Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 20 octobre 2021
Antananarivo | 10h36
 

Communiqué

Communiqué

Appel urgent aux autorités malagasy pour empêcher la mise en œuvre d’essais pilotes dans le cadre du projet d’exploitation de terres rares par la société RREM à Ampasindava

jeudi 26 novembre 2020

COMMUNIQUE

APPEL URGENT AUX AUTORITES MALAGASY POUR EMPECHER LA MISE EN ŒUVRE D’ESSAIS PILOTES DANS LE CADRE DU PROJET D’EXPLOITATION DE TERRES RARES PAR LA SOCIETE RREM A AMPASINDAVA

Depuis 2015, les organisations de la société civile et les communautés affectées par le projet d’exploitation de terres rares à Ampasindava, dans le district d’Ambanja, n’ont cessé d’alerter les autorités Malagasy sur les dangers de ce projet de la société Tantalum Rare Earth Madagascar (TREM), qui a été renommée RREM après que la société d’état chinoise REENOVA en soit devenue l’actionnaire majoritaire.

En effet, un tel projet aura des impacts désastreux sur des milliers d’hectares d’espaces naturels, notamment la pollution extrêmement toxique qui menace les moyens d’existence des populations affectées et riveraines ainsi que la biodiversité terrestre et marine exceptionnelle de la région [1].L’extraction des terres rares et son raffinage ont un terrible coût pour l’environnement et les écosystèmes en général. D’ailleurs, des réserves importantes existent aux Etats-Unis, au Canada, en Australie ou encore au Brésil mais ces pays en ont abandonné depuis longtemps l’extraction en raison des problèmes de pollution inhérents à ces minéraux.

A leur instar, Madagascar ne devrait en aucun cas accepter de sacrifier son environnement et la vie de ses citoyens sur l’autel des intérêts de ce Holding asiatique. Par ailleurs, cette exploitation n’affectera pas uniquement les communautés riveraines d’Ampasindava mais aura également de lourdes conséquences sur tout le district de Nosy Be, touchant particulièrement le secteur touristique qui est pourtant le noyau de l’économie locale.

Les expériences au niveau mondial comme le cas de Baotou, en Mongolie intérieure, ont démontré les effets dévastateurs et irréversibles d’une telle exploitation qui, outre les dégâts écologiques, ont également causé une forte augmentation du taux de cancer et des maladies respiratoires parmi les populations affectées [2]. Un article paru dans Mongabay en 2017 a permis notamment de connaître des publications de J. Klinger, une universitaire qui mène des recherches sur l’exploitation des terres rares. Elle a visité plusieurs sites d’extraction dans le monde et déclare avoir croisé entre autres de nombreux habitants « à la peau cloquée et aux dents décolorées, résultat de l’exposition chronique sévère à l’arsenic et affirme que les dizaines d’années d’extraction minière ont pollué le sol et l’eau et empoisonné lentement les riverains et leur bétail » [3].

Bien que la société RREM n’ait pas encore obtenu son permis minier, elle projette prochainement de procéder à des essais pilotes dont les conséquences telles que décrites ci-dessus seront aussi désastreuses que l’exploitation elle-même.

Par conséquent, les communautés affectées [4] et les organisations signataires du présent Communiqué lancent un appel urgent aux autorités Malagasy pour :

  1. empêcher la conduite de tels essais étant donné leurs impacts désastreux et irréversibles sur la survie des populations riveraines, et sur le patrimoine naturel de la région ;
  2. en tant que principal responsable de la protection des droits humains, donner la primauté aux voix et aux droits des communautés concernées et ainsi, rejeter la demande de permis d’exploitation de terres rares à Ampasindava.

Fait à Antananarivo le 23 novembre 2020

- Centre de Recherches et d’Appui pour les Alternatives de Développement - Océan Indien (CRAAD-OI)
- Collectif pour la défense des terres malgaches – TANY
- Plate-Forme Nationale des Organisations de la Société Civile de Madagascar – VOIFIRAISANA
- TAFO MIHAAVO, région DIANA
- Tranoben’ ny Tantsaha Mpamokatra, région DIANA
- Fédération des pêcheurs de Nosy Be
- Association ANJAVA SAKATIA, Nosy Be
- Association CRADES, Ambanja
- Plateforme MANDRESY, région DIANA

Notes

[1Ce qu’il importe de savoir sur le projet minier de terres rares à Ampasindava - CRAAD-OI (craadoi-mada.com)

[2En Mongolie, l’extraction de terres rares détruit l’environnement (reporterre.net)

11 commentaires

Vos commentaires

  • 26 novembre 2020 à 11:43 | Vohitra (#7654)

    Le boss du secteur à Gondwana est un ancien collaborateur des chinois de la société minière PAM qui avait fait couler beaucoup d’encre dans le temps...

    Et comme RREM est une société chinoise, il se pourrait que le projet d’essai pilote se ferait avec son aval et bénédictions en coulisse...

    et la société pharmaceutique ainsi que la société d’assemblage de voiture véhiculent aussi des intérêts chinois, non ?

  • 26 novembre 2020 à 12:08 | arsonist (#10169)

    Pour info, et chacun peut vérifier en fouillant Internet,
    les Chinois possèdent sur leur territoire une des plus grandes sinon la plus grande réserve naturelle de terres rares sur la planète.
    Mais les Chinois n’y touchent pratiquement pas et gardent ces réserves sur leur territoire comme la prunelle de leurs yeux. Et bien évidemment, hors question d’en exporter.

    Mais les Chinois ont réussi l’exploit non seulement d’exploiter les réserves de terres rares en Afrique et en AmSud, mais en plus les Chinois en ont eu officiellement l’exclusivité [i.e. aucune autre puissance n’a le droit d’y toucher, même les pouvoirs qui détiennent la souveraineté des pays où se trouvent ces réserves de terres rares].

    Si vous voulez faire comprendre tout cela à Bokassa-gasy et ses foza, alors je vous souhaite bon courage !

    • 26 novembre 2020 à 20:36 | Mikael (#11125) répond à arsonist

      Les chinois exploitent les terre rares chez eux et se fiche de la pollution engendrée dans les provinces ou il y a les exploitations. Ils veulent garder leur leadership pour imposer leur prix et hégémonie et pour cela essaye d’exploiter les terres rares dans les autres pays ou du moins d’empêcher leur exploitation pour garder leur quasi monopole. Et cela marche pour Madagascar ou il n’y a aucune exploitation, mais on achète les téléphones et autres appareils sans ce soucier de la pollution engendré pour leur fabrication.

  • 26 novembre 2020 à 12:13 | nez_gros (#10715)

    Cette Situation est grave, il faut porter l’affaire au Tribunal international, et aux instancees ecologiques internationaux :
    - Non seulement ils nous appauvrissent, en volant notre terre rare, mais surtout, il condamne 3 à 4 génération Future à mourir du Cancer, et des maladies provoqués par les déséquilibre ecologique..

    C’est très très grave....

    Alerter ceux qui sont à l’origine du mal est au mieux une naivité, au pire une forme de magouille de faire valoir et du faire semblant , comme ces associations de certaines bourgeoisies Malgaches savent le faire , depuis Radama 1er... t’as capté ou pas gros ???

    .

  • 26 novembre 2020 à 13:55 | vorona (#8254)

    A moyen terme on verra si la population de ce pays est assez forte pour lutter contre des décisions qui seront prisent en sous mains par des autochtones "intéressés". Et si la mauvaise foi de ces personnages réussira à tromper les malgaches qui ne disposent pas toujours malheureusement d’informations fiables et véritables que l’on ne trouve pratiquement que dans des articles la plus part sur internet !

  • 26 novembre 2020 à 14:06 | zorey974 (#7033)

    Rajoel comme beaucoup de dirigeants africains se laisse doucement phagocyter par la Chine à coup de milliards car c’est bien connu les chinois sont généreux et philanthropes lol
    Après avoir été sous le joug de l’occident, peu à peu Madagascar est sous le joug des chinois.
    Je ne suis pas sûr que vous allez y gagner au change... A court terme peut-être, sur le long terme c’est désastreux.

  • 26 novembre 2020 à 22:12 | lysnorine (#9752)

    Fampahatsiahivana ! « DES DIRIGEANTS IRRESPONSABLES SONT-ILS EN TRAIN DE BRADER NOS RICHESSES À DES ÉTRANGERS, À L’INSU DE TOUT LE MONDE »

    Fampitandremana nataon-dRatoa NAIKA Éliana tamin’ny VALO taona lasa (Septambra 2012) : Tsy hita izay mba nataon’ny mpanao pôlitika sy ny antokony hatramin’izay ka hatramin’izao fa itony fikambanana itony indray no mihetsiketsika : Tsy misy idiran’izay hoe satria SINOA na vahiny hafa no mitrandraka azy ka tokony henjehana fa :
    .REHEFA TSY MAHASOA NY FIRENENA DIA TSY MAHASOA koa ravana fotsiny.
    . Ary raha mahasoa aza, AFAKA MIANDRY, fa TSY IZANY mihitsy NO MAHAMAIKA ANKEHITRINY na amin’ny ho avy fa ZAVATRA HAFA : RANO, VARY, JIRO, FITSABOANA mora na maimaim-poana ho an’ny sarambabem-bahoaka mitrongo vao homana, FANDOAVANA ARA-DALÀNA ny KARAMAN’nympikarama amin’ny fanjakana na orinasa miankina amin’ny fanjakana, sns.

    JEUDI 20 SEPTEMBRE 2012
    ENCORE DU FLOU SUR L’EXPLOITATION DE NOS TERRES RARES
    NAIKA Eliane

    Les médias internationaux ainsi que quelques quotidiens malagasy ont relayé depuis le mois d’Avril 2012 des bribes d’informations sur un gisement de terres rares dont dispose Madagascar dans la péninsule D’AMPASINDAVA AU NORD-OUEST DE LA GRANDE ÎLE. Le groupe ALLEMAND TANTALUS RARE EARTHS aurait signé un lettre d’intention POUR L’ACCÈS EXCLUSIF DU FRANÇAIS RHODIA aux sites couvrant 300 km2 d’Ampasindava où se trouvent PLUSIEURS VILLAGES ET UNE FORÊT PRIMAIRE de 20 km2.

    Depuis hier soir le réseau Facebook s’alimente de nouveau des informations sur ce dossier. A ce jour, PERSONNE NE DISPOSE D’INFORMATIONS FIABLES SUR L’ACCORD qui aurait été signé entre le gouvernement malagasy et ces groupes étrangers sur l’exploitation de ce gisement d’Ampasindava. Est-on en train de nous cacher un gros contrat minier ? Car, il s’agit, en effet, d’un approvisionnement de terre rare estimée à 15.000 tonnes par an pour une valeur de 500 millions de dollars.

    Notons que ces terres rares sont composées de 17 métaux différents notamment du lanthane, du l’yttrium et du néodyme, tous nécessaires pour des produits de haute technologique tels que les voitures électriques, les éoliennes, les écrans plats, les disques durs d’ordinateurs et autres lecteurs MP3.

    Selon certaines études, le gisement d’Ampasindava peut contenir jusqu’à 130 millions de tonnes d’argile latéritique de laquelle on peut extraire des oxydes de terres rares. D’où l’attrait de ce gisement d’Ampasindava pour de ces DEUX GROUPES EUROPÉENS QUI AMBITIONNENT DE CONCURRENCER LA PRODUCTION CHINOISE, leader en la matière.

    Mon souci c’est cette NÉBULEUSE QUI ENTOURE CE PROJET TANTALUS. L’Etat malgache a-t-il déjà donné l’EXCLUSIVITÉ de l’exploitation du site d’Ampasindava à ce projet ? Si oui, POURQUOI LE PEUPLE MALAGASY N’EN EST PAS INFORMÉ ? DES DIRIGEANTS IRRESPONSABLES SONT-ILS EN TRAIN DE BRADER NOS RICHESSES À DES ÉTRANGERS, À L’INSU DE TOUT LE MONDE ?

    Où va ce pays. Sommes-nous dans une transition ou pas ? LA FEUILLE DE ROUTE SIGNÉE N’AUTORISE LE POUVOIR DE TRANSITION À SIGNER QUOI QUE CE SOIT AU NOM DU PEUPLE MALGACHE, à plus forte raison quand il s’git d’accords à long terme.

    Soyons vigilants et veillons à ce que des irresponsables ne profitent pas de cette transition pour piller la richesse de notre pays et SE REMPLIR LES POCHES IMPUNÉMENT. Il est du devoir de chacun d’alerter l’opinion via tous les canaux de communication (presse, réseaux sociaux etc.). C’est la moindre des choses pour freiner l’hémorragie.

    STOP AU PILLAGE DE NOS RESSOURCES !

    Pour plus d’informations, veuillez lire les liens ci-après :http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/04/23/rhodia-et-l-allemand-tre-s-associent-pour-exploiter-un-gisement-de-terres-rares-a-madagascar_1689623_3234.html
    http://www.rfi.fr/emission/20120424-terres-rares-madagascar-interessent-le-francais-rhodiahttp://www.enjeux.org/comments.php?y=12&m=04&entry=entry120426-095008

    NAIKA Eliane.
    Publié par Eliane Naika Rosa à 01:06 Aucun commentaire :

  • 28 novembre 2020 à 10:15 | vatomena (#8391)

    La richesse de Madagascar était autrefois rizicole .Le riz ,c’est fini .Nous sommes devenus importateurs .L’autre richesse c’est la mine .Le dilemme est grave .Soit on exploite et on subit pollutions dangereuses pour notre santé et destructions du paysage naturel.soit on reste à vivre dans la précarité ,la misère.La vente de letchis ou de vanille ne suffit pas à nous faire vivre comme dans les autres pays. Ici ,la famine est une menace constante
    .M.Betoko assure que, en France, 2 millions d’enfants souffrent de sous alimentation . Il se trompe .En France ,celui qui se dit pauvre est celui qui ne peut se payer une voiture neuve .Il garde sa voiture d’occasion.

  • 28 novembre 2020 à 12:59 | SNUTILE (#1543)

    Combien les investisseurs ont déjà donné financièrement ?
    Et combien devra rembourser actuellement la population de AnPasindava (Passidava) pour être tranquille et ne plus recommencer à accepter sans réfléchir aux conséquences immédiat à recevoir de l’argent facile et ne plus défier leur ego .
    C’est qui qui a appelé les chinois pour soit disant faire la concurrence et se foutre des français ou occidentaux plus honnêtes et qui refusent de donner de l’argent aux fainéants "naïfs"

  • 29 novembre 2020 à 23:13 | Rainingory (#11012)

    Extraction de Terres rares à Ambanja :
    Prolongez l’ALERTE soulevée par l’article de MT.com sur le projet de destruction massive de l’environnement et de l’économie (café, vanille, cacao, poivre vert) de la région d’Ambanja !
    Vous avez 24:22 pour prendre conscience si ce n’est pas encore le cas !

  • 30 novembre 2020 à 09:01 | Manuel (#11127)

    pourquoi parlez-vous d’une société chinoise ? Il s’agit d’une société singapourienne avec des participations allemandes.
    Les délais du projet de TREM ne sont pas vraiment dus à des préoccupations écologiques, mais plutôt à des problèmes de gestion. ISR Capital, entreprise singapourienne qui tente de devenir actionnaire majoritaire de TREM, fait l’objet d’une enquête pour inconduite financière. Elle a des liens étroits avec John Soh Chee Wen, récemment accusé d’un des pires crimes financiers de l’histoire de Singapour. Aussi, David Rigoll, investisseur de haut vol basé au Royaume-Uni et principal actionnaire d’ISR, a été le premier actionnaire et dirigeant de Tantalus Rare Earth AG (TRE AG), société mère de TREM en Allemagne depuis 2009. (Monsieur Rigoll a lui-même été impliqué dans un scandale pour fraude.) TRE AG a dépensé plus de 30 millions de dollars pour le projet malgache, son unique exploitation, mais s’est trouvé à court de fonds et a déposé le bilan en 2015. Dans un accord en deux parties, TREM a été vendu à REO Magnetic, société privée de Singapour. En septembre 2017, la deuxième partie de l’accord, consacrée à l’achat des 40 pourcent restants de TREM, a été annulée. TRE AG conserve donc 40 pourcent de la propriété de TREM. De récents renseignements indiquent qu’elle tenterait encore de vendre ses parts.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS