Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 6 octobre 2022
Antananarivo | 16h27
 

Divers

Canal des Pangalanes

Une gestion à privatiser

samedi 12 janvier 2008 | Alphonse M.

Mise en veilleuse durant plusieurs années, l’exploitation du canal de Pangalana sera confiée à des opérateurs privés. Un appel d’offres a été déjà lancé. Un veritable coup de pouce pour l’économie de cette région.

La gestion et l’exploitation du canal des Pangalanes seront confiés à des opérateurs privés. L’Agence Portuaire Maritime et Fluviale (APMF) a lancé un appel d’offres dans les quotidiens de la capitale pour la gestion et l’exploitation des installations de ce canal reliant Toamasina et Mananjary. Outre le terminal du port fluvial de Manangareza (Toamasina), le port principal de Mananjary ainsi que les ports intermediaires d’Ambila, Vatomandry, Mahanoro et Nosy Varika seront également confiés au nouveau repreneur. Par ailleurs, ce dernier aura la charge de procéder à l’enlevement des obstacles à la navigation, à l’entretien courant du canal ainsi que la surveillance des profondeurs et les entrées des sites afin d’assurer la navigabilité d’une manière permanente du canal.

Long de 427 km, le canal de Pangalana joue un rôle économique très important, pour le transport de marchandises et des personnes. Mais, faute d’entretien cette voie de communication construite à l’époque coloniale est pratiquement innavigable. Les jacinthes envahissent le canal. La dégradation du canal entraine une perte économique non négligeable pour la population riveraine et pour les collecteurs des produits locaux.

Echecs...

A l’époque de la révolution socialiste, l’exploitation et la gestion du canal ont été confiées à l’IMI (Institut Malgache d’Innovation), mais il ne figurait pas parmi les priorités du regime d’antan. Aucun entretien n’a été entrepris. Le canal est complètement ensablé au niveau de Masomeloka bien qu’un dragueur ait été envoyé sur place. Tombé en faillite, l’IMI a abandonné l’exploitation du canal des Pangalanes.

Ayant bénéficié d’un appui financier de la BAD, le ministère des Transports et des travaux publics de l’époque a pris le relais. La gestion et l’exploitation ainsi que les travaux de dragage du canal ont été confié à une entreprise privée. La société Andry SEMA a exploité les Pangalanes, mais elle a également jeté le gant après quelques années. Les installations portuaires et les batiments de l’IMI sont desormais dans un état de dégradation très avancé. Quoi qu’il en soit, la reprise des activités le long de ce canal va certainement relancer l’économie de cette partie de l’Ile dont notamment le secteur tourisme et les cultures de rente.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS