Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 28 novembre 2022
Antananarivo | 18h54
 

Politique

Soutien à Hery Rafalimanana

Démenti cinglant du Mgr Razanakolona (Nouvelle version)

lundi 26 novembre 2007 | Alphonse M., RAW

Plusieurs quotidiens de la capitale ont rapporté, récemment, les déclarations de soutien de l’Archevêque d’Antananarivo, Mgr Razanakolona Odon au candidat du TIM, Hery Rafalimanana. Le numéro un de l’église catholique a formellement démenti cette information lors de sa rencontre avec quelques journalistes, vendredi dernier à Andohalo.

Emoi dans la communauté catholique après la publication des articles concernant les déclarations de soutien de Mgr Razanakolona Odon au candidat du parti gouvernemental, Hery Rafalimanana. Certains de nos confrères ont rapporté dans leurs colonnes que l’Archevêque d’Antananarivo a donné sa bénédiction à ce candidat pour qu’il puisse continuer à travailler à la tête de la mairie d’Antananarivo. Cette nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre, non seulement dans les milieux catholiques, mais aussi dans l’ensemble de la classe politique malgache.

Pour couper court aux rumeurs, Mgr Razanakolona a apporté un démenti. D’un ton ferme, ce clergé a déclaré à la presse que trois candidats à la mairie d’Antananarivo ont fait une demande d’audience auprès de l’Archevêché d’Andohalo. Deux d’entre eux, dont l’actuel Président de la Délégation Spéciale (PDS) de la commune urbaine d’Antananarivo et non moins le candidat du parti TIM, Hery Rafalimanana et le jeune opérateur Andry TGV, ont été déjà reçus par l’Archevêque d’Antananarivo. Et ce dernier d’ajouter qu’il continuera de recevoir les candidats jusqu’au début de la campagne électorale. Car, la bénédiction appartient à Dieu. Une manière de dire qu’elle est réservée à tous les Fils de Dieu, mais non pas à des personnes sélectionnées.

« Je n’ai rien dit... »

Dans la même foulée, Mgr Razanakolona réitère que la communauté catholique n’a pas de candidat. Le fait de recevoir un candidat ne veut pas dire qu’on le soutient, a-t-il affirmé avec véhémence. « Je n’ai rien dit aux journalistes à propos de ma rencontre ni avec M. Rafalimanana, ni avec Andry TGV », a insisté notre interlocuteur tout en signalant qu’il a été convenu, avec les candidats, de ne pas faire des déclarations pour éviter les fausses interprétations.

Apparemment, le chef de la communauté catholique est victime d’une « arnaque morale » de la part de certains candidats.

Faut-il signaler que depuis le mouvement populaire de 1991, les hommes d’églises ont joué un rôle très important dans la gestion des affaires nationales. Ce n’est pas l’actuel chef de l’Etat et non moins vice-président du FJKM, Ravalomanana qui dira le contraire. La Confédération des églises chrétiennes (FFKM) est devenue une force incontournable à Madagascar. Il n’est pas étonnant si les hommes d’églises sont chouchoutés à quelques jours de l’ouverture de la campagne des municipales, une attention dont le but n’est autre que de décrocher la victoire finale.

« Rafalimanana n’est pas le premier... »

En tout cas, l’Archevêque a signifié que Hery Rafalimanana n’a pas été le seul jusqu’à avant-hier à le consulter et à demander le « tso-drano » d’un « raiaman-dreny ». Et il n’est pas non plus le premier. Le fait est qu’il était venu avec un photographe , a indiqué Mgr Razanakolona qui s’est donc, à la suite des interrogations et précisions réclamées de partout, cru obliger de mettre les points sur les « i ». L’usage dont certaines presses ont fait de l’audience qu’il a accordée à Hery Rafalimanana, candidat à la magistrature de la capitale de Madagascar n’est pas le reflet de la vérité. Il a apparemment été désagréablement surpris par des titres et des articles de presse qui prêtent à confusion ou qui laissent place à toutes les interprétations. Il ne veut pas être entraîné dans la tourmente de la politique politicienne.

Ce qui est embarrassant et gênant pour ce « raiaman-dreny » à tel point qu’il n’a pu s’empêcher de faire cette mise au point, c’est que dans le contexte actuel, on veuille tirer les draps à soi tout seul, et qu’on veuille utiliser tout ce qui se produit ou s’effectue à son seul profit et pour son compte électoral.
Ceci dit, l’archevêque Monseigneur Odon Marie Arsène Razanakolona déclare haut et fort que l’église catholique à Madagascar ne roule pour aucun candidat en particulier.

L’église catholique ne donne aucune consigne relative à cette élection municipale du 12 décembre 2007.

L’église catholique n’a pas à recommander à ses fidèles de voter pour tel ou tel candidat.

« ... Ni le dernier »

L’archevêque d’Antananarivo est donc très sollicité. A le suivre dans ses explications, il reçoit tout le monde qui accorde un quelconque intérêt à ses conseils. C’est une personnalité, un sage qu’on consulte. Mais c’est aussi le « berger » qui veille sur son troupeau pour qu’un de ses membres ne s’égare pas.

Toujours est-il qu’une audience ou une visite auprès des détenus ou auprès des foyers de jeunes délinquants doit-elle être interprété comme un soutien à la délinquance ou aux malfaiteurs ?

Recevoir à Andohalo des diplomates, des hommes politiques ou des ministres doit-il avoir des significations toujours politiques ?

Dans le cas, de cette rencontre avec le PDS Hery Rafalimanana, il semble que l’accord tacite convenu aurait été trahi ou du moins que la presse a sciemment biaisé les informations.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS