Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 19 juin 2019
Antananarivo | 22h42
 

Editorial

Sans blague !

samedi 18 mai | Fanambinantsoa

Qui avait fait comprendre en public que Madagascar demeurera tel quel, aussi pauvre dans 30 ans, 40 voire 50 ans si on devait compter sur les bailleurs de fonds traditionnels ? Qui avait déclaré urbi et orbi que l’Initiative pour l’Emergence de Madagascar (IEM) est ficelée et prête à l’emploi avec ses partenaires ? A l’époque tout portait à croire qu’aussitôt le candidat Rajoelina élu et installé, les partenaires débarqueront, l’IEM sera sur les rails et les travaux engagés. Rapide comme le TGV.

Au fil des jours, on s’aperçoit que ce n’était que de la propagande, un positionnement par rapport à son rival. Beaucoup ont cru que c’en est fini des liens et cordes au cou des bailleurs traditionnels qui nous ont pris dans l’engrenage de la dette, avilissante comme dirait le chroniqueur attitré de la radio Antsiva, Rainijaonary, « trosa manandevo ». Finalement, l’IEM sera en grande partie financée par les bailleurs de fonds traditionnels sous le couvert du budget national adopté en conseil des ministres. Apparemment, l’IEM pour ses infrastructures (universités, hôpitaux « manara-penitra », ville nouvelle Tanamasoandro, routes…) absorbe près de 60% du budget dans la loi des finances rectificative 2019.

Les objecteurs de conscience diront certainement que les promesses n’engagent que ceux simples d’esprit qui y croient. Toujours est-il que ces promesses ont été faites en public et à la Nation.

Mais il est quelque part difficile d’affirmer et de croire que le candidat de l’époque avait intentionnellement préféré cette politique machiavélique pour arriver à ses fins ! Pour certains analystes politiques, le candidat TGV/MAPAR n’a pas compté sur les capacités de persuasion, sur la puissance de la Communauté internationale qualifiée de nuisible, et sur l’envergure des tentacules des bailleurs de fonds traditionnels et de leur emprise sur la vie économique et politique pour ne pas dire sur la stabilité si chère au pays. En tout cas, son concurrent direct et rival politique l’a compris pour, en son temps, l’avoir appris à ses dépens.

23 commentaires

Vos commentaires

  • 18 mai à 11:27 | Rakoto (#9043)

    Si sur le fond vous avez en partie raison, mais il faut bien comprendre que si depuis 30-40-50 ans, il n’y a pas eu d’alternative, c’est évidemment aussi la faute des malgaches eux-mêmes.

    La seule alternative viable qui soit applicable, aujourd’hui, est la mise en concurrence sur l’espace malgache. Les autres modes de financement ne peuvent pas concerner le marché intérieur sauf ceux qui ont des déjà un réseau viable.

    Répondre

    • 20 mai à 12:42 | Ibalitakely (#9342) répond à Rakoto

      Deux choses arrivent tout de suite à l’esprit :- D’abord du tps de feu ZAFY on trouvé des partenaires qualifiés tout de suite de financements // ↣ fermeture des robinets des bailleurs de fond traditionnels, tandis que maintenant tous ces même bailleurs accourent avec des lances de pompiers.- Cela sent le retour de l’investissement à outrance de Deba qui a ruiné le pays dans les années 80. Ny taranaky ny sasany efa manana atokona any Dubaï & Maorisy e reny malala.

  • 18 mai à 12:02 | ratiarison (#10248)

    Mazava ny lahatsoratra Atoa FANAMBINITSOA ! Atoa Rakoto !ny anampiko kely fontsiny : ISIKAMALAGASY no tena VENDRANA ary koa DONDRONA tairin’iandry @ny Kabary ambony VAVAHADY dia taitra jiaby mpason’ny MPILELAKA dia Jamba ilay DONDRANA bac -3 izany ny RÉALITÉS misy ankehitriny na dia efa misy aza ny tonga saina ? Dia Jereo nareo ANIE fa hivovo jiaby IREO mpilelaka an’i ANDRY ??samy tsara

    Répondre

  • 18 mai à 12:47 | FINENGO (#7901)

    Comme je l’ai dit hier au Guignol Betoko le Best Of des Cancres.
    Que le DJ Bac-7 continue à jouer à la Roulette Russe, car il en est friand, le Rajoelina.
    Avec 60% d’emprunt sur le Budget 2019 pour subvenir à son IEM, il saura quand le Barillet approvisionné sera face au Percuteur.
    Et ceci ne saurait tarder.
    Un peu de patience et on y assistera à l’éclatement.

    Répondre

    • 18 mai à 22:03 | lé kopé (#10607) répond à FINENGO

      Excellent article, bien que tout le monde ait vu et entendu les déclarations tonitruantes du Président actuel au cours de la propagande, il est important de le signaler. De toute façon , il y aura tjrs des gens qui vont vous contredire ,toujours les mêmes.(suivez mon regard...) ;Ils ne tarderont pas à réagir ,ils sont payés pour ça. PS ,Fanmbinantsoa ,j’ai apprécié votre dernier article qui est Perspicace,vous êtes en bonne voie de réussite... Continuez.

  • 18 mai à 21:48 | poiuyt (#584)

    Quand est-ce qu’il y aura un plat de résistance sur cette colonne à la une ?
    Ce n’est pas demain la veille.

    Répondre

  • 18 mai à 22:21 | Turping (#1235)

    Fanambinantsoa !
    Avec le "sans blague" ,on peut toujours rêver dans l’attente à ce qu’il y ait de vrai changement ,d’action positive . On le jugera !
    - Vous avez bien souligné : la contraction des dettes pour transformer la baguette magique s’avère une tâche très difficile si tout le monde ne se mette à contribution sinon nos descendants subiront les conséquences dans une situation déjà "chaotique " depuis quelques décennies .
    - A côté ,il faut se relaxer en écoutant la musique : les variétés musicales selon ses goûts.J"apprécie les kalon’ny fahiny ; puis aussi les variétés étrangères sans frontières .Aussi les musiques classiques ; sonates de Jean Sebastien Bach , Mozart ,Frédérique Chopin ,Beethoven ,....

    Répondre

  • 19 mai à 09:49 | kartell (#8302)

    On ne décrète pas l’émergence, on s’y attèle sans fanfaronner et ensuite, on peut causer !...
    Procéder de cette manière, c’est courir à l’échec parce qu’en se vantant d’y arriver, ainsi signifie tout simplement qu’on sait pertinemment qu’on y parviendra pas !...
    Jouer ainsi sur la incrédibilité des électeurs en laissant penser qu’il suffirait de la promettre pour l’atteindre ne pourra que renforcer le désintéressement du public pour la chose politique.
    On peut se demander d’ailleurs si cet état des lieux n’est pas le but recherché afin de laisser aux seuls encartés, monnayés ou pas, d’élire et de choisir le gagnant avant même le passage aux urnes en singeant le jeu démocratique en perte de vitesse !...
    Les promesses de campagne sont à cet effet le reflet de cette machination en ajustant les espoirs surdimensionnés du renouveau à ceux des électeurs qui voyaient une concordance entre leurs désirs inassouvis et ceux d’une campagne Père Noël....
    Le décalage entre la vision locale et internationale ne pouvaient dès lors n’être qu’abyssales et freiner un financement qui ne se fera qu’au compte-gouttes désapprouvant ainsi une précipitation présidentielle, contrainte.
    Cette remise à l’ordre international à une certaine réalité du pouvoir après tant de dérapages de campagne permettra de recentrer son avalanche de promesses pour la faire ressembler à une simple averse après des décennies de sécheresse !..
    L’indépendance vantée n’est en fait qu’un simple faire-valoir électoral qui montre aujourd’hui son vrai visage : celui d’une servitude obligée avec une communauté internationale, juge et arbitre, qui met les points sur les i lorsque comme aujourd’hui, les limites du raisonnable ont dépassé les bornes de l’entendement !...

    Répondre

  • 19 mai à 14:03 | ETHAN (#9769)

    Bonjour Mme / Mr Fanambinatsoa

    Vous avez raison mais en ne parlant surtout que les conséquences.

    La cause et l’origine de tout ceci remontent des décennies en arrière. Andry Rajoelina n’est donc pas le seul responsable, mais comme PRM, il a le devoir d’entreprendre les meilleures Actions dans ce Contexte vers des Résultats attendus par tout un Peuple.

    Je vais essayer d’être bref dans ma petite synthèse.

    ## Quand on parle pour le seul exemple (parmi tant d’autres) du secteur minier malagasy. Pourquoi pendant des décennies presque aucun Government n’avait su concevoir une éducation et une formation dans l’enseignement pour ne plus dépendre des mains-d’œuvre étrangères, afin d’exploiter de façon endogène les richesses minières du Pays avec une Industrie locale et donc malagasy ?
    ## Pourquoi plusieurs Pays d’Afrique dont Madagasikara même à l’époque de Mr Ravalomanane ont une croissance économique allant de 4% à presque 9%, mais ils n’avaient pu éradiquer la pauvreté depuis ?
    ## Quand la production africaine de Cacao rapporte environ $12milliards en 2016, alors que l’industrie transformatrice de ces matières 1ères en récolte plus de $200milliards où les Agriculteurs africains resteront toujours aussi pauvres ?

    D’où et dans un futur ‘’immédiat’’, on pourrait imaginer trois types d’évolution possibles de Madagasikara.

    1° La situation économique actuelle peut fort bien se maintenir ; ce qui, sans nul doute signifie la stagnation, la famine et à terme, les conflits sociaux et politiques qui ne manqueront pas de susciter à nouveau des interventions étrangères dans les affaires malagasy.
    2° Ou encore chercher à accroître davantage l’impact de l’étranger (avec la WB et l’iMF) sur son development. Comme déjà observé en Côte-d’Ivoire, au Kenya, au Gabon et ailleurs — Favoriser une certaine croissance et naturellement, les ressources malagasy seront intensément exploitées par l’intelligence économique étrangère où en définitive, une minorité d’individus en profitera comme depuis toujours.
    3° Ou Enfin, un Government pourra opter pour une politique économique autocentrée dans l’indépendance et qui accorde la priorité aux besoins internes sur la demande du marché mondial. C’est sans doute la solution qui répond le mieux aux intérêts de Madagasikara.

    Cette 3ème démarche est exigeante dans sa mise en application pratique. Une telle politique requiert une volonté locale, exercée en faveur du development régional, car les régions, avec leurs potentialités, restent le meilleur development réel et inclusif dans ce Pays.
    Or cette volonté politique doit s’exprimer à travers des institutions démocratiques solides, forgées avec la participation active des populations mieux considérées et non comme des objets du projet commun.

    # # #

    Le Savoir endogène et le Development endogène sont donc deux notions qui devaient être inséparables.
    Leur différence est due à une parenté épistémologique et conceptuelle pour l’économie du development, qui met en dialogue leur complémentarité et d’offrir à Madagasikara le terreau et le fertilisant qui en seront la matrice scientifique économique et sociale.
    Si le Savoir est en amont du Development endogène, ce dernier a comme potentialité les Ressources humaines locales.
    Le Savoir endogène et le Development endogène reposent donc sur l’exigence d’intégration de tous les Malagasy, afin que toutes les couches sociales soient actrices de l’économie du development de ses matières 1ères ou de ses matières grises. (j’espère dans le moyen terme)
    Cette rationalité du Savoir défendra à terme une personnalité collective contre toute entrave de la domination extérieure, car une Population bien instruite ne se laissera plus bernée par des ‘’Kabary’’ vides de Sens.

    Bon courage … …

    Répondre

    • 20 mai à 12:04 | Behantra (#9165) répond à ETHAN

      Vous avez évoqué le secteur minier

      Je vais vous dire

      Zafy avait nommé un ministre côtier pour s’occuper de l’industrie et des mines , qu’il avait ramassé sur la route menant à l’université d’Ankatso durant les ’troubles’ de 1991

      Celui ci était membre de l’actuel SEFAFI , je crois qu’il en était un vice -président , et la présidente était Madame Ramaholimihaso née Ramanandraibé

      Comme salaire il touchait à peu près 120 000 fmg mensuel

      Promu ministre , ses émoluments s’élevaient à 15 000 000 fmg

      Je ne citerai pas son nom mais il s’est fait connaitre du public juste après sa nomination : il avait dans son ’lit’ plus d’une dizaine de femmes

      Cela concerne sa vie privé

      Sur le plan professionnel , ce fut une ’proie’ facile pour les vautours , qui l’ont corrompu jusqu’au trognon

      D’ailleurs , je ne comprends pas pourquoi le Bianco n’a jamais intenté la moindre action judiciaire envers les dirigeants successifs de ce ministère depuis sa création ??

  • 20 mai à 07:53 | LAZALAZAO (#7189)

    Aleo hinanan’ny IEM daholo ireo nifidy an’io mpanogam-panjakana io. Ny olana dia hiara hihinana aminy eo koa ilay nanohatra azy. izay indrindra no tokony hijerevana tsara ny fifidianana. Efa halatra be dia be no teo fa neka satria hoe tsy te hitondra fikorotanana.
    Dia voahitsaka an-tapodohany foana ny vahoaka, izay asaina mahakahala sinoa ary asaina manompo frantsay. Dia tonga koa dia manao izany anjamabany.

    Ireny hetsika mitovy @ 2002 irery irery ihany no mety hanova ny firenena. nefa ohatry ny sarotraihany izany, fa ry risara baomba sy ny emmoreg toa efa vonona ny ho faty hoan’ilay nanogam-panjakana.
    Dia hiaraka ho faty daholo eto isika raha izao no mitohy.

    Répondre

  • 20 mai à 10:14 | Isandra (#7070)

    "Qui avait fait comprendre en public que Madagascar demeurera tel quel, aussi pauvre dans 30 ans, 40 voire 50 ans si on devait compter sur les bailleurs de fonds traditionnels ? "

    Le problème ici, la compréhension des phrases en Malagasy, le Président disait "Raha hiankin-doha lava amin’ireo mpamatsy volantsika mahazatra isika dia tsy handroso ao anatin’ny 30 taona, na 40 taona 50 taona mihintsy aza". Ces phrases voulaient- elles dire que nous ne devons plus travailler avec les bailleurs de fonds traditionnels ? Non et non. Il voulait dire que nous ne devrions pas nous contenter de leur aides et leur financements pour financer nos projets.

    Il a raison, car les objectifs des BM et FMI, c’est pour soulager la pauvreté de pays pauvre, mais non pas pour les développer...Nous ne devrions plus nous étonner donc s’il n’y a aucun pays se développant grâce à leur aides. De ce fait, si nous voulons nous développer, il nous faut une autre politique et des autres sources et mode de financements.

    Répondre

    • 20 mai à 10:23 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Le Président a bien précisé lors du débat du 06 décembre que "tsy miteny aho hoe tsy mila an’ireo mpampindram-bola mahazatra isika" Je n’ai pas dit qu’on n’a pas besoin de leurs financements".

      Comme j’ai déjà réitéré ici, l’un des objectifs de ce nouveau régime, même niveau que l’émergence, c’est de ne plus besoin de recourir les financements extérieurs, c’est à dire autofinancement, grâce à la bonne gestion de l’exploitation nos richesses.

    • 20 mai à 11:40 | Behantra (#9165) répond à Isandra

      Antonalé !!

      Tena mafy marina izany manosika apondravery zany

      Ahoana ihany izy ty e ?

      Teo mantsy dia hoe : nareo kosa e ! vao telo volana fotsiny izy zao noho teo

      Dia ho avy ndray ny hoe : vao enim-bolana .... vao telo taona ......

      Dia tsy maintsy asiana tapolaka kely ndray hoe : izy fidiana ...

      Ary mety afaka telo polo taona raha mbola velona ianareo dia ahita ..

      Firy taona moa zao ianao ranandra malalany ??

    • 20 mai à 14:45 | ETHAN (#9769) répond à Isandra

      Bonjour Isandra,

      Personnellement je prône une croissance INCLUSIVE (avec redistribution équitable) à partir de ce que j’appelle en amont, les futures Ressources Humaines garantes des principaux facteurs de productions (endogènes) de demain.

      Pour y arriver et priorités obligent, le Président doit faire en sorte que l’IDH du Peuple augmente, même ... un tout petit peu
      La route est longue me semble-t-il mais je m’explique …

      # La raison est qu’avec une telle pauvreté (y compris les soins et au niveau sanitaire pour certains), comment voulez-vous que les futures acteurs de l’économie (surtout les Jeunes) puissent être formés et éduqués de façon descente ?

      = > Si je comprends bien, vous nous faites comprendre qu’au travers de la WB et de l’iMF, le Président serait en mesure de subvenir aux besoins vitaux de 1ère nécessité des pauvres (PFN compris).
      = > On verra alors si vous avez un ordre d’idée des dates auxquelles, tout cela sera effectif ou réalisé car c’est 1 étape obligatoire, pour tout projet structurel de redressement.

    • 20 mai à 17:23 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Ethan,

      Justement pour améliorer notre IDH que notre Président met sur pied les projets suivants :

      - Les Hôpitaux manara-penitra,
      - Les universités manara-penitra et des écoles publics,
      - L’aménagement et élargissement de terrains cultivables,
      - Et ce projet de Fihariana,

      Quant à la collaboration avec nos bailleurs traditionnels, on gardera la même politique sur les projets qu’ils ont l’habitude de financer,...par contre, on se débrouillera autrement pour les autres projets.

  • 20 mai à 14:43 | ETHAN (#9769)

    Bonjour Behantra,

    D’abord merci pour ses informations avec lesquelles rien ne m’étonne en matière de corruption et qui plus est, dépourvue de rigueur (pour certains) pour ce qui est de l’intérêt du Pays.

    Quand vous parlez de cet ancien Ministre des Mines, pour moi peu importe l’origine ethnique, mais l’essentiel est dans la Compétence et dans la Posture de l’homme ou de la femme.

    Je pense qu’un des grands facteurs de Blocage du development de Madagasikara repose sur le paradigme où un ensemble de mentalités sont difficilement à changer car elles sont viscéralement enracinées. Puis elles finissent par devenir presque culturelles !
    Si non il me semble qu’il est même très facile de redresser ce Pays vu ses richesses, car Madagasikara n’est pas pauvre, mais il a été appauvri vu ce paradigme.

    Répondre

  • 21 mai à 19:52 | lanja (#4980)

    Voafitaka ny vendrana,
    trosa eh, hetra eh, BM FMI sns
    Ilay IEM à grande vitesse, toa tsy grande vitesse lotra raha jerena @ ilay LFR.
    Fa mba efa misy kosa aloha ny tonga saina tsikelikely,
    mizara roa izy ireo farafahakeliny :
    Ao ireo tena nino angano, atao akory !
    Ao kosa ireo vokin ny fankahalàna ny ankilany fotsiny,
    Ireto farany dia tarika misy ny mafana fo eto @ forum ny MT,
    olona nianatra fa
    voagejan ny lonilony manakenda azy,
    tsy afaka mitsinjo alavitra ,

    Répondre

    • 24 mai à 15:00 | saint-augustin (#9524) répond à lanja

      Bonjour FANAMBINANTSOA,
      Je voudrais savoir ce qu’a fait Mr RAVALOMANANA en Province ,pour commencer :Tulear par exemple.
      Merci de votre réponse .

  • 25 mai à 03:23 | jules (#2904)

    Dans 100 ans mada sera toujours peuplé de cadavre affamés, incapable de voir plus loin que le lendemain. Le seul espoir, devenir une province chinoise, vous serez moins maigres mais un peu esclaves. Mais vous avez l’habitude, le dj démago est là pour ça.

    Répondre

  • 25 mai à 10:09 | cool Raoul (#10042)

    bonjour ISANDRA

    concernant les hôpitaux manara-penitra dont celui de Tamatave, celà ferait sourire.....
    pas de thermomètre a disposition du corps soignants...
    des femmes de service (très courageuse) a qui on demande des taches d’infirmières...
    des internes qui doivent prendre la calculatrice pour additionner la température de 36,9 + 0,5...
    les fuites d’eau ..
    les carrelages de l’accueil qui foutent le camp...
    une organisation digne des pieds nickelés .....

    seule consolation positive... c’est plus propre que l’hôpital Bé,

    pourquoi les hommes politiques ne vont pas se faire soigner à Madagascar mais à l’étranger ??

    mais restons serein avec IEM demain on rasera gratis

    Répondre

    • 30 mai à 10:36 | Isandra (#7070) répond à cool Raoul

      Cool Raoul,

      C’est le résultat de la mauvaise gestion de la continuité de l’Etat et la rupture sauvage, ainsi que la fierté mal placée du régime précédent. Avant de construire ces hôpitaux leur plan de gestion avait été conçu, mais, ce sont eux qui l’ignorait.

  • 30 mai à 10:16 | yrdna (#10649)

    60% n’ny tetibola lany amin’ny fanatanterahana ny iem fotsiny. Matoky ve ianareo vahoaka any Madirovalo, Ikongo, Ambinanindrano, Tangainony sns izay mamaky eto fa hisitraka an’ireo ? Aza mananihany tokoa.

    Répondre

Réagir à l'article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, merci de vous connecter avec l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS