Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 20 mai 2019
Antananarivo | 02h50
 

Société

Travail à l’étranger

Huit femmes malgaches arrêtées aux Comores

lundi 13 mai | Arena R.

Huit femmes malgaches en transit aux Comores ont été arrêtées à l’aéroport de Moroni. Une note du ministère des Affaires étrangères malgache en date du 8 mai précise que leur destination finale serait le Koweït. Le ministère des Affaires étrangères malgache a ainsi demandé au gouvernement comorien le refoulement de ces femmes à Madagascar. Il demande aussi de plus amples informations sur leurs identités. Le service chargé des contrôles des passagers en partance pour l’étranger au niveau des aéroports de Madagascar ne disposerait-il d’aucune information sur ces passagers pour que le ministère soit obligé de demander cela à l’ambassade comorienne ?

Pas plus tard qu’au mois de mars, le gouvernement malgache a rapatrié des dizaines de travailleuses malgaches en détresse au Koweït. Ces dernières ont interpellé le président de la République via une vidéo lancée sur les réseaux sociaux. Le président a pris ses responsabilités en les faisant revenir au pays. Mais visiblement, à l’image de cette nouvelle vague d’arrestation de travailleuses malgaches en partance pour le Koweït, ce ne sont pas toutes les femmes qui se plaignent des conditions de travail dans ce pays. Le pullulement des agences de placement qui recrutent des gens de maison souhaitant se rendre dans les pays du Golfe arabique et l’engouement de certaines jeunes femmes en dépit des risques encourus, ainsi que le témoignage des rescapés, confirme que beaucoup tente encore de braver l’interdit dans l’espoir d’une vie meilleure à leur risque et péril.

7 commentaires

Vos commentaires

  • 13 mai à 11:49 | betoko (#413)

    Peut être que ces femmes malgaches se sont dit "l’enfer c’est pour les autres

    Répondre

  • 13 mai à 12:04 | lancaster (#10636)

    Quel programme de création d’emplois le gouvernement projette t il ?

    Répondre

  • 13 mai à 12:59 | Isambilo (#4541)

    La rédaction pense-t-elle que ces femmes étaient volontaires ? Arena peut écrire n’importe quoi, c’est à la rédaction de vérifier.
    Il n’est pas difficile d’identifier les policiers aux frontières qui ont laissé passer ces pauvres femmes, ainsi que les agences qui ont vendu les billets et la suite.
    Il paraît bizarre que des personnes en transit puissent être arrêtées. Mais tant mieux dans le cas d’espèce.

    Répondre

  • 13 mai à 15:06 | loft mariana (#10466)

    Je ne vois pas vraiment que ses femme cherche telles ! Non mais les gens qui on tété sauver par notre président, les témoignages des malgache qui on vécut les choses horrible là-bas ne leur suffit pas de créer leurs propre employés ou chercher l’emploi ici !?? Eux même ils doivent dénoncer qui sont les personnes qui les envoyés là-bas et supprimé une fois pour tout cette société si c’est le cas !! Mais bien sur notre gouvernement travail bien et l’on attrapés au bon moment

    Répondre

    • 15 mai à 09:53 | sakalava (#9382) répond à loft mariana

      bonjour @Loft Marina,

      votre post est intéressant (sans pour autant être d’accord avec vous surtout pour le mot que vous utilisez "président" bon je ne suis pas là pour vous dire ce que je penses de lui bref...) mais par contre votre orthographe et la grammaire que vous vous donnez la peine d’écrire sont juste horribles.....je vous invite à vous exprimer en malgache c’est notre langue officiel et tellement beau et bon à lire....bonne journée

  • 15 mai à 11:10 | kartell (#8302)

    Ce trafic humain suivrait-il le même chemin que celui de l’or ?....
    Sans complicité douanière pas de trafic pour les commanditaires qui visiblement n’ont aucune raison de cesser dans une société où tout reste possible...
    Ce qui est invraisemblable, c’est d’imaginer que ces négriers puissent encore trouver des pigeonnes naïves qui croient pouvoir trouver ailleurs ce que leur propre pays est incapable de leur offrir !..
    Ce constat est terrible parce qu’il démontre qu’au delà des boniments politiques, les plus humbles ne croient plus à rien sinon à tenter de fuir une société qui leurs a définitivement tourné le dos.
    Mais il faut rester lucides en pensant que ce trafic prendra d’autres chemins d’autant que le pays s’offre à de nouvelles compagnies aériennes prêtes à assumer des vols directs vers des destinations où la femme n’est que l’esclave d’un mâle priapique et fier de l’être....
    En n’offrant aucune perspective d’avenir, les pouvoirs successifs se sont montrés complices indirects de ce trafic et le dénoncer ne fait que confirmer une tendance grandissante au désespoir avec ses conséquences terribles pour ces malheureuses victimes qui jouent leur maigre avenir à la roulette russe !....
    - 

    Répondre

  • 15 mai à 11:45 | FINENGO (#7901)

    @
    13 mai à 11:49 | betoko (#413)
    Peut être que ces femmes malgaches se sont dit "l’enfer c’est pour les autres
    .................................................................................................
    Mais oui le Rebut !!!
    Cet enfer dont tu parles, qui l’aurait instauré à Madagascar ???
    Dans tous les cas je pense pas que ça soit les Colons, ni les Lémuriens, ni les Fosa et encore moins les Tilapia.
    La réalité c’est que les Malgaches, ont voulu vivre l’enfer dans un Pays Magnifique.
    Le Paradoxe est là ! ! ! !
    C’est chose faite depuis 47 ans hier 13 Mai.

    Répondre

Réagir à l'article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, merci de vous connecter avec l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS