Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 30 juillet 2021
Antananarivo | 23h22
 

Editorial

Les chroniques de Ragidro : Change en toi ce que tu veux changer chez l’autre…

lundi 19 juillet | Lalatiana Pitchboule


Dans le classement 2021 par Fund For Peace des pays à risque d’éclatement [1], Madagascar est classé à la 57ème place… 57ième place sur 179, dans ce classement des « Etats fragiles », que le vocabulaire de la bien-pensance diplomatique ne dit plus « Etats Faillis ». On se dira, « Oouf !!! Il y a donc pire que nous en termes de défaillance de l’Etat ».

Mais peut-il y avoir pire que les 1,5 million de personnes en danger de famine du Grand Sud ?… Et puis, où situer « le pire » quand 42% des enfants de moins de 5 ans souffrent de retards de croissance et ne combleront plus jamais leurs carences en termes de développement intellectuel ?… Ou situer le pire, quand le pays a perdu 25% de sa force de travail sur cette classe d’âge ?… Où situer le pire quand seuls 17% des jeunes de la classe d’âge de troisième sont capables de lire leur propre langue ?….

Effectivement, nous ne sommes pas noyés pas dans les fins fonds du classement des EtatsFragilesPasDitsFaillis .. Et pour cause : le pays n’est pas en guerre avec l’extérieur … Et l’insularité de Madagascar semble lui éviter la mauvaise note de ces territoires qui souffrent d’envahissements faute de pouvoir défendre leurs frontières. Le bas niveau de risque sur ces indicateurs sécuritaires ( ???) nous fait remonter dans le classement.

Alors doit-on se consoler que l’indicateur qui examine les inégalités structurelles de notre société et évalue notre capacité à sortir les plus fragiles de la misère ne classe l’Etat malagasy qu’à la dixième plus mauvaise place…. en queue de peloton ?

Doit-on, de la même manière, se consoler, dans ce classement, que 11 pays fassent « plus pire » que notre Grande Ile en termes d’alimentation, d’accès à l’eau potable, d’accès aux systèmes de soin, à l’éducation, ou en termes de lutte contre la prévalence des maladies et des épidémies ?

Alors… Etat Failli ou non ? … Il ne faut pas fuir la réponse. Nous ne pouvons pas nous enfermer dans le déni du niveau de nos problèmes comme le font (et l’ont fait) les tenants du pouvoir. C’est à force de refus de la réalité et à force de nous regarder le nombril à chercher des responsables ailleurs que chez nous-mêmes, que se délitent de manière désastreuse tous nos indicateurs sociaux… « Meuuuuh nooon … la situation n’est pas si dramatique… ». Tu parles…

Certains nous disent « l’Etat travaille à la réalisation des Velirano du PRM »… On serait heureux de le croire…. Et de le voir. Mais on a du mal : entre les Colisée et autres CVOs prophétiques et la litanie de nos drames sociaux, comment donner foi à la capacité de vision de ce pouvoir et à la capacité de réalisation de ses engagement ?

Ce déficit de confiance vis-à-vis de l’Etat est d’autant plus tragique que nous, citoyens, ne sommes pas les seuls à le vivre : les acteurs internationaux, PTF, bailleurs, investisseurs publics et privés n’accordant pas au pays le crédit nécessaire (au-delà de la bienséance diplomatique et des postures géopolitiques), la Grande Ile est l’un des territoires qui bénéficient le moins de l’Aide Officielle au Développement (dons, prêts, investissements) rapportée à l’habitant.

Et la faiblesse du classement du pays dans le rapport Doing Business ne donnera pas plus de confiance aux investisseurs privés (Classement général : 161 sur 190 économies ; classement régional : 31 sur 48 économies)… Cercle vicieux : on ne prête qu’aux riches… Ou aux gens sérieux capables de convaincre d’une vision, d’un projet, d’un engagement.

Je me suis dit un temps : « Arrête de tirer sur l’ambulance … On sait déjà l’incurie de la plus grande partie des acteurs de ce pouvoir (il en est de sincères) …A-t-on besoin de le répéter encore et encore ? » … Pour autant doit-on se taire et cesser de dénoncer ? Non, assurément. La résignation est la pire ennemie de la démocratie et du développement. C’est notre renoncement qui fait le lit de toutes les dérives.

Enoncer que l’incompétence, la corruption et le cynisme ambiants sont les seules sources de nos malheurs semble nous absoudre, nous, citoyens, de notre propre responsabilité. Il faut nous sortir de nos ego. Nous sommes à l’origine de l’incurie de ces dirigeants. Nous sommes seuls responsables de croire ou de ne pas croire en un projet collectif qui puisse nous rassembler et sur lequel nous pourrions bâtir l’idée de notre NATION… Et de nous y investir.

Il serait évidemment intéressant d’interpeller les gens de pouvoir sur l’idée même qu’ils se font du mot Nation… parce qu’il n’est pas de Nation sans devoir, sans responsabilité, sans sacrifice … Mais nous devons nous interpeller nous-mêmes, individuellement, de la même manière…

… « Si tu veux changer le monde, change toi, toi-même » dit Gandhi. Si nous voulons changer les choses, il faut nous changer nous-mêmes … Il nous faut commencer à croire en un NOUS INCLUSIF et COLLECTIF pour bâtir de nouveaux discours dont nous avons trop longtemps abandonné la construction… Et ouvrir d’autres possibles.

Patrick Rakotomalala (Lalatiana PitchBoule) – Juillet 2021

Notes

[1l’Etat selon 12 critères établis respectivement sur une échelle de 0 à 10 ( où 10 définit le risque extrême)

30 commentaires

Vos commentaires

  • 19 juillet à 17:25 | Isambilo (#4541)

    Soyons honnêtes aussi : nous n’avons jamais été des foudres de guerre non plus.
    Ce n’est pas une raison pour nous en contenter mais en tenant compte des compétences de nos "professeurs", c’est mal pari pour les deux ou trois générations qui vont suivre..

    Répondre

    • 20 juillet à 15:19 | lé kopé (#10607) répond à Isambilo

      Merci pour cette analyse réaliste , que nous formulons ici et maintenant (Hic et Nunc) ,tous les jours que Dieu fait . On n’est plus au stade du constat , mais à notre détermination à trouver des solutions pérennes pour notre Pays .Quel est le mal de notre Pays ??? Je pense avec humilité que c’est surtout notre capacité de résilience , et notre résolution à accepter toutes les dérives de nos Dirigeants successifs . Ce renoncement , dû à notre culture , mais aussi à notre Education Judéo-Chrétienne , a façonné la plupart de nos concitoyens à renoncer à leurs droits les plus fondamentaux (Zaza vonton’anatra). Malgré les spéculations à outrance de nos décideurs , il n’est pas trop tard pour revenir à nos valeurs ancestrales, qui avaient pour objectif le bien de la communauté . Mais pour cela , il nous faut la prise de conscience de chacun , car le bien être individuel est tributaire de l’harmonie de toute une société . Tant que nous n’aurons pas compris cette vision , chacun continuera à tirer la couverture à lui , pour un résultat qui ressemble à ce que nous vivons aujourd’hui . Est ce notre idéal ? Pour une minorité sûrement , mais pas pour le plus grand nombre . Il est où le fond ???

    • 21 juillet à 10:21 | Ibalitakely (#9342) répond à Isambilo

      à (10607),
      On doit cesser de tjrs parler de nos dirigeants successifs, car comme on dit C’EST LE RÉSULTAT QUI COMPTE & CE SONT LES CHIFFRES QUI PARLENT" : où était la place de Madagasikara dans le monde fin 2008, fin 2013, fin 2018 & à ce jour à propos de sécurité [sans guerre ni terrorisme] ; de taux de croissance économique ; de taux de pauvreté ; de taux de corruption ; de taux scolarisation & d’alphabétisation ; de taux de mortalité à bas age (infantile) ; de taux de chômage ; etc. Ne dites surtout pas que ça a été tjrs le même dans toutes ces périodes énumérées plus haut !! Mais puisque les Malagasy en générale sont des masochistes, ils aiment être dirigés par des mpandainga/mpamitaka. Souvenez-vous que dès le 07 mars 2009 avec le fameux " FOHIN’NY VAHOAKAN’ANTANANARRRIVO HO AN-TSIKA ABOHITSIRRROHITRA KA ANDAO ANTERRRIN-TSIKA ANY NY PRRRAIMINISTSIKA" alors que ce soit durant les cinq ans de tAtezamihitatra ou son accès au pouvoir par les doublons de 2018, tant pis pour les morts & les blessés (av7 & cie) aucun des Monja Roindefo, Camille Vital & Ntsay Christian n’y ont jamais posé les fesses. & depuis ses propagandes en 2018 jusqu’à maintenant, la façon de berner la population n’a changé d’un iota. & c’est probable qu’à la moitié de 2022, càd six avant sa candidature, des tonnes de "valala mbola eny an-danitra asiako sira ho an-janako", à bon entendeur salut !!

    • 24 juillet à 23:52 | Rainingory (#11012) répond à Isambilo

      iza moa ity gona miresaka tatezana ity

  • 19 juillet à 18:54 | arsonist (#10169)

    Le Grand Sud est évidemment confronté à de très sérieux problèmes qui menacent jusqu’à la vie et l’existence même de ses habitants.
    Dans le monde entier il n’y a que le dedaka poerapoera werawera Bokassa gasy et ses dévoués serviteurs foza qui ignorent cet état de fait constaté par tout le monde.

    Mais les problèmes vitaux basiques pour la sauvegarde de la vie collective comme de la vie individuelle des habitants du quart-monde des bas-quartiers des villes et de la campagne profonde à Madagougou crèvent les yeux de tout le monde aussi, sauf ceux de Bokassa gasy et de ses serviteurs dévoués.

    On n’en est pas encore au problème existentiel madagougouesque.
    Mais on s’y dirige !

    Répondre

  • 20 juillet à 05:08 | Rainingory (#11012)

    Ny mandainga sarotra fa raha nisy iray monja vokatr’iny hetsika nataon’ny RMDM Diaspora France iny dia ny nampitorovana ny sandry sy tànan’ny mpiasa mpisolelaka foza 🦞 rehetra hamono afo, ka nahafahana nahita maso mihitsy ireo lohandohany amin’ny mpiaramiasa amin’i BM, jereo ny sariny sy ny anarany eo amin’ny pejy fb an’ny Hetsika Montpellier fa sao dia ilay mpifanolo-bodi-rindrina aminao ! 😁😆

    Aman’hetsiny ny nanao LIKE ny hafatra rehetra nahelin’ireo rantsamangaikan’ny mpanohitra eto na any Dilambato, ny Rmdm Diaspora, Les Indignés de Madagascar, GTT La Réunion, ny SAHIA Lasa Izao sy ny Hetsika Montpellier, na ny K-2 Pejy Ofisialy, raha tsy hitanisa afa tsy ireo fotsiny sy tsy hilaza akory ireo haino amanjery rehetra nampita ny vaovao.

    Miala tsiny aza ireo vondrona fb ireo fa tsy ho afaka atao namana daholo ireo fangatahana azo fa dia tazomina fotsiny ny fenitra, tano ny azo fa aza hamelana ("il faut tenir BON et informer le monde", NEVER GIVE UP).

    Entina hilazana izany fa tsy hita isa noho ny lainga afafindry foza 🦞🦞 isany eto ny hery fanoherana ity Didy Jadona ity. Indrindra moa rehefa mamaky ny lahatsoratr’i papi zano, na ny post an’i Isandra sy ry Burt 🦞🦞🦞.

    Aiza re izany e, ny manetsa be mbola ho avy, amin’ity herinandro ity indray ohatra, rahampitso, raha afakampitso, raha teloana, raha loakandro.

    Répondre

  • 20 juillet à 09:44 | Turping (#1235)

    Un texte intéressant !
    On va essayer d’apporter quelques visions sur les deux derniers paragraphes de Lalatiana.

    Il serait évidemment intéressant d’interpeller les gens de pouvoir sur l’idée même qu’ils se font du mot Nation… parce qu’il n’est pas de Nation sans devoir, sans responsabilité, sans sacrifice … Mais nous devons nous interpeller nous-mêmes, individuellement, de la même manière…

    … « Si tu veux changer le monde, change toi, toi-même » dit Gandhi. Si nous voulons changer les choses, il faut nous changer nous-mêmes … Il nous faut commencer à croire en un NOUS INCLUSIF et COLLECTIF pour bâtir de nouveaux discours dont nous avons trop longtemps abandonné la construction… Et ouvrir d’autres possibles.
    Primo :
    La Nation n’est pas un fait ,mais une idée .
    L’idée de nation repose donc sur le double fondement d’un droit de la nationalité et d’une perception de l’identité nationale .Etymologiquement ,cette idée est fondée sur la naissance : natio en latin vient du verbe "naître " et désigne ceux qui sont nés d’une même souche ,qui partagent une naissance commune .L’idée de naissance commune dans une nation n’est donc pas spécifiquement biologique ou ethnique ,e pour une large part ne peut l’être : la définition purement ethnique ne s’appliquerait à aucune des nations modernes dans la mesure où elles ne sont plus des "pays ",c’est à dire quelques villages autour d’un bourg ,peuplés de manière homogène La signification moderne de l’idée de nation est bien plus large .On peut en effet définir les nations modernes comme de vastes communautés humaines regroupées par un sentiment de commune appartenance politique .
    - Dans la tête des politiciens malagasy ,je pense que l’idée conférée au mot Nation est une coquille vide en se posant la question pourquoi confisque t’on le pouvoir au détriment de l’intérêt national se reposant logiquement sur le principe de la solidarité et de cohésion nationale ?
    En parlant de la nation ,il devrait y avoir des idées de partages de valeurs et des intérêts communs . Pour ce fait ,chaque région a un poids important pour développer le pays car Madagascar ne se limite uniquement à Antananarivo .Il devrait y avoir un travail à faire de ce côté là .J’ai parlé du changement structurel à faire de depuis l’indépendance octroyée sous dépendance même si le pays n’avait pas connu l’hécatombe durant la période de 1960 à 1975 avant l’accession de Ratsiraka au pouvoir .

    Répondre

    • 20 juillet à 15:39 | lé kopé (#10607) répond à Turping

      N’en déplaise à ceux qui sont contre le sport , mais seuls les Barea nous ont fait vibrer , et nous ont fait comprendre qu’on appartient à un même Pays . C’est le seul moment où notre peuple s’est érigé en Nation , en défendant des valeurs , et des intérêts communs ...la patrie . Par contre je suis opposé à l’option politique de nos Dirigeants actuels qui se servent du sport pour des objectifs spéculatifs , alors que 77% de la population vit sous le seuil de la pauvreté .On ne peut pas taper dans un ballon , si on n’a rien à se mettre sous les dents .La construction du Stade des Barea a coûté la modique somme de 77 M d’Euros , avec des ouvriers Malagasy maltraités et ...mal payés. Or , d’après les analystes confirmés , cette somme aurait pu enrayer le kéré dans le Sud du Pays . Cherchez l’erreur !!!

    • 20 juillet à 16:51 | Turping (#1235) répond à Turping

      Lé kopé
      D’accord avec vous quand l’équipe de Baréa s’était hissée vers le quart de final ,un événement qu’on n’a jamais connu depuis longtemps en 2019 à la CAN ,.....un exploit qui n’a pas été suivi les années d’après, c’est dommage .
      Non, je ne pense pas que cet événement est seul talent qui avait érigé le peuple malagasy en nation ,.....
      - Le saviez-vous ? L’équipe de bouliste malagasy est reconnue mondialement .Donc ,la boule de pétanque est un sport où on connait le plus les malagasy .Madagascar était champion du monde en 2016 et 1999 et plusieurs finaliste ,....les équipes malagasy participent et participaient souvent au MASTER en France ,etc,.....pourtant nous n’avons pas de stade manarapenitra dédié au club bouliste à Madagascar même pas un seul ......c’est un talent acquis dès son jeune âge où les enfants commençaient à jouer avec tous les objets ronds dans tous les coins de la rue .
      Conclusion : oui vous avez raison ,le sport devrait être un moyen de reconnaissance pour entrer dans les familles de grande nation .

  • 20 juillet à 10:12 | Turping (#1235)

    Secundo :Deuxième aspérité .
    "Si tu veux changer le monde ,change toi ,toi même " Dixit Gandhi , citation citée parmi les citations proférées par les Hommes de grandes valeurs ....
    - On dit ,l’exemple vient d’en haut .Donc la politique ,le politique ,les politiciens qui exercent le pouvoir devraient montrer l’exemplarité et le chemin à suivre pour que les choses avancent .Or ,ce qui n’a pas été toujours le cas si on fait la politique pour se remplir les poches dans l’attente des aides dont la majeur partie est déjà détournée à l’avance .
    - On parle de l’insularité à Madagascar ,un pays qui n’a jamais connu la guerre ni de conflits majeurs avec les pays voisins pourtant les malagasy à 80% vivent dans la précarité extrême ,la problématique est là. Madagascar devrait s’aligner parmi les pays prospères en Afrique avec les potentialités existantes si tout a été bien géré pour résoudre même le kere dans le Sud .Trouvez l’erreur !
    - Sur le fond ,il faut changer aussi la mentalité .Certes ,Radomelina au pouvoir et ses prédécesseurs n’ont pas apporté une transformation profonde depuis l’assassinat de Ratsimandrava mais en lisant les commentaires ici au quotidien ,la tendance c’est l’idolâtrie d’Isandra et la haine des autres contre le pouvoir en place alors que le vrai problème remonte à un demi siècle un processus auquel il faudrait apporter d’autres visions nouvelles et de solutions en décapitant le système actuel qui fait immerger le pays dans l’abîme .Je dirais c’est la mentalité de 3 générations qui ont été sacrifiées depuis .Il faut agir !
    Conclusion : C’est plutôt la notion du vrai " mérite" qui n’existe plus actuellement à Madagascar dans tous les sens du terme . La réussite sociale pourtant est à la portée de tout le monde quand on travaille dur ,se battre là où on est : à Madagascar ,ou en Europe ,Asie ,USA ,.....sans se contenter à la survie . On a l’impression que le travail dur pour réussir socialement comme l’a fait l’ex -président Ravalomanana pour fonder son empire Tiko est réservé aux demeurés ,....pourtant s’il existe 10 000 Ravalomanana à Madagascar , tout le monde peut y arriver ,le pays se développe sans parler des karana .Obama dit : Yes ,We can ! c’est que tout est possible sans blablater pour se mettre en action.
    Les ressources de ce pays devraient être exploitées correctement pour développer Madagascar .
    Inciter les jeunes à entreprendre .Aider les tantsaha mpamokatra ’les paysans ’ à cultiver ,etc...
    Bon courage !

    Répondre

  • 20 juillet à 12:22 | Isandra (#7070)

    Finalement, Madagascar n’est pas le rambony 2ème le pays le plus pauvre du monde comme les ZD aiment faire circuler ici et là,

    L’IDH de Madagascarne cesse de connaître de l’’amélioration ces dernières années, l’espérance de vie 67 ans, meilleurs que plusieurs pays ’Afrique, tel Cameroun 59 Ouganda 63, Afrique Subsaharien 61,...

    PS:J’ai remarqué que certains andafy ont une attitude de l’inadmission(refus d’admettre), ne veulent entendre que les articles qui parlent de nos malheurs, ils s’affolent et vous traitent de tous les noms des oiseaux, quand vous leur apporter des avancements et des améliorations dans ce pays, comme si ce pays n’avait pas droit de choses positives,...

    Répondre

    • 20 juillet à 12:23 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      attitude de l’inadmissibilité,...

    • 20 juillet à 15:54 | lé kopé (#10607) répond à Isandra

      Isandra ,
      Encore un mensonge "d’ ETAT", l’espérance de vie à 67 ans... Vous dites que la Diaspora ignore les réalités du Pays car ils vivent à 10.000km . Je tiens à vous signaler que bon nombre de nos compatriotes sont partis dans l’au-delà (paix à leurs âmes) vers l’âge de 55ans , et c’est l’âge reconnu par les institutions "sérieuses" pour la durée de vie des Malagasy . Tant mieux pour vous , si votre entourage , et votre famille , peuvent résister jusqu’à 67 années. Car du côté de la majorité , bon nombre de personnalités ont quitté cette vallée de larmes pour ...un monde meilleur .

    • 20 juillet à 16:44 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Lékopé,

      Bien oui, c’est la réalité, je ne vais pas perdre mon temps à vous apporter le lien, vous croyez, tant mieux, si vous ne le croyez pas, ça m’importe peu.

      De toutes façons, vous avez l’attitude de négativiste(c’est un symptôme de début d’une maladie psy,...) tout ce qu’on vous dit, vous contestez,...C’est un refus d’admettre,...que dans ce pays, il y a quand même de choses positives,...!

  • 20 juillet à 12:49 | arsonist (#10169)

    Comparés aux Comoriens de Comores
    les Madagougouesques de Madagougou sont-ils plus ou moins ou également heureux ?

    Avons-nous jamais été informés [images et temoignages audio-visuels à l’appui] ces derniers temps de l’existence de millions de Comoriens qui au pire meurent et au mieux souffrent de famine ou de sous-alimentation ou de misère sévère comme chez les Madagougouesques ?

    Répondre

  • 20 juillet à 12:49 | arsonist (#10169)

    Comparés aux Comoriens de Comores
    les Madagougouesques de Madagougou sont-ils plus ou moins ou également heureux ?

    Avons-nous jamais été informés [images et temoignages audio-visuels à l’appui] ces derniers temps de l’existence de millions de Comoriens qui au pire meurent et au mieux souffrent de famine ou de sous-alimentation ou de misère sévère comme chez les Madagougouesques ?

    Répondre

  • 20 juillet à 13:14 | Isandra (#7070)

    UN PAYS N’EST PAS EN GUERRE MAIS PAYS FRAPPE PAR CRISE POLITQIUE CYCLIQUE.

    "La succession des crises politiques a marqué le pays. Ces événements "ont engendré une forte récession économique et une érosion de l’attractivité du pays, tout en ruinant les opportunités d’emplois et de revenus pour les ménages, détériorant ainsi les conditions de vie des populations, notamment les couches les plus vulnérables", selon la Banque Africaine de Développement (BAD).

    "Même si l’île n’a pas connu de guerres, comme beaucoup de pays pris dans la spirale
    de la pauvreté, les crises politiques à répétition arrêtent de façon cyclique les reprises de la
    croissance.

    "Par conséquence, depuis plus de quatre décennies la situation de la population ne cesse
    d’empirer : entre 1960 et 2014, le pouvoir d’achat des Malgaches a diminué de 40 % alors qu’il a
    presque triplé pour l’ensemble de l’Afrique subsaharienne. La pauvreté y est généralisée : en
    moyenne, pour la période 2005-2012, 77 % des 24 millions de Malgaches vivent sous le seuil de
    1,9 $US."

    Par ex :

    La crise 2002 : "Au niveau macro-économique, l’économie a connu une récession
    en 2002. Le taux de croissance pour 2002 subit un recul de 12 % au lieu d’une prévision de croissance de 6,5 % ce qui n’est pas loin des taux rencontrés dans des pays en situation de guerre."

    La solution pour nous, c’est d’éviter par tous les moyens, pour qu’une crise politique ne se reproduise plus à Madagascar, pendant plusieurs années. Si on arrive à le faire, notre pays connaitra la croissance économique plus rapide et plus soutenu, et l’émergence tant attendue ne sera plus un rêve ou une illusion.

    Répondre

  • 20 juillet à 13:36 | ANTICASTE (#10704)

    La solution pour nous, c’est d’éviter par tous les moyens, pour qu’une crise politique ne se reproduise plus à Madagascar
    L’abruti qui a écris cela devrait apprendre ce qu’est l’intelligence !
    La question est de savoir qui provoque cette instabilité politique et là le premier nom qui vient a l’esprit ,depuis 2009, commence par un R et finit PAR UN L ce qui ressemble fortement au nom du PRM actuel !
    Alors ducon ,t’a compris !

    Répondre

    • 20 juillet à 14:54 | kartell (#8302) répond à ANTICASTE

      @ ANTICASTE

      Ce copié / collé de #7070# réalisé en picorant les passages les plus élogieux pour sa propagande est extrait d’un document de la Communauté Européenne élaboré par une dénommée Marta Latek …
      La lecture de son rapport est beaucoup moins flatteur que le laisserait supposer notre copieuse …
      Le voici en lecture ..

      https://www.europarl.europa.eu/RegData/etudes/BRIE/2018/628286/EPRS_BRI(2018)628286_FR.pdf

    • 20 juillet à 15:01 | kartell (#8302) répond à ANTICASTE

      Le dispositif de ce forum ne permet pas d’ouvrir le lien proposé, pour y avoir accès, il suffit de copié / collé la référence indiquée et de l’ouvrir sur une page internet, hors forum …
      Voilà, voilà….

  • 20 juillet à 14:17 | Vohitra (#7654)

    Bonjour Mr Lalatiana,

    C’est un article captivant et pouvant agiter la conscience des lecteurs dans le sens d’une introspection mettant l’individu face à sa place et acte réfléchi ou non au cours de l’évolution d’un contexte dont il est à la fois parmi le facteur et l’agent soit à l’origine soit le sujet subissant un changement dans ses conditions d’existence en vue de l’appréhension de son milieu de vie, et on ne peut que vous en remercier avec des sincères reconnaissances.

    De prime abord, en naviguant à travers le texte, il n’est parfois aisé de cerner tout au long de la trajectoire du développement de votre fil d’idée la destination finale vers laquelle vous voulez arrimer le navire de votre pensée tellement le tangage, à travers les profondes énumérations des écueils et déficits, voire déceptions par rapport aux vagues de changement qui s’étaient abattus sur la coque, est tellement si fort au point de finir par le faire chavirer pour finir par atteindre un horizon de plus sombre au crépuscule d’une navigation difficile : au départ en annonçant « …pays à risque d’éclatement » et à l’arrivée en clôturant avec « il nous faut commencer à croire en un Nous inclusif et collectif »…

    A plusieurs reprises dans mes posts ici chez Tribune, je ne cesse de réitérer avec fermeté que la Nation Malagasy est actuellement en danger, je dis bien la Nation, mais éventuellement, l’Etat pourrait en échapper pour essayer de mettre en place une nouvelle, encore une autre République, qui sait, celle des…pirates du 21ème siècle peut être.

    Vous avez mentionné les carences manifestes de l’Etat sous plusieurs aspects tels l’éducation, la santé, la sécurité…et les facteurs basiques de survie tels l’alimentation et l’eau…à travers la mise en exergue de l’existence d’une agression violente caractérisée sur le lien entre la Nation et l’Etat par le biais de la personnalisation accrue, délibérée et voulue, de l’Etat…en dénaturant complètement la source, les composantes, les souhaits, les volontés, les ressenties, les perceptions et attentes, la construction sociale, d’une vraie Nation existante, mais en péril et subissant une menace réelle et de plus en plus précise au fil du temps à force d’irresponsabilité, de dévoiement, de…prise illégale d’intérêts trop particuliers, de déliquescence du sens de perception des biens communs…

    A force de subir, de sentir une exclusion caractérisée, de vouloir porter atteinte aux composantes de son identité commune partagée inhérente à sa géographie physique et sociale, l’Etat personnalisé et déstructuré à la source de son union et ciment porteur d’adhésion sociologique finira par aboutir à de multiples identités composées de nombreux agrégats disparates s’efforçant de se chercher à se construire une réorganisation sociétale dans les méandres de son passé ignoré et malmené, bafoué et piétiné…

    Si l’objectif inavoué de la mondialisation est la déconstruction de l’Etat-Nation, le résultat d’une telle entreprise ne peut aboutir qu’à un Etat des Nations pour le cas d’un pays composé dans sa large majorité de peuples ruraux fortement attachés à ses traditions séculaires et capables de résister même au prix d’une déconstruction désunificatrice dans la douleur et sous l’ombre des esprits des ancêtres se réfugiant dans la force d’un Zanahary omnipotent et omniprésent…

    Sur ce, il n’est pas superflu de rappeler les cinq piliers intangibles de la tradition et code social purement Malagasy et visible partout : « (i) la prééminence de la notion de terre des ancêtres ainsi que les traditions y afférentes, (ii) la prééminence de la riziculture, (iii) la primauté de la préservation de la vie, (iv) la place du zébu dans l’expression de la vie sociétale, (v) les familles comme sous ensemble du Fokonolona croyant en un Zanahary unique…

    Un bon Malagasy sait et n’oublie jamais qu’un foyer heureux (sambatra) est celui où on trouve toujours du riz…à différencier avec un foyer stable (mirindra) où les membres occupent des rôles et devoir familial déterminée…et enfin un foyer se projetant vers l’avenir (miadana) et intégré sociétalement en lien au Tanindrazana…

    Bref, ne vous rappelez vous pas quand un Malagasy dit à propos de celui qui est « very faty »…ou quand un Malagasy jure à propos d’un voyou « tsy vanona matesa faingana hilatsahan’ny varatra »…c’est l’âme Malagasy qui préserve la Nation mais jamais, au grand jamais l’inverse ! Cette personnalisation de l’Etat aux dépens de la Nation qui est la source du mal pour ce pays finalement !

    Et le calife n’est qu’un voyou, et de la pire espèce !

    Bonne journée à vous

    Répondre

    • 20 juillet à 16:15 | ANTICASTE (#10704) répond à Vohitra

      Vohitra,
      Il faut que les gens raisonnables deviennent plus radicaux dans leurs discours face aux isandra et consorts . Il faut gagner le match des idées et de ne pas laisser le terrain à tous ces démagogues qui défendent l’indéfendable Rajoel !
      Vous etes très (trop)raisonnable mais en même temps trop passif ,je vous l’ai déjà expliqué ici dans ces colonnes ! Les gens qui défendent les dictateurs et les prédateurs doivent savoir que le peuple ne pourra pas ne pas se libérer un jour et il faut qu’ils aient peur de ce moment là !
      La passivité verbale n’a plus cour dans ce pays !
      Je ne vous demande pas de poser des bombes ,il faut asséner votre supériorité morale, car vous la posséder réellement ! La grossièreté, la vulgarité ,par le mal qu’il font au peuple est chez eux ,pas chez vous !

    • 20 juillet à 18:38 | Vohitra (#7654) répond à Vohitra

      Bonjour Anticaste,

      Pour les pays ayant en héritage immuable la civilisation de type orientale comme Madagascar, le progrès et développement passent inévitablement par l’émancipation de la Nation, autrement, toutes tentatives d’initiation de développement d’origine exogène ne peuvent qu’aboutir à un échec patent accompagné d’un début de fragmentation de la Nation allié à un repli identitaire exacerbé et qui risque de s’épancher sur la perte d’intégrité territoriale pour les groupes humains numériquement faibles et occupant des espaces géographiques étendus et éparpillés…favorisant ainsi le pillage des ressources constituant les biens communs…

      Où voudrai-je en venir par rapport à vos remarques ci-dessus ?

      Replongeons ensemble dans l’histoire politique de ce pays dans les trois dernières décennies…

      En 1991, une fois déstabilisé dans sa personnalisation de l’Etat et sa confiscation des libertés fondamentales du peuple, la stratégie odieuse de l’Amiral était la tentative de désagrégation de la Nation à travers une menace de guerre tribale…et encore une récidive en 2002…

      N’ayant pas su tirer leçon de cette aventure malheureuse et regrettable de l’Amiral, le laitier, à sa suite, avait lui aussi versé dans cette personnalisation de l’Etat entre 2005 et 2008…et afin d’accélérer sa déchéance dans la maîtrise du pouvoir, le calife et son commanditaire n’avaient pas hésité à s’attaquer au symbole de l’unité de la Nation : transformer l’armée en de vulgaires mercenaires politiques assoiffés de vengeance et haine en y injectant de l’argent dans le but de les amener à un dysfonctionnement des institutions de la République…et sur le fond, la manipulation d’ordre tribal a encore été opéré sans scrupule…pour aboutir, encore et toujours, à deux régimes politiques marqués par la personnalisation à outrance du pouvoir et autorité…pour vous dire qu’à Madagascar, le meilleur moyen de s’enrichir illégalement et de façon illicite au détriment de la population et de son avenir, c’est de fragiliser en permanence l’assise de la Nation !

      En 1972, au cours des manifestations populaires, l’armée nationale dans sa globalité, avait su garder sa neutralité par rapport aux enjeux politiques s’épanchant dans la rue pour finir par se ranger du côté du peuple…en lui confisquant par la suite l’expression de la volonté populaire…en 1991 et 2002, l’armée avait su faire le choix de la préservation de l’unité de la Nation en ne se laissant pas tenter par l’esprit de lucre…ce qui n’était plus le cas en 2009 !
      Et ce qui est sûr, dans le contexte du moment et compte tenu de la complète personnalisation actuelle de l’Etat par le calife et le verrouillage total par ses soins des institutions de la République, assisté par le plus dangereux gangster que ce pays a connu, c’est qu’un jour ou l’autre, l’apogée de la fragmentation de la Nation se traduira par des affrontements sanglants doublés d’un communautarisme militant actif affichant des revendications identitaires affirmées !

      Ce moment venu, ce ne sera plus une déstabilisation qui se produira mais des chasses à l’homme et des luttes vengeresses ! et cette désorganisation totale et débandade généralisée sera le dernier refuge des khmers orange…mais qui feront le lit des intégristes musulmans qui n’attendent plus que ce moment pour se manifester !

      C’est le schéma opérationnel usuel des destructeurs d’une Nation, comme au Sahel et au Mozambique, et qui commence à prendre racine en Ethiopie…

      Bref, là où nous en sommes actuellement, c’est de prévoir l’arrivée de ce moment inéluctable au cours duquel l’armée du calife aura en face d’elle des communautés organisées et motivées surpassant la peur et l’effroi dans sa quête de survie ! Savez-vous qu’il y avait eu au bas mot une cinquantaine de perte en vie humaine le 26 janvier 2009 sous l’instigation du calife ? Le pire sera devant nous…sans que je n’aurai pas à me radicaliser pour y arriver…c’est le cheminement inévitable du cours de l’histoire !

  • 20 juillet à 15:11 | Isandra (#7070)

    Je me rend compte que la plupart des détracteurs critiquent Andry Rajoelina et ce régime, mais, ils les ignorent et leur actions, ainsi que les réalités à Madagascar.

    Quelques uns insistent que Andry Rajoelina avait prononcé que "La route ne se mange pas". Un défi, trouvez nous les liens ou des preuves qu’il avait vraiment prononcé cette phrase. Comme d’hab, ils confondent avec les autres opposants de régime Ravalomanana de l’époque et ignorent qu’Andry Rajoelina n’est entré en politique que depuis 2007, et que n’était ’officiellement, l’opposant de Ravalo qu’à partir de fin 2008.

    La preuve qu’il est conscient de l’importance de routes dans l’émergence de notre pays, il a mis comme objectif à court terme de chaque région, la construction et réhabilitation 250 km de routes par an, en tout 5750 km/an, presque 18.000 km en 3 ans.

    Sur le plan national, l’objectif est d’augmenter 30% les routes praticables avant 2030, contre 11%, seulement, actuellement.

    La différence avec la politique routière des régimes précédents, cette politique est axée à réhabiliter aux régions productives et au fin fonds de nos campagnes où des produits de nos paysans sont à évacuer.

    Cette politique est aussi double tranchant, sécuritaire et attractive, pour faciliter les interventions de nos forces de l’ordre pour lutter contre les dahalos, qui gangrènent certaines régions, et en même temps, pour attirer les entrepreneurs potentiels à investir dans l’agriculture, et à s’installer dans ces régions ayant des terres agricoles vastes,...

    Répondre

    • 20 juillet à 20:03 | vatomena (#8391) répond à Isandra

      Objectif,objectifs seulement !A quand les réalisations ? A quand le carillon des cloches

  • 20 juillet à 18:05 | Shalom (#2831)

    Ny omaly tsy miova :
    Mafy ny kere, mafy ny valan’aretina lazain’ny fitondrana fopla fa voafehiny, dia tsy atsahatra velively ny mampatsiahy isan’andro ny teny nataony, ny hoe velirano :
    Ireto ireo lainga fampanantenana poak’aty nandemena ny sain’ny malagasy ary nolazaina fa ho vitany ao anatin’ny 5 taona kanefa tsy vtan’ny teo aloha nandritr’izay 60 taona lasa izay.
    - Carte VISA ho an’ny mpianatry ny Anjerimanontolo
    - Fidinan’ny vidin-tsolika @ antsasany
    - Fanagadrana izay mitsikera ny fitondrana : Tsy hisy intsony filoham-pirenena hanagadra anao noho ny hevitra tsy mitovy..
    - 200 000 ar ny karama farany ambany
    - Bulding marobe
    - 50 000 logements
    - 4x4 afaka mananika tendrombohitra
    - Drônes miady amin’ny dahalo
    - Miami
    - Côte d’Azur
    - Parking EPP
    - Tanamasoandro
    - Piscine olympique
    - Puce-n’omby
    - Tramway
    - Fambolena Coton Tuléar
    - Paris (Antsihanaka)
    - Fizarana tany 1ha isan’olona
    - Angidimby 10
    - Fitaovana manara-penitra ho an’ny miaramila
    - Fiakaran’ny vidin’ny lavanily
    - Panneaux solaires anti-delestage
    - Angovo sy rano ho an’ny daholo be mora vidy
    - Fampianarana maimaim-poana
    - Fahasalamana ho an’ny daholo be tsy an-kanavaka
    - Asa ho an’ny rehetra
    - Indostria ho an’i Madagasikara
    - Ny vehivavy sy ny tanora ho an’ny ho avy
    - Fahampiana sy fahaleovantena ara-tsakafo
    - Fitantanana ny harena voa-janahary an’i MAdagasikara
    - Fitantanana manan’andraikitra ny faritra
    - Ny spoaro, rehereham-pirenena
    - Ady amin’ny kolokolo
    - Làlana Ambilobe Vohémar, Tetezana Ampasika, Anosizato, RN44 izao indray autoroute Tanà Toamasina
    - Orin’asa isaky ny faritra 22
    - Tranomaizina manokana ho an’ny mpanao kolikoly
    - Kit scolaire + feutre (???)
    - Comptoir d’Or de la BFM
    - Karaman’ny filou isam-bolana homena ny faritra
    - Ho foanana ny sénat
    - Oniversite isam-paritra
    - Karniem-pokotany misy "CODE BARRE" manara-penitra
    - Ravalomanana no filohan’ny mpanohitra
    - GasyCar
    - Kianja manara-penitra
    - Téléphérique (Sans budget, sans étude d’opportunité) MERCI LE VEILLEUR alias L’EVEILLEUR (#1331)
    - Ozinina momba ny fambolena any Itasy
    - Drônes
    - RN 13 : si je ne termine pas la réhabilitation de cette route, je ne ferai plus de politique
    - La plus grande cimenterie d’Afrique
    - Usine éthanol Ambilobe
    - Locomotives FCE avec les Wagons ...
    - Flyover Antananarivo andrefana
    - Ordinateur par Fokontany
    - Handrakotra ala an’i Madagasikara (Guiness record fambolen-kazo)
    - Tsy andoavambola ny fampianarana eny amin’ny fanabeazana fototra (maro ny nikatona satria tsy mandray karama ny mpampianatra FRAM )
    - Digitalisation bourses d’études
    - Plan Marshall
    - Iles Eparses

    ... Sao misy mazoto ny hanoy.

    Répondre

    • 20 juillet à 22:49 | lé kopé (#10607) répond à Shalom

      Locomotive FCE avec les Wagons !!! De source locale (Sahambavy), actuellement , une locomotive tracte les Wagons sur la FCE , et une autre sert par derrière pour le ...freinage .Une découverte de nos techniciens et faiseurs de...miracle dans ce Pays .

    • 21 juillet à 07:39 | Rainingory (#11012) répond à Shalom

      Du temps où mon père cheminot retraité était actif au tout début il y avait bien un gars au bout du train debout à l’arrière et qui serrait le volant de frein qd il fallait s’arrêter, c t le serre-frein

  • 20 juillet à 18:05 | Shalom (#2831)

    Ny omaly tsy miova.

    Ireto toa ny mahazatra ireo ny lainga fampanantenana poak’aty nandemena ny sain’ny malagasy ary tsy roa aman-tany miohatra amin’ny nataon’ny mpanjanaka fahiny
    sy izay toe-javatra tsy mbola mazava ka handrasana ny tohiny :

    - Mandeha tsy an-kiteniteny mivoaka any ivelany
    - Raharaham-pianakaviana alohan’ny raharaham-pirenana
    - Fondation AKBARALY
    - Antotan’isan’ny covid-19 - vata-paty varotana amoron-dàlana
    - Fitaterana marary amin’ny sarety sy bisikileta
    - MBS : notapahina ny fifanarahany tamin’ireo orin’asa telo tsy miankina
    - Ireo mpikaraman’ady "serbes"
    - Kianjan’ny Demokrasia
    - 26 janoary 2009
    - 07 febroary 2009
    - Gadra tany Farafangana
    - Fitaovam-piadiana naiditra antsokosoko
    - Ireo gros bras vahiny (mercenaires)
    - Ilay fiara Escalade naiditra an-tsokosoko
    - Miaramila tany Amparafaravola
    - Resaka Rolly Maercia
    - Volamena tatsy Morisy
    - Volamena tatsy Comores
    - Satro-boninahitra Ranavalona
    - Fanodinkodinana ny fanampiana COVID-19
    - Ny vidin-tsolika
    - Ny delestazy
    - Ny rano maloto
    - Orinasa madinika mpanao làlana tsy voaloan’ny fitondrana ny volany
    - Tifitra ny 18 febroary, mpianatra maty tatsy Toamasina
    - Varotra ny Nosy Mitsio
    - Fifanekena amin’ny sinoa
    - Vy any Soalala
    - Tsy fandoavana ny vatsimpianarana 4 volana miampy fitaovana ho an’ny anjerimanontolo
    - Ny GRAPHITE tsy hita izay mba nahasoa ny vahoaka malagasy
    - Ny Hazan-dranomasina lasan’ny vahiny ka mivanaka ny mpanjono malagasy

    Avy amin’ny namana "poiuyt (#584)"

    1- Doublon, vitavita ho’azy
    2- Bômbô sisety, vitavita ho’azy
    3- Ekrà plat, vitavita ho’azy
    4- Vola fanampiana, vitavita ho’azy
    5- VOLAMENA 73,5 k, vitavita ho’azy
    6- Ambilansy covid ????????????

    Avy amin’i lé kopé (#10607) :
    Ny famoahana ny voafonja tsy voatsara ...

    Tohizako amin’ny hoe :
    Fampidirana am-ponja tsy misy fitsarana

    ... Sao misy mazoto ny hanoy.

    Répondre

  • 20 juillet à 18:39 | arsonist (#10169)

    Le problème très aigu, pour ne pas dire la tragédie, que les millions de Gasy miséreux sévère
    du Grand Sud
    ainsi que ceux du quart-monde des bas-quartiers des villes
    et ceux qui sont éloignés là-bas au fin fond de la campagne,
    tous à Madagougou,
    ce problème très aigu là est certes national,
    mais il est aussi quand même bien plus que national seulement :
    parce qu’il met mal à l’aise et donne mauvaise conscience au monde entier presque.

    Evidemment, il est inutile de tenter de faire prendre conscience de ce tragique problème
    au dedaka poerapoera werawera Bokassa gasy et à ses dévoués serviteurs :
    ces gens-là sont dépourvus de sens moral
    comme de la moindre trace d’humanisme dans leur être !

    Constatez vous-même, dans le même temps
    d’un côté la majorité les médias révèle au monde l’existence du kere et de la misère indicible qui rongent des millions de Gasy de tous âges
    de l’autre côté la com’ de Bokassa gasy et de ses dévoués serviteurs exhibe aux Gasy un stade de football flambant neuf qui a coûté des dizaines de millions de dollars.

    Bon nombre de gens réfléchis ont tenté de faire comprendre au dedaka poerapoera werawera Bokassa gasy et à ses dévoués serviteurs l’inhumaine incongruité de ce contraste.
    Mais rien à faire !
    Tous les foza, du plus bas de l’échelle jusqu’à son sommet, ne trouvent rien de mal à ce qu’ils ont fait ni à ce qu’ils font.

    Bien sûr, il y a le très bas degré d’instruction reçue par Bokassa gasy et par tous ses serviteurs foza : ça, tout monde le sait !
    Mais on peut tout de même être ignare, sans pour autant ne pas avoir de cœur !

    PS : Je ne parle pas de Pedro. Parce qu’il est connu depuis quelques siècles déjà que certains religieux ne reculent devant rien pour faire avancer leur schmilblick. Les paroles écrites par Matthieu [6 : 3-4] n’ont aucune résonnace pour ce genre de mecs !

    Répondre

Réagir à l'article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, merci de vous connecter avec l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS