindre que la France ait réussi son forcing à faire reconnaître la situation non consensuelle actuelle. S’est elle désormais rangée à la voix de la raison ? La ficelle du masque était grosse, disions nous. Mais elle se relâche… L’acteur en question a peut être un peu moins la grosse tête, réalisant que les cartes qu’il jouait étaient mauvaises… Il est vrai que l’urgence est là… Parce que la révolte couve... Et parce que Paris aura du mal à se défaire de sa responsabilité en cas d’explosion sociale.

La prise en compte des enjeux de la France s’avère essentielle. Parce que dans cette situation il ne servira à rien de chercher l’affrontement. Il faudra négocier en préservant nos avantages et faire assumer à « Reny Malala  » [4] qu’elle ne trouvera satisfaction à ses intérêts que dans une collaboration réelle, respectueuse et non entachée de faux semblants. Au-delà de ces luttes et de nos colères, on ne doit pas se tromper dans nos choix : on sait ce qu’on aura de la France, on ne sait pas ce qu’on aura de la Chine ou de l’Inde qui, soyons en convaincus, ne s’encombreront certainement pas de scrupules, ni d’un quelconque attachement affectif et culturel tel celui qui nous lie à la France.

Ne croyons pas que ce qui se passe actuellement, relève de la seule nostalgie d’un empire perdu. Là aura peut être été la plus grande erreur de Ravalomanana : ne pas avoir pris la mesure des enjeux de la métropole, et d’avoir joué l’affrontement au lieu de jouer une saine, juste et équilibrée coopération.

Un ami m’interrogeait : « le processus de décolonisation a-t-il préparé l’économie malgache a être indépendante, ou juste à rester le fournisseur de matières premières pour les autres ? » Quelque soit la réponse, nous devrons nous débarrasser, nous, de notre passé colonial. Parce qu’au bout du compte, au regard de ces éléments, il est malheureux de constater que les malgaches eux-mêmes ne soient pas eux aussi conscients et fiers de l’énormité du potentiel de leur tanindrazana… le discours est larmoyant : « nous sommes potentiellement riches mais nous restons pauvres »… Mais il n’est pas là, le sentiment de fierté, d’orgueil et d’ambition, de responsabilité et de travail qui pourrait porter l’ensemble d’une nation malgache pour en faire véritablement, au vu de ses moyens, une VRAIE PUISSANCE.

Ceci est un autre débat…

Quant à celui-ci, il faut le reconnaître, ce ne sont que supputations…

Notes

[1Bergenza « L’uranium et l’industrie du nucléaire dans le monde.Situation actuelle et perspectives. »

[2Mission Economique de l’Ambassade de France.

[4Reny Malala = littéralement « Mère Chérie », surnom donné à la France.

31 commentaires

Vos commentaires

  • 30 janvier 2010 à 08:31 | diego (#531)

    Madgascar a besoin d’un président légitime et d’expérience. Tout ce que vous avez ecrit donnerait le tournie même aux hommes politique d’expérience, imaginez donc notre situation actuelle.

    Il y a une inconscient et d’irresponsabilité politique dans notre pays, et c’est collectivement que les hommes politique dans son ensemble doivent savoir s’ils travaillent pour UN PAYS, ou faire autre chose.

    - Nos élites n’ont pas encore conscient qu’ils ont une bail renouvelable, et qu’il nous faut des resultats.

    En face de la France, il nous faut des hommes solides, d’expériences et ce serait même mieux pour tout le monde, sans quoi, notre pays SERAIT TOUJOUR LE DINDON DE LA FARCE....

    J’ai bien apprécié votre article MADAME, merci.

  • 30 janvier 2010 à 09:25 | Pseudo (#1063)

    Ah ?

  • 30 janvier 2010 à 09:30 | Nadia (#3387)

    Je lis et relirais votre analyse avec beaucoup d’intérêt.
    En février 2009 je clamais que la politique Francaise n’avait que l’importance qu’on lui accordait et que c’était trop d’honneur que de lui accorder autant d’intelligence aussi machiavélique soit elle.

    Je dirais maintenant que certains ( pourvu qu’ils fassent rapidement des petits) ont la capacité de sortir de l’infantilisme dans lequel se trouve la majorité des malgaches :
    D’un coté les manipulés et opportunistes de l’autre ceux qui attendent le retour de Dada (ou d’un autre) en accusant tout , sauf ce sur quoi ils peuvent agir => Leur proches , l’éducation de leur enfants le respect de valeurs Malgaches le refus de l’abrutissement par les médias , la tolérance avec l’acceptation de la différence de l’autre qu’il soit catmi ou andevo ou merina ou cotier etc....
    Aussi brillante que soit votre analyse , je reste sur ma faim => C’est cet autre débat de fierté et "vrai puissance" qui m’intéresse car c’est le seul moyen de nous sortir du bourbier dans lequel quelques abrutis de putschiste nous ont mis :
    Créer un vrai projet de société.
    Que les intellectuels reviennent au pays , qu’ils sortent de leur état contemplatif et qu’ils proposent une reconstruction ou chacun aura sa place.

    Cordialement.

    • 30 janvier 2010 à 10:49 | Stomato (#3476) répond à Nadia

      Votre appel au retour d’intellectuels est pathétique.
      Il n’y a que des intellectuels à Madagascar.
      Pas un seul technicien pour seulement faire fonctionner le pays.
      Le bel article de Lalatiana en est l’exemple type.
      En résumé c’est comme toujours yaka, yapluka, et comptons sur les étrangers pour faire ce que nous ne savons/voulons pas faire.
      Oui la passé colonial devrait être oublié, autant pour la France que pour Madagascar.
      Il faut que Madagascar oublie définitivement cette période, se contenter d’accuser cet épisode d’être responsable de la décrépitude de Dago est d’un infantilisme qui n’amuse plus personne.
      Oublier cette période est aussi un moyen d’accepter le fait qu’en 50 ans le monde a changé et que des aides sincères sont maintenant à la disposition du pays.
      C’est aussi un moyen d’oublier qu’en 50 ans, en cultivant sa haine et son orgueil mal placé, Madagascar n’a cessé de reculer.
      C’est aussi (peut-être) un moyen de réaliser qu’il faut maintenant se mettre au travail. Les belles ressources potentielles du pays ne sont pas en l’état actuel exploitables, donc disponibles, par les malgaches pour les malgaches.
      La haine cristalisée sur la France empêche les malgaches de comprendre que rien ne sera fait par des étrangers seulement pour les beaux yeux des malgaches.

    • 30 janvier 2010 à 11:02 | Nadia (#3387) répond à Stomato

      En fait , je serais plutot d’accord avec vous pour le pathétique mais sans pensée et intentions claires préalables je ne vois pas comment une bonne direction peut être prise.
      D’accord avec vous pour les techniciens/gens de terrains qui doivent utiliser correctement les outils et les améliorer mais pour leur conception que peut faire le plus pragmatique et le mieux intentionné du commun des mortels ?

  • 30 janvier 2010 à 11:24 | Rainivoanjo (#1030)

    Excellente analyse que j’ai rarement lue dans des journaux à Madagascar et depuis très longtemps. Elle est parfaitement résumée par la phrase sur le processus de décolonisation. Quand on regarde l’état des pays d’Afrique après 50 ans de pseudo-indépendance, on ne peut que constater l’échec des dirigeants successifs. Quand, en 2010, on en est encore à pleurer après des milliers d’emploi générés par l’éligibilité à l’AGOA, cela donne une idée de l’indigence intellectuelle de quelques-uns qui s’intéressent à la politique nationale. Si la Chine a pu se développer en un rien de temps, c’est entre autres parce qu’elle a appliqué le système de transfert de technologie 80-20, puis 20-80, l’inverse après 5 ans, et ne pas se contenter de fournisseurs de produits bon marché et autres textiles. La Chine assemble/fabrique maintenant des avions (Airbus) et des voitures, où en est Madagascar ?

  • 30 janvier 2010 à 11:46 | chjps (#907)

    "Où sont passées les compagnies françaises ?" demandez-vous à propos de l’aluminium...
    Vous pourriez poser la même question pour le fer...
    Pechiney, autrefois un des leaders mondiaux de l’aluminium, s’est fait avaler il y a plusieurs années par le Canadien Alcoa. Pour l’acier la sidérurgie française est, pour l’essentiel, aux mains de l’Indien Mittal (devenu à l’occasion Arcelor Mittal).
    Votre question et la réponse que j’y apporte dessinent les limites de votre analyse. Les grosses sociétés de l’économie mondiale sont souvent transnationales, et la seule domiciliation du siège social ne suffit pas à engager le pays qui l’héberge. La préoccupation de ces compagnies c’est d’abord le profit, et, un petit peu dans certains cas, le souci de l’environnement, et même... des hommes.
    La France dans tout ça ? Elle fait ce qu’elle peut. Une voix dans le choeur des nations ou des Etats, même si sa place est singulière au regard de l’Histoire dans le cas de Madagascar.
    La France ne défend pas bec et ongles (...de coq) une "grandeur" qu’elle n’a plus les moyens d’assumer. Vous dites vous-même que des permis de recherche d’hydrocarbures sur des territoires marins sous juridiction française dans le canal du Mozambique ont été accordés à des sociétés autres que Total, et dont les nom ne sonnent pas vraiment la langue de Molière. Faiblesse ? Ou volonté de jouer dans les règles du jeu économique mondial ? Tout simplement des risques partagés.

    Quant à la "responsabilté" de la France dans les événements politiques qui agitent l’Ile depuis plus d’un an : c’est supposer un pouvoir que la France n’a plus depuis longtemps. Et, si c’était le cas, c’est mettre la bêtise des responsables politiques français à un niveau d’indigence inimaginable. Dans un pays qui a depuis longtemps le culte du diplôme on voit mal un choix s’arrêter sur un DJ. Voir un complot ourdi par la France dans ce qui se passe à Madagascar depuis un an est risible : quelques barbouzes en mal d’aventure n’engagent pas la France.

    • 31 janvier 2010 à 15:52 | Liberty (#3679) répond à chjps

      @ chjps,

      Les réponses que vous faîtes à certaines questions posées par Lalatiana dans son article ne suffisent en aucun cas, à mon humble regard, à donner à votre raisonnement une pertinence indiscutable ni une quelconque profondeur de vue que vous vous arroger.

      Il faut faire preuve d’une bonne dose de mauvaise fois pour ne pas être sensible aux ambiguïtés incessantes de la position française sur l’actuelle crise qui prévaut dans le pays. Pas besoin d’avoir fait une licence de droit public ou de droit international pour comprendre que le fait pour un Etat étranger d’héberger dans son consulat un individu recherché pour tentative (comme on aurait pu le qualifier encore à l’époque, puisqu’il s’était autoproclamé chef de l’Etat alors que le Président légal était encore en place) de coup d’Etat, constitue ni plus ni moins qu’une prise de position clairement affichée, ou encore quand qqs heures seulement après son coup d’Etat, ce même Etat envoie son ambassadeur comme premier signe de reconnaissance à l’égard de ce DJ arrivé au pouvoir avec l’appui de "qqs barbouzes en mal d’aventure". Si pour vous tout cela ne constitue pas des preuves d’une responsabilité flagrante dans l’actuelle crise, alors je pense sérieusement que vous devriez revoir votre propre conception de la responsabilité.

  • 30 janvier 2010 à 12:00 | Albatros (#234)

    Merci Lalatiana pour ce "forum du week end" qui s’annonce riche en posts qui vont changer des "parties de tennis" habituelles.

  • 30 janvier 2010 à 12:19 | da fily (#2745)

    Hum, rendons ce qui est à César ce qui lui appartient.
    Lalatiana, vous remettez le pays et ses déboires dans le cour de l’histoire de ce qu’on aurait aimé qu’il soit. En même temps, mes capacités de socio-économique sont tellememt primaires et insuffisantes, qu’il me serait déplacé et incongru de rajouter ou enlever ( le pire !) quoi que ce soit à votre travail. Car il faut admettre avec satisfaction que vous avez produit un bel ouvrage. Et l’essentiel de ma conclusion analytique tend vers le socio-économique, le culturel serait la passerelle pour transfomer l’essai.

    Disons que mes qualités (si elles sont reconnues en tant que telles) sont ailleurs et mes inconvenients sont le produit de mes qualités avec mes insuffisances.

    Ah, la France et ses formidables contradictions, ses fourvoiements aussi politiques qu’économiques, tout cela transposé sur un terrain extérieur, et l’amplification devient de suite de taille. Je me permets ici d’en parler sans complexes, je laisse ça à ceux dont la conscience fonctionne par intermittence.
    Etant en position dominante et unique, ce pays n’a pas su négocier et conduire la réforme adéquate de sa politique extérieure, ses attermoiements sont autant de portes ouvertes que d’autres plus entreprenants ont franchi. Le cas de Ra8 démontre s’il le fallait, l’esprit d’entreprise qui a fait son succés. Le fait qu’il ait accentué son orientation de partenariat vers d’autres opérateurs que la France est une nouveauté, du moins ici. Mais en celà, il prolonge sa politique de rupture qu’il a promulgué depuis et il était convaincu que de nouveaux horizons pouvaient, à tort ou à raison, donner un nouvel essor pour le pays. Et tout cela, conjugués à d’autres aspects politiques et sociétaux, nous conduisent en guise de conclusion à l’analyse que nous livre Lalatiana.

    Ne vous offusquez point, la France continuera d’être un très beau pays, ses habitants sont des gens charmants, le vin y est incomparable ainsi que ses fromages, mais sa politique extérieure et particulièrement africaine est obsolète, abjecte et improductive.

    • 30 janvier 2010 à 14:14 | lalatiana (#1016) répond à da fily

      Merci da fily ...

      La géopolitique ne s’encombre malheureusement pas de morale ... on le regrette, mais il faut s’y faire. Mais que la politique étrangère de la France en Afrique soit effectivement improductive ... c’est rageant ... rageant d’impéritie, d’impréparation, d’inconséquence ... ils ont des enjeux mais on a l’impression qu’ils les traitent sur le coin d’une nappe de table ... et après ils pédalent comme des malades pour essayer de récupérer les bêtises faites... Comment voulez vous que le Lapin fasse des choses intelligentes quand on voit le modèle que lui proposent les sponsors ...

      C’est bien ce qui hérisse le plus mes idéaux vert bleu blanc rouge

  • 30 janvier 2010 à 12:42 | ZAZAGASY (#1690)

    la mamma

    à la différence qu’ici ce n’est pas de l’amour qui pousse ces charognards de communauté internationale mais leur insatiable appetit dans l’exaction des pays anciennement colonisés

    • 30 janvier 2010 à 13:00 | Stomato (#3476) répond à ZAZAGASY

      Depuis longtemps la philantropie n’a plus cours...
      Et les charognards dont vous parlez sont bien les premiers que vous apellez à votre secours au premier cyclone venu, ou bien à chaque période de sécheresse dans le sud de Mada.
      "Donnez un poisson volé à quelqu’un et il mangera un jour. Apprenez lui a voler et il mangera toute sa vie."
      C’est semble-t-il ce qui a été pratiqué à Madagascar.
      Le problème est que celle qui vous a nourri de poisson volé s’en sort pas mal, alors que le voleur fraye avec les abysses.

      Il a été écrit que Ravalomanana a tenté (et presque réussi) a éliminer la prévalence de la France à Madagascar. C’était un objectif louable et raisonnable.
      Son erreur a été de le faire à la manière malagasy, et pas selon les us dans les transactions internationales.
      Il a entre autre parfaitement ignoré (voire dédaigné) la diaspora.
      Il a passé des accords avec des firmes sans se soucier des réelles possibilités des firmes, ou de leur comportement dans leur pays d’origine.

  • 30 janvier 2010 à 13:30 | Citoyenne Malgache (#599)

    Tu as suscité ma curiosité sur les bagatelles minières… J’ai vu sur http://www.ambatovy.com que vers 2013 – 2014, le site d’Ambatovy sera la plus grande mine de nickel latéritique au monde… d’une part

    et d’autre part, la Nouvelle-Calédonie (sous « l’accompagnement » central de l’Etat Français) est au 4 ème rang des producteurs mondiaux de nickel, avec 8,7% de la production mondiale et dispose du quart des réserves mondiales, ouvrant d’importantes possibilités de développements futurs dans ce domaine… etc… etc…
    http://www.developpement-durable.gouv.fr/energie/matieres/rap05-projets-nickel-nc.htm

    La concurrence est sérieuse, l’intérêt n’est pas négligeable… alors… bagatelles ? non.

    • 30 janvier 2010 à 15:09 | Stomato (#3476) répond à Citoyenne Malgache

      C’est très bien de vous être renseignée sur le nickel dans le monde.
      Avez vous poursuivi vos recherches sur les comportements (écologiques, économiques et al.) des compagnies exploitant ce nickel ?

      Avez-vous comparé les contraintes réglementaires auxquelles sont soumise les exploitants à Madagascar, en Nouvelle-Calédonie ?

      Dans ce domaine comme dans d’autres ne serait-il pas temps pour Madagascar de faire travailler des techniciens, puis des intellos afin de garantir ou de participer activement à la garantie d’un avenir certain pour les citoyens malgaches, et pas seulement les dirigeants d’un jour... ?

  • 30 janvier 2010 à 14:08 | jojo (#3543)

    Bon en résumé, la France n’est pas encore trop présente mais elle compte accroître sa présence…elle n’est pas dans le nickel, le cobalt, l’ilménite, le bauxite mais – il y a un mais – elle est dans le pétrole et les travaux publics…on aura fait mieux comme omniprésence à conserver à tous prix pour des raisons stratégiques qui gravitent en apesanteur bien au dessus de ce dont le malgache pourrait se douter… et elle organise même – tenez vous bien Madame - des petits déjeuners ( !!!) ou les participants vont papoter entre 2 croissants au beurre et 3 brioches dorées des perspectives d’investissement chez nous ? ouah la comploteuse…et tenez vous bien Madame, il y aura même des conciliabules dans les toilettes pour définir un plan diabolique pour garder tgv au pouvoir envers et contre toute la volonté du peuple malgache qui ne rêve plus que du retour du chevalier ra8 sans peur et sans reproche... car attention !!! les français ils en connaissent un rayon sur les remparts de la nation qui lancent des appels de l’autre coté d’un bras de mer… ce que le grand Charles à réussi en 40, il n’est pas question que ce nabot de ra8 la re serve en digital remasterisé…

    C’est tant mieux que la France n’ai pas pris le parti de se barrer…On a bien vu ce qu’il en coûtait de compter sur les US… à la moindre anicroche on se casse et on vous laisse là avec vos problèmes de pauvres… fallait il avoir un pois chiche à la place du cerveau pour croire que mettre fin à l’AGOA allait indisposer plus tgv que la population malgache !!! est ce que tgv a rendu son tablier depuis que l’AGOA nous est passé sous le nez ? bien vu les artistes… 100% efficacité…

    Il y aura toujours des membres de la diaspora pour accuser la France de tous les maux de la terre. En attendant – question à tous les malgaches de France - quel modèle social souhaiteriez vous voir à Madagascar pour vos enfants ? quel système de solidarité, de justice sociale, d’égalité des chances, de liberté d’expression… celui de la Grande Bretagne ? des US ? qui choisir comme modèle entre les US cherchant leur souffle avec Obama juste avant de retourner se noyer dans l’océan du capitalisme sauvage et la sociale démocratie européenne dont la France est un digne représentant ?

    Tous ceux qui vivent à Madagascar ont été confronté à un moment ou à un autre à ce que le système français peut produire comme déchets (employés d’ambassade méprisants, rmistes profiteurs ou petits chefs de PME arrogants). Mais quand on parle d’idéaux et de modèles, je choisi mon camp et ce n’est pas celui des US, de la chine ou de l’Inde… élargir le cercle de ses relations n’implique pas de remplacer son meilleur allié… et en pesant mes mots je dis à tous ceux qui sont bien à l’abris du système français là bas en France, qui vomissent la France à longueur de journée, qui bénéficient de la sécurité sociale, de l’éducation nationale, des 35 heures, bref d’une société juste et solidaire (en résumé tout le contraire de Madagascar ces dernières années hélas)…. Si la France vous débecte tant et bien quittez la !!! rentrez à Mada ou allez voir ailleurs… le monde est si vaste !!! bon vent !!!

    il faut vraiment arrêter la b.r.a.n.l.e.t.t.e intellectuelle sur le rôle de la France dans la crise malgache… ce n’est pas parce que la présence française est un fait accompli à Madagascar, qu’il faut lui prêter les plus noirs desseins http://www.madagascar-tribune.com/Madagascar-Les-enjeux-de-la-France,13453.html à la place il vaut mieux commencer à nettoyer chez soit pour se débarrasser de tous les parasites qui pullules dans les sphères de l’indigente élite économique, intellectuelle et politique malgache…le problème est sous nos yeux… pas chez les autres…

    • 30 janvier 2010 à 14:29 | lalatiana (#1016) répond à jojo

      C’est curieux ce mode sur lequel vous fonctionnez ...

      Moi ,(même pas affreux) jojo, j’ai le droit de vomir à n’en plus pouvoir sur les MALGACHES ... et de leur donner des leçons ...
      Mais par contre ceux qui OSENT essayer de donner un éclairage sur LA POLITIQUE menée par le GOUVERNEMENT français (et non pas les FRANCAIS) , ne font que que se b.r.a.n.l.e.r ...

      Et on conclut bien évidemment par l’argument (???) qui tue ... "si tu n’aimes pas la France quitte là" ... Parce bien évidemment, critiquer une politique c’est ne pas aimer la France... hey ... il y a la moitié des français qui vont quitter la sarkozie à ce rythme là ...

      Tiens ... cette fois encore je n’ai pas pu m’empêcher de de vous répondre ...

      Vous devriez vous calmer ... vous faites pas très crédible avec votre haine ...

    • 30 janvier 2010 à 15:02 | jojo (#3543) répond à lalatiana

      correction : les seuls malgaches sur lesquels je vomis sont ceux qui appartiennent à l’élite économique, intellectuelle et politique malgache qui nous ont conduit dans cette impasse... et qui ne trouvent rien d’autres pour en répondre devant le peuple que de réclamer le retour à l’ordre ra8 en accusant - et c’est bien commode - l’ancienne puissance coloniale... ca peut peut être épater une tablée du café de la gare de Soarano mais c’est un peu court...je réitère ce que j’ai dit - http://www.madagascar-tribune.com/Madagascar-Les-enjeux-de-la-France,13453.html - la France est déja présente de fait à Madagascar, Madagascar ne pèse rien du coté de la France en terme d’échanges économiques et n’a donc pas par conséquent de complot à hourdir de quelques sorte vis à vis de Madagascar et l’élite bourgeoise malgache est la première responsable de cette crise... coupable de n’avoir rien dit, rien fait pour que ra8 cesse... trop occupée qu’elle était de savourer sa sieste post sustentatoire... le réveil a été violent mais tout à fait prévisible... en tout cas pour qui ne se regardait pas le nombril à l’arrière de sa belle limousine climatisée...alors oui si ça t’amuse d’imputer à la France ta propre faute... et bien va le faire ailleurs chez les ricains ou en AFS avec ton idole ra8...

    • 30 janvier 2010 à 15:11 | jojo (#3543) répond à lalatiana

      tant que vous y êtes pour les réponses à mes posts, j’attends toujours celle concernant la première partie de votre briiillllaaaannnt exposé http://www.madagascar-tribune.com/Madagascar-Les-enjeux-de-la-France,13453.html

    • 30 janvier 2010 à 19:09 | lalatiana (#1016) répond à jojo

      Sacré jojo,

      Vous avez failli me faire marcher ...

      J’ai cru un instant que vous pensiez vraiment

      1) que je n’avais pas les moyens de répondre à votre si brillaaanttte question ...

      2) que j’allais me piquer au jeu ...

      mais .. bon ... j’ai réalisé que vous plaisantiez ...

      Merci de m’avoir fait rire

      Et bon vent ... depuis votre Port

    • 30 janvier 2010 à 20:15 | Basile RAMAHEFARISOA (#417) répond à lalatiana

      Le Gouvernement Français défend l’intérêt de la FRANCE et j’espère que,NOUS,les Malgaches ,sommes capables de discuter franchement avec nos amis Français pour l’intérêt du Peuple Malgache.

      le reste,c’est de la diplomatie.

      La FRANCE est le partenaire privilégié de MADAGASCAR dans tous les domaines.

      Basile RAMAHEFARISOA

    • 1er février 2010 à 08:44 | da fily (#2745) répond à lalatiana

      Que vous dis-je ? A Trop vouloir vous impliquer dans cet imbroglio que tant ne comprenne pas, vous provoquez l’ire de molosses en mal de cocarde !

      Les aboiements en continu qu’on entend sont autant de marque d’estime mordante qui vont vous propulser au moins au même rang que Ndimby ou Patrick en terme de notoriété. Je cautionne, le jeu en vaut la chandelle.

  • 30 janvier 2010 à 15:14 | hafatra (#1895)

    Fisaorana aloha no atolotra anao ry Lalatiana nampahatsiahy ny tena fandehan’ny baolina aty amin’ny ranomasina indiana .
    Hita sy tsapa tokoa fa tena "TIA" ny nosintsika ry zareo frantsay ka mifikitra mafy , manao izay mety rehetra hitazonana ny tombon-tsoany.Tena fitiavana be miredareda sy tsy hay tohaina tokoa ka na isika aza dia variana sy gaga indraindray fa mihoatra ny fitiavantsika ny tanintsika ny fitiavany an’i Gasikara.

    Fa ny zavatra tena mba andrasana avy any aminao dia ny vaha-olana maharitra amin’ny fifandraisantsika amin’ny frantsay .Ahoana no hananganana izany serasera "salama" izany miaraka amin’ny olona mararin’ny aretim-bola sy tombon-tsoa ,seza, fahefana....
    eo ampiandrasana ny valinteninao dia mirary soa lalandava.

    • 30 janvier 2010 à 17:14 | dieg (#2041) répond à hafatra

      Ces grandes sociétés représentent le mal du siècle

      Si on ne fait pas attention,

      il vont contaminés nos sites touristiques ,qui fait partie des plus belle au monde,avec un potentiel inépuisable,et qui vaut mille fois mieux que ces differents sources miniers.

      Comme toujours il vont nous piller,et ils ne payeront pas ce qu’il nous doit.

      Surtout avec l’URANIUM,une région complète contaminée,et ils partiront refaire la même chose ailleur,et nos sites touristiques décrié pour une centaine d’année.

      Face à ces monstres ,il faut que les malgache soit unis,il faut que les pays africains soit unis ,pour déméler tous les pièges.

      Un exemple :
      ces société arnaquent les pays sud en frais de tranfert ,d’une valeur de mille milliards de dollard par an.

      beaucoup pense que les état sont derière ces sociétés,d’où les critique incèssante contre un pays comme la France,

      je pense plutôt que ce sont les les fonds de penssion ,et les fonds d’investissement avec l’appuis des banques qui sont derière tout ça,et les traideurs qui spéculent avec l’argent du peuple, qui fini par mettre en faille les banques sans être inquiété,d’où la crise mondiale,car faute d’argent il n’y a plus rien qui marche.

      il faut que les Malgache comprennent que les charognards sont devant leur porte,et nos responsables devrais suivre tout leur fait et geste

    • 30 janvier 2010 à 18:50 | Stomato (#3476) répond à dieg

      >>Ces grandes sociétés représentent le mal du siècle<<

      Mais non, ce type de société existe depuis la nuit des temps !

      >>Surtout avec l’URANIUM,une région complète contaminée,et ils partiront refaire la même chose ailleur,et nos sites touristiques décrié pour une centaine d’année.<<

      La région ou serait extrait du minerai d’uranium ne serait PAS plus contanminée après extraction qu’elle ne l’est maintenant. Et ces zones sont loin d’être des zones touristiques.
      Quoiqu’il en soit la déforestation massive de ces 30 dernières années est pire que ne le serait une exploitation correctement faite.
      Les sites touristiques malagasy sont de plus en plus des chefs d’oeuvres en péril, et parfois même en voie de momification.

      >>Face à ces monstres ,il faut que les malgache soit unis,il faut que les pays africains soit unis ,pour déméler tous les pièges.<<

      Vous rêvez tout éveillé ? Les poules auront des dents quand les pays africains seront unis. Et les poules auront leurs dents de lait quand les malgaches le seront. C’est triste mais c’est un fait.

      >>Beaucoup pensent que les états sont derière ces sociétés, d’où les critiques incèssantes contre un pays comme la France,<<

      Il a toujours été très facile de critiquer ce que l’on connait mal ou pas du tout, et aussi ce qui fait peur.

      >>il faut que les Malgache comprennent que les charognards sont devant leur porte,et nos responsables devrais suivre tout leur fait et geste<<

      Les charognards se nourissent de cadavres. Pensez vous réellement que Madagascar en soit réduit à l’état de cadavre ?
      Si c’était le cas il n’y aurait- plus de responsable(s) pour surveiller les faits et gestes des compagnies multinationales...

      Mais ce qui est regrettable c’est que vous préconisez des mesures que les AUTRES doivent prendre et mettre en oeuvre.

      A quand donc des techniciens malagasy capables de et voulant prendre le destin du pays en main ?

  • 31 janvier 2010 à 21:04 | kaki (#2830)

    Bonjour à tous,

    L’inventaire de toutes ces "richesses" m’effraie et sans jouer le rôle d’oiseau de mauvaise augure, s’en suivra forçément la ruée vers ces richesses avec son lot de malédictions.

    Je suis pessimiste car nous n’en sommes pas conscients et nous en restons toujours à des problèmes de personnes.
    Que ce soit des techniciens ou des intellectuels qui travaillent pour le pays, que ce soit X ou Y qui le dirige, si nous ne savons pas ce qui est bon pour nous, si nous sommes incapables de négocier les accords de prospection ou d’exploitation corrects, rien ne changera et nous n’échapperons pas à la malédiction.

    Les pays africains producteurs de pétrole l’apprennent à leur dépens : manjary tompony mangataka atiny, devenus des bennes à ordure à ciel ouvert, réduits à l’économie de l’enlèvement et de la piraterie, tandis que les devises sont rapatriées ailleurs.

    Comment font les pays arabes producteurs de pétrole à votre avis ? Comment font le Vénézuela(pétrole), la Bolivie(gaz) ?
    Comment fait le Maroc, seul pays du Maghreb qui n’a pas de pétrole ?

  • 1er février 2010 à 01:22 | Basile RAMAHEFARISOA (#417)

    lalatiana

    Basile RAMAHEFARISOA vous renvoie vers :

    "Bilderberg et son rôle"

  • 1er février 2010 à 02:22 | réveille-toi jeunes Malagasy (#2446)

    Merci et Bravo à Lalatiana !
    Car y en a marre de lire d’autres forumistes (ailleurs) non malgaches qui aboient tous les jours que Madagascar est pauvre !!!!
    Le quai d’Orsay a créé une "cellule spéciale crise à Madagascar" car il aime trop le peuple Malagasy et en soutenant le putschiste il veille aux intérêts des Malagasy !!!!!!!!!!
    Il faut que tous les Malagasy soient conscients du potentiel qu’on a pour sortir du rang des pays les plus pauvres du monde et se passer des "aides" !

  • 1er février 2010 à 10:50 | mpamaky (#2951)

    D’abord félicitations pour votre artile qui est très intérressante et enrichissante. Vous êtes une vraie journaliste, qui fait des invetigations. Au moins, vous faites la fiérté des journalistes Malgaches qui ne sont que des pantins et boucs émissaires

    BRAVO Madame,

  • 1er février 2010 à 11:48 | mpamaky (#2951)

    Beaucoup d’encres ont coulé pour expliquer et/ou démontrer ce qui arrive aux Malgaches et à Madagascar aujourd’hui. Mais qque soit les raisons avancées, elles se résument à cette phrase de Mme Lalatina : "Là aura (peut être) été la plus grande erreur de Ravalomanana : ne pas avoir pris la mesure des enjeux de la métropole, et d’avoir joué l’affrontement au lieu de jouer une saine, juste et équilibrée coopération".
    La SADC ne lui apportera rien, sauf l’orgie, pendant la présidence du Roi Mswati du Swaziland.

  • 1er février 2010 à 16:52 | tsiaro (#716)

    Bravo Lalatiana pour cette analyse de grande qualité. Je suis tout de même resté à mes faims car il n’y a pas de chiffre sur les analyses. Pourquoi les chiffres sont si important à mon égard ? Car ceux qui sont actuellement "au pouvoir" s’est graissé les pattes par les vous savez qui. Les chiffres pouraient les faire comprendre que cela ne représente rien par rapport à ce qu’ils font perdre à notre cher tanindrazana. Pourquoi un tel agissement de la France ? Pourquoi on élimine à l’avance Ra8 ? Est-ce vraiment le choix des malgaches de se débarasser de Ra8 ? Rappelons l’histoire à ceux qui pronent pour la France. Tous les pays africains anciens colonies françaises ont tous eu des difficultés post-colonial, contrairement aux pays africains anglophones. La France n’a jamais quitté ses anciens colonies. Depuis l’indépendance, on a été avec la France, sauf pendant l’ère de Ravalomanana. Madagascar ne s’est jamais bien porté que pendant cette dernière période. Et vous voulez qu’on revienne à ces périodes avant Ra8 ?

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS