Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 3 octobre 2022
Antananarivo | 17h07
 

Politique

Fraudes électorales dans la région Est

Des témoignages accablants...

mardi 22 janvier 2008 | Alphonse M.
Une population prête a protéger son choix.

Les dernières consultations populaires ont été entachées de fraudes massives et d’irrégularités inimaginables. Au cours des enquêtes que nous avons conduites dans deux districts de la région Atsinanana, des candidats, des électeurs et des chefs fokontany ont osé témoigner pour dénoncer ce fléau. Des élus, des agents de l’administration, des chefs fokontany... sont impliqués dans cet hod up électoral. Suivez le guide !

Située à près de 30 km au nord de Vatomandry, la commune d’Amboditavolo a connu une ambiance inhabituelle au lendemain du scrutin du 12 décembre dernier. Le candidat Robin Mahatody et son mandataire Jean Bernardin Randriantiana, preuves à l’appui, ont dénoncé l’inversion des résultats dans cette commune rurale au profit du candidat TIM. En possession des procès-verbaux électoraux des 10 bureaux de vote de ladite commune, le candidat « indépendant » a été élu avec 27 voix d’écart. Des faits illégaux ont été constatés. Dans le bureau de vote à l’EPP d’Ambohimanarivo, les personnes non inscrites sur la liste électorale ont pu voter, grâce à la complicité des membres du bureau de vote. La liste électorale du fokontany d’Ambodivontaka a été permutée avec celle d’Ambodifontatra. Ce sont les chefs quartiers qui ont signé la liste électorale et les présidents du bureau de vote qui ont voté au lieu et à la place des électeurs absents. Le délégué du candidat « indépendant » a pu stopper l’hémorragie. Or, l’opération a été déjà entamée. À preuve, 133 noms d’électeurs ont été signés alors qu’il n’existe que 123 enveloppes lors du dépouillement. Menacés par les présidents du bureau de vote, les délégués du candidat n’ont pas pu cocher les anomalies sur le procès-verbal et le fait est passé comme si de rien n’était.

Pire, les procès-verbaux des résultats électoraux n’ont pas été dressés dans les bureaux de vote le soir même du 12 décembre, comme le stipule la loi électorale. Tous les dossiers électoraux des 9 fokontany ( sauf ceux de Marovatana), ont été acheminés vers le domicile du candidat TIM sis dans l’ex-campement chinois. Les délégués des autres candidats n’ont pas eu accès à cette résidence privée. Les mandataires ont par la suite reclamé une confrontation des PV, mais en vain. C’était dans cet endroit que les émissaires de la CRMV, sous l’égide du délégué d’arrondissement, Mme Julie Yvette Rakotondravao, ont collecté les résultats. Une partie des électeurs ont manifesté pour protester contre l’inversion des résultats et le candidat Mahatody a déposé une requête en cassation pour marquer son opposition au jugement du tribunal administratif de Toamasina.

- Commune d’Ifasina I, Vols des dossiers électoraux

Après la décompte des voix, le chef fokontany Botozafy Jean de Dieu a proposé aux membres du bureau de vote de confectionner les procès-verbaux le lendemain et de déposer tous les dossiers et matériels électoraux chez lui. Et pour des raisons de sécurité les clés des urnes ont été remis au président du bureau de vote sous la surveillance de tous les délégués des candidats. Le lendemain, le chef fokontany a disparu et avec lui, les dossiers électoraux. Et selon l’épouse de ce dernier, trois hommes (des militaires) ont emmené les dossiers, sur ordre du chef de district.

Tsiva Julien, candidat indépendant en compagnie d’une partie des délégués, a intercepté le chef fokontany à Sandrakazo, lieu de collecte des résultats. Emmené à Ifasina, il a reconnu devant le public la disparition des dossiers électoraux et des urnes. Une lettre en ce sens a donc été envoyée au niveau de toutes les instances administratives et judiciaires. Les membres du bureau de vote ont également dressé un procès-verbal de constatation de la perte des matériels de vote. Parallèlement, les membres du bureau de vote, le chef fokontany et les représentants des électeurs ont dressé un autre procès-verbal des résultats de vote dans lequel Tsiva Julien a décroché la victoire avec 756 voix contre 488 pour le candidat TIM, Cassime Aurélien Faustin. Quelle fut alors la surprise des électeurs d’Ifasina I après avoir eu connaissance du jugement du tribunal administratif. Du coup, ils ont occupé le bureau de la commune pour manifester leur mécontentement.

Ripostant, M. Cassime a fermé toutes les bornes fontaines à Ifasina I. Le 10 janvier, la tension a monté de plusieurs crans. Devant cette pression populaire, le maire a dû prendre la fuite et jusqu’à maintenant il n’a pas encore rejoint son lieu de travail, préférant se refugier à Ilaka Est.

- Commune d’Ilaka Est, Trois chefs fokontany arrêtés

Dans la commune rurale d’Ilaka Est, les électeurs, les Tangalamena et les chefs fokontany non TIM ont subi des pressions et des menaces d’emprisonnement. Lors d’une réunion de formation des responsables des opérations électorales, 5 chefs fokontany non TIM ont été invités à quitter la salle. Parmi eux Vonondahy Arthur, chef fokontany d’Ambalanakondro nous a raconté ses mésaventures, durant et après le scrutin du 12 décembre.
« Nous ( chefs fokontany Ambalanakondro, Centre ville et Antanambao) avions été arrêtés par des éléments de la gendarmerie, tôt le matin du jour du scrutin », a témoigné M. Vonondahy. « Nous n’avons été libérés qu’au moment du dépouillement de vote ». Pour l’instant, les motifs d’arrestation de ces trois chefs de fokontany sont inconnus. Toujours est-il que, selon ces victimes, le commandant de compagnie de Vatomandry, le chef de district et le député local, Armand Randrianarison, seraient les « commanditaires » de cette arrestation, dans le but d’intimider les électeurs.

- Commune de Niarovana Caroline, Falsifications des PV

Bien avant le scrutin, les électeurs de cette commune rurale ont subi des pressions et des menaces de la part du député. « Ceux qui ne voteront pas Boto Madèle de Pazzie seront sanctionnés et jetés en prison et le robinet (toutes subventions) sera fermé », a menacé cet élu lors du meeting au terrain communal le 6 décembre, nous a rapporté M. Pierrot. Dans le fokontany d’Ambalamangahazo, le dépouillement s’est déroulé au domicile du chef fokontany. Et les délégués n’ont pas eu droit à une copie des PV. Dans le fokontany d’Ambalasakay, il n’ y a qu’une seule liste électorale pour élire les conseillers et le maire. Seule cette liste a été signée par les électeurs. Chose curieuse, ce bureau de vote n’a pas été annulé par le tribbunal administratif. Dans le village de Sahabe et Ampirarazana, les électeurs ont été menacés d’arrestation et les écoles menacées de fermeture si la population ne vote pas pour le « kandidam-panjakana » (candidat officiel). La population a également organisé une manifestation de protestation malgré les menaces des autorités.

- Commune de Tsivangiana, 90 enveloppes par fokontany

Nouvelle stratégie à Tsivangiana. Des enveloppes ont été distribuées bien avant le scrutin, soit 90 par fokontany. En conséquence, seuls les bulletins des candidats ont été visibles au sein des bureaux de vote. C’est vers 11 h 30mn, jour du scrutin, que le chef de district a déposé des enveloppes. Des témoins ont affirmé que de l’argent a été également distribué aux électeurs. D’Ambodiaramy, Tsivangiana, Analatsara, Ampasimavo, Fanovelona... les fonctionnnaires ont été également menacés d’affectation. Tout ceci a eu beaucoup d’impacts sur le vote.

- Commune de Mahanoro, Les électeurs terrorisés

Sous la menace d’un haut fonctionnaire d’autorité qui a également usé des biens publics, les élections communales dans le district de Mahanoro ont été totalement bâclées. Le candidat du TTS Alain Dollys Rasoanaivo a vivement condamné les anomalies et irrégularités dans cette commune. Le candidat du TTS dans la commune de Betsizaraina, Zafara Armand a été convoqué par la gendarmerie. Opération réussie : le TIM a raflé tous les maires de l’ancien fief de Didier Ratsiraka. Toutefois, traumatisé, les électeurs ont boudé le scrutin du 12 décembre dernier.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS