Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 28 novembre 2022
Antananarivo | 17h02
 

Economie

Exportateurs de litchis

Handicapés par le délestage

jeudi 22 novembre 2007 | Alphonse M.

Les exportateurs de litchis sont désormais dans l’expectative. Faute d’énergie, la campagne 2008 qui débutera ce samedi à 18 heures, risque de sombrer de nouveau. Une véritable menace pèse sur cette filière. Depuis quelques mois, la ville de Toamasina où se trouve le seul port d’embarquement, est frappée par un délestage tournant. De 17 à 21 heures, le Grand port de l’Est est victime de coupure de courant . Or, les exportateurs de litchis travaillent sans relâche (24 heures sur 24) pendant 10 jours. Outre la question sécuritaire, les opérateurs œuvrant dans la filière litchis ont besoin d’énergie pour le traitement des produits avant l’embarcation sans oublier l’éclairage. Devant ce danger imminent, les opérateurs ont déjà alerté la Jirama depuis presque une année, mais force est de constater que la situation reste inchangée. Aucune amélioration n’a été constatée. Hier, lors de son intervention à l’Assemblée nationale, le député de Fénérive-Est et non moins ancien ministre des Postes et Télécommunication, Mahazaka Clermont, a également attiré l’attention de l’exécutif sur le danger qui menace cette filière. En clair, à quelques jours du début de la campagne, la région produtrice de litchis risque d’être complètement coupée du port de Toamasina. La route menant vers le nord de la province de Toamasina sera coupée au PK 35, selon cet élu, dans les prochains jours.

Ar.14 milliards en jeu

La capitale Betsimisaraka connaîtra dès demain une ambiance particulière. Plusieurs dizaines de voitures en provenance d’Antananarivo, des collecteurs... débarqueront à Toamasina. Selon la prévision, 20 000 tonnes de litchis seront exportés cette année et 31 sociétés remplissant les conditions requises sont autorisées à œuvrer dans cette filière. Durant cette campagne, près de 14 milliards d’ariary seront générés par cette filière, d’après les spécialistes. Mais, tout sera torpillé par l’insuffisance voire le manque d’énergie fournie par la Jirama. Aucune solution n’est en vue, pour l’instant. A Tsimbazaza, le ministre responsable s’est contenté d’annoncer que le nouveau groupe électrogène ne sera opérationnel qu’au mois de janvier prochain. A ce rythme, on craint une perte sèche de plusieurs milliards d’ariary, non seulement pour les opérateurs, mais aussi pour les paysans et les transporteurs ainsi que l’Etat. Le délestage continue de faire des victimes...

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS