Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 15 août 2022
Antananarivo | 00h29
 

Société

Société

7,8 millions de victimes d’insécurité alimentaire dans le pays

mercredi 29 juin | Mandimbisoa R.

À Madagascar, près 7,8 millions de personnes sont confrontées à une insécurité alimentaire, en partie à cause des sécheresses historiques dans le sud du pays, selon les statistiques de la Banque mondiale. En Afrique de l’Est et en Afrique australe, la Banque mondiale estime à 66,4 millions de personnes susceptibles d’être confrontées à une crise alimentaire, une urgence ou une famine d’ici juillet 2022.

Pour faire face à cette situation, le Groupe de la Banque mondiale a approuvé un programme de 2,3 milliards de dollars pour aider les pays d’Afrique de l’est et en Afrique australe à accroître la résilience des systèmes alimentaires de la région et leur capacité à agir contre la montée de l’insécurité alimentaire.

Les chocs du système alimentaire provoqués par les conditions météorologiques extrêmes, les épidémies de ravageurs et de maladies, l’instabilité politique et des marchés, et les conflits sont de plus en plus fréquents et graves, exposant davantage de personnes à l’insécurité alimentaire. La guerre en Ukraine exacerbe encore ces effets en perturbant les marchés mondiaux des produits alimentaires, des carburants et des engrais.

Le Programme de résilience des systèmes alimentaires pour l’Afrique de l’Est et australe (FSRP) améliorera les stratégies interagences de riposte aux crises alimentaires - y compris le renforcement des systèmes d’alerte précoce et la planification des ripostes rapides, le soutien d’urgence aux producteurs, les mesures commerciales d’urgence, les réserves alimentaires d’urgence - et inclura une composante de réponse d’urgence contingente (CERC) pour fournir un financement agile et rapide.

« Il s’agit de la première opération régionale et multisectorielle axée sur la réduction du nombre de personnes souffrant d’insécurité alimentaire en Afrique de l’Est et australe, en renforçant la résilience des systèmes alimentaires et la préparation à la lutte contre l’insécurité alimentaire grandissante. Elle complète un programme similaire que la Banque a récemment approuvé pour l’Afrique de l’Ouest et centrale », a déclaré Hafez Ghanem, vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique de l’Est et australe. « Assurer la coordination régionale pour relever les défis posés par le changement climatique, la volatilité des marchés et la nécessité de réformer la politique alimentaire constitue des priorités essentielles. »

À cause de la dangerosité de la situation à Madagascar et en Éthiopie, ces deux pays seront ciblés de la première phase de ce projet. « La première phase soutiendra également l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD), qui renforcera le partage des informations et des données, et le Centre de coordination de la recherche et du développement agricoles pour l’Afrique australe (CCARDESA), qui exploitera ses réseaux existants et ses outils de sensibilisation pour les mécanismes de coordination régionale ». Avec un financement total de 788,10 millions de dollars, cette phase initiale du programme devrait bénéficier à 2,3 millions de personnes.

46 commentaires

Vos commentaires

  • 29 juin à 10:32 | ravalitera (#10915)

    Une mâne tombée du ciel pour notre PRÊT-zident et notre grouvernement-DIANT pour les éléctions 2023. 13 fô !

  • 29 juin à 11:05 | Isandra (#7070)

    Mais, en même temps, le résultat de dernières enquêtes e la banque mondiale, nous révèle que le taux de malnutrition a reculé, à 4%. Leur représentante a osé dire même que Madagascar est l’un es modèles là-dessus.

    Pour remédier ces problèmes, des solutions seront mises en place, la base l’auto-suffisance alimentaire :

    - augmenter au moins 25% la production de riz, on pourra arrêter les importations et exporter à nouveau pour redevenir le grenier à riz de la région.

    - augmenter le rendement e 2.5 t/ha à 4t/ha,

    - mettre en place des guichets agricoles au niveau des districts. Il s’agit de centres d’approvisionnement d’intrants comme les semences, les fertilisants et les produits phytobiologie-sanitaires,

    - Le taux d’intérêt annuel pour les crédits proposés par les institutions de microfinance ne devrait pas dépasser les 5%, si les taux actuels sont encore de 3% par mois, soit environ 36% par an. L’Etat est prêt à investir pour réduire ces taux, afin de financer les activités productives des paysans,

    - La délivrance de titres verts pour les Malagasy qui obtiendront des titres définitifs, s’ils exploitent le terrain durant 5 ans,

    - développer l’agribusiness, augmenter les surfaces cultivées en créant 5 000 ha d’agriculture par région, afin d’atteindre les 115 000 ha de surfaces additionnelles cultivées, au niveau national. Pour ce faire, il fait appel à une collaboration entre les paysans, les opérateurs économiques privés, ainsi que les investisseurs nationaux et étrangers.

    • 29 juin à 11:13 | Besorongola (#10635) répond à Isandra

      HOISME comme d’hab après 4 ans de pouvoir !
      Alors que le dernier rapport de la Banque Mondiale indique que 81% de la population malgache vit, en 2022, sous le seuil de pauvreté

      Le nombre de Malgaches qui vivent sous le seuil de pauvreté a encore augmenté en 2022. Il était de 73,7% en 2017, il est désormais de 81%. La crise Covid, l’augmentation des cours des énergies, de l’alimentation, la chute des exportations et la réduction des emplois ont durement frappé l’économie.
      Fabrice Floch • Publié le 30 mai 2022
      Le nombre de Malgaches qui vivent sous le seuil de pauvreté a encore augmenté en 2022. Avec la crise Covid et la guerre en Ukraine, les prix des énergies, des matières premières et des produits de première nécessité ont flambé.

      Dans le même temps, la réduction des échanges, le confinement, la fermeture des aéroports et des ports ont durement réduit les exportations. Dans ce contexte, très défavorable, les premières victimes sont les plus fragiles.

      Madagascar comptait, en 2017, 73,7% de personnes vivant sous le seuil de pauvreté (79,6 en milieu rural et 50,3% en ville). Depuis 2020 et la crise Covid, la situation globale n’a cessé de se dégrader. Aujourd’hui, 81% des Malgaches vivent avec moins de 2,15 $ par jour (2 €), précise L’Express de Madagascar.

      L’extrême pauvreté
      Selon le dernier rapport de la Banque Mondiale, une majorité, d’habitants de la Grande île, dispose uniquement de 7 575 ariary par jour, soit 1,75 € (moins de 53 € par mois).

      Cette situation dramatique influe sur des choix permanents entre alimentation, logement et habillement. Les bidonvilles se multiplient dans la banlieue de Tananarive et de toutes les agglomérations.

      Ces familles déshéritées sont les premières victimes des intempéries. Les inondations des faubourgs de la capitale démontrent les conséquences de cette tragédie.

      Les enfants des rues sont toujours plus nombreux. Déscolarisés, ils dorment sur les trottoirs et vivent de mendicité.

      L’institut Bretton Woods écrit : "Toute personne qui dispose de moins de 2,15 dollars par jour est considérée comme vivant dans l’extrême pauvreté", nous apprend 2424.mg.

    • 29 juin à 11:27 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Besorongola,

      Vous avez dans ce copier/coller, la cause de l’augmentation de cette pauvreté :

      "Le nombre de Malgaches qui vivent sous le seuil de pauvreté a encore augmenté en 2022. Avec la crise Covid et la guerre en Ukraine, les prix des énergies, des matières premières et des produits de première nécessité ont flambé."

      Bien sur, que vous n’arrivez pas à admettre.

      Mais, en 2017, quelles la principale cause de ce taux aussi haut. C’est la tergiversation HVMienne.

    • 29 juin à 11:38 | Besorongola (#10635) répond à Isandra

      Isandra.
      a encore augmenté... veut dire que la situation était déjà grave et deviens catastrophique.
      Devant l’échec cuisant de ce quinquennat de Mr Ho, son adversaire qui était classé mort politiquement se relève.

      https://fb.watch/dXECFdPRA9/

    • 29 juin à 11:47 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Besorongola,

      "Après une reprise économique amorcée en 2021, ces chocs devraient entraîner un ralentissement de la croissance à 2,6 % en 2022, contre 4,4 % en 2021. Dans ce contexte, le taux de pauvreté restera proche de 81 %."

      Ce n’est qu’une estimation de la Banque mondiale :

      1° Comme le comptes nationaux ne sont pas encore sortis, 4.4% taux de croissance n’est qu’une estimation, à mon avis, le réel sera beaucoup plus satisfaisant.

      2° Le taux de croissance estimatif 2022 de la banque mondiale est trop bas 2.6%, alors que le régime espère réaliser au moins 4.3%.

      3° Des efforts sont faits cette année pour réduire la croissance démographique.

      Si on fait l’extrapolation de tout cela, le taux de pauvreté pourra être en baisse jusqu’à 75% en 2022.

    • 29 juin à 11:49 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Les comptes nationaux 2021 pour savoir le taux e croissance réel.

    • 29 juin à 15:57 | lé kopé (#10607) répond à Isandra

      Depuis 2009, vous ne faites que des projets , mais le peuple continue à vivre dans la misère .Le laitier avait pris le taureau par les cornes , et l’Agriculture et l’élevage ont été les fers de lance de sa politique . Les constructions de routes ont facilité la circulation des produits agricoles , et assuré la Sécurité sur tout le territoire National . L’education de nos enfants n’a pas été négligée avec les kits et cantines scolaires , et le taux d’alphabétisation voisinait les 80% , contrairement à ce qui se passe aujourd’hui. Bref tous les voyants étaient au vert , avec un taux de croissance de 7,2% . Il a fallu l’arrivée d’un jeune loup , aidé par les Bidasses en folie , et un nain de jardin , pour entraîner le Pays dans une misère sans nom . Malheureusement , les caciques du régime sont les seuls à croire que tout va très bien Madame La Marquise . C’est ce que l’on appelle la méthode "Coué".

    • 29 juin à 16:30 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Lékopé,

      Les Malagasy ont réclamé le départ de votre laitier, parce qu’ils n’ont pas vue dans leur assiette cette croissance, tant annoncé.

      Et revisionnez cette vidéo, ce ne sont pas seulement les militaires, comme vous essayez de nous faire croire, mais aussi, de grande foule, la place de 13 mai était pleine comme un oeuf, plus dans les provinces :

  • 29 juin à 11:11 | Isandra (#7070)

    C’est sérieux ?

    En France, attention, la 5ème puissance mondiale.

    3,5 millions de Français subissent l’insécurité alimentaire

    https://www.banquealimentaire.org/linsecurite-alimentaire-une-consequence-de-la-pauvrete-en-france-226#:~:text=3%2C5%20millions%20de%20Fran%C3%A7ais,ou%20une%20combinaison%20des%20deux.

    • 29 juin à 11:26 | Besorongola (#10635) répond à Isandra

      En France ceux qui sont victimes d’insécurité alimentaire reçoivent des soutiens à travers d’ong et divers associations caritatives genre Resto du cœur.
      Tandis qu’à Madagascar, selon le SMIAR ou Système mondial d’information et d’alerte rapide de la Division des marchés et du commerce de la FAO., L’insécurité alimentaire à Madagascar devrait
      s’aggraver.
      Entre janvier et avril 2021, le nombre de personnes souffrant d’insécurité alimentaire aiguë (phase IPC 3 et au-delà) dans les cinq régions côtières du sud est estimé à 1,35 million, soit environ 85 pour cent de plus que le nombre estimé pour la période correspondante en 2020. L’augmentation du nombre de personnes en phase IPC 4 « urgence », soit 282 000 personnes selon les estimations contre 37 000 au premier trimestre de 2020, est particulièrement préoccupante. La prévalence élevée de l’insécurité
      alimentaire est due à plusieurs années de récoltes insuffisantes et aux effets de la pandémie de la covid-19 qui ont eu des répercussions négatives sur la disponibilité et l’accès des ménages à la
      nourriture, tandis que les taux élevés de pauvreté continuent de soutenir la vulnérabilité des ménages face aux chocs.
      Les conditions actuellement critiques sont également mises en évidence par les indicateurs de malnutrition aiguë. Entre janvier et novembre 2020, plus de 20 000 enfants, soit près d’un tiers de plus que le nombre de cas prévus, ont été admis dans des centres de santé car ils souffraient de malnutrition aiguë sévère. Cinq des dix districts étudiés dans le sud du pays ont été placés en « Alerte nutritionnelle », les districts d’Ambovombe, Ambosary et Ampanihy s’approchant du seuil d’« Urgence nutritionnelle ».
      Cela représente une augmentation de 10 pour cent du nombre de municipalités classées en « Alerte nutritionnelle » et « Urgence nutritionnelle » entre octobre et décembre 2020.
      L’impact d’un choc supplémentaire en 2021, qui pourrait être une faible récolte de denrées alimentaires de base, devrait provoquer une forte détérioration de l’insécurité alimentaire et obliger les ménages à prolonger le recours à des stratégies d’adaptation négatives, ce qui affaiblirait davantage encore leur résilience aux chocs futurs.

    • 29 juin à 11:44 | MALIBUC (#9345) répond à Isandra

      Isandra,
      Encore des comparaisons avec la France...
      Je t’ai déjà fais un top hier.
      Pourquoi tu compares pas avec la Russie ou la Chine ?
      Baltringue de fo.za

    • 29 juin à 11:46 | MALIBUC (#9345) répond à Isandra

      Isandra,
      Insécurité Alimentaire ne veux pas dire malnutrition
      On parle du réel, des gens et des enfants qui meurent de faim et ça c’est pas un droit fondamental.

    • 29 juin à 12:08 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Malibuc,

      Ne remarquez -vous pas que le sujet d’aujourd’hui, c’est l’insécurité alimentaire ?

    • 29 juin à 14:00 | vorona (#8254) répond à Isandra

      Votre comparaison idiote est une insulte aux malgaches mal nourris et dans le besoin !

    • 29 juin à 14:30 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Vorona,

      Au contraire à mon avis, les souffrances sont un peu légères, quand on sait qu’il y a aussi quelque part ayant le même cas que vous, d’autant plus, dans un pays riche comme la France. Là, vous ne vous sentez pas niangaran’ny vitana irery, ...

    • 29 juin à 14:57 | MALIBUC (#9345) répond à Isandra

      Et toi Isandra, ne remarque
      tu pas que l’on parle de Madagascar et non de la France ?
      Laisse donc la 5 ème Puissance Mondiale en dehors de vos problèmes d’insécurité totale , car l’insécurité à Dago est partout
      Il y a même des attaques de diligences ! Hihihihi
      Au fait, on attends toujours tes milliers de touristes
      Ils sont ou ?

    • 1er juillet à 08:11 | Drakar.Mada (#11326) répond à Isandra

      7,8 millions sur 27 millions d’habitants cela fait près de 30% de la population de Madagasikara.
      3,5millions sur 67 millions d’habitants cela fait 5,2% de la population de la France.
      CQFD avec vos comparaisons de baltringue ?
      De plus, en France les banques alimentaires, les Restos du cœur et autres organismes d’aides sociales sont développés à un niveau dont les Malagasy au pays rêvent chaque matin...

  • 29 juin à 11:21 | Yet another Rabe (#4812)

    Re-,

    La rubrique étant plus appropriée, je remets la question que j’avais posée tantôt, en ajoutant au préalable, une analyse d’ Albert Zeufack, Chef Économiste à la BM :

    - Comment, fait-on pour nourrir une population qui a été multiplié par 4 de 1972 à 2022, de 6,5 millions à 26 millions en 50 ans ? :

    https://www.actutana.com/65-millions-en-1970/

    Cordialement

    • 29 juin à 12:05 | Isandra (#7070) répond à Yet another Rabe

      YAR,

      Quelques solutions :

      - Maitriser la croissance démographique

      - Développer l’agribusiness, augmenter les surfaces cultivées, afin d’atteindre les 115 000 ha de surfaces additionnelles cultivées, au niveau national. "

    • 29 juin à 12:46 | Yet another Rabe (#4812) répond à Yet another Rabe

      @ Isandra,

      A votre 1-ere réponse )
      - Une question, seriez vous un disciple de Malthus ?
      - Seconde question, avec quels moyens et comment allez vous faire pour réguler cette population non éduquée, indisciplinée, difficilement gérable.

      Et surtout une population ingérée, depuis 2009 où vous avez donné pour le peuple l’exemple de l’ indiscipline de son armée, et où l’ État est aux abonnés absents.

      A votre seconde réponse)
      Développer l’ agribusiness, un mot bien grandiloquent.

      Mais je reste terre à terre, avec des questions pratiques :
      - Avec Qui (La population ?, L’ État ? Les Arabes ?....), comment évacuer la production (avec les routes pourries ?), avec quels moyens notamment financiers, et pour quelle échéance car la population ne cesse de croître ?

    • 29 juin à 13:11 | Isandra (#7070) répond à Yet another Rabe

      YAR,

      1° La planification familiale comme issue

      Outre l’ISF à 2,4, augmenter jusqu’à 65 % le taux national d’utilisation de la méthode contraceptive pourrait accélérer l’atteinte du dividende démographique à Madagascar. Ce dernier se définit comme une croissance économique accélérée, obtenue entre autres auprès des changements dans la structure par âge de la population. Avec une population à majorité jeune, investir sur ce potentiel dès maintenant présente une opportunité pour le pays d’activer sa transition démographique. Cet investissement devrait être renforcé notamment dans la santé de la reproduction et la planification familiale (PF). Celle-ci reste l’issue pour limiter le nombre d’enfants et augmenter l’effectif de la population active.

      Au niveau national, le taux de prévalence contraceptive est de 44 %, selon l’enquête par grappes à indicateurs multiples (MICS), réalisée en 2018. La Région de Haute-Matsiatra enregistre le taux le plus élevé, soit 64 %, tandis que l’Androy en note le plus faible, soit 11 %. « Outre l’ignorance et les rumeurs discréditant la contraception, les us et coutumes restent un blocage, notamment pour l’Androy », reconnait notre source auprès du ministère de tutelle. Face à cette situation, le ministère et partenaires enchaînent les sensibilisations et stratégies mobiles, notamment en milieu rural. Le but étant de casser les idées reçues, de rassurer les utilisateurs potentiels et de faciliter l’accès gratuit aux méthodes contraceptives. Rappelons que Madagascar, à travers le Président de la République, s’est engagé à atteindre le taux de prévalence contraceptive de 65 % d’ici 2023, lors de la conférence nationale en septembre dernier.

      2° Agribusiness : Pour ce faire, on fait appel à une collaboration entre les paysans, les opérateurs économiques privés, ainsi que les investisseurs nationaux et étrangers.

      Le gouvernement fait des efforts pour mettre en place plusieurs mesures pour que ce secteur soit attractif. Question débouché, ce n’est pas un problème, la demande est plus forte que l’offre, actuellement :

      - La sécurité : Plusieurs détachements militaires sont installés dans les régions, surtout, les plus reculés. Et vous devriez remarquer que les attaques de dahalo sont plus en plus rares actuellement, et que plusieurs zones rouges sont devenus verts.
      - L’accessibilité : Les gouverneurs ont reçu des ordres pour réhabiliter des routes secondaires, construire des ponts, afin que les producteurs(pas forcement le paysans) puissent sortir leurs produits,
      - L’assurance : protéger les agriculteurs contre les risques climatiques et d’autres catastrophes naturelles qui menacent leurs moyens de subsistance et pèsent sur la confiance des créanciers.
      https://midi-madagasikara.mg/2021/05/14/secteur-agricole-un-projet-dassurance-agricole-aves-la-sfi/

      Etc.

    • 29 juin à 14:22 | Yet another Rabe (#4812) répond à Yet another Rabe

      Feu Maître Olala dirait "0h là là", encore ces satanés criquets qui empêchent l’ Agribusiness de tourner rond :

      https://www.actutana.com/depeche/les-criquets-envahissent-totalement-le-district-de-morondava/

    • 29 juin à 14:37 | Isandra (#7070) répond à Yet another Rabe

      YAR,

      Quand cette assurance sera effectivement mise en place ce genre de catastrophe ne fait plus craindre et n’empêche plus les agriculteurs de continuer leur activités.

      C’est comme les grêles qui frappent plusieurs régions de la France. Les agriculteurs sont en général, robustes, aucune catastrophe n’arrivent pas à leur faire reculer :

      https://www.leparisien.fr/meteo/apres-la-canicule-de-violents-orages-et-de-fortes-chutes-de-grele-dans-plusieurs-regions-20-06-2022-YBZX6E2UWNARPIME5YGFYATJBA.php

    • 29 juin à 14:44 | Yet another Rabe (#4812) répond à Yet another Rabe

      Re-,

      J’espère qu’ avec tous les types de criquets qu’il y a à Madagougou, ceux au pouvoir qui font des razzias dans les caisses de tous les organismes sous contrôle ou affiliés à l’ État, et ceux dans les champs et les rizières, le coût des carburants qui va bientôt augmenter, les Malagasy auront toujours un peu à se mettre sous la dent.

    • 29 juin à 14:49 | Isandra (#7070) répond à Yet another Rabe

      YAR ?

      Ni l’imagination, ni le fantasme, ne peut endiguer ce fléau, seule l’action qui compte, ce que ce régime a opté.

    • 29 juin à 14:59 | Yet another Rabe (#4812) répond à Yet another Rabe

      Bah oui,

      Il y a de l’ espoir, il y a toujours à manger avec un régime de criquets à se mettre sous la dent pour le Peuple, et les ordures au pouvoir y compris l’ Ordure Suprême, un bon régime de viande grasse (Hena matavy).

  • 29 juin à 12:29 | Isandra (#7070)

    Source des riechesses et de la valeur ajoutée, surtout de devises :

    "2.880 tonnes de vanille ont été exportées pour la campagne 2021 – 2022, selon les statistiques receuillis auprès du ministère de l’Industrialisation, du Commerce et de la Consommation."

    Le record, depuis 5ans.

    • 29 juin à 12:57 | Besorongola (#10635) répond à Isandra

      Le dernier recensement de la population date de 1993. Le pays comptait 12,3 millions d’habitants. Devant le taux de natalité galopant, les spécialistes voyaient la nécessité de limiter la naissance à Madagascar mais pour mettre en place cette politique, la bonne méthode c’est de commencer par le recensement de la population qui n’a pas été fait depuis .24 ans. Madagascar est un pays très vaste et
      en 2018 sous Rajaonarimampianina, 45 000 agents de l’Institut national de la Statistique ont parcouru Madagascar pour recenser la population. Un budget de 26 millions de dollars a été débloqué par les bailleurs de fonds pour permettre cette opération colossale. Mais les résultats préliminaires, c’est à dire l’effectif global de la population, se font toujours attendre et ont été reportés plusieurs fois par le régime de Mr Ho.
      . Dans ce contexte, les projections de croissance pour 2022 ont été revues à la baisse et ramenées à 2,6 % (contre 5,4 % précédemment), ce qui implique que le PIB par habitant stagnera et restera inférieur d’environ 8,5 points de pourcentage aux niveaux d’avant la crise.

    • 29 juin à 15:03 | MALIBUC (#9345) répond à Isandra

      Et qu’allez vous faire des 1600Tonnes d’invendus ?
      Comparaison :
      La France elle, arrive à vendre tous les cornichons qu’elle produit toi y compris.

    • 29 juin à 15:26 | Yet another Rabe (#4812) répond à Isandra

      Re-,

      Bientôt, grâce à la gouvernance de SAR DJ Lapin Crétin quand le cours d’ 1 kg de vanille aura le même cours qu’ 1 kg d’ haricots verts, je crois que les planteurs de vanille vont se mettre à faire de l’haricot vert en lieu et place.

      Foza Suprême a un don, celui de transformer l’ or en plomb, les choses qui fonctionnent en choses qui deviennent de la merde.

      Et ce don de transmutation à l’ air d’être aussi transmis à ses collaborateurs, puisque 30 kg d’or dans un coffre fort du Ministère des Mines, deviennent des objets métalliques.

    • 29 juin à 16:07 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Malibuc,

      "Madagascar a exporté 2.050 tonnes de vanille jusqu’au 23 mai 2021. Lors des deux dernières campagne, les exportations étaient de 1.447 tonnes et de 1.780 tonnes. La vanille est le second pourvoyeur de devises à Madagascar, après le nickel."

      2021-2022 : 2900 T, vous ne trouvez pas ça, un exploit ans ces crises ?

      "Pertes alimentaires : 13,8% de la production agricole mondiale est jetée avant même sa vente. Un aliment sur sept est jeté dans le monde, avant même d’être vendu. Révélation de la FAO, l’agence mondiale pour l’alimentation des Nations unies, dans un rapport publié en début de semaine."

    • 29 juin à 16:13 | lé kopé (#10607) répond à Isandra

      D’après toutes vos théories ,et ce depuis 2009 , date fatidique , vous aviez toutes les cartes en main (faites vos jeux) pour juguler la crise économique à Madagascar . Mais voilà que treize années après (rien ne va plus)), nous pataugeons toujours dans la médiocrité, et la mendicité . Si au moins vous aviez pu maintenir le pouvoir d’achat dont le peuple jouissait avant 2009 ? Mais le mal est fait , et on ne voit pas comment vous allez nous sortir de ce marasme , surtout que la hausse du prix du carburant nous pend au nez . Attendons quelques jours avant le verdict final .Ce sera un feu d’artifice , mais d’un autre genre !!! Patience .

    • 29 juin à 17:12 | luczanatan (#321) répond à Isandra

      Isandra
      Bonjour
      Vous qui avez accès à des bases de données, pourriez vous nous communiquer les chiffres d’affaires des exportateurs de vanille ainsi que leurs bénéfices déclarés en 2021.
      Par ordre décroissant de chiffre d’affaire, et de bénéfices avant impôt et après.
      Merci d’avance.

    • 29 juin à 18:15 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      luczanatan :

      1°- Ce dont je me souvienne, je n’ai jamais prétendu être inspecteur des impôts, ni greffier du tribunal de commerce, etc où les Etats-financiers de ces sociétés sont annuellement déposés.

      Par ailleurs, l’obligation de publication des comptes comptables n’est systématiquement pas obligatoire,...

      Ne me demandez pas l’impossible.

      Néanmoins, voici le chiffre d’affaire global en export, réalisé par le 95 agréés, qui s’élève à 600 Millions $.

      De toutes façons, je ne suis pas votre secrétaire pour vous satisfaire votre caprice.

    • 29 juin à 18:17 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      La publication des comptes n’est systématiquement pas obligatoire,...

  • 29 juin à 12:33 | purgatoire (#11152)

    ISANDRA il ne faut pas toujours essayer d’avoir raison pour faire plaisir à votre président car il ne sert à rien d’avoir raison si l’on ne convainc personne dans ce forum .. rien n’est plus dangereux pour vous et les autres d’avoir la certitude d’avoir raison …

    • 29 juin à 13:47 | Yet another Rabe (#4812) répond à purgatoire

      Bonjour Purgatoire,

      En essayant d’ avoir raison, Isandra essait de convaincre le lectorat de MT, sauf que pratiquement tous les forumistes savent qu’ Isandra ne vit que de ses racontars.

      Il faut juste comprendre qu’ Isandra (qui est en fait un pool de chantres du Lapin Crétin) est une salariée de SAR DJ Lapin Crétinissime, et que pour justifier son salaire, elle doit faire sur ce site MT, acte de présence, occuper l’espace médiatique avec ses approximations, de la désinformation, et faire des louanges à la gloire de Foza Suprême.

      C’est pourquoi, il est à mon avis opportun de ne pas toujours lui répondre, pour ne pas perdre son temps avec ses divagations.

      Cordialement

    • 29 juin à 14:42 | Isandra (#7070) répond à purgatoire

      Purgatoire,

      Je n’ai jamais prétendu avoir le monopole de la vérité et de l’intelligence comme certains formistes ici.

    • 29 juin à 15:40 | purgatoire (#11152) répond à purgatoire

      Super ISANDRA comme vous n’avez pas le monopole de la vérité et que vous êtes objective pouvez vous nous donner au minimum 10 cas concrets de ce qui ne va pas à Madagascar et de ce que le Président de la République n’a pas ou mal réalisé pendant son quinquenat ?

    • 29 juin à 16:14 | Isandra (#7070) répond à purgatoire

      Purgatoire,

      Je n’ai jamais dit que tout est parfait, mais, je conteste que rien ne va.

      Objectivité ou pas, je ne ferai pas le travail des opposants,...

  • 29 juin à 15:39 | lé kopé (#10607)

    Votre présence sur ce forum , en première heure , ainsi que votre absence dès le début du Week End, justifient votre rôle de salarié (VIP) du Calife , et de répondre du tac au tac , à tous ses détracteurs , que vous qualifiez à tort, de vendus à une puissance Etrangère. Mais à la première occasion , et au prochain soulèvement du populaire , vous serez la première sur la longue liste de ceux qui choisiront l’exil , au lieu de rendre compte de vos méfaits au peuple "souverain".

  • 29 juin à 15:41 | purgatoire (#11152)

    Super ISANDRA comme vous n’avez pas le monopole de la vérité et que vous êtes objective pouvez vous nous donner au minimum 10 cas concrets de ce qui ne va pas à Madagascar et de ce que le Président de la République n’a pas ou mal réalisé pendant son quinquenat ?

  • 29 juin à 17:13 | luczanatan (#321)

    À tous voir ma question à Isandra 17h12.

  • 29 juin à 18:20 | purgatoire (#11152)

    Vous voyez ISANDRA vous n’êtes pas crédible on souhaite de tout cœur voir avancer ce pays mais pour son peuple mais vous êtes de ceux qui refusez de le faire car vous représentez les 1% qui on bénéficié grassement de l’indépendance et il ne faut surtout pas le partager avec les 99% autres … dommage qu’il n’y ait pas de véritable opposition politique dans ce pays … c’est le peuple une fois de plus qui fera bouger les choses mais peut être autrement que démocratiquement

  • 30 juin à 12:24 | Isambilo (#4541)

    788,10 millions de dollars, cette phase initiale du programme devrait bénéficier à 2,3 millions de personnes.
    Ce qui fait combien par personne ?
    C’est n’importe quoi. Preuve s’il en est que cette banque n’a aucune efficacité sauf pour son personnel qui se gave depuis des décennies.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS