Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 20 octobre 2021
Antananarivo | 19h57
 

Santé

Santé publique

Journée mondiale de lavage des mains avec du savon

lundi 24 octobre 2011

"Andeha isika hanasa tanana amin’ny savony", tel est le slogan adopté par les membres de la plate forme du "Diorano wash" pour la célébration de la journée mondiale du lavage des mains avec du savon (LMS) cette année. La célébration au niveau national pour Madagascar a été réalisée ce 21 octobre. L’École Primaire Publique (EPP) d’Analakely a été choisi par l’organisation non gouvernementale (ONG) WaterAid pour la célébration dans la capitale.

La journée a été marquée par des animations et discours destinés principalement aux étudiants et enseignants ainsi qu’aux parents. Il y a eu entre autres le carnaval qui a réuni 1050 élèves, plus d’une centaine des personnes issues des ministères clefs et des organismes et associations œuvrant dans ce domaine. Durant son intervention, la directrice de cette EPP, Ranivoarilala Christine, a exprimé sa volonté et celle du corps enseignant à poursuivre leurs efforts dans ce sens. Et le coordonnateur national, Harivelo Rakotondraibe de Diorano Wash, quant à lui, a mis à nu les pratiques malsaines dont beaucoup ont du mal à se défaire. "L’ignorance n’est pas de mise" a-t-il réitéré. Et lui d’inciter les parents et les éducateurs d’assumer leur rôle pour faire du LMS une priorité dans l’éducation. Étant donné qu’en raison de cette ignorance, les résultats du manque d’hygiène sont tragiques à Madagascar. Elle est à l’origine chaque année de plus de 10.000 cas de décès d’enfants de moins de cinq ans et d’innombrables pertes en journées scolaires et journées de travail. Les maladies diarrhéiques, le choléra, la gale, la typhoïde, les vers intestinaux, la conjonctive et l’hépatite sont davantage liées au manque d’hygiène, a toujours rappelé ce responsable. En outre, 51 % des malgaches ne possèdent pas de toilettes conformes aux règles de propreté. De ce fait, la sensibilisation et les activités relatives à la lutte contre l’origine de ces maladies vont être renforcées par cette ONG. Entre autres, la construction d’une nouvelle toilette pour l’EPP Analakely. Les travaux débuteront dès ce lundi 24 octobre.

Ce coordonnateur de conclure que chaque citoyen est incité de respecter l’hygiène pour réduire les conséquences du manque d’hygiène. Se laver les mains avec du savon, sensé être un réflexe avant de manger ou de porter la main à la bouche, après la défécation, et avant de préparer le repas ou encore avant de donner le repas aux bébés, ne l’est pas pour une grande majorité des malgaches.

Recueilli par Haingo

2 commentaires

Vos commentaires

  • 24 octobre 2011 à 10:01 | mpitily (#1212)

    Félicitations à l’équipe Diorano Wash pour leur excellent travail !

    Mais tant que les bailleurs de fonds nous imposent leurs façons de faire qui marchent très bien en occident mais font fi des réalités malgaches, les ONG comme Diorano ne pourront pas faire avancer de façon notable les réalités locales.

    En effet, les bailleurs les obligent à ne faire que des formations, des sensibilisations et des études à ne plus en finir, mais quand il s’agit de doter la population d’infrastructures (communes ou individuelles) voire des consommables (savon, ...) c’est strictement interdit car cela ne se fait pas chez eux.

    Or, à Mada, le pb est la pauvreté chronique de la population. A quoi sert un homme instruit et sensibilisé si derrière il ne peut pas appliquer ses acquis faute d’infrastructures et de consommable ?

    • 24 octobre 2011 à 22:10 | Rivohanitra (#142) répond à mpitily

      " A quoi sert un homme instruit et sensibilisé si derrière il ne peut pas appliquer ses acquis faute d’infrastructures et de consommable ?"

      Il peut réclamer des infrastructures et des consommables. Il peut à un moment donné de l’histoire faire pression....

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS