Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 20 octobre 2021
Antananarivo | 19h49
 

Tribune libre

Quelques suggestions pour l’après Maputo

jeudi 13 août 2009 | Georges Rabehevitra

Mes suggestions pour les modalités de mise en place du Président de la Transition et de tous les membres du Gouvernement.

• Pour la Présidence et pour le premier ministre, je propose que ce soit par voie d’élection (bulletin secret) que cela se passe.

• Il faut tout d’abord composer le collège d’électeurs. Là-dessus, je n’ai pas d’idée particulière aussi bien sur la composition ni le nombre mais partir de la délégation officielle présente à Maputo serait peut-être une bonne base. Pourquoi pas par exemple 4 membres de chaque délégation, cela ferait 16 personnes. Je précise que le but de cette élection est surtout de donner un caractère électif au poste et non pas de choisir les électeurs en fonction de la représentation nationale (on verra cela dans 15 mois). De toute façon, pour moi, ces 4 mouvances ne représentent qu’elles-mêmes mais au moins elles existent ;

• Chaque électeur peut faire acte de candidature comme Président ou comme Premier Ministre, exclusivement (soit l’un ou l’autre des 2 postes pas les 2 en même temps). Comme cela au moins, on parlera de Président élu et non pas sorti d’un chapeau après une transaction secrète. Les citoyens que nous sommes méritent un minimum de transparence ;

• L’élection se fera par élimination en gardant les 2 premiers au 2è tour. Une abstention donne ½ voix à chaque concurrent ;

• Au 2è tour, l’élu sera celui qui aura le plus de voix, et ils seront départagés par l’âge en cas d’égalité. Une fois le Président élu, on passe à l’élection du Premier Ministre, mais il est bien entendu que le Président déjà élu ne peut pas voter pour un premier ministre ;

• Les élections des 2 têtes de l’Exécutif provisoire se feront l’une après l’autre, pour éviter les tractations inutiles ;

• Le Président ainsi élu et tous les membres du Gouvernement n’auront pas le droit de se représenter à aucun mandat électif lors des prochaines élections. Cela évitera peut-être que certains se servent de la transition comme d’un tremplin politique, en utilisant les moyens de l’Etat ;

• Pour les membres du Gouvernement, prendre plutôt des techniciens, n’appartenant à aucun parti politique. Il y a assez de personnes apolitiques, compétentes et expérimentées dans notre pays. Puis de toute façon la mission de la transition est beaucoup plus technique que politique.

• La déclaration de patrimoine à l’entrée et à la sortie de ce Gouvernement est obligatoire, rendue publique et devra se faire auprès du Bianco et de l’Inspection des Finances ;

• Aucun membre du Gouvernement ne pourra faire partie du comité de soutien ou être dans l’équipe d’un candidat aux élections présidentielles, sinon il doit démissionner de son poste au moins 6 mois avant la date prévue de ces élections.

Je sais bien que mes suggestions n’ont rien de très juridique mais je suis pour le pragmatisme car pendant que les discussions intellectuelles continuent, l’économie et l’Administration du pays tombent en ruine. Le but est de colmater les brèches du navire existant pour poursuivre la route, en attendant l’architecture et la construction du nouveau.

Bon comme d’habitude, j’écris pour le plaisir d’écrire mais je sais bien que pour les politicards de tous bords et les vautours en tous genres, c’est déjà la course au fauteuil et à la gamelle. Par ici la bonne soupe !

Mais moi aussi, j’ai le droit de croire au Père Noel même si on n’est que mi-août.

Georges RABEHEVITRA

PS pour la nostalgie : pour les gens de mon âge qui habitaient sur la côte sud ouest (vers Tuléar et Morombe) dans les années 70, Maputo s’appelait encore Laurenço Marquès. Il y avait une base américaine qui diffusait les derniers tubes de la Tamla Motown sur l’AFN (American Forces Network).

3 commentaires

Vos commentaires

  • 13 août 2009 à 08:27 | meloky (#637)

    A G. Rabehevitra !

    Il ne faut pas créer une autre malaise dan les temps d’intemperiii !

    On savait, c’est un grand effort que les 4 mouvances ont été atteint à Maputo ! Et maintenant, ceux qui n’ont pas pu mettre aucune pousse de pousse veulent autres choses. Ce n’est tout à fait assez sage de proposistion !

    On a déjà une ligne très bien soulignée pour mettre en oeuvre nos propos : la resolution eventuelle de la crise. Et que la 4ème Republique soit en avance, et la trasintion ne crée plus des problèmes. Quelle résolution de Maputo soit plus eclaircissante que celle a qui est déjà acquise !!!

    En presentant des sujets dans les journaux ou quotidiens comme celles-ci, entant que citoyien, nous nous suggerons que les journalistes puissent éviter telles genres d’actes de provocation ou des manipulations des opinions publiques !!!

  • 13 août 2009 à 10:21 | Albatros (#234)

    Bonjour,

    Encore une fois je suis d’accord avec vous.
    Ce système de mise en place a l’avantage d’être simple et sans ambiguïté. Mais, comme vous le soulignez, il ne correspond pas aux souhaits des candidats.

    Ce qu’il veulent tous, ce n’est pas le bien du peuple, mais être Calif à la place du Calif.

  • 13 août 2009 à 15:30 | da fily (#2745)

    Ecrivez, Georges, écrivez toujours, je lirai volontiers. Je vous suis.

    Et pour ceux qui auraient peur d’être influencer par les écrits de mr Rabehevitra, de Ndimby ou de Rom1 on pourrait leur conseiller d’aller sur d’autres sites, non ?

    Plaisir d’écrire, plaisir de lire.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS