Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 15 août 2022
Antananarivo | 00h08
 

Editorial

Réalisme économique ou populisme : l’échec du werawera

samedi 16 juillet | Ndimby A.

Comme prévu, la spirale inflationniste s’est manifestée dans les transports en commun, et l’État est en train d’échouer à imposer la hausse des frais négociée à 600 ariary par Andry Rajoelina. Depuis quelques jours, les transporteurs appliquent les prix qu’ils estiment économiquement justes, allant à 800 ariary, voire 1 000 ariary sur les lignes suburbaines. Cela illustre la perte de légitimité des gouvernants qui savent qu’ils n’ont plus l’assise politique pour continuer à faire un forcing, comme dans les années précédentes. Mais au-delà, cela souligne l’échec du werawera quand il est confronté à la réalité de l’économie, et l’échec de la propagande éhontée pour tenter de présenter des avancées minimes mais finalement peu durables avec les pétroliers, comme en juin 2019 ou au début de ce mois.

En résumé, la situation actuelle reflète l’éternel débat entre deux visions antagonistes de l’économie : une vision populiste et politique (“izay zakan’ny vahoaka ihany sao mitroatra eo izy”) et une vision libérale (“mba tsy ho maty antoka ary mahazo tombony”).

L’approche politique fut une pratique courante de la Deuxième république, et même les fameux Programmes d’ajustement structurel n’ont pas réussi à y mettre fin. Les dirigeants malgaches ont depuis toutes ces décennies refusé l’application de la vérité des prix dans le domaine des secteurs stratégiques. Bon à savoir dans un pays où les pétroliers sont accusés par l’imaginaire populaire de se sucrer sur le dos des consommateurs : en avril dernier, l’Office malgache des hydrocarbures avait révélé que la différence entre le Prix de référence calculé (PRC) et le prix à la pompe était de 600 ariary. Effet pervers de cette différence : la nécessité de combler le déficit entre prix de revient et prix au consommateur par le mot pseudo-magique qu’est “subventions”.

Une autruche qui se tire une balle dans le pied

Sur le plan économique, cette pratique équivaut à une autruche qui se tire une balle dans le pied : éviter les problèmes aujourd’hui en les reportant vers le futur. Sauf qu’ils s’accroissent, et que c’est une version hyper-vitaminée qui finit par revenir comme un boomerang à la figure du gouvernement et des citoyens. De toutes façons, les subventions promises sont rarement payées et les arriérés s’accumulent de façon exponentielle, ce qui ne fait qu’obérer leur chance d’être un jour épongées. C’est donc une bombe à retardement qui ne peut finir qu’exploser.

Une économie subventionnée est une économie sous perfusion. Cela est plus ou moins viable tant que la capacité à "fournir du sérum" existe. Un cas flagrant est celui des fameuses lignes sociales d’Air Madagascar, qui étaient opérées à perte, mais que l’Etat a imposées à la Compagnie en contrepartie de promesses de subventions. L’accumulation des impayés a contribué à déstabiliser la trésorerie d’Air Madagascar, avec les résultats que l’on sait.

En 2016, le montant à rembourser aux compagnies pétrolières s’élevait déjà à 196 milliards d’ariary, représentant à la fois le remboursement de TVA et les subventions. Fin 2021, selon un document du FMI, ils s’élèvent à 250 millards d’ariary. Il y a quelques jours, le Directeur de cabinet de la Présidence a révélé que les dettes de l’État envers les pétroliers s’élèvent maintenant à 550 milliards d’ariary. Telle est la réalité à terme de ces stratégies de subventions, résultats d’approches d’apprentis-sorciers de l’économie nourris aux mamelles du populisme et du vahoakisme.

Depuis plusieurs années, le ministère de l’Energie n’hésite pas à menacer les compagnies pétrolières, se permettant même en avril 2022 de “mettre en garde les compagnies pétrolières contre toute velléités de ne pas importer du carburant”, alors qu’il est lui-même incapable de tenir ses engagements par rapport aux arriérés de paiement qui nuisent à la trésorerie de ces entreprises. Ce n’est pas nouveau : durant la transition 2009-2013, un ministre avait fait usage de chantage en imposant aux compagnies pétrolières de ne pas augmenter leurs prix si elles ne voulaient pas être expulsées. Le modèle économique imposé par cette approche politisée est donc basée sur une injustice : en définitive, l’Etat oblige les pétroliers à importer puis vendre à perte.

De telles pratiques, qui se justifient peut-être du point de vue du populisme nécessaire pour rester au pouvoir (surtout à l’approche d’échéances électorales), sont cependant préjudiciables du point de vue de la logique commerciale : celle-ci est basée sur la recherche de profit, ou au moins de l’équilibre. Le signal fort donné par l’Etat contre ces fondamentaux économiques ne peut que nuire au climat des investissements.

Ce serait toutefois injuste de tout mettre sur le dos du pouvoir actuel, car tous ceux qui se sont succédé ont usé et abusé de ces méthodes pour tenter de sauvegarder la paix sociale.Toutefois, les dirigeants ont aggravé la situation par des choix farfelus, pour ne pas dire coupables, en matière de gestion de finances publiques. Exemple parmi tant d’autres : à quoi sert ce Colisée ridicule et sacrilège dans le Rova d’Antananarivo quand l’argent aurait pu aider à éponger les dettes envers les pétroliers, renforcer la Jirama ou à lutter contre le kere ?

Imposer des mesures anti-économiques au secteur privé est un mauvais coup contre eux. Toutefois, il est vrai que quand on a une mentalité qui ne s’est pas embarrassée de scrupules pour faire un coup d’Etat dans le passé, il n’y a pas de raison d’avoir des scrupules à faire un mauvais coup de l’Etat contre les entreprises dans le présent. En attendant le boomerang dans le futur.

48 commentaires

Vos commentaires

  • 16 juillet à 09:55 | Yet another Rabe (#4812)

    Bonjour à tous,

    Un des résultats visible de l’ échec du werawera et du populisme avec les propos inconsidérées de SAR DJ Lapin Crétin :

    https://www.actutana.com/depeche/14-juillet-emmanuel-macron-a-invite-azali-assoumani/

    Pas d’invitation pour Andry Rajoelina ☝️ , alors qu’ ils sont tous les deux, Emmanuel Macron et lui de la même génération n’est ce pas ?

    A supposer que DJ Lapin Crétinissime aurait été en France le 14 juillet, il serait à considérer comme un quelconque badaud épar(se)pillé dans la foule sur les Champs Elysées, même pas un petit strapontin sur la tribune présidentielle.

    Une humiliation pour le président de Madagougou SAR DJ Lapin Crétin, une déconsideration de Madagascar par rapport aux Îles Comores, celui d’ un pays "gros tas" relativement à un "nain".

    Cordialement

    Répondre

    • 20 juillet à 21:22 | Ibalitakely (#9342) répond à Yet another Rabe

      FA MANARARAOTRA KELY ETO AHO, SATRIA ITY MISY FILAZANA HO AN’NY TSIRAIRAY :
      ATSO AVO HO AN’NY REHETRA
      Ny tenako manokana dia tsy manana moto na scooter, ary mbola tsy very finday ihany koa. Eto aho anefa dia MIANTSO MAFY NY REHETRA TSY ANKANAVAKA mba miala tanteraka amin’ny fividianana ny ENTANA REHETRA IZAY NANGALARINA na koa ENTANA REHETRA TSY MAZAVAZAVA NY MOMBA AZY [na ny olona mitady hivarotra ilay izy na ny taratasy mombamomba ilay izy …sns]. Ny antony dia tsotra : ny olona mpangalatra moto tsy manao izany mba fitiavana hitondratondra na hitaingitaingina ilay izy fa angalariny ho amidiny ; tahaka izany koa ny mpangalatra finday, tsy ho tehiriziny mameno ny paosiny ka hanao hoe “izany aho raha be finday” fa ho amidiny ihany koa. KOA AZA DIA FALY ERY MAHAZO ZAVATRA MORA, ohatra finday tena raitra tsy azo roa hetsy nefa azonao Ar30 000 na Ar40 000. Sady mba miavitsy ny halatra [izay tsy ho foana tsy akory] fa mety rahampitso na amin’ny manaraka, na ianao na olona tena akaiky dia akaiky anao no ho very an’izany, indrindra moa ka ny fananana very ary sanatria mety manaraka atramin’ny aina.
      Ankohatra ny tompon’andraikitra sy ny fiarahamonina isan-karazany, ny tsirairay koa tokony [ADIDY] ny mifanentana MBA TSY HIVIDY HALATRA NA NY TAHAKA IZANY INTSONY, satria rehefa tsy misy mpividy halatra intsony ↣ mihena ny mpangalatra ↣ mihena ny zavatra very sy ny olona maty na maratra ↣ miatsara ny fandriampahalemana./.
      *aparitao araka izay tratra manerana ny nosy, misaotra indrindra.

    • 20 juillet à 22:31 | arsonist (#10169) répond à Yet another Rabe

      Dia inona moa no azo ambara hafa tsy ny hoe
      milaza tena fa kely Ibalita
      kanefa tena lehibe fisainana tokoa !

    • 21 juillet à 14:29 | Ibalitakely (#9342) répond à Yet another Rabe

      @ Arsonist,
      Mba teny kely tsy haritra ihany iny. Bon aprem ianao, Ibal’.

  • 16 juillet à 14:38 | Gérard (#7761)

    toujours plus fort.....
    "il n’y aura plus de hausses des prix des carburants"
    on a trouvé un généreux fournisseur en dessous du prix du marché !

    Répondre

    • 17 juillet à 12:15 | arsonist (#10169) répond à Gérard

      Une ou des sociétés pétrolières
      vont fournir aux Madagougouesques
      à perte sévère pour elles
      des carburants
      à cause des beaux yeux lunettés du DJ bac-3 mpandihy dyvo Rajoelina !

      Et les "Mandotoais"
      ainsi que les naïfs natifs de Madagougou
      croiront-ils à ces balivernes ?
      Rien n’est moins sûr !

    • 20 juillet à 19:18 | Ibalitakely (#9342) répond à Gérard

      à Arsonist,
      Si Mandoto est une commune parmi les 1 200 existantes à Madagasikara a obtenu 16 000 kara-tany de la Banque Mondiale, il y aura encore donc du pain (des kara-tany à distribuer) sur la planch pour les 1 199 communes restantes, & surtout étant donné qu’il existe des communes plus grandes que Mandoto, & même si avec des propagandes (avant la lettre) à partir d’aujourd’hui se feront hebdomadairement, resteront-il encore 1 199 semaines pour les faire avant qu’arrive 2023 ?? Sans parler de la période des pluies où bcp de communes sont inaccessibles. Aïe aïe aïe !!

    • 20 juillet à 19:23 | Ibalitakely (#9342) répond à Gérard

      ... Si Mandoto qui est une commune parmi les 1 200 existantes à Madagasikara a obtenu 16 000 kara-tany de la Banque Mondiale, il y aura encore donc du pain (des kara-tany à distribuer) sur la planche pour les 1 199 communes restantes, & surtout étant donné qu’il existe des communes plus grandes que Mandoto càd + de 16 000 kara-tany à quémander à la BM, & même si avec des propagandes (avant la lettre) qui se feront hebdomadairement à partir d’aujourd’hui, resteront-il encore 1 199 semaines pour les faire avant qu’arrive 2023 ?? Sans parler de la période des pluies où bcp de communes sont inaccessibles. Aïe aïe aïe !!

    • 20 juillet à 20:56 | Ibalitakely (#9342) répond à Gérard

      Wait & see, car les transporteurs [CUA] viennent de redire qu’ils maintiendront le tarif à Ar 800, mais qu’ils laisseront d’abord les actuels candidats au bacc de passer les examens cette semaine (jusqu’à vendredi) & ... hop la galère !!

  • 17 juillet à 12:02 | Inglewood (#6780)

    l’Histoire n’est qu’un roman inlassablement réécrit. Ce que l’on nomme la crise n’est que la longue et difficile réécriture qui sépare deux formes provisoire du monde.
    Il faudrait vraiment être naïf pour croire à la régulation du marché.
    il y a de quoi à rester dubitatif avec une ministre de l’économie qui ne réagit point ou du moins qui doit attendre les consignes du Petit Timonier de l’Océan Indien.
    Panne complète de l’IDE et autres
    Quant à ce que vous appeler le "werawera" ceci n’est qu’une confirmation de l’incompétence dans sa forme extrême.

    Répondre

    • 17 juillet à 13:29 | lé kopé (#10607) répond à Inglewood

      L’ Etat , au risque d’asphyxier l’économie, devrait éviter de faire une intervention excessive , ce qui ne ferait que nuire à son développement . Son rôle devrait se cantonner à la régulation , et à sanctionner ceux qui sont tentés de "sortir des clous". Malheureusement , ce régime qui défie toute logique , n’est pas à sa première bavure . Décidément , depuis soixante années , aucun gouvernement n’a agi ainsi . Les producteurs de vanille ont décidé de faire un barrage routier dans la région de Sava , face à l’immobilisation de leurs récoltes qui ne trouvent pas preneurs , à cause de la limitation des agréments qui bloquent leurs exportations . Une goutte d’eau qui peut faire déborder le vase , après la hausse du prix du carburant . Le pire serait la rupture du contrat avec les Pétroliers qui ne vendront jamais à perte , et qui attendent de recouvrer les 1.200 Milliards d’AR de dettes de l’Etat , car aucune Entreprise Nationale n’a une vocation de vendre à perte . Le mois de Juillet sera déterminant , mais non décisif pour l’avenir du Pays . Le Calife , avec la Brésilienne Johana , sont vraiment des faiseurs de miracle .

    • 17 juillet à 13:42 | arsonist (#10169) répond à Inglewood

      Le pseudo "lé kopé" écrit :
      "Aucune entreprise nationale n’a vocation à vendre à perte" !

      Pas seulement les entreprises nationales, mais toutes !

      À l’exception bien évidemment des entreprises liées oralement [surtout dans ses discours] de près ou de loin avec le DJ bac-3 mpandihy dyvo Rajoelina !

      Clairement, même si c’est implicitement, le DJ bac-3 mpandihy dyvo Rajoelina a le culot de soutenir publiquement l’idée saugrenue que des sociétés pétrolières vont vendre à perte du carburant aux foza madagougouesques.

      Et tous les relais de ce DJ bac-3 mpandihy dyvo Rajoelina vont allègrement dans la diffusion tous azimuts de ce mensonge.

      Appliquent-ils la fameuse théorie idiote :
      "Plus c’est gros, mieux ça passe." ?

    • 17 juillet à 19:09 | Yet another Rabe (#4812) répond à Inglewood

      Bonsoir lé Kopé,

      Toute entreprise, si elle est privée à vocation de gagner de l’ argent, et si elle est publique au moins de ne pas en perdre.

      J’ai une pensée compatissante, pour toutes ces entreprises de TP privées, dont l’ État madagougouesque n’ a pas payé leurs dûs.

      A croire que SAR DJ Lapin Crétin pense, que pour les familles des entrepreneurs, et des salariés de ces entreprises, l’ air du temps leur suffit pour vivre.

      Cordialement

  • 18 juillet à 09:26 | Yet another Rabe (#4812)

    Re-,

    Toute proportion bien gardée quand même :

    - le populisme hitlérien a emmené à la shoah pour le peuple juif.
    6 millions de personnes mortes plus ou moins rapidement dans les camps de concentration.

    - le populisme rajoelinien emmène à la malnutrition et la famine pour le peuple malagasy.
    1,5 millions de personnes dans l’ agonie lente du kere à Madagougou, le plus vaste camp de concentration au Monde.

    Répondre

    • 18 juillet à 09:53 | Inglewood (#6780) répond à Yet another Rabe

      Restons sobres ! et comparons ce qui est comparable.

    • 18 juillet à 10:10 | arsonist (#10169) répond à Yet another Rabe

      Déjà victimes
      de kere,
      de famine,
      de malnutrition ["droit fondamental du citoyen Gasy" , selon l’abruti de DJ]

      et de plus, privées d’eau potable,

      les plus de deux dizaines de millions de populations Gasy miséreuses sévère
      doivent... en plus rester ... "sobres" ???

      Mince !
      Jusqu’où ira-t-on dans la misère ?

    • 18 juillet à 10:12 | vatolahy (#11348) répond à Yet another Rabe

      Interrogation troublante pour ma part__Comment le populisme hitlerien a pu amener les allemands jusqu’à la ’’solution finale’’ ,l’extermination des juifs allemands et autres ; Je n’ai pas connaissance des raisons de cette haine de TOUS les allemands envers les juifs allemands.Quels étaient leurs crimes ? des crimes impardonnables .? Comme la lecture de ’’Mein Kampf ’’ est interdite au quidam,le quidam ne le saura jamais

    • 18 juillet à 10:21 | arsonist (#10169) répond à Yet another Rabe

      Misy toerana izay nalehako tamin’ny andro naha zatovo ahy !
      Tsy lazaiko hoe aiza izy io !

      Nisy lanonana be tao.
      Dia hoy ity mpikabary iray izay hoe :
      "Mihinàna sy misotroa ! Rehefa voky dia mangereha !"

      Raha mba manana ny ampy hanaovana io kabary io izaho izao, dia ho ataoko tokoa.
      Singy tsy misy ny atoraka izao !

    • 19 juillet à 05:22 | umberto (#10893) répond à Yet another Rabe

      En dépit de tous aides reçus pour y parvenir et qu’on sait pas où sont finis !!

  • 18 juillet à 10:45 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum
    Comme dans la vie de tous les jours, il y a des lois et des disciplines à respecter au nom des bonnes mœurs, des coutumes et du bon voisinage n’est-ce pas ?
    C’est pareil en économie aussi bien en micro qu’en macroéconomie n’est-ce pas ? Et le fait de ne pas les respecter par ignorance ou par werawera ou par des mauvaises décisions voire des retards dans la prise des décisions entraine des conséquences incalculables voire catastrophique dans tous les domaines n’est-ce pas ? Sauf que les maladies peuvent se guérir facilement contrairement au redressement d’une économie mal en point qui affecte aussi le social au-delà de l’économique à proprement parler n’est-ce pas ? Et les résultats ne sont jamais à court terme n’est-ce pas ?
    Et certains pseudo-économistes prônent la suppression du MID (Marché Interbancaire de Devises) à l’heure actuelle comme solution, plus facile à dire qu’à faire dans le cadre de la libéralisation et de la mondialisation et dont les conséquences à court, moyen et long terme seraient destructrices pour l’économie nationale n’est-ce pas ? Pourquoi ? Parce qu’on réduit l’économie à sa portion incongrue en raisonnant seulement sur le côté importation en oubliant l’essentiel l’exportation qui fait rentrer les devises n’est-ce pas ? Ces économistes ont-ils évalué les conséquences du taux de change fixe sur notre exportation car une monnaie faible favorise cette dernière n’est-ce pas ? C’est le cas du yuan chinois dont la faiblesse irrite les occidentaux n’est-ce pas ?
    C’est un autre débat intéressant aussi qui mérite des réflexions en profondeur entre les pour et les contres pour éclairé l’opinion publique et les décideurs politiques n’est-ce pas ? J’espère que mt.com ne tardera pas à publier de l’éditorial allant dans ce sens .

    Répondre

  • 18 juillet à 20:49 | zandede (#10615)

    La réalité socio-économique de notre pays est facile à décrire. Il s’agit d’une société de consommation qui se décline à une société de jouissance. Pour développer le pays il faut changer de paradigme et créer une société de production au lieu et place de cette société de consommation. Comme nous disposons de ressources naturelles cette transformation est réalisable. Il faut cependant que le triptyque suivant doit être respecté : bonne gouvernance, de bons techniciens du développement et des patriotes responsables. Certes à la date d’aujourd’hui ce triptyque relève d’un voeu pieux mais sur les 26 millions de malagasy je pense que nous avons de bons patriotes qui pourraient atteindre cet objectif...

    Répondre

    • 18 juillet à 21:59 | zandede (#10615) répond à zandede

      Faut-il laisser le pays à la proie des vautours nationaux et/ou étrangers ?

    • 18 juillet à 22:00 | zandede (#10615) répond à zandede

      Faut-il laisser le pays à la proie des vautours nationaux et/ou étrangers ?

    • 19 juillet à 00:21 | lé dezertera (#11352) répond à zandede

      👍👍👍👍👍👍👍👍👍
      Oui sur les 26 millions, il y en a assez et satisfaisant, ils sont capables de remplir ce triptyque

    • 19 juillet à 01:06 | Rainingory (#11012) répond à zandede

      zandede,
      roa ihany dia ampy, fahendrena sy fahaiza-mitantana.

    • 19 juillet à 05:36 | umberto (#10893) répond à zandede

      Il y a des dizaines d’années que j’entend parler de DÉVELOPPEMENT de BONNE GOUVERNANCE de KOLIKOLY, REBOISEMENT, etc. mais à présent on est toujours là sur la ligne du départ !!
      Et donc quand on commence sérieusement à y travailler ??
      Pendant que les vols des ressources continuent il est inutile de parler des mirages et des projets pharanoesques qui attirent seulement les naïfs et les campagnards, désolé pour eux, pour n’être pas en mesure de comprendre .

  • 19 juillet à 09:18 | Yet another Rabe (#4812)

    Miharahaba ny rehetra,

    Omaly aho dia nihaino hatramin’ny farany naha dia lava, ary maharitra sahabo 2 ora, ny resaka nataon’ ny solombavambahoaka Jean Brunelle Razafitsiandraofa, niharaka t@ Gascar Fenosoa tao @ "l’ Invité du Jour" :

    Ary nahafinaritra sy nahaliana ahy, ilay resak’ ilay rangahy.

    Marina fa IRD miloko volomboasary ingahirainy, fa hitako fa manana @ teny frantsay hoe "esprit critique et ne met pas sa langue dans sa poche pour appeler un chat un chat" ilay olona.

    Henoy manomboka eo @ 1h24 mn eo ho eo, ilay fanontanian-tenan’ i Jean Brunelle, hoe "Mahaleo tena ve isika ?"

    Ary mamaly izy @ teny mahery, tsy misy fandraisana andraikitra, "initiative" mihintsy miainga avy @ ny Gasy koa na "hatramin’ ny hoe hangery mbola handrasana mpamatsy vola".

    Ireo teny mahery navaokan’ i Jean Brunelle Razafitsiandraofa ireo dia mifanojo @ ilay teny nosoratako hoe acculturé "hatramin’ny tsinay maintiny" ny Gasy.

    Miainga avy @ ny toe-tsaina ny fivoarana ny Gasy ka miainga avy @ ny , "autonomie de décision" -> "Prise de décision" -> "Prise de responsabilité pour assumer la décision."

    Mankahery ny besinimaro aho mba mihaino tanteraka io "L’ invité du Jour" t@ 14 juillet 2022, satria misy ho entina am-bava omana, am-po miheritreritra.

    Mankasitra

    Répondre

    • 19 juillet à 10:42 | Shalom (#2831) répond à Yet another Rabe

      Tena tsara ho henoin’ny maro an’isa ny voalazany.
      Antenaina fa tena foto-kevitra sy tena ao an-tsainy tokoa ny voalazany.

    • 21 juillet à 10:29 | vatolahy (#11348) répond à Yet another Rabe

      Et si les vautours s’envolent demain et brusquement que ferons nous de nos richesses naturelles comme l’uranium ou nos terres rares .

  • 19 juillet à 19:41 | Yet another Rabe (#4812)

    Re-,

    Le livre intitulé « L’énigme et le paradoxe » tente d’expliquer pourquoi un pays qui n’a pas connu de guerre depuis son indépendance ne cesse de régresser alors que d’autres états du continent voisin qui ont traversé des crises graves sont parvenus, malgré tout, à se développer.

    https://stileex.xyz/enigme-paradoxe-analyse-crises-socio-politiques-madagascar/

    Répondre

  • 20 juillet à 19:13 | Turping (#1235)

    L’échec du werawera se manifeste par le non avancement réel sur le collectif .
    - Le bla bla endémique fait partie de l’image reflétée par l’ensemble des dirigeants et les partis politiques qui se battent pour leur beefsteak mais non pas pour Madagascar et son peuple.
    - On se pose toujours la question :pourquoi les autres pays qui n’ont même pas les potentialités qu’offre Madagascar le devancent très loin ???
    - Même un gamin de 3 ans peut donner la réponse !
    - Du travail ,travail ,travail ,.....le remède de la croissance économique se cache là à condition que Madagascar soit dirigé par les Hommes et femmes honnêtes non opportunistes , non corrompus ....Créer du travail , et de l’enrichissement . Au lieu de détourner les fonds publics ,redistribuer les richesses .La famine et les malnutritions sévissent encore .Donc ,la clé du démarrage économique se repose sur l’essor de la politique AGRICOLE et le développement des infrastructures .Travailler durement sur la lutte contre la corruption et les trafics illicites en l’occurrence sur les trafics miniers et l’or qui s’exportent en catimini . Les pays qui se développent comme la Chine par exemple a une très grande réserve en or .
    - Madagascar est une île ,pourtant les malagasy ne mangent pas de poissons convenablement .Les bateaux de pêche chinois etc.... raflent tout car il n’y a pas de zones de protections maritimes .....
    Il était temps de se réveiller collectivement pour dénoncer les dérives qui persistent depuis fort longtemps et accentuées par la révolution orange ....C’est une vraie révolution qu’il faut mais non pas une révolution pour les intérêts restrictifs .
    Masina ny Tanindrazana !

    Répondre

    • 21 juillet à 09:50 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à Turping

      Bonjour Turping
      Les pays développés et émergents ont investi dans une éducation basée sur l’excellence et au service du développement n’est-ce pas ?
      On ne doit plus se contenter d’une éducation comme objectif aussi bien pour les parents que pour l’État avec notre satisfaction d’avoir un diplôme en poche et un taux de réussite élevé n’est-ce pas ? Ces critères ne sont pas mauvais en soi mais doivent être suivi des suivants :
      - Quelle porte va s’ouvrir à ces nouveaux diplômés ?
      - Quelle "valeur ajoutée" va-t-elle donner au pays ?
      N’oublions pas que l’éducation est un investissement à long terme et couteux pour les parents et le pays n’est-ce pas ? Quand le retour sur cet investissement se faisait attendre ou ne contribue pas au développement de la famille et du pays, c’est une perte énorme n’est-ce pas ? C’est notre cas depuis plus de soixante ans et ce sont les autres qui profitent de toutes nos richesses (sol-sous-sol- air et mer) n’est-ce pas ? Ce sera encore le cas pour les prochaines décennies si nous continuons à faire de l’éducation un objectif comme auparavant et s’attendre à. résultat différent n’est-ce pas ? Il est grand temps pour nous de transformer l’éducation en un moyen pour réussir sa vie et développer son pays n’est-ce pas ? Des balbutiements allant dans ce sens existent déjà au niveau des particuliers ( formation à très court terme sur l’élevage et d’autres métiers comme la couture, la coiffure et les mécaniques , etc...) mais c’est encore trop marginal pour devenir un levier de développement pour le pays n’est-ce pas ? Il faut que l’État et les collectivités décentralisées de proximité leurs emboîtent le pas pour valoriser nos richesses à travers une bonne connaissance indispensable à leur exploitation de façon rationnelle n’est-ce pas ? C’est le rôle de l’éducation en tant que moyen mais pas comme objectif et c’est notre devoir à tous n’est-ce pas ? Il faut y aller pas à pas et plus qu’hier et moins que demain n’est-ce pas ? Il n’est jamais trop tard pour bien faire.

    • 21 juillet à 10:24 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à Turping

      Sans oublier qu’à travers l’éducation la première république ont façonné des bons fonctionnaires compétents dans leurs domaines respectifs pour remplacer les colonisateurs n’est-ce pas ? L’adéquation formation emploi était encore respectée n’est-ce pas ?
      Et la démocratisation de l’enseignement lors de la deuxième république a transformé notre éducation en objectif avec sa volonté de voir des diplômés chômeurs plutôt que des gens sans éducations n’est-ce pas ? Comme l’oisiveté est la mère de tous les vices, l’ère des affairistes sans foi ni loi a remplacé petit à petit celle des bons fonctionnaires compétent et honnête n’est-ce pas ? Et cela continue jusqu’à maintenant avec une éducation au service des diplômes en tout genre qui font la risée de tous avec un Bac+4 ou un médecin chauffeur de taxi voire un Bac- PRM et ministre n’est-ce pas ?
      Et voilà un constat amer pour notre pays mais peut-on en faire autrement et comment ?

    • 21 juillet à 10:56 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à Turping

      Sans oublier le rôle de l’éducation lors de la première république qui se résumait à former des fonctionnaires compétent et honnêtes pour prendre la relève des colonisateurs : l’adéquation formation emploi était respecté et l’éducation remplissait son rôle de moyen pour faire marcher l’administration n’est-ce pas ?
      Et la deuxième république avait fait plus avec la démocratisation de l’éducation qui a transformée cette dernière de moyen en objectif (le choix de voir des diplômés chômeurs plutôt que le contraire) n’est-ce pas ?
      Comme l’oisiveté est la mère de tous les vices, les affairistes sans foi ni loi ont supplanté les bons fonctionnaires compétents et honnêtes dans tous les domaines n’est-ce pas ? Et cela continue et va continuer encore si l’éducation reste toujours un objectif pour être diplômé n’est-ce pas ?
      Apparemment tout le monde s’en contente et ne veut pas de PSE ni qu’on touche aux différents diplômes devenus une fierté (CEPE au Bac+) n’est-ce pas ?
      C’est un constat amer de voir des Bac+4 et des médecins chauffeurs de taxi et des Bac- PRM et ministre n’est-ce pas ? Peut-il être autrement sans changement radical apporté par l’éducation dans le pays et comment y parvenir ?

    • 21 juillet à 14:55 | Turping (#1235) répond à Turping

      Pqmd bonjour
      Alaikoum salam ,
      Merci pour votre réponse instructive au moins on peut débattre avec quelqu’un de sensé.
      - Au-delà de permettre à l’enfant de se construire librement un avenir, l’éducation constitue le socle du développement durable n’est-ce pas ?. Or, ce droit à l’éducation n’est plus à la portée de tout le monde notamment à Madagascar pourtant un état providentiel censé d’accomplir son rôle pour promouvoir à l’égalité sociale doit assumer son rôle malgré le coût exorbitant engendré du système éducatif.
      - Logiquement, l’éducation permet à l’enfant de s’insérer dans le tissu socio-économique local et d’accéder à un emploi stable et durable. Elle stimule la productivité, l’innovation et l’entreprenariat .Pour ce faire ,il faut s’adapter à une politique permettant de mettre en oeuvre les besoins permettant de répondre à la conjoncture structurelle n’est -ce pas .Un élève ayant décroché un baccalauréat ou celui qui a un bac +4 ne devrait systématiquement être un fonctionnaire pour être un bureaucrate pour être coincé dans son bureau quotidiennement mais plutôt devrait occuper le terrain .L’échec de la colonisation post coloniale se repose en quelques sortes sur ce critère mal placé .Pourtant Madagascar a besoin des ingénieurs et des techniciens agronomes n’est-ce pas ? J’emprunte votre style (n’est-ce pas sans le répéter à tout bout de champ).Pourtant ,comme je l’ai mentionné pus haut : les malnutritions et la famine sévissent encore dans un pays où normalement il y a les potentialités pour s’en sortir comme au brésil .

      - Une éducation de qualité participe à une meilleure compréhension des enjeux politiques et économiques d’un pays et permet à chacun de s’impliquer dans la société et d’accompagner l’évolution d’un pays vers un développement économique et une stabilité politique. Les adultes ayant été scolarisés sont plus à même de comprendre l’importance de scolariser leurs enfants et deviendront ainsi acteurs du changement, mettant peu à peu un terme aux cycles générationnels de pauvreté et d’analphabétisme au sein de leur société.
      - Je répète plusieurs fois ; à travers l’éducation qui devrait être bien calibrée ,un état digne de son nom devrait innover ,créer des emplois qui répondent aux besoins réels et structurels des malagasy sans singer forcément ce qui se passe ailleurs . Trouvez -vous normal quelqu’un ,un Ministre ou ses acolytes qui n’ont fait que détourner les deniers publics se pavanent dans un 4X4 Toyota V8 , ... sans avoir fourni des plus values ni de vraie richesses leur permettant de se bomber le torse . ? Non !
      - Par contre ,quelqu’un ayant travaillé beaucoup ,après avoir créé des emplois et qui créent de richesse mérite de s’offrir quelques choses de luxe par la voie du MERITE ,et encore cela fait honte dans un pays où les 80% de la population vivent sous le seuil de la pauvreté .

    • 21 juillet à 15:10 | Turping (#1235) répond à Turping

      Hormis de tout ce qui a été dit :
      - La décentralisation effective et financière sont plus que nécessaires .Ceci sous entend ,il faut entamer des reformes profondes .Les séquelles laissées par la colonisation , après l’ère néo-coloniale continue de faire toujours de ravage dans un système non évolutif .
      - Il n’existe nulle part d’un méga système étatique qui pourrait tout gérer alors que la CORRUPTION devient un système irréversible .Remarquez ,à 95 % des posts qu’on lit quotidiennement ici ,ne sort du raisonnement limité qui se focalise uniquement sur un personnage contre untel et l’inverse .Pourtant ,le post d’un président n’est que passager n’est -ce pas ? c’est la création des vraies institutions fortes et des sociétés civiles pouvant répondre aux besoins réels de la population qui est le plus important.
      - Pourtant ,ailleurs dans les pays qui se développent chaque commune et chaque région a une autonomie totale pour gérer les affaires locales et les collectivités territoriales .C’est de ce côté ,qu’il faut singer intelligemment si on veut que le côté collectif avance réellement .

  • 21 juillet à 10:32 | vatolahy (#11348)

    La France a un institut de la recherche avec des chercheurs qui ne trouvent rien ; Ils sont des fonctionnaires

    Répondre

  • 23 juillet à 10:08 | râleur (#3702)

    Actualité
    Madagascar : Andry Rajoelina, le maître des désillusions
    Jul 22, 2022 - 18:01
    Madagascar : Andry Rajoelina, le maître des désillusions
    A dix-huit mois de la fin de son mandat, le président continue de faire des promesses tous azimuts alors que la Grande Ile s’enfonce un peu plus dans la misère.

    Répondre

    • 23 juillet à 16:47 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à râleur

      Bonjour râleur,
      La promesse n’engage que ceux qui y croient donc peu de gens n’est-ce pas ?
      Mais le pire c’est sa pratique de déshabiller Pierre pour habiller Paul dans tous les domaines n’est-ce pas ?
      Le régime n’a pas payé les pétroliers pour réaliser ses velirano, la part importante du budget de la présidence dans la loi de finance depuis 3ans en est la preuve vivante et c’est pareil pour le non paiement des factures de la Jirama par les ministères qui bénéficient pourtant chaque des fonds alloués par la loi de finance.
      Cette pratique de l’afindrafindrao se généralise à l’heure actuelle et affecte presque toutes les finances publiques ( salaire-vacation- ristourne, etc...) n’est-ce pas ? Quid du prochain rapport de la cour des comptes devant ce détournement de fonds comme mode de gouvernance ? Ce régime ne respecte plus rien et continue à tromper son peuple indéfiniment et dans tous les domaines n’est-ce pas ? C’est une perte énorme pour le pays mais pas pour les hommes du PRM qui continuent à profiter de son ignorance pour s’enrichir sur le dos du peuple en le poussant à s’attribuer tous les marchés possibles et imaginables, générateurs des commissions n’est-ce pas ? Nous avons un PRM commissionnaires à la tête de l’État et ne nous étonnons pas si l’argent public fond comme neige au soleil n’est-ce pas ? Mme Claudine R. du HVM est en prison mais sa pratique est devenue la mode de gouvernance à l’heure actuelle n’est-ce pas ? Les mamans et les papa sosy se multiplient à la vitesse grand V et promettent des monts et des merveilles n’est-ce pas ?

  • 23 juillet à 17:53 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Concernant l’invité du jour d’hier en la personne de JJR tenant de la théorie du taux change fixe avec une revalorisation éventuelle de l’Ariary à 200% comme solution pour améliorer le pouvoir d’achat. Gasikara Fenosoa de REAL TV a suivi aveuglément son exposé et a oublié de poser les bonnes questions suivantes pour le confronter n’est-ce pas ?
    Primo : Quid de l’impact de sa politique de taux de change fixe et de relance économiques sur nos réserves en devises évalués en mois d’importations ? Prenons l’exemple des réserves en devises équivalent à 03mois d’importations avec 1Euro/1Usd à 4000Ar. Si l’Euro et le USD sont à 2000Ar, qu’est qui va se passer ? Cela équivaut à booster les importations et on n’aurait plus que 1mois et demi d’importations pour nos réserves en devises n’est-ce pas ? Si on y ajoute sa politique de réhabiliter tous les bâtiments publics pour relancer l’économie dans un pays où on doit tout importer en devises mais pas en Ariary pour y parvenir n’est-ce pas ?
    Les devises vont se tarir et se revaloriser et l’Ariary va dévaluer d’elle-même car on accepterait de payer plus d’Ariary pour en disposer (la loi de l’offre et de la demande de devises ) n’est-ce pas ?
    Sans oublier que de tels changements de pratique monétaire peuvent pas se faire sans conséquences sur la situation économique du pays :
    Quid du sort des stocks des produits déjà importés ? Des ventes à pertes ?
    Quid du sort des stocks des produits d’exportation ? Des ventes à pertes également à l’exportation ? Prenons l’exemple de la vanille verte acheté à 75 000Ar le kilo pour une revente à l’exportation de la vanille conditionnée à 250Usd le kilo avec un taux de change à 5000Ar le USD. Si le taux devient 2000Ar pour 1 USD, imaginons les conséquences pour les exportateurs. Comment vont-ils s’en sortir avec des financements bancaires éventuels ?
    En un mot comment va s’opérer la transition pour notre économie nationale (gains et pertes de change, réserves en devises, pouvoir d’achat, etc...) ? Cela résume le coût du passage de la théorie à la pratique dans le temps et l’espace n’est-ce pas ? C’est la limite du calcul sur table qui ne tient pas compte des contextes (un pays qui importe tout à l’endroit duquel vous voulez revaloriser sa monnaie par un taux de change fixe).

    Répondre

  • 23 juillet à 19:39 | tsimahafotsy (#6734)

    " il est vrai que quand on a une mentalité qui ne s’est pas embarrassée de scrupules pour faire un coup d’Etat dans le passé, il n’y a pas de raison d’avoir des scrupules à faire un mauvais coup de l’Etat contre les entreprises dans le présent. En attendant le boomerang dans le futur." sic.

    Il n’y a pas que le boomerang économique , il y aura aussi les conséquences de l’équivalent de l’agent orange sur la génération orange, ces enfants nés après 2006, la génération qui a grandi sous l’ère orange.

    L’agent orange c’est le défoliant déversé sur le Vietnam par l’armée étasunienne entre 1964 et 1975 pour anéantir la forêt où se réfugiaient les combattants vietcongs et détruire les récoltes, et les paysans.
    Les conséquences de l’agent orange ont non seulement ravagé la santé des personnes qui ont vécu la guerre, mais également celle de leurs descendants.
    Les effets se font aujourd’hui ressentir jusqu’à la quatrième génération.
    L’agent orange à Madagascar se nomme werawera, déscolarisation, analphabétisme, religiosité, destruction de la forêt par l’exploitation des bois de rose et le charbon de bois, pillage des ressources halieutiques par les chinois et les japonais, etc. etc...
    Pas de scrupule pour faire un coup d’état, pas de scrupule pour détruire toute une génération pour les rendre malléables et inaptes à toutes révoltes jusqu’à la quatrième génération.
    Dans mon village de la côte Est, je ne côtoie que des ados sachant à peine lire et écrire !
    Aucun avenir en perspective ! A part manœuvre, ou charbonnier !

    Répondre

    • 24 juillet à 16:15 | Inglewood (#6780) répond à tsimahafotsy

      Au vue l’origine de son pédigré du petit Timonier de l’Océan Indien, l’enfer était pavé de bonnes intentions ; nous sommes allés de l’indécence jusqu’à l’écœurement.
      Nous y voilà !

    • 25 juillet à 10:33 | tsimahafotsy (#6734) répond à tsimahafotsy

      Timonier : Personne qui tient le timon la barre du gouvernail, qui s’occupe de la direction du navire.
      Au figuré : Conducteur, guide.

      Rajoelina ne tient rien, ne conduit rien, ce n’est pas un guide mais une marionnette aux mains d’une mafia.
      Je suis à Tana et j’ai diné l’autre jour avec des amis qui ont des liens avec le clan Rajoelina.
      Ils m’ont raconté que le Dj pleurniche des fois et se plaint des gens "qu’on" a mis autour de lui, une garde rapprochée mise en place par Rapieramanga qui contrôle tous ses décisions, faits et gestes, qu’il ne peut rien faire, qu’il n’est pas obéi et qu’au sein du palais, on vit dans la trahison et les coups bas permanents.
      2023 va être chaud car R8 ne pourra pas se présenter.
      Les dossiers sont prêts sur le plan judiciaire pour qu’il ne puisse pas présenter sa candidature.
      Efa tampina ny daomy hono é.

    • 25 juillet à 21:33 | vatolahy (#11348) répond à tsimahafotsy

      Ils vivent depuis si longtemps dans un état de misère qu’ils ne voient plus leur misère __Pas de révolte pour demain

  • 25 juillet à 19:35 | Inglewood (#6780)

    j’étais à Tana en Juin 2022. J’avais dîné avec le cercle du Bleu de l’azur.
    Il a déjà son joker pour la situation. Le reste ne sera qu’une formalité.
    Pour Mac’Ra8, son cas est scellé.

    Répondre

  • 25 juillet à 20:30 | Rainingory (#11012)

    Inglewood,

    Bleu d’azur = blue stone, Pablo Escobar, rapiera bleu ve ?

    Raha izay dia iza no joker-ny ? Ylias ? Hajo ?

    Fa i Ra8 indray, raha mangarahara ihany ny fifidianana vao tàfa ilery.

    Répondre

Réagir à l'article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, merci de vous connecter avec l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS