Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 27 septembre 2021
Antananarivo | 18h31
 

Tribune libre

Lettre ouverte à Messieurs les ministre et secrétaire général du ministère de l’Enseignement superieur et de la Recherche scientifique

mardi 10 septembre 2013

"Celui qui ouvre une porte d’école ferme une prison." Victor Hugo.

Monsieur le Ministre,

Monsieur le Secrétaire Général,

Je vous prie de m’excuser en venant perturber votre tranquillité, mais la situation commande que je vous adresse cette lettre.

1-Contexte : la perte du « hasina » de l’enseignant

- Comme la quasi totalité de mes collègues de l’Université d’Antananarivo, durant l’année universitaire 2011-2012, j’ai assuré mes cours, j’ai fait passer les examens, j’ai procédé aux corrections des feuilles de mes étudiants et déposé les notes. Jusqu’à ce jour, je n’ai pas été payée. Cela non faute d’avoir revendiqué, négocié, supplié et, malgré moi, fait la grève. Par souci de l’intérêt des étudiants et des parents, comme mes collègues, j’ai accepté de reprendre les cours et procédé déjà à des tests dans le cadre de contrôle continu pour le compte du premier semestre de l’année universitaire 2012-2013 ;

- Lors du Conseil national du SECES, au mois de juillet 2013, M. le SG du MeSupReS a dit, sans état d’âme, que la priorité du ministère était d’assurer le paiement les bourses des étudiants et le salaire du Personnel administratif et technique de l’Université. La cerise sur le gâteau, il a « prévenu » (c’est presque un euphémisme car çà ressemblait à s’y méprendre, à une menace à peine voilée) que « si les enseignants avaient des velléités de grève, ils trouveraient le ministère en face d’eux » (traduction libre) ;

- La non application des trois décrets que le Ministre des Finances a signés en 2009 et pour lesquels il a donné l’assurance que le Gouvernement allait procéder à leur application, notamment celui relatif à l’indemnité de recherche. La mauvaise foi et la parole donnée non tenue sont les signes d’un profond mépris du « Hasina » des enseignants ;

Il faut supplier, s’humilier pour avoir son salaire qui est un dû et non une aumône.

- Les heures complémentaires de l’année universitaire 2011-2012 des enseignants de certaines universités dans les autres Faritany auraient été payées (j’utilise le conditionnel car il est impossible de vérifier cela faute de transparence dans la gouvernance).

2- S’indigner sans jamais désespérer

J’ai toutes les raisons de me sentir désespérée. Et bien non. Dieu merci, je jouis encore de cette liberté de parole, mais surtout j’ai encore foi en cette mission d’enseigner. Et c’est le but de cette lettre que je vous adresse solennellement, car comme le disait Marc Aurèle « Que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé et le courage de changer ce qui peut l’être mais aussi la sagesse de distinguer l’un de l’autre. »

La vie a démontré qu’il y a un temps pour tout. Un temps pour se taire, un temps pour parler. Aujourd’hui, les circonstances, le seuil du tolérable a atteint ses limites. Se taire équivaudrait à être complice d’un Etat de non droit dont le mode de gouvernance se fonde sur l’injustice et la duperie.

Je vous écris cette lettre parce que je voudrais vous énoncer quelques convictions quant à ma VOCATION d’enseignante. Et pourquoi, je continue d’enseigner, d’instruire, d’éduquer, et ce malgré votre volonté de destruction massive de cette noble tâche, de cette Nation.

Comme pour beaucoup d’autres collègues, être enseignante, pour moi, n’a jamais été un choix de carrière, mais UN CHOIX DE VIE. Et l’enseignement n’a jamais été un métier, c’est d’abord et avant tout une sorte de SACERDOCE. Oui, ne souriez pas, un SACERDOCE. Certes, je ne prétends pas pouvoir tout enseigner à un homme, à une femme, tout au moins je peux seulement l’aider à le/la trouver en lui, en elle.

Ceci vous paraît, sans doute, ringard et grandiloquent, mais en tant qu’enseignante, je me considère comme un chemin à travers lequel passe la connaissance de génération en génération, parce qu’enseigner à des jeunes filles et des jeunes hommes c’est comme préparer des jeunes filles et jeunes hommes à devenir des femmes et des hommes meilleurs et conscients de leur place, de leur responsabilité dans cette société malagasy, à trouver ce qu’ils doivent apporter pour leur pays. C’est cette passion qui est mon humble contribution à la construction de ce pays.

Que certain dirigeant qui prétend nous gouverner n’ait pas de considération, encore moins de respect pour les ENSEIGNANTS en général et des enseignants de l’enseignement supérieur en particulier, je peux le comprendre. Il est ce qu’il est et comme disait un sage africain « Même on posant une couronne sur la tête d’un âne, il restera un âne ». Mais que vous Messieurs, professeurs d’université de votre état, vous manifestiez ce mépris et cette déconsidération à l’égard de ceux qui, par leur enseignement, enseignent à toute la famille, voire à toute une Nation, ce n’est pas tolérable. Lorsqu’une société décide, par la bêtise de ses dirigeants, que les enseignants ne sont qu’une quantité négligeable, c’est que cette société ne peut pas s’enseigner, ne peut pas s’améliorer.

Baruch Spinoza disait « Il vaut mieux enseigner les vertus que condamner les vices. ». C’est cela que j’ai essayé d’enseigner à tous les jeunes que j’ai eus le bonheur de rencontrer durant ces 23 années d’enseignement. Tout au long de cette vie, année par année, inlassablement, j’ai essayé d’enseigner pour inspirer à mes étudiants le désir d’apprendre, à être meilleurs, à être des femmes et des hommes responsables, des futurs leaders de leur pays. J’ai essayé d’accompagner chaque étudiant pour qu’il puisse affronter les problèmes de sa vie personnelle, sa vie de citoyen, le devenir de sa société.

J’aime, pour ne pas dire j’adore enseigner. Et j’ai rencontré beaucoup de femmes et d’hommes heureux qui avaient cette flamme de transmettre non seulement du savoir et du savoir-faire, mais aussi et surtout du savoir-être. Oui, j’ai connu des enseignants qui avaient le sens élevé d’une mission civique et éthique de leur « profession ». Oui j’ai côtoyé des femmes et des hommes heureux qui se sont donné corps et âme pour mener à bien leur mission d’enseignant(e), pour faire de l’université, de l’école, une plate-forme où il y a un minimum d’égalité et dans laquelle l’on peut se sentir citoyen. Oui, l’instruction, l’école, l’université constituent des lieux et des espaces d’apprentissage à la citoyenneté, à la responsabilité et au sens du bien commun. Les enseignants en sont le levier au même titre que les parents.

Je laisse à votre appréciation cette phrase de Kuang Chung « Si vous planifiez pour un an, plantez une graine. Pour dix ans, plantez un arbre. Pour cent ans, éduquez le peuple. »

Au-delà de la question d’argent, je viens vous demander d’être justes, d’être équitables et d’être des hommes de droit et de procéder à une juste rémunération d’un travail, d’une tâche accompli(e). Car comme disait Guy Bedos, un humoriste mais un homme plein de sagesse « Il faut payer les enseignants. Sinon, c’est les enfants qui payent. »

Forte de cela, je suis prête à renoncer à mes heures complémentaires pour renflouer les caisses de l’Etat, pour améliorer les conditions de l’université, si j’ai l’intime conviction que toute la classe politique, les dirigeants à tous les niveaux du pays renoncent à être outrageusement payés, sans avoir vraiment travaillé à la sueur de leur front.

Monsieur le Ministre, Monsieur le SG, avec tout le respect que je vous dois, je dis que le silence et la frustration de tout un corps ne transforme pas les mensonges en vérité. Les enseignants, même si parmi eux il existe des brebis galeuses, ne méritent pas ce traitement, ce mépris que vous leur infligez depuis trois années. Je voudrais emprunter à Lionel Jospin pour dire que « On ne peut pas réformer l’Education Nationale sans les enseignants ». je dirais,, on ne transforme pas l’université sans les enseignants. J’ose espérer que vous aurez la sagesse de considérer cette lettre ouverte, non comme une condamnation, mais comme l’interpellation d’une citoyenne éprise de justice et d’équité, comme un appel pour restaurer le prestige de l’enseignant, afin que la mission d’apprendre ne soit pas dissoute dans la profession.

Veuillez agréer, Monsieur le Ministre, Monsieur le Secrétaire Général, l’expression de mes cordiales salutations.

Antananarivo 04 septembre 2013

RAHAINGO-RAZAFIMBELO Marcelline
Chercheure-Enseignante
Chef de Département Services aux Utilisateurs
Centre d’Information et de Documentation Scientifique et Technique

22 commentaires

Vos commentaires

  • 10 septembre 2013 à 08:18 | hrrys (#5836)

    MR avec un déficit budgétaire à l’ordre de milliards et la précampagne qui est en cours je peux vous dire qu’on devrait se

    • 10 septembre 2013 à 08:20 | hrrys (#5836) répond à hrrys

      contenter de nos salaires de base et éviter de penser les indemnités .

    • 10 septembre 2013 à 09:44 | Bena (#494) répond à hrrys

      "si vous voulez rester le plus longtemps possible au pouvoir sans élection, que votre peuple soit le plus nul possible, engagez des fram et ne les payez pas", SEM Andry Nirina Rajoelina

    • 10 septembre 2013 à 12:56 | hrrys (#5836) répond à Bena

      Ce systéme ne date pas d’hier on va voir les programmes de ces candidats sur le plan éducation

  • 10 septembre 2013 à 08:28 | jansi (#6474)

    Je laisse à votre appréciation cette phrase de Kuang Chung « Si vous planifiez pour un an, plantez une graine. Pour dix ans, plantez un arbre. Pour cent ans, éduquez le peuple. »

    Eux, ils n’ont pas besoin de planifier car ils ne savent pas faire cela. Le BDR se vend comme des petits pains au jour le jour. 1.000.000.000 % plus rentable . Et n’oubliez jamais. L’enseignement, l’école, l’université, le savoir, ils s’en f... éperdument. Ils ne savent pas ce que c’est.

    • 10 septembre 2013 à 08:49 | hrrys (#5836) répond à jansi

      jansi on est loin trés trés loin de cela ,les aides extérieures ont été suspendues à cause de nos mauvaises gestion

    • 10 septembre 2013 à 09:49 | jansi (#6474) répond à hrrys

      VOUS ? etes vous tres tres pres de cette mauvaise gestion qui a empiré depuis 4 ans ?

    • 10 septembre 2013 à 16:50 | hrrys (#5836) répond à jansi

      oui mais que puis je faire ? je ne suis ni ordonateur ni comptable je ne posséde pas aucun pouvoir de décision

  • 10 septembre 2013 à 11:05 | Rakotoasitera Fidy (#2760)

    Rester insensible à cette lettre ouverte , c’est au dessus de mes forces

    Je pose la question suivante

    Est ce que l’un (ou l’une) d’entre nous , ici en France , supporterait de travailler
    et de ne pas etre payé pendant plus d’un an ??

  • 10 septembre 2013 à 11:31 | lanja (#4980)

    Mahatsiaro ny mpampianatra rehetra hatramin ny primaire ,dia manetry tena ary sorena mahita ny tsy rariny mahazo azy ireo, namangy prof teny @ université izay aho, nampianatra ahy, saika tsy nino aho nahita ny trano fonenany, fa izao , nandresy izay nanao tolona tamin ny 2009 , koa tohizana tsara ny asa, na payé na tsy payé, tsy misy migrevy izany, efa miantrana ambava basy ny miaramila , miandry izay tsy mankatoa, fa dia misaotra ihany ny nanao ny taratasy io, mba misy ho tsarovana rehefa afaka folo taona any ho any !!

    • 10 septembre 2013 à 20:03 | Rakotoasitera Fidy (#2760) répond à lanja

      Aza miredyredy ry lanja a !!!

  • 10 septembre 2013 à 12:20 | tsimahafotsy (#6734)

    Tout n’est pas perdu !
    Nous avons encore des intellectuels et intellectuelles qui se battent ! Le courage de cette professeure mérite notre admiration et notre soutien.
    Comme je l’ai denoncé plusieurs fois ici, l’Education Nationale n’a jamais été le souci premier de nos dirigeants. Nous en avons encore la preuve flagrante avec la HAT, comme tous les pouvoirs avant !
    Pourquoi les miaramila et les officiers généraux sont-ils toujours payés ?
    Parce qu’il vaut mieux entretenir une armée de pacotille qui vous aide à faire des putschs et garder le pouvoir , qu’éduquer une jeunesse qui risque de vous demander des comptes parce qu’elle est instruite, elle réfléchit et pourrait secouer le cocotier ! L’arbre pourri a toujours peur des jeunes pousses !
    Et comme je l’ai dit et écrit plusieurs fois, supprimons le ministère des armées ! Affectons la totalité du budget militaire à l’Education Nationale et recyclons les bidasses et les états majors militaires en une armée de développement nationale. Ils seront chargés de :
    Campagne d’alphabétisation et d’instruction civique
    Construction des écoles à Tana en brousse et en province pour l’enseignement en primaire
    Aide aux paysans pour une agriculture moderne et bio
    Protection de l’environnement
    Reconstruction des pistes et des routes à la place de la cie Colas et autres multinationales du BTP
    Le reste des troupes sera incorporé à la gendarmerie nationale et à la police pour essayer de capturer Remenabila, les dahalos, les poseurs de bombes, lol !
    Utopie d’aujourd’hui, réalité de demain !

    • 10 septembre 2013 à 13:26 | nelson (#2979) répond à tsimahafotsy

      po’v vieux va,vous êtes bien à plaindre....on comprend ;car pendant ce temps les autres bouffent ,vont en vacances,font des voyages.....quelle injustice !!!! tout besogne mérite salaire,à votre place je choisirai d’ autre travail.

  • 10 septembre 2013 à 15:33 | Jipo (#4988)

    Bonjour .
    Qui peut rester insensible à une telle invitation .
    Une demande de prise de conscience, une éthique, une morale, un respect des devoirs & des droits : à des interlocuteurs qui semblent les avoir perdus .
    Une reconnaissance foulée au pied , comme les valeurs qui font une Nation , un peuple , sans parler de la dignité de se prétendre : humain .
    Un comportement inexistant dans le monde animal , un comportement de ce qu’ il y a des plus méprisables , imposés par des soit disant " entités " instruites , prétendant etre parmi l’ aristocratie élue , de sang royal !
    " Pleure Ô ma bien aimée " que tes larmes noient ces ingrats pour des générations et les envoient ou ils méritent dans le cycle infernal des réincarnations alimenter cette misère loin d’ etre en voie de disparition , avec des atrophiés pareils .

    • 10 septembre 2013 à 18:31 | leclercq (#4410) répond à Jipo

      Bonjour Jipo
      je voudrais juste vous dire que pour "un Pov c" selon basile le nerveux , vous me faites plutôt penser à une personne franchement sensée et sensible aux malheurs d’autrui !!!!
      BAKOLY

    • 10 septembre 2013 à 19:39 | Rakotoasitera Fidy (#2760) répond à Jipo

      Merci jipo

  • 10 septembre 2013 à 20:00 | Rakotoasitera Fidy (#2760)

    Non hrrys !!!

    Certes nous n’avons aucun pouvoir de décision , d’ailleurs voyez comme les rabri , ange plus ou moins , Iarivo , Tojo , Isandra ... et mème raborisy
    se foutent royalement de ce CRI venant de cette chercheure enseignante

    Mais nous devons dire à cette professeure qu’ici en France il existe des gens qui sont de tout coeur avec elle et que cette lettre a été diffusée à tous les responsables politiques français

    • 10 septembre 2013 à 20:55 | hrrys (#5836) répond à Rakotoasitera Fidy

      que pouvons-nous faire à part dénoncer ?

    • 11 septembre 2013 à 01:18 | rabri (#2507) répond à Rakotoasitera Fidy

      Rakotoasitera !

      Les émotions sont personnelles, donc tu ne peux pas me commander à exprimer les miennes sans que ma volonté y soit réellement. Je ne connais pas personnellement ce dossier donc j’attends une réponse de l’autre camp avant de me prononcer.

      La question que je me pose : pourquoi cette dame est la seule dans cette situation ? Si le non paiement était collectif, on aurait eu entendu parler de grève collective à l’université. Certes, il y en avait pas mal mais à ma connaissance, elles étaient résolues et c’est grâce à la bonne gestion de Hery Rajaonarimampianina malgré le manque de financement extérieur ( que les fonctionnaires qui n’ont pas été payées se lèvent ???)

      Pour terminer Fidy, tu me fais sourire avec ton interpellation des autres : exprime tes sentiments à toi et POINT BARRE ! Ou t’as été fortement contaminé en France par SARKOZY avec sa dictature de l’émotion qui lui était fortement endémique pendant ses 5 ans de pouvoir ??

    • 11 septembre 2013 à 10:09 | rabri (#2507) répond à rabri

      lire plutôt : tu me fais rire

    • 11 septembre 2013 à 12:52 | Rakotoasitera Fidy (#2760) répond à rabri

      Mais mon cher , continue et n’arrète pas de rigoler ... t’as le visage si sombre ces temps ci

    • 11 septembre 2013 à 21:11 | rabri (#2507) répond à Rakotoasitera Fidy

      C’est plutôt toi qui a le visage sombre ces derniers temps avec l’éviction de ta Neny. Vous auriez pu anticiper les choses en proposant à sa place Bebe Razay lol !!

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS