Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 22 mai 2024
Antananarivo | 16h36
 

Editorial

Les chroniques de Ragidro : Stop aux inégalités

jeudi 14 septembre 2023 |  3804 visites  | Lalatiana Pitchboule


S’il est un spectacle qui interpelle les observateurs de la vie sociale et politique malgache, c’est bien celui de la « résilience » de la population de Madagascar.

Qu’il vente, qu’il pleuve, que volent les virus et les bactéries, que fondent les nuées de sauterelles sur les champs, que soufflent les cyclones et … que pillent les profiteurs … Le malgache est toujours là, debout, vaquant à son quotidien, désarmant dans sa capacité à surmonter ces stress.

On connait des endroits dans le monde dit développé où des villes modernes s’enflamment sur une bavure policière.. Ou qui voient fleurir sur les ronds-points des bouquets de gilets jaunes jetés là par une augmentation malvenue de quelques dizaines de centimes du prix du gasoil … Là … RIEN … les indicateurs sociaux se dégradent. Le prix du carburant a connu une hausse de 43%… L’inflation est de plus de 10%…. le Kg de riz qui était à 1600ar en 2016 est désormais à près de 4000ar… Et face à ce qui nous parait relever de la plus abracadabrante des gabegies où les projets de téléphériques succèdent aux projets lumineux de CVO et d’usines pharmaceutiques ou autres colisées … Calme plat … On entend ça et là des velléités d’exaspération s’exprimer … timidement… quand la colère sociale ne se défoule pas de la manière la plus violente à travers des phénomènes de lynchage.

Les inégalités n’ont jamais été si flagrantes à Madagascar. A l’occident, ces inégalités seraient vécues de manière insupportable par les masses qui rejettent violemment l’idée que les différences sociales puissent être justifiées du seul fait de la méritocratie ou de l’entrepreneuriat : « je suis riche et tu es pauvre, c’est normal parce que je travaille plus et que je prends plus de risques » tentent de justifier certains… Et, déjà, ça ne passe évidemment pas.

Mais qu’est ce qui fonde les inégalités dans notre Ile rouge ? La méritocratie et le travail ??? Certes non, malheureusement … Aujourd’hui, à Madagascar, il n’y plus guère que les droits acquis, la collusion, la corruption, le népotisme qui font qu’un individu soit plus nanti qu’un autre … A quelques exceptions près …et ce qui nous paraît être la plus choquante des situations ne provoque rien d’autres qu’une forme d’indifférence résignée.

Ce qui aurait déjà mis un pays occidental à feu et à sang ne semble pas pour autant soulever la colère des masses.

Le malgache est-il épuisé mentalement. Anesthésié… N’a-t-il à l’esprit qu’une seule pensée : « Passons à autre chose mais ne me prenez pas SVP la tête. Je suis descendu dans la rue en 72 … je me suis fait tirer dessus… J’ai recommencé en 91… Je me suis fait tirer dessus … Puis en 2002… je me suis fait tirer dessus … Puis en 2009 …. On m’a encore tiré dessus…Pour en arriver à quel résultat ? Toujours plus de misère, plus de pauvreté, plus de précarité, plus de famine… ??? Basta … Ca suffit .. Ampy izay »… On pourrait le comprendre à moins…

Chaque société a besoin de justifier de ses inégalités pour éviter son éclatement. La société malgache ne se pose même pas le problème de cette justification. Ces inégalités semblent relever d’un ordre accepté par tout un chacun. Assumées cyniquement par les nantis qui ne se préoccupent pas de la violence symbolique que vivent les moins nantis. Acceptées avec résignation par ceux-là. Au nom de quoi ? Est-ce cela le fihavanana ?

Ces inégalités ont été d’autant plus accentuées tout au long de l’histoire malgache, et en particulier depuis l’indépendance, que l’homme politique s’est contenté de rechercher le renforcement de son pouvoir en le concentrant et en s’assurant le soutien de groupes restreints d’élites et d’acteurs influents. Et il n’a JAMAIS cherché les réponses aux aspirations populaires qui auraient pu lui assurer le soutien de la grande masse.

C’est la profonde tare de la politique malgache qui fait que l’homme politique, et le dernier en particulier, prétende répondre aux besoins du peuple à coups de tee-shirts jetés, de concerts et de billets de 5000ar et n’envisage absolument pas la résorption du hiatus qu’il y a entre son monde et le peuple.

Il semble que cette débauche de moyens soit dans la Grande Ile nécessaire à la victoire des hommes politiques. Soit. Mais que diable vont-ils faire de ce pouvoir une fois acquis ? Se préoccuperont-ils enfin de bonne et vraie gouvernance et de consolidation de la démocratie et de bienêtre du peuple ? Ou bien se préoccuperont ils des moyens de préserver éternellement les prébendes que leur accorde leur position … et d’écraser par tous les moyens toujours plus la masse et les oppositions pour ne jamais devoir rendre de comptes.

Qui a parlé d’humanité ? Qui a parlé de respect ? Qui a parlé de résorption des inégalités ? Le lancement de la campagne présidentielle est à lui seul symbolique de l’irrespect exprimé vers le peuple malgache… Il est à lui seul expression d’une INEGALITE PROFONDE dans l’évaluation même du mot citoyenneté : toi, homme du peuple, tu n’es qu’un demi citoyen et je n’ai pas besoin de t’accorder le moindre respect … au point de monter une mascarade d’élection que je ne me soucie même pas d’habiller d’un semblant de dignité…. Et le mot Fitiavana est dans cet environnement particulièrement déplacé.

C’est la triste réalité. Le discours des dirigeants qui, dans un contexte de pseudo démocratie, prétendent être les défenseurs des intérêts de la population, n’habille en fait que l’unique souci de ces élites d’entretenir un système profondément inégalitaire toujours au bord de la rupture.

C’est pourtant le combat pour l’égalité et l’éducation qui a permis le développement économique et le progrès humain. Les dynamiques sont dans ces luttes et non pas dans l’acceptation et l’installation de la stabilité et la perpétuation des inégalités.

Le mot clé est là… Il ne peut y avoir de progrès dans la résignation.

Qui se lèvera pour faire siens ces mots : ça suffit, il nous faut au moins le désir de sortir de ces inégalités.

Patrick Rakotomalala (Lalatiana PitchBoule) – 13/09/2023

-----

14 commentaires

Vos commentaires

  • 14 septembre 2023 à 10:48 | Albatros (#234)

    Merci Patrick R. pour cet édito plein de (malheureuses !) vérité !.

    Mais à force de « tendre l’élastique », on risque de le voir vous « péter » à la g....... !.

    • 14 septembre 2023 à 10:49 | Albatros (#234) répond à Albatros

      Vérité(s) !.

    • 14 septembre 2023 à 11:50 | bekily (#9403) répond à Albatros

      Merci Patrick
      vous décrivez bien que toute dictature, toute AUTOCRATIE, TOUTE MAFIA INSTITUTIONNALISÉE.........
      .......repose toujours sur un grande misère du peuple et par définition une INEGALITE PROFONDE des citoyens.
      CAR :
      AUCUNE REDISTRIBUTION DES RESSOURCES DE L’ETAT N’EST CONSENTIE

  • 14 septembre 2023 à 11:40 | Inglewood (#6780)

    Il faut absolument changer de logiciel.

  • 14 septembre 2023 à 14:06 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum
    Là au moins on a remonté la pente en parlant des événements indépendamment des personnes donc rien n’a changé suivant ce constat historique sur les inégalités non plus conjocturelles mais structurelles n’est-ce-pas ? En ce sens, elles dépendent non plus des dirigeants, qui peuvent changer au gré du vent et de la tempête, mais des fondamentaux en d’autres termes : quel choix de société pour y parvenir n’est-ce-pas ? Donc le débat est dans le camp des élites n’est-ce-pas ? Ces derniers sont-ils à la hauteur de leurs responsabilités et de leurs devoirs envers la nation ? Que doivent-ils faire ? Émettre des idées, Rester des leaders d’opinion ou descendre dans l’arène etc...??? Si le pays est à ce stade, les élites étaient aux abonnés absents n’est-ce-pas ? Qu’attendent-ils voire à quand le déclic ?

    • 15 septembre 2023 à 12:49 | efa ela (#4563) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Heureusement, le SECES est là !

  • 14 septembre 2023 à 15:14 | #tsimahafotsy (#11508)

    Ka ny vahoaka malagasy ihany angé no miteny hoe : isika Gasy :
    « TSY METY VELONA, TSY METY MATY ! »
    Ce n’est plus de la résilience, c’est une philosophie de vie !
    Un peuple unique dans son genre.
    Capable de manome ny ampafolo-karena aux charlatans, aux gourous qui leur promettent le paradis céleste et pour que ces derniers puissent gesticuler dans un 4X4 Ford Raptor,
    un Hummer, ou un Toyota V8 toutes options.
    Capable de croire qu’un coup d’état fomenté par des mafieux est une révolution qui va changer leur existence.
    Capable de croire tout ce qu’on leur promet dés qu’on leur offre un tee-shirt orange et quelques kg de riz.
    Capable de renier et de se moquer des pratiques et valeurs ancestrales pour singer les Occidentaux.
    Capable de croire qu’un Dj mythomane tsy ampy solaitra peut diriger un Etat.
    Capable de vendre son âme et sa conscience pour un milliard d’ariary.
    Capable de survivre au Kéré depuis des décennies et des décennies.
    Capable de croire qu’on peut solutionner les délestages en trois semaines .
    Capable de courber le dos et de subir toutes les avanies.
    Capable de mandihy vody et défiler sur ordre.
    Capable d’avaler les plus gros bibylava.

    Dieu a dit aux Gasy :
    - Je fais de toi ce que je veux.
    Et les Gasy ont répondu :
    - Ho tanteraka anie ny sitraponao !

    C’est que les Gasy ne savent pas c’est que le grand dessein de Dieu, c’est de les humilier ! 😝
    Les sectes religieuses, les militaires, les politichiens, la nomenklatura locale sont les bras armés de ce grand dessein de Dieu !

    • 18 septembre 2023 à 20:21 | Zora (#10982) répond à #tsimahafotsy

      Tsimahafotsy.
      Tout est dit hélas 😢

  • 15 septembre 2023 à 15:24 | Ibalitakely (#9342)

    Ho an’ny vahoaka iray efa noana & reraka dia mora @ mpanao pôlitika masiso ka mamitrika mafy eo @ toerany [azy na an’ny olona toanany ny laka] ny miteny olona sendra fantany hoe be menomenona @ ataon’ny fitondrana, mba hanakiviana ity farany, fa hoe « ireo tolona rehetra natao na 1972 na 1991 na 2002 na 2009 izao mba nitondra nakaiza anao & ny firenena nakaiza izao ?? ». Ka izay indrindra no mahatonga izao fitondranam-poza volomboasary izao miteny matetika hoe« tsy nisy nahavita nandritry ny 60 taona fa tolona nahafaty olona fotsiny no betsaka & nambotry firenena ». Kinga mihintsy ry zareo milaza fa ny mpitondra nifanesy hono no nahatonga an’I Madagasikara amin’izao toerana [fahafiry avy aty @ rambony tokoa moa ??] izao, nafa tamin’ireo Repoblika efatra nifandimby mbola tsy KOFONA TANTERAKA ohatra izao i Madagasikara. Talohan’ny nahafatesan-dRatsiraka Didier dia vitany ny nanoro hevitra an’ity vazaha Frantsay André Rajoël ity hoe « Mahaiza tsara ialahy mizara vola amin’ny magistrats & be baoty be galona dia ho sahirana izay mitady hanala an’ialahy @ toerana azon’ialahy, fa izany no nahavo ahy t@ iny 2002 iny ». Dia izao itantsika izao ny ataon-dry Razanamahasoa Christine, Éric Rakotoarisoa, Lilyson de Roland, Risara Baomba, Florent Rakotoarisoa ny ragaova & ny préfets maro, sns tsy voatanisa. DIA MIAFARA @ FASAHIANA MANITSAKITSAKA FARANY IZAY ZOKONY NY LALANA MANANKERY REHETRA.
    • Fa Andriamanitra tsy ampitondra ny vahoaka Malagasy izay tsy zakany.

  • 16 septembre 2023 à 18:29 | Turping (#1235)

    La mauvaise gouvernance entraîne de mauvaises élections, qui, par ricochet, fragilisent les institutions, notamment la justice, et entrave l’égalité des chances en Afrique en l’occurrence à Madagascar .Cette situation devient catastrophique dans l’état actuel des choses . Avec ses énormes potentialités, Madagascar aurait pu compter parmi les plus prospères de la planète.
    - Hélas quand on est gouverné par des gens incapables de distribuer les richesses afin de les transformer en richesses humaines et matérielles .Les résultats du non avancement réels sont là depuis des décennies .C’est dire Madagascar est riche dans ses sous sols ,....les exploitations minières ne font qu’appauvrir la population. Regardons le taux des analphabètes ,c’est effarant quand celui-ci s’accompagne des crimes et délits où beaucoup d’endroits sont de non droit .
    - Les bidasses (policiers et gendarmes sont des ripoux sans généraliser ).Eh bain quand la corruption ne fait que gagner du terrain ,je le réitère toujours ,on n’avance jamais avec la mentalité y afférente car la place du mérite n’est plus un objectif à atteindre .Le gain de l’appât facile devient un spectre endémique .
    - Il est clairement ressort que la mauvaise gouvernance a un coût pour la stabilité économique et pour relever durablement ce défi, il faudrait « une rupture avec les mauvaises pratiques qui nuisent à la qualité des résultats économiques ».La problématique est la car avec la gouvernance de Radomelina et ce depuis 4 décennies la situation ne fait que s’aggraver .Dommage ! Le changement ne sera pas pour demain car il faudrait peut -être encore des siècles ...Comme l’a précisé Lalatiana : on se fait tirer toujours dessus quand il y avait des mouvement populaires en 1972 ,1991 ,2002 ,2009,............Et ce sera pour quand la vraie révolution sans bain de sang ? Et le rôle des forces de l’ordre changera t’il sans tirer sur la population qui revendique leur droit ? Vers quelle voie de la démocratie devrait t’on s’attendre ? Du courage !
    Masina ny tanindrazana !

    • 18 septembre 2023 à 22:19 | bekily (#9403) répond à Turping

      ALTERNANCE dia ampy
      Raha mifankahazo n’y mpanoina
      Unification et solidarité
      CANDIDATURE UNIQUE DE L’OPPOSITION
      Raha diso tia tena isan’isany...
      dia aza manantena na inona, na inona.
      ....diso paika
      ....diso lalana

  • 18 septembre 2023 à 18:53 | Aulivier643 (#11346)

    la chronique :

    l’eau froide c’est moins bien que l’eau chaude..
    La guerre c’est pas bien..
    c’est pas gentil d’être méchant..et cepamafote.

    apres 60 ans de complicité avec l’ogre soviétique...un bi national vient pleurer à la mode malgacho malgache..

    sans deconner...?

  • 19 septembre 2023 à 19:51 | Isambilo (#4541)

    Le pessimisme est dans l’air actuellement.
    Les clichés ne manquent pas pour le contrer : Rome, etc.
    Je pense qu’il faut essayer d’avoir une analyse sur le long terme et regarder aussi ailleurs. Sur les rives de l’Océan Indien auquel nous appartenons.
    On n’est pas si mal loti. Nous avons toujours été en marge de tout (la géographies, les routes commerciales, les grandes réflexions, etc). Et donc en marge de la pauvreté extrême, y compris morale et intellectuelle.
    Ce n’est pas une raison pour désespérer.

    • 19 septembre 2023 à 21:03 | bekily (#9403) répond à Isambilo

      ilay matetika malefaka lzva ny kilemantsika....
      Kanefa ny fijaliana dia tsy arampo intsony....
      Ka tandremo ry foza !!!!!

Publicité




Newsletter

[ Flux RSS ]

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS