Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 11 août 2022
Antananarivo | 12h00
 

Economie

Campagne de vanille

Le prix plancher de 75 000 ariary respecté

vendredi 8 juillet | Mandimbisoa R.

Le coup d’envoi de la campagne de récolte de la vanille pour la saison 2022 – 2023 a été donné hier, le jeudi 7 juillet. Cette campagne concerne notamment les régions SAVA, dans la partie nord de la Grande île, et la ville d’Analanjirofo, dans la partie orientale de l’île. Dans la ville de Sambava, les premiers acheteurs appliquent le prix plancher, fixé à 75 000 ariary par l’Etat. Une situation qui fait notamment des heureux parmi les planteurs.

Le ministère de l’Industrialisation, du Commerce et de la Consommation a en effet précisé au mois de mai que « le prix plancher pour la vanille verte de Madagascar au titre de la campagne 2022 – 2023 est fixé à 75 000 ariary par kilo ». Cette décision vise à stabiliser les prix et à protéger les petits producteurs contre d’éventuels abus. Le prix d’importation minimum de la vanille préparée est de 250 dollars.

Le temps où le kilo de la vanille verte est acheté à 20 000 ariary, comme ce fut le cas lors de la précédente campagne, semble désormais être révolu. La situation est sur le point de s’améliorer à la suite notamment de nombreuses mesures prises auparavant pour tenter d’endiguer la crise que le secteur a connue. Le marché est désormais placé sous contrôle.

Mais un élu de Sambava regrette que le contrôle du marché ne couvre pas encore la totalité du marché. Selon son témoignage, la vanille déjà préparée, récoltée plus tôt, circule déjà et est mise en vente en grande quantité sur des marchés parallèles. Cela pourra avoir des impacts négatifs sur les revenus de la commune, voire de la région.

42 commentaires

Vos commentaires

  • 8 juillet à 09:19 | luczanatan (#321)

    Je suppose que le journal voulait dire "le prix d’exportation ".
    250 dollars le kilo soit 250 EUR soit 5 smics malgaches.
    Vous avez des commentaires les beaux parleurs ?

    • 8 juillet à 13:29 | lé kopé (#10607) répond à luczanatan

      Quelle mascarade !!! Prix du plancher à 75000 AR , alors que des Mafieux achètent la vanille jusqu’à 30OOO AR , et qu’à qu’à l’exportation le prix de vente va jusqu’à 250 Dollars . C’est la grosse marge que prennent les intermédiaires face à la détresse des agriculteurs . Et le plus connu de ces prédateurs est le plus proche collaborateur , et Conseiller du Calife . Et personne n’ose bouger le petit doigt dans ce Pays endémique . Salut Les Copains.

  • 8 juillet à 09:30 | arsonist (#10169)

    • 8 juillet à 09:34 | luczanatan (#321) répond à arsonist

      Arsonist essaye de détourner l’attention des sujets essentiels à savoir les revenus.

    • 8 juillet à 09:38 | arsonist (#10169) répond à arsonist

      "luczanatan" est LIBRE de ne pas faire les liens entre tous les problèmes et les causes de la misère grave qui ronge le peuple Gasy !

      "luczanatan" est tout aussi LIBRE de zapper les posts qui ne l’intéresse pas !

    • 8 juillet à 21:35 | lé kopé (#10607) répond à arsonist

      Correction : prix ...Plancher et pas du plancher.

  • 8 juillet à 09:34 | arsonist (#10169)

    Visionner les deux vidéos,
    dont les liens nous sont donnés par "Jacques",
    nous fait découvrir des choses HALLUCINANTES !

    Vraiment.

    https://www.madagascar-tribune.com/Des-scenarios-compliques-Rajoelina-tergiverse.html#forum506216

  • 8 juillet à 09:38 | Dadabe (#9116)

    L’endémisme au goût vanille

    Je n’ai pas encore eu le temps de lire toutes les petites synthèses que mon fidèle ami d’Avignon m’adresse durant mes absences ultramarines. Mais rien ne presse... Je picore aux aurores. Ainsi, ce matin, je lis sous sa plume que le mot ’’endémique’’ est très utilisé sur ce forum, généralement à tort et à travers. Pas faux. J’invite donc chacun à rouvrir son dictionnaire. Illustration de ce propos : hier à 10h36, Turping a écrit ceci : ’’Quand on a des produits rares et endémiques comme la Vanille’’... etc.
    Ah, toujours ce besoin d’en rajouter ! Manque de pot, petit prof sentencieux, la vanille, objet de fumeuses tractations entre boutiquiers, n’est pas un produit endémique à Madagascar, pas plus que ne l’est la bêtise, et en outre sa rareté est toute relative.
    En effet, importée sur la Grande Île par des planteurs réunionnais, la vanille (toutes variétés confondues) est également produite au Mexique d’où elle est originaire, en Indonésie (2ème producteur mondial), au Brésil, en Chine, en Équateur etc, etc.
    Le plus préoccupant est la pleine expansion de la vanille de synthèse. Car ce produit chimique dérivé du pétrole domine très largement le marché mondial du ’’goût vanille’’, à prix cassé. L’industrie agroalimentaire surfe sur l’ignorance et la faible exigence des consommateurs pour leur faire croire qu’il dégustent de la ’’vanille naturelle’’, avec parfois quelques désagréments. Hier, l’Europe s’est ainsi émue : https://destinationsante.com/produits-chimiques-rappel-de-cremes-glacees-contaminees.html ou https://www.topsante.com/nutrition-et-recettes/risques-sante/glaces-toxiques-liste-644469
    Détail important : cette synthèse chimique se fait en laboratoire, n’importe où dans le monde, loin des regards et des appétits de certains ’’fozas’’. La production chimique de vanilline de synthèse (arôme imitant le goût de la vanille naturelle) est de l’ordre de 12.000 tonnes par an, alors que la production mondiale annuelle de vanilline naturelle est inférieure à 40 tonnes par an (je parle ici de la substance aromatique qu’on trouve dans les gousses, pas du poids des gousses récoltées).
    Bref, la vraie vanille Bourbon reste donc le pré-carré des restaurants de luxe et de quelques pâtissiers et chocolatiers très haut de gamme pour pays riches.

    PS - A la belle "époque’’, les touristes faisaient le bonheur des revendeurs à la sauvette. Avec eux, c’était la foire aux gousses sèches, poussiéreuses et chères, dans d’immondes sachets en plastique ! Dites-moi si je me trompe...

  • 8 juillet à 09:40 | Dadabe (#9116)

    Le faf n’a pas la frite !

    Dans mon petit billet de retour, au matin du 6 juillet, j’ai écrit ceci qui visait clairement le caméléonesque pseudo ’’Olivier’’ (d’où mon concept de - 0 et + si affinités) :
    ’’Ouahh ! Voilà donc à quoi mène le sectarisme d’un ancien socialiste (tendance Royal-Doriot !) devenu zemmourien puis pro-ukrainien de la fachosphère avant de passer à autre chose’’... etc.
    Chacun le sait, on réagit d’autant plus vivement à un propos qu’il s’avère juste et ’’gênant’’. Naturellement, notre xénophobe mal élevé (c’est un euphémisme) n’a pas trop apprécié (cf, ses posts de hier après-midi, à l’heure de l’apéro, puis fort tard dans la nuit). Il tente bien l’ironie et les amalgames idiots, comme d’hab’. Mais cela trompe qui ? De même, quand il ne peut le traiter de ’’Malgache bi-national aussi corrompu que corrupteur’’ (c’est une de ses cibles préférées) il déplore le grand âge de son interlocuteur. Grand âge, comme source de naufrage intellectuel. Bof, un peu léger et usé, cet argument, non ?
    Mais le coeur n’y est pas, le vocable de ’’fachosphère’’ lui reste dans la gorge. En clair, le faf de service n’a pas la frite ! Désolé, camarade Benito, mais le fascisme (né à gauche et bien portant à l’extrême-droite) vous va comme un gant, aussi bien qu’à ’’Jipo’’ (mais oui !). Relisez vos classiques, apprenez un peu à comprendre et, pour l’élégance, essayez de corriger vos fautes d’orthographe car il m’est désagréable de subir les ’’borborygmes’’ d’une sorte de déchet de l’Éducation nationale se disant fier d’être Français mais incapable de l’écrire correctement.
    Par ailleurs, la ’’gomme magique’’ n’existant pas, on se souvient très bien de vos insupportables propos racistes et discriminatoires au fil des ans. Mais, comme je n’ai pas que cela à faire, je vous renvoie à trois liens internet. Cela devrait suffire. A chacun de réfléchir un peu...
    * https://larevuedesmedias.ina.fr/fachosphere-lextreme-droite-envahit-le-net
    * https://www.streetpress.com/sujet/1653928037-russie-ukraine-guerre-extreme-droite-rassemblement-national-francaise-carte-humanitaire
    * https://www.lemonde.fr/societe/article/2022/03/24/de-retour-d-ukraine-un-militant-neonazi-francais-interpelle-et-mis-en-examen_6118983_3224.html
    En passant, votre ’’analyse’’ des enjeux politiques malgaches du 2 juillet à 17h43 est un modèle du genre ! Cela manquait au débat ! Difficile de faire plus banal et nul.

    PS - L’Ukraine ne vous appartient pas, la solidarité non plus. Et dire que je vous croyais parti sur le front, pour la bonne cause ! Pauvre petit bonhomme...

  • 8 juillet à 09:41 | Dadabe (#9116)

    Sans cliché, parlons photos...

    On ne prête qu’aux riches, cher ’’Arsonist’’ ! Répondant à un petit lien fort intéressant que proposait ’’Kartell’’ (https://www.bbc.com/afrique/region-61660783), vous m’avez prêté, le 4 juin dernier, une étroite proximité avec le regretté photographe ’’Ramily’’ dont une remarquable rétrospective s’achève le 30 juillet à Antananarivo :(https://www.rfi.fr/fr/afrique/20220502-madagascar-une-exposition-hommage-au-photographe-%C3%A9mile-rakotondrazaka).
    A la vérité, d’Émile Rakotondrazaka, dit ’’Ramily’’, ce pionnier aussi visionnaire que discret, je ne connais que la réputation et certaines de ses oeuvres. A ce titre, l’Indépendance de Madagascar aura au moins servi à faire naître ce vrai talent parmi d’autres. Sur ce forum, on pourrait aussi parler de musique, de peinture et d’artisanat d’art malgaches mais, à l’évidence, campagne pré-électorale oblige, nombre de forumistes scrofuleux préfèrent les invectives et les mensonges et ça va durer !
    Cela dit, cher ’’Arsonist’’, votre mémoire, a bien raison de se souvenir de ma passion pour la photographie, essentiellement en noir et blanc et en argentique, comme ’’Ramily’’ donc.
    En réalité, il est probable, cher ami, que vous aviez à l’esprit le non moins remarquable Chan Hong Men Pierrot, dit Pierrot Men, sino-malgache talentueux né des oeuvres d’un père chinois et d’une mère franco-malgache (peuchère, encore un métis !!!). En effet, c’est bel et bien Pierrot Men que j’ai toujours eu plaisir à rencontrer en son ’’antre’’ du Sofia Hôtel de Fianarantsoa où il me datait et signait ses tirages originaux (simple petite précaution de collectionneur avisé). Il me tarde de l’y retrouver...
    J’en profite pour souligner l’excellence d’un autre photographe : Renaud Raharijaona, dont la série de portraits sur les hommes et femmes du Grand Sud est particulièrement forte et prometteuse. Je dois la découverte de ce ’’Renaud’’ à un forumiste de MT.com dont j’ai fâcheusement égaré le pseudo (qu’il me pardonne !).
    Alors, qu’on se le dise : des talents fourmillent à Madagascar ! Mais ils peinent à survivre dans cet océan de misère humaine et intellectuelle.

    PS - Un ministère de la Culture semble exister à Madagascar. So what ? Ben rien. Bisous aux amis et ’’vive les grandes vacances’’ (message de mes petites souris et associé(e)s ukrainiens) !

    • 8 juillet à 12:19 | arsonist (#10169) répond à Dadabe

      Vous avez raison, Dadabe.
      J’avais pris un excellent artiste photographe malgache pour un autre excellent artiste photographe malgache !

      Il y a un peu moins de 20 ans,
      en compagnie de ma meilleure moitié,
      nous avions fait un tour à pied dans la ville haute de Fianar.

      Nous passions devant un temple protestant.
      Je remarquai, en face, une maison de résidence, fraîchement bâtie, dont le style est celui le plus classique des maisons en briques rouges de ... l’ Imerina.
      Admiratif, je restais quelques temps sur place pour admirer cette merveille. J’entendis alors derrière moi une voix d’homme dire : "Trano vadim-piangonana io, Ramose â !" ["C’est le presbytère, Monsieur !"].
      J’ai dit au Monsieur que cette maison est belle et a un charme vieillot qui ne trompe pas. Et qui m’émeut.

      De retour à l’hôtel nous en avions parlé avec le personnel.
      Et j’avais alors appris que le Monsieur qui avait conversé avec moi est le maire de Fianar et qu’il est ... métis chinois malgache.
      Je n’avais rien deviné de tout cela.
      Et je croyais avoir décelé l’air moqueur de ma meilleure moitié, me disant :
      "Ah ! Celle-là , tu ne le savais pas, sinon tu te serais empressé de me le traduire en français aussi !"
      Dans ces cas-là, il faut savoir encaisser en silence !

    • 9 juillet à 03:09 | Rainingory (#11012) répond à Dadabe

      Dadabe,
      Renaud Rianasoa Raharijaona, accessible sur www.rianasoa.com.

  • 8 juillet à 09:54 | Isandra (#7070)

    "Le ministère de l’Industrialisation, du Commerce et de la Consommation a en effet précisé au mois de mai que « le prix plancher pour la vanille verte de Madagascar au titre de la campagne 2022 – 2023 est fixé à 75 000 ariary par kilo ». Cette décision vise à stabiliser les prix et à protéger les petits producteurs contre d’éventuels abus. Le prix d’importation minimum de la vanille préparée est de 250 dollars."

    L’Etat fait son travail en tant que régulateur et arbitre dans cet système libéral, pour éviter les abus de puissants, souvent les collecteurs ou les acheteurs,...

    Avec cette politique, les producteurs seront motivés à produire plus l’année prochaine et même améliorer la qualité de leur produits, pour que la vanille de Madagascar garde sa réputation mondiale est prête à concurrencer celles des autres pays.

    • 8 juillet à 11:00 | vorona (#8254) répond à Isandra

      La vanille de Madagascar est d’une qualité parmi les premières au monde. Mais il faut pas se voiler la face, la vanille de Madagascar est la première en quantité vendue dans le monde parce que les intervenants, planteurs, récoltants, transporteurs locaux, trieuses, conditionneuses, etc... ont des bas salaires comparé au prix du kilo à l’exportation.
      Hier dans la presse : une industrie européenne de glace alimentaire a vu certains de ses produits retirés du marché car ils ont fait apparaitre des traces d’ingrédients nocifs contenus dans les extraits de vanille utilisés qui provenaient d’ici. En espérant que l’allusion à Madagascar ne porte pas préjudice à la vente du produit gousse !

  • 8 juillet à 10:01 | luczanatan (#321)

    Isandra
    Madagascar importe de la vanille ou exporte ?
    On devient fou sur cette Île ?
    Arsonist : on le sait, la méthode pain et jeux et église marche à fond la caisse ( des élites).
    J’aurais voulu parler du partage des profits des ressources naturelles dont la vanille mais bon si ça n’intéresse personne...

    • 8 juillet à 10:47 | Shalom (#2831) répond à luczanatan

      Vous savez luczanatan (#321),

      Les petites mains du foza Rainilainga n’ont pas l’aptitude de comprendre les communications qu’elles émettent sur les réseaux sociaux et les sites tel MT.
      Je dirai des petites mains qui sont là pour remplir un quota et défendre ce qui est indéfendable en faisant des copier/coller mais sans aucune réflexion derrière.
      Lamentable et indigne !
      Ce sont des gens sans fierté et sans vergogne !

    • 8 juillet à 11:22 | arsonist (#10169) répond à luczanatan

      "Ça intéresse" la majorité des Gasy, "Luc".
      Mais ce n’est pas une raison valable pour limiter l’horizon, si vous me permettez cette remarque.

  • 8 juillet à 10:51 | Shalom (#2831)

    Ce que le pouvoir ne dit JAMAIS, c’est qu’il y a un MONOPOLE dans le secteur de la vanille.
    Et c’est à qui que s’adresse ce terme ? Un certain Mamy Ravatomanga que tout le monde invite à changer rapidement de comportement car nous ne sommes pas comme les foza en 2009 qui TUENT et MASSACRENT les opérateurs nationaux, le temps arrivent bientôt pour le changement de CAP.

    • 8 juillet à 16:11 | lé kopé (#10607) répond à Shalom

      Le nom est lâché ; vous dites tout haut ,ce que tout le Monde pense tout bas. Bravo pour votre témérité l’ami , mais je ne me doutais pas du tout de votre honnêteté , tant décriée par les caciques du régime. S’ils savaient toutes les qualités qui vous animent ,pour aider la Patrie , nous ne serions pas le 5ème Pays le plus pauvre du Monde, depuis... 2009. Même cette classification ne leur pose aucun souci .Drôle de Gugus...

  • 8 juillet à 11:07 | MALIBUC (#9345)

    Turping,
    Contrairement à ce que certain s’évertue à dire, une certaine espèce de vanille est endémique à Madagascar.
    Il s’agit de la "Vanilla Madagascariensis", qui est souvent employée comme aphrodisiaque et anabolisant.
    Elle fait partie des espèces rares protégées par quelques acteurs de la conservation de la vanille.
    En version Sakalava on l’appelle l’ Amalo.
    On peut la découvrir au Musée de la Vanille à Sambava. (Maison de la Vanille)
    Bien vu l’artiste !

  • 8 juillet à 13:24 | Isandra (#7070)

    "Engagements reconnus. Les efforts locaux pour stabiliser et personnaliser la filière vanille ont été salués par les acheteurs internationaux. Et ce notamment l’enseigne Envirium Life Sciences - seul acteur industriel au monde à être actif dans les trois grands bassins de production de la vanille à savoir Madagascar, Papouasie-Nouvelle-Guinée et Afrique de l’Est - qui vient de conforter l’engagement du Gouvernement malgache à investir dans la filière vanille et contrôler le respect des réglementations locales afin de soutenir des prix équitables pour les agriculteurs.

    En effet, un prix minimum de Ar. 75 000/kg pour les gousses de vanille verte (17 EUR, 18 USD) et un prix minimum à l’exportation (FOB) de 250 $/kg pour les produits finis ont été officiellement confirmés. « Cette décision est conforme aux valeurs du groupe. Envirium est une holding industrielle vert. Notre groupe travaille à l’amélioration des moyens de subsistance en créant une chaîne de valeur équitable pour tous les partenaires, tout en protégeant l’environnement et sa biodiversité. Envirium fournit un approvisionnement durable et fiable ainsi qu’un système de traçabilité complet à ses clients, garantissant les origines en toute transparence », soutient Christian van Osselaer, Co-CEO d’Envirium. Une façon pour ce responsable d’avancer que le fait de fixer un prix d’achat permet aux agriculteurs de mieux vivre, de développer leurs cultures et de respecter l’environnement.

    Espoir

    En effet, cette régulation des prix veut assurer un revenu décent aux agriculteurs et contribuer à une activité plus durable. Justement, le Conseil national de la vanille (CNV) a été mis en place dans ce sens et qui, grâce à cette rencontre à Paris, a pu asseoir sa notoriété au niveau international et rassurer les acheteurs d’envergure mondiale sur la qualité et la fiabilité de la filière à Madagascar. En effet, le Conseil national de la vanille, qui ambitionne de pérenniser la filière vanille, s’est présenté comme étant une lueur d’espoir pour cette filière. Dans la mesure où depuis quelques années, la filière vanille - pourtant à fort potentiel économique - est sujette à des instabilités provoquant le déclin de la réputation de la vanille de Madagascar sur le plan international. Les prix ont été très volatils ces dernières années, ce qui n’est certainement pas en faveur de la qualité recherchée par les clients internationaux. Pour ce faire, le CNV suivra une structure claire et aura ainsi pour mission d’établir le calendrier d’ouverture de la campagne de collecte et d’exportation tout en tenant compte des informations techniques sur la maturité de la vanille dans chaque région. « Pour nous, c’est un espoir de qualité et de sécurité pour cette merveilleuse épice indispensable à nos clients, nous espérons que ce sera la première étape de nombreuses initiatives pour augmenter substantiellement le marché de la vanille », s’enthousiasme le Co-CEO d’Envirium.3

  • 8 juillet à 13:49 | Isandra (#7070)

    L’ETAT N’A PAS DE BRAS CROISES POUR PROMOUVOIR CETTE FILIERE :

    "Rencontre au sommet. La Conférence internationale de la vanille s’est achevée hier dans la capitale française. Un évènement d’envergure qui a été, pour Madagascar, une occasion de défendre son or vert au niveau mondial avec, comme interlocuteurs des acheteurs étrangers en provenance d’Asie, d’Europe et des Etats-Unis. Afin de rassurer ces acheteurs internationaux, la forte délégation d’opérateurs économiques, de membres du Gouvernement ainsi que de représentants de planteurs de vanille ont exposé les mesures prises pour stabiliser la filière au niveau local, tant sur la production que sur le plan législatif.

    En effet, depuis quelques années, cette filière, pourtant à fort potentiel économique, est sujette à des instabilités provoquant le déclin de la réputation de la vanille de Madagascar sur le plan international. Et cela, en dépit d’un marché mondial estimé à 70 %. En tant que leader mondial dans le secteur « vanille », Madagascar doit parvenir à la maîtrise de l’ensemble de la chaîne de valeur, allant de la plantation à l’exportation, primordiale pour maintenir la qualité inégalée de la vanille de Madagascar et d’avancer vers une durabilité confirmée du secteur. D’où la raison d’être du Conseil national de la vanille (CNV) qui veille à ce que les mesures entreprises pour la stabilité de la filière soient respectés, notamment sur les prix minimaux de vente local et les prix minimaux d’achat à l’international.

    En effet, la vanille n’est pas cotée en bourse comme les autres épices comme le cacao. Aussi, le prix de la vanille est spéculé par les producteurs et il change en fonction des décisions communes prises par les premiers opérateurs concernés. Chaque producteur de vanille sait qu’il y a des normes de production que le Gouvernement a établies. La fragilité de la filière réside surtout dans l’instabilité des prix, un phénomène qui représente aussi sa force.

    Obligations

    Le CNV sera ainsi en charge de la détermination des prix de référence de la vanille lors des campagnes afin qu’aucun maillon de la chaîne de valeur, partant des petits producteurs jusqu’aux exportateurs, en passant par les collecteurs, ne soit lésé. Par ailleurs, sur le plan de la réglementation à laquelle est soumise l’exportation, au ministre de l’Economie d’avancer que les exportateurs sont tenus à des obligations telles que la domiciliation bancaire, le rapatriement des devises, le respect du délai de rapatriement et l’obligation de cession des recettes d’exportation. Ainsi, les recettes, en devises, doivent être rapatriées, sauf dérogation accordée par le ministère en charge des Finances, la Direction générale du Trésor, dans un délai de trois (03) mois à compter de la date d’embarquement. La cession de ces devises doit être effectuée sur le marché des changes dès rapatriement sans excéder un délai de 30 jours. Pour le cas de l’exportation de la vanille, elle est conditionnée par l’obtention au préalable d’un agrément d’exportation. Le SIG-OC est déjà paramétré de sorte que seuls les détenteurs d’agrément puissent exercer dans l’exportation de vanille. La création de domiciliation « vanille » n’est seulement accessible que par ces derniers. Par ailleurs, il appartient au Gouvernement d’imposer le prix de référence, auquel tous les exportateurs de vanille sont soumis."

    • 8 juillet à 16:23 | MALIBUC (#9345) répond à Isandra

      Encore des copies/collés, de toutes façons tu ne sais faire que ça.
      Espèce d’illettrés de fo.za

  • 8 juillet à 13:57 | Isandra (#7070)

    Certains osent parler encore de monopole, alors que dans cette filière, il y a 66 opérateurs exportateurs agréés,

    • 8 juillet à 16:29 | Ra-Jao (#282) répond à Isandra

      Isandra, ce n’est pas le nombre des amis qui obtiennent une licence d’exporter nos vanilles qui pose problème, mais c’est l’existence même de cette licence. Les cultivteurs de cette plante ne sont pas salariés de l’Etat mais e sont des entrepreneurs privés. Pourquoi nos dirigeants fourrent leur sale nez dans ces affaires qui doivent être libéralisées selon la loi. Le rôle de l’Etat doit être limité à contrôler le rapatriement des devises issues de ces exportations. Mamimbahoaka fera milieux d’etre plus rigoureux sur le trafic d’or et de pierres precieuses, qui sortent de notre frontière à longueur d’annee par la mafia qui gangrène son régime !

    • 8 juillet à 16:34 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Ra-jao,

      Citez ici les amis de ce régime qui ont cet agrément pour voir.

    • 8 juillet à 18:27 | Ra-Jao (#282) répond à Isandra

      Isandra, citez moi qui ne sont pas ses amis parmi ces exporateurs. Qui est le grand responsable de ces grands privilégiés, ? c’est son copain et son bailleur. La contrainte d’obtenir même une licence pour pouvoir exporter les vanilles est douteuse. Justifiez moi le nécessité de cette obligation , si ce n’est pour favoriser la corruption. Je vois mal les producteurs de blé ou de volailles…francais, être obligés d’obtenir une licence pour l pouvoir exporter leurs production, c’est même inimaginable. Cette obligation dans une vraie république ne concerne que les ventes d’armes.
      Ce régime qui fourre son nez dans les affaires privées n’encourage pas les investisseurs à venir, sauf les copains mafieux ! Ceux qui ont déjà investi leur argent ne peuvent plus revenir en arrière tel Canal Sat, les entreprises franches…Les appels de pied de votre idol auprès des investisseurs potentiels reste vains, ils préfèrent investir au Sénégal, Rwanda, Ethiopie…. Votre super jupiter n’inspire aucune confiance

  • 8 juillet à 14:49 | Ra-Jao (#282)

    JT TF1 hier : le fabricant américain de glace Haagen dazs a retiré hier des rayons leur glace à la vanille de Madagascar parcequ’on y a trouvé des traces de pesticide interdit en Europe parce que cancérigène. Nous sommes tous impatients de connaître les consequences sur le label « vanille de Madagascar ». La question est de savoir à quel niveau ces poisons ont été utilisés. : production, traitement, exportation ….?

    • 8 juillet à 15:09 | arsonist (#10169) répond à Ra-Jao

      Si la présence de ces pesticides cancérigènes dans la vanille gasy est confirmée,
      alors la besileo foza femelle couillue isandra dira comme toujours que son idole de DJ bac-3 mpandihy dyvo Rajoelina et les foza n’y ont aucune responsabilité !

    • 8 juillet à 15:50 | Shalom (#2831) répond à Ra-Jao

      Je crois que ce sont Ravalomanana et Rajaonarimampianina qui ont payé Haggendazs pour mettre ces traces dans leur produit pour accuser Rainilainga !
      Ah ! il faut bien inventer ces Ravalomanana et consorts. Non ?

    • 8 juillet à 16:33 | Isandra (#7070) répond à Ra-Jao

      Les andafy se réjouissent de toutes les mauvaises nouvelles pour Madagascar.

      Et hâtent de les partager et faire circuler maximum, afin que l’image de notre pays et ses produits ternissent.

      Je me demande s’ils ont encore l’amour de leur pays.

      Et il n’y a que les fozas qui défendent actuellement les intérêts de ce pays,...peut être, seuls eux qui ont les intérêts que ce pays se développe.

    • 8 juillet à 17:46 | Shalom (#2831) répond à Ra-Jao

      Où trouve-t-on dans ces posts que les appelés "andafy" se réjouissent des problèmes de Madagasikara ?
      Evoquer les problèmes veut-il dire qu’on s’en réjouit ?
      C’est plutôt : s’il y a des problèmes à Madagasikara, on devra se taire et non les évoquer.

      Quel message ! On voit bien là la mentalité foza ! Du vrai foza disciple de Rainilainga.

    • 8 juillet à 18:47 | vorona (#8254) répond à Ra-Jao

      Rectification : les produits révélés nocifs provenaient de l’ EXTRAIT de VANILLE liquide que produisent certaines entreprises à partir de vanille déclassée bas de gamme mais ne provenait pas de l’utilisation de GOUSSE !

  • 8 juillet à 18:38 | Ra-Jao (#282)

    Isandra, Arrêtes de vous lancer des fleurs que vous et vos amis kleptomanes du pouvoir sont les vrais patriotes.. Je n’ai porté aucun jugement de valeur par rappport à cette nouvelle concernant notre vanille. Je me suis limité à partager des informations, et certainement que vous n’allez pas me crois si je vous dis que j’ai été triste. Mais ne vous faites pas d’illusion, je suis triste pour nos agriculteurs mais pour rajoely.
    . Voilà une action que votre mamibahoaka doit mener, aider nos producteurs de vanille à protéger leur mode de production pour promouvoir notre label bio Madagascar.

  • 8 juillet à 18:51 | vorona (#8254)

    Rectification : les produits révélés nocifs provenaient de l’ EXTRAIT de VANILLE liquide que produisent certaines entreprises à partir de vanille déclassée bas de gamme mais ne provenait pas de l’utilisation de GOUSSE !

    • 8 juillet à 19:02 | Ra-Jao (#282) répond à vorona

      Vorona, les extraits proviennent des gousses de la vanille de Madagascar. Ça était bien précisé dans l’infos. Ce qui est normale parceque ce sont les extraits qui aromatisent les glaces. Nous savons que les pesticides sont utilisés sur la plantation ou lors de la préparation des produits pour les protéger !

    • 8 juillet à 23:04 | vorona (#8254) répond à vorona

      Oui Ra-Jao bien sûr qu’à la base il y a des gousses mais des produits nocifs ont été rajoutés pour la conservation du liquide extrait de vanille afin de prolonger sa résistance et cela les planteurs malgaches n’en sont ni responsables ni coupables !

    • 9 juillet à 08:21 | Ra-Jao (#282) répond à vorona

      Vorona, l’infos a bien martelé lla présence de pesticides, mais pas de produits de conservation. J’aimerai bien que vous ayez raison, mais ce n’est pas ce qui a été rapporté. Attendons la suite et on verra bien si d’autres fabricants de glace retireront aussi leurs produits !

    • 9 juillet à 08:38 | Ra-Jao (#282) répond à vorona

      L’infos a bien dit que ce produit est interdit parcequ’il est cancérigène. Et je ne suis pas certain que le fabricant de l’extrait de nos vanilles ignore cette règle, surtout si c’est Hageen Dazs !

  • 8 juillet à 18:57 | Ra-Jao (#282)

    Isandra, vous osez dire que « seuls les foza défendent les interêt du pays.. » Un minimum de modestie vous fera du bien. La réalité c’est « seuls les foza ont appauvris les pays « C’est la seule réalité que tout le monde constate, notre peuple et la communauté internationale. Ça me fait mal quand j’entends les etrangers dire qu’ils ne comprennent pas pourquoi les malagasy sont tellement pauvres alors que notre pays est assis sur de nombreuses richesses !
    Isandra je vous invite à leur répondre, car moi je sais pourquoi !

  • 9 juillet à 09:31 | kunto (#7668)

    KUNTO ny Patriote Malagasy d’Antananarivo

    Même à 75000 Ar le compte n’y est pas , 1KG de vanille verte doit être à 100000 Ar , aux intermédiaires qui volent la vanille de nos agriculteurs à 30000 Ar KG allés en ENFER .
    Ce n’est pas en volant nos propre Frères / Soeurs qu’on va sans sortir 😰😰😰

    1 KG de Vanille verte = 100’000 Ariary azafady .

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS