Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 2 décembre 2022
Antananarivo | 21h52
 

Répondre à un commentaire

22 septembre à 13:17 | Isandra (#7070)

Extrait du discours du Président.

(...)Nous sommes convaincus que toute guerre se termine autour d’une table. Le dialogue est la seule voie pour instaurer la paix. C’est ainsi que Madagascar réitère son appel au dialogue pour résoudre le conflit, car les conséquences sont planétaires, elles s’alourdissent de jour en jour et les pays en développement, comme le nôtre, en sont les principales victimes.

Le rôle crucial des Nations Unies doit favoriser le multilatéralisme afin de trouver des solutions équitables, tenant compte des forces et des vulnérabilités de chaque pays et de sa population. Comment peut-on accepter qu’en cette période de crise, certains pays avec plus de 100.000 dollars de PIB par habitant, et d’autres à moins de 600 dollars, achètent les barils du pétrole au même platz, au même prix ?

Notre organisation peut prendre des mesures pour accompagner les pays à faible revenu, afin qu’ils puissent bénéficier et s’approvisionner en pétrole à des prix équitables, parce que la situation mondiale actuelle est source de bouleversement majeur dans de nombreux pays. Certains États se retrouvent déstabilisés, la vie sociale se désorganise et les économies se fragilisent. En effet, certains ont dû appliquer des augmentations de 50% du prix du carburant, entrainant, dans certains pays des émeutes, et des déséquilibres socio-économiques considérables.

La reconstruction est l’affaire de tous. Notre Solidarité est la seule voie pour guérir nos sociétés, rétablir nos économies, soutenir la croissance et surtout instaurer la Paix.

(...)"Le changement climatique est aussi l’un des plus grands défis que notre époque doit affronter. Il est important et urgent de travailler et de se mobiliser pour protéger notre planète. Du haut de cette tribune, je tire la sonnette d’alarme. Des engagements ont été pris lors de la COP 21, et réaffirmés lors de la COP 26 concernant la création du « Fonds vert pour le climat » à hauteur de 100 milliards de dollars par an. Dans ce sens, Madagascar a été le 5e pays africain à avoir finalisé son Plan National d’Adaptation. Mon pays devrait ainsi faire partie des bénéficiaires de ce fonds vert. Cependant, l’accès au financement tourne au ralenti et actuellement, aucun engagement n’a été respecté.

Il est injuste que les pays les moins pollueurs paient le plus lourd tribut des impacts du changement climatique.

Madagascar se trouve parmi les pays insulaires, et donc vulnérables aux aléas climatiques, rien qu’au début de l’année 2022, cinq cyclones ont frappé la Grande île en l’espace de deux mois seulement. 178.000 Ha de terres agricoles ont été inondées et ravagées.

Notre Ile est le premier pays à subir une famine d’origine climatique, les sources d’eau se tarissent dans le Sud et la population de cette région est de plus en plus vulnérable.

Les conséquences du changement climatique s’aggravent et la situation mondiale nous interpelle. Combien de réunions de haut niveau, de sommets et de conférences internationales avons-nous déjà eus, combien de déclarations et engagements avons-nous déjà prononcées ? Transformons maintenant les discours en actions concrètes.(...)

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS