Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 11 août 2022
Antananarivo | 08h44
 

Société

Marché de la Petite Vitesse

Une mesure provisoire admise par tous

mardi 12 janvier 2010 | Bill

La Délégation spéciale de la Commune urbaine d’Antananarivo et les représentants des commerçants formels se sont rencontrés ce lundi 11 janvier 2010 à Mahamasina pour convenir de certains points qui tendent à l’assainissement des marchés de la capitale. Ils étaient plus d’une vingtaine de représentants des commerçants qui sont dans la légalité à réclamer une meilleure considération de leur métier, car à leur avis, ils sont véritablement spoliés et concurrencés de manière illégale en raison des mesures prises par la Délégation spéciale d’Antananarivo. Des commerçants ambulants exerçant de manière illicite dans les rues et trottoirs de la capitale ont été installés par le président de la Délégation spéciale sur le parking aux abords du lac Behoririka et dans la rue Rainibetsimisaraka devant le marché de la Petite Vitesse au grand dam des marchands formels.

À l’issue de deux heures de discussions, les deux parties ont convenu que l’installation des marchands dans la rue Rainibetsimisaraka (Petite Vitesse) ne serait que provisoire et qu’à terme tous les commerçants devront rentrer dans les marchés formels et clos. Par ailleurs, tous les commerçants légaux et formels devront dans 15 jours reprendre leurs places habituelles sinon ils les perdront au profit de nouveaux occupants.

Le problème est en effet que devant l’invasion des marchands illicites, les commerçants installés à l’intérieur du marché de la Petite Vitesse sont également sortis de leur enclos pour occuper les devants de la scène à proximité des possibles clients. Et le phénomène a fait contagion si bien que les commerçants de toutes les places réservées au commerce (Andravoahangy, Mahamasina, Ambodin’Isotry, Pochard, …) ont commencé à revendiquer des traitements spéciaux. La Délégation spéciale a ainsi accueilli les représentants des commerçants formels pour signer cette convention qui entre dans le cadre autant de l’assainissement de la ville que de la préservation des activités de survie des ménages en difficultés car il faut admettre que le boum du commerce de rue fait suite à des pertes d’emploi en cascade que personne n’ignore.

6 commentaires

Vos commentaires

  • 12 janvier 2010 à 10:35 | mpitily (#1212)

    Ouf !!! vivement la fin de cette mesure provisoire dans ce cas !

    Quelle mouche a piqué le PDS et son équipe ? Au lieu de profiter de la fin des fêtes pour enlever ces marchands illicites du centre-ville, les voilà qui apportent de l’eau à leur moulin en leur donnant des places de rêve pour continuer à concurrencer illégalement les vendeurs légaux, à salir et à polluer le centre-ville, à gêner les opérateurs économiques du centre, et à léser les piétons et les automobilistes (difficultés à circuler et à trouver des parkings qui manquent déjà cruellement).

    En tant que contribuable, je ne remercie point le PDS et son équipe pour ce qu’ils ont fait là ! pensez aux vrais et loyaux administrés avant de penser à vos intérêts électoraux ! halte au populisme ! Vous avez déshabillé Pierre (les bons contribuables qui paient leurs impôts etc.) pour habiller Paul (les anarchistes et les informels) ! Quelle grave erreur !

  • 12 janvier 2010 à 11:07 | Mandimbisoa (#2104)

    io dia fampisehona ny fahatahorana an’iretsy illégale hitraotra ;aleo mantsy mampitahotra iretsy mpivarotra légale hoe : miverena any am place-nareo,raha tsy izany...(ireto faharoa moa fatany fa hisaina sy hijery ny vodiandro merika ka tsy dia sahy loatra) ,fa iry voalohany raha hirotaka eo dia ho rava ny tsena rehetra ary na ny tsenan’ Ambohitsirohitra aza dia ho vita !!!

  • 12 janvier 2010 à 11:20 | naivo (#3119)

    C’est un pur mensonge de dire que cette situation serait provisoire. La commune a déjà préparé des places mais les vendeurs ont refusé d’y aller (Namontana, côté Magro Behoririka). La vérité c’est que la HAT a éduqué la population au non respect des lois, non respects des autres au nom de la démocratie. On ne sétonne pas si aujourd’hui le désordre règne. Nous qui payons des impôts régulièrement, nous continuerons à être b.aisés par ce pouvoir. Bonne continuation.

  • 12 janvier 2010 à 11:49 | mpitily (#1212)

    M le PDS,

    vous devriez plutôt tout faire pour fluidifier la circulation dans le centre ville et y augmenter le nombre de parkings. Les clients vont fuir les commerces du centre-ville s’ils ne trouvent pas de parkings aux alentours de ceux-ci.

    Merci également de transformer le carrefour d’Andohananalakely en un (petit) rond point (cf nouveaux ronds points sortie pont Ambatomitsangana et Antaninandro) pour résoudre le problème de blocage à ce niveau surtout en absence de policiers (sens obligatoire + priorité à gauche).

    A bon entendeur ...

    Mpitily

  • 12 janvier 2010 à 15:04 | Annie Remh (#3572)

    Quand on sait que, dans ce pays, le provisoire dure une éternité !!!

    Toujours les mêmes pratiques malsaines : Peta-toko sy kitoatoa lava (qui durent aussi éternellement !)
    Efa tandra vadin-koditry ny malagasy mihitsy.

  • 12 janvier 2010 à 18:27 | Rakotoasitera Fidy (#2760)

    Et c’est bien une mesure provisoire ....

    Parait t’il qu’il ya des ’experts’ malagasy ayant ’opérés’ en Afrique et qui ont proposé une solution pour ’éradiquer’ ces informels ... dans les années 90

    Ces propositions ont t’elles fonctionnées et données des résultats ???

    C’est un problème délicat , du coté de l’atsimo-drano nous voyons tous les matins aux alentours de 4h des centaines de paysans qui , à pied et portant sur leur tète des produits se diriger vers Anosybe , esperant ’ramasser’ quelques centimes pour leur survie

    Cela fait trente ans que ce ’phénomème’ dure ....

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS