Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 14 avril 2024
Antananarivo | 04h00
 

Editorial

Il faut des démocrates pour bâtir une démocratie

mardi 2 juin 2009 | Patrick A.

Nous avions relevé le taux record des réponses « Ne savent pas » dans l’analyse des réponses Malgaches à l’enquête Afrobaromètre 2008. La plupart des commentateurs ont imputé ce fait à l’ignorance et au manque d’éducation, plus qu’à la crainte de répondre sur des sujets délicats.

Toujours est-il qu’une démocratie ne peut surgir dans le terreau de l’ignorance ou de la crainte de l’engagement politique.

On peut relever à la lecture des enquêtes d’Afrobaromètre des comportements ambivalents des Malgaches vis-à-vis de l’engagement citoyen.

D’une part, ils se montrent assez attentifs. Avec les Béninois, les Malgaches se distinguent parmi les populations sondées comme étant ceux qui considèrent le plus que la responsabilité de demander des comptes au Chef de l’État, aux députés et aux autorités locales ne doit pas être laissée aux corps constitués et revient avant tout aux électeurs. Qui plus est, deux tiers des Malgaches considèrent que les citoyens doivent se montrer davantage actifs pour interpeller les dirigeants.

Mais dans le même temps, on relève une réelle passivité, car deux tiers également des Malgaches déclarent que les gens sont comme des enfants, et que le gouvernement devrait s’occuper d’eux en agissant comme un parent. En fait, par rapport à d’autres pays d’Afrique, la proportion des Malgaches se déclarant intéressés par les affaires publiques est plutôt faible : 59%.

Comme on peut s’y attendre, le désintérêt est plus marqué parmi les couches les moins scolarisées. Le fait que le désintérêt est plus marqué parmi les jeunes peut apparaître comme plus inquiétant. L’abstention aux élections est d’ailleurs plus marquée lorsque les personnes sont plus diplômées et plus jeunes. Les personnes ayant un niveau plus élevé d’éducation sont par ailleurs plus enclines à présenter l’abstention électorale comme une forme de contestation politique.

Si le choix de voter ou non peut être une première forme d’engagement, la participation civique dans une démocratie ne se réduit pas aux élections, mais implique aussi la possibilité pour les citoyens de prendre part aux processus de décisions, notamment au niveau local.

Lors de l’enquête Afrobaromètre 2008, Madagascar s’est distingué parmi les pays sondés comme étant celui où le plus de personnes sondées (91%) ont déclaré participer à des réunions communautaires, alors qu’il y en avait le moins ayant déclaré faire partie d’une association (3%) ou d’une organisation religieuse (9%).

Difficile de ne pas voir dans ces particularités l’influence du fokonolona, la communauté de base et ses réunions de concertation. C’est sans doute dans cette institution que réside, au moins dans les milieux ruraux, une des meilleures chances de développer une implication citoyenne à Madagascar.

Encore faudrait-il, pour dépasser l’attitude de passivité désabusée (que les événements de 2009 ont sans doute renforcée), que les autorités centrales redonnent au fokonolona une certaine autonomie et une influence réelle.

Vis-à-vis de ceux qui sont sceptiques de voir émerger des défenseurs de la démocratie, et craignent que la pauvreté ne soit la cause première de l’ignorance et de la peur qui entravent la participation citoyenne, on peut concéder que seulement 22% des Malgaches lisent régulièrement des journaux, contre 41% au Botswana(1), et que 41% seulement des Malgaches utilisent régulièrement un téléphone portable, contre 73% au Botswana. Cependant, l’usage comparable de la radio dans les deux pays montre qu’il n’est pas impossible à Madagascar d’arriver à un niveau d’information comparable. L’attachement fort des Malgaches à la liberté de la presse (72% pour, contre seulement 51% en 2005) n’en est donc que plus précieux.


Note  : (1) Rappelons que le Botswana est le pays, sinon l’un des pays, considéré par Afrobaromètre comme étant le plus proche d’une démocratie, dans la mesure où non seulement le niveau d’exigence démocratique, mais aussi le niveau de satisfaction par rapport à celle-ci, sont élevés.

10 commentaires

Vos commentaires

  • 2 juin 2009 à 08:00 | Lili (#1062)

    Hum ! Ce titre a été déja plus ou moins utilisé par une certaine journaliste « qui s’en fout ». Elle disait justement que la démocratie n’a pas besoin de place mais de démocrates.

  • 2 juin 2009 à 09:24 | meloky (#637)

    Mieux vaut-il chercher qui sont les democrates ! Alors pour être democrates, il faut des critères. Je crois tjrs que la résolution à la Malagasy aie encore sa valeur car : fisaka ny rariny !!!!

  • 2 juin 2009 à 10:07 | lanto herilala (#463)

    ...la responsabilité de demander des comptes au Chef de l’État, aux députés et aux autorités locales ne doit pas être laissée aux corps constitués et revient avant tout aux électeurs.
    Tout à fait d’accord. Donc quelque soit l’issu de cette crise, qu’il y ait changement ou non de constitution, la première étape à faire est de se soumettre à la voie des urnes. Ce qui ne semble pas être la priorité de la HAT.
    A mon avis, la HAT veut avoir la durée la plus longue pour la transition afin de pouvoir mettre la pression sur les dirigeants régionaux afin de voter pour le futur candidat d’Etat.

  • 2 juin 2009 à 10:30 | rabri (#2507)

    Le qualificatif « démocrate » ne doit pas être attribué uniquement à quelqu’un qui exerce une « haute » fonction administrative, donc qui possède des diplômes délivrés par l’instance d’ éducation nationale

    Nos 1° démocrates (vous l’avez bien souligné) sont les gens rencontrés dans les fokontany les plus réculés de notre pays et qui, régulièrement participent à la réflexion commune pour la résolution des problèmes locaux ( = le fameux « dinika amorom-patana »)

    C’est la voie empruntée par nous citoyens malgaches désireux d’obtenir des diplômes attribués par notre éducation nationale qui amène à une absence partielle ou totale de l’esprit de démocratie

    Pourquoi ?? (raisons évoquées déjà lors de mon post du 19 mai)

    * parce que la faute incombe à notre système éducatif malgache copié-collé du système éducatif français

    * quelle est la caractéristique principale de ce système éducatif ?? transmission de connaissances, donc de savoirs (et même très peu de savoir-faire). POINT BARRE !

    Revenons plutôt en arrière et analysons nos parcours scolaires respectifs (je parle ici des écoles publiques qui représentent 95% de nos établissements scolaires) : on ne nous a jamais habitué à Madagascar à « miady hevitra dieny mbola kely » (débattre dès le jeune âge sur des sujets de société ou autres) mais de la classe de 12° jusqu’à l’Université, on ne faisait principalement que dire AMEN à tous ceux que nos profs nous faisaient gober (bons ou pas).
    Par ailleurs, en privilégiant le système de notations ( fondé principalement sur la capacité de restitution de ce que les profs nous ont fait avaler) comme seul critère d’évaluation des élèves, on ne fait que les mettre dos à dos : ceux qui ont de bonnes notes sont toujours les intellos et qualifiés de cancres ceux qui ont les mauvaises notes. D’où nait l’esprit de concurrence et d’individualisme qui mène à la jalousie, aux attaques personnelles et à la violence (morale, verbale voire physique) qu’on traîne jusqu’à l’âge adulte.
    Et avec un tel système, on ne pourra jamais produire des FUTURS VRAIS DEBATTEURS, DES FUTURS VRAIS DEMOCRATES !!!!!!!

    Pour soutenir la thèse « Il faut des démocrates pour bâtir une démocratie », je dirai YES, WE CAN à condition de les préparer depuis l’école et SURTOUT de considérer la démocratie comme une valeur QUI SE VIT AU QUOTIDIEN et non pas comme une matière qui s’enseigne pour en avoir uniquement des bonnes notes .

    Pour cela, il faut repenser autrement notre école à POUVOIR FAIRE VIVRE EN CLASSE DES VALEURS QUI AIDERONT A GRANDIR et non pas seulement à pouvoir dispenser des matières qui permettront de délivrer des diplômes comme c’est le principal cas jusqu’ici.

  • 2 juin 2009 à 11:02 | lalatiana (#1016)

    En terme de démocratie, on a ci après un pur exemple d’attitude anti-démocratique :

    Le pouvoir TGV ne désarme pas en termes de contre-vérité et de désinformation, en ayant de plus trouvé auprès de certains médias français un relais surprenant.

    Une campagne à l’artillerie lourde vient d’être déclenchée, probablement en réaction aux dernières déclarations de Ravalomanana :

    En plein WE de pentecôte, ce n’est pas anodin, on voit arriver coup sur coup 4 (QUATRE) dépêches de presse IMBECILES sur TV5 relayant NEWSPRESS
    (agence de presse indépendante française) :

    Pas de Coup d’Etat à Madagascar selon la Cour Suprême !!!!!!
    le 31-05-2009 09:30
    http://www.tv5.org/TV5Site/info/communiques-de-presse-article.php?NPID=FR215950

    Rappel sur le scandale Daewoo à Madagascar : une folie (n’importe quoi ! ils ressortent en urgence un article de novembre 2008)
    30/05/2009 13:15:00
    http://newspress.fr/Communique_FR_215949_2865.aspx

    Madagascar : Wade reconnaît Rajoelina - avec photos – !!!!!! (c’est ça oui ... et le démenti du gouvernement sénégalais il est passé ou ?)
    29/05/2009 19:10:00
    http://newspress.fr/Communique_FR_215925_2865.aspx

    29/05/2009 19:10:00 Andry : Itinéraire d’un nouveau Chef d’Etat ( ou « ... si les médias français veulent faire dans la propagande pro TGV, y’a
    pas mieux !!! » ) :
    28/05/2009 18:30:00
    http://newspress.fr/Communique_FR_215883_2865.aspx

    Au rythme d’une dépêche par jour : CE N’EST PAS ANODIN NON PLUS... C’est une vraie campagne qui est lancée...

    Il est heureux que ces dépêches de NewsPress reprises par TV5 (*) relèvent d’un niveau journalistique proche du zéro et du madagate ... et soient
    aussi faciles à démonter.

    Mais cela dénote une stratégie affichée du TGV de reprendre la main qu’ils avaient perdue sur le média Internet... Et ils sont capables de trouver des relais puissants auprès de certains milieux politiques et médiatiques en France.

    Je dis « certains milieux » de manière restrictive, pour ne pas globaliser et y impliquer TOUTE la diplomatie (*) française. Il est en effet
    surprenant, que la France se laisse pièger par des actions et des arguments aussi primaires qui ne font qu’accréditer la thèse de sa
    compromission dans le coup d’Etat.

    Lalatiana

    http://madagoravox.canalblog.com

    (*) TV5 c’est FranceMonde, c’est le ministère des Affaires Etrangères

    • 3 juin 2009 à 00:09 | niry (#210) répond à lalatiana

      Bravo Lalatiana ! Très bons recoupements !

      En effet, il y a dû avoir un ordre donné quelque part pour tenter de redorer le blason de cette FAT et surtout enfoncer un peu plus Ravalo dans l’eau. « Occuper le terrain »..

      Heureusement, les escapades de Tintin à Dakar ont fait plus de buzz et réduisent à néant tous les efforts de ces jeannot lapin-istes chevronnés. D’autant plus que le personnel de RFi était en grêve 3 semaines durant.

      Il y a quand même un certain mépris des autorités françaises envers leurs propres concitoyens pour leur faire avaler ainsi autant d’insanités.. Certains ne se laissent pas faire, mais la grande majorité est déjà tellement sous assistanat médiatique, sous perfusion..

  • 2 juin 2009 à 12:46 | Sitraka (#1700)

    Sans doute qu’il faut des démocrates pour établir une démocratie , j’ajouterais encore plus qu’il faut des citoyens éduqués et disposés à travailler pour faire une démocratie. A madagascar, c’est encore loin d’être le cas ; une grande majorité des votants sont incultes (pour ne pas dire de parfaits imbéciles en éducation civique) et livrés à eux-mêmes, attendant que la manne céleste leur tombe sans sueur.
    Demandez un peu à nos politicards de certaines régions pourquoi les hommes d’affaires étrangers ne veulent jamais s’implanter ailleurs que sur les hauts-plateaux, et pourquoi ces politicards investissent plutôt à Antananarivo que dans leurs régions d’origine.
    Pour être démocratique, une élection suppose donc des citoyens éduqués et informés. Ce n’est pas étonnant si nous en sommes toujours au même point qu’en 1960 car l’éducation des citoyens a regréssé depuis !

  • 2 juin 2009 à 14:03 | boloky (#2452)

    - On bâtit avec de l’hétéroclite et non avec de l’homogène
    - La démocratie c’est le pluralisme. Toute forme d’exclusion, d’élimination (surtout politique), est une entrave à la démocratie
    - Nous avons besoin de citoyens responsables, aimant Madagascar et le peuple malgache : il faut donc des hommes et des femmes soucieux du bien-être des malgaches et non des pantins, marionnettes, fourbes, traitres, criminels, politicards qui violent sans vergogne les droits de l’homme et du citoyen, la liberté d"expression, de conscience etc ...

    - Voter est un devoir de citoyen
    - L’education citoyenne peut être acquise au sein des fokonolona
    - L’ignorance est une plaie qu’il faut combattre q’urgence car comme nous le voyons tous les jours, c’est le terreau de nos apprentis dictateurs, putschistes et autres criminels

    POUR BATIR UNE DEMOCRATIE, on a besoin de nous tous, de notre volonté, courage, engagement

    LIBERONS-NOUS D’ABORD DES ENNEMIS DE LA DEMOCRATIE !

  • 2 juin 2009 à 21:30 | starsky (#2226)

    Un démocrate est celui « Qui est attaché à la démocratie et à ses principes » (Définition de linternaute.com, définition qui me semble être la plus proche de la réalité).

    Cette définition implique deux choses :

    - la notion de démocratie,
    - ainsi que ses principes.

    1- Dans son discours de Gettysburg en 1863, Abraham Lincoln a donné « sa définition » de la démocratie à l’américaine : « ...afin que le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple ne disparaisse pas de la surface de la terre ».

    Et la définition que nous Malagasy nous donnons à notre démocratie ?

    2- La démocratie américaine se base sur 11 principes fondamentaux :
    - Le système constitutionnel ;
    - Des élections démocratiques ;
    - Fédéralisme, Etats et collectivités locales ;
    - L’élaboration de la loi ;
    - Un pouvoir judiciaire indépendant ;
    - Les pouvoirs de la présidence ;
    - Le rôle d’une presse libre ;
    - Le rôle des groupes d’intérêt ;
    - Le droit du public à l’information ;
    - La protection des droits des minorités ;
    - La tutelle des civils sur les militaires.

    La nôtre est-elle basée sur quoi exactement ?

  • 3 juin 2009 à 00:23 | fiadanana (#303)

    ataoko teny gasy tsotra :

    raha tiana ny hisian ny demokrasia marina ao mada dia avelao hiteny malalaka aloha ny olona, tsy maninona aloha na mirediredy izy amin ny voalohany, satria tsy zatra nampitenenina.

    avelao halalaka ny fanehoan kevitra mikasika ny sujet rehetra, azo resahina daholo ny zava drehetra, manomboka amin ny resaka fitantanana raharaham pirenena, resaka inflation hatrany amin ny lokon ny silipo mahafinaritra ny tovovavy malagasy.

    avelao hiteny ny olona amin izay mivoaka tsara ny maha izy azy.

    tsy misy sujet diso izany ary tsy mahafaty ny ridicule, amin izay libre tsara ny saina ary miposaka tsara ny tena zavatra irin ny vahoaka entina

Publicité




Newsletter

[ Flux RSS ]

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS