Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 27 septembre 2021
Antananarivo | 19h57
 

Editorial

Amnistie, Justice et Réconciliation Nationale

jeudi 1er juillet 2010 | Lalatiana Pitchboule

Du principe de vérité et de réconciliation

Une nouvelle constitution, si on doit absolument s’y résoudre, dans le dessein de reconstruire une unité nationale, ne peut pas faire l’impasse d’une démarche de réconciliation, telle qu’elle était définie en particulier au sein des accords de Maputo. Et même si le terme ou l’idée même en révulsent certains, un acte d’amnistie devra en faire partie.

L’erreur fondamentale sur le plan politique des régimes des transitions successifs de 1991, de 2002 et de 2009 a été de nier ce principe : l’installation d’un régime démocratique ne consiste pas seulement en la mise en place de mécanismes susceptibles de prévenir tout risque de retour au pouvoir des tenants de l’ancien régime. Il s’agit aussi d’instaurer les mécanismes qui puissent étayer un principe de légitimité démocratique…

C’est aussi parce que les crises de 1991 et de 2002 n’ont pas su traiter la réconciliation en question que la stabilité politique n’a pas pu s’établir. Que les tenants du régime actuel puissent s’accrocher à l’idée incongrue d’une extradition et d’un procès de Marc Ravalomanana, pourrait prêter à sourire si ce n’était tragique… La HAT avec ses 16 mois de pouvoir, les exactions pratiquées et la désolation mise en place risque bien, en effet, de prendre la place de l’accusé au tribunal des régimes autoritaires, accusé jugé pour une violence d’Etat et un déni de démocratie, arguments qui avaient pourtant fait le lit du coup d’Etat de 2009… À voir et entendre cela, on se dit qu’on est encore loin de la maturité politique dont le pays a besoin.

Une véritable maturité politique prendrait en effet en compte qu’il n’existe semble-t-il pas de transition démocratique qui ne s’accompagne d’un recours à des mesures d’amnistie ou de grâce. L’instauration d’une démocratie stable exigera que succède à un régime autoritaire, dont les actes des dirigeants relèveraient normalement du droit commun, un régime dont les nouveaux gouvernants préféreront une forme de rémission des peines au cours normal de la justice…

Quoique choquante que puisse paraître cette idée, il faut noter qu’il est dans l’histoire plus d’exemples d’amnisties que de processus de justice absolue. Et encore, dans ce cas, ces processus ont été menés par des institutions juridictionnelles ou pénales internationales (TPI, Nuremberg, etc. ).

Dans la lointaine antiquité, l’amnistie de Thrasybule, en 403 avant Jésus-Christ, avait vu ce général, rentré d’exil pour chasser les trente tyrans d’Athènes et rétablir la démocratie dans sa cité, proposer à l’assemblée des citoyens d’adopter une loi pour consacrer l’oubli des divisions antérieures. La loi de Thrasybule donne à la notion d’amnistie son caractère d’oubli volontaire.

Plus récemment, la France avec ses mesures d’amnistie à la fin de la seconde guerre mondiale ou à la fin de la guerre d’Algérie, le Rwanda, l’Afrique du Sud, le cône Sud Américain (Chili, Argentine, Uruguay, …), sont autant d’exemples de l’histoire du monde où, dans un souci de concorde nationale et de retour à l’unité, des mesures de clémence ont été nécessaires pour la (re) construction de la démocratie.

Dans ces derniers pays en particulier où la violence d’Etat s’est érigée en système politique, avec son lot de répressions, d’atteintes aux droits de l’homme, de massacres, d’épuration, ou de « disparitions », aucune justice punitive ne s’est exercée de manière systématique à l’encontre des agents des anciens régimes incriminés et les quelques procès engagés n’ont eu en général qu’une portée limitée en regard des faits en question.

Approuvées par la voie parlementaire, parfois comme en Uruguay par voie référendaire, reflétant là une acceptation par la population concernée, ces politiques « d’in-justice » , malgré leur rejet par les associations de victimes ou les organisations de défense des droits de l’homme, caractérisent un effacement de la justice commune telle qu’elle devrait s’exercer au bénéfice d’une réconciliation nationale à l’échelle de la société. À l’aune de ces drames, les diabolisations menées par les différentes factions du jeu politique malgache paraissent bien puériles, quand elles bloquent à ce point toute tentative de concorde.

Il est donc question de compromis et non pas de l’exercice d’un principe de justice absolue.

Le projet de consolidation du cadre démocratique exigera de faire des concessions aux tenants de l’ancien régime susceptibles, pour le moins, d’opérer une obstruction constante ou, au pire, d’aller jusqu’au putsch… On l’a vu… On l’a subi dans les deux cas… et on risque de le subir encore quand il s’agira d’un changement de gouvernement qui verra les titulaires de la HAT à leur tour du « mauvais coté de la barrière »…

Au détriment des principes d’égalité devant la loi et du caractère systématique de l’administration de la justice, du fait de reliquats de légitimité et d’enclaves d’influence économique ou politiques, les anciens détenteurs du pouvoir disposent d’atouts qui forcent au compromis… et quand la stigmatisation des coupables peut les mener à renouer avec la violence politique, l’objectif de justice nuit ici à l’établissement du principe de justice et ne permet pas de rompre avec la violence passée.

On nous rétorquera avec raison que cette impunité de fait consacrée par l’acte d’amnistie mine la légitimité de la démocratie en frustrant les partisans des poursuites judiciaires. On rajoutera tout aussi justement que cet acquittement/oubli laissera par ailleurs les fautifs dans le sentiment qu’ils pourront sempiternellement et impunément remettre en question le cadre institutionnel.

Mais si on voulait se tenir à ce seul caractère d’exercice d’une justice dans son sens universel, comment mettre à l’écart et a fortiori enfermer une large part de la communauté nationale quand il faudra bien continuer à vivre ensemble ? Comment prononcer l’illégitimité d’un État et préserver la continuité de l’appareil administratif ? Comment la justice peut-elle se prononcer sur la culpabilité d’une institution dont elle fait partie ? Et comment construire un récit distinguant des coupables et des victimes lorsque le propre des histoires nationales est justement de mettre en avant une union et une communauté ? Comment des sociétés qui ont vu s’affronter des ennemis et qui semblent longtemps garder la mémoire de ces affrontements peuvent-elles se réconcilier ? Comment le peuvent-elles si justice n’est pas faite, et qu’il n’est pas certain que la justice y suffise ?

Ces questions se posent dans tous les pays confrontés à l’enjeu essentiel d’une véritable Transition : renouer avec une concorde civile. L’acte d’amnistie pourrait sembler ici mettre fin à l’exercice de la justice, et semblerait rendre impossible l’établissement des faits et de la vérité qui incombe au pouvoir judiciaire… Enjeu de vérité fondamental.

L’élaboration d’un récit acceptable par tous est indispensable pour que des versions de l‘histoire divergentes ne puissent plus s’affronter… Les accords de Maputo prévoyaient un Conseil National de Réconciliation (CNR), chargé de la conception et de la mise en œuvre du processus de réconciliation nationale sur la base du concept « vérité et réconciliation »… fondant le principe d’une recherche de la vérité… Qu’en est il aujourd’hui ?… Certains sont encore convaincus que la stabilité politique se fera sur des ralliements et des compromissions … Quand donc comprendront-ils que la stabilité, le progrès, la nation même, ne pourront se construire que sur une histoire commune reconnue et adoptée de tous ?

L’absurde est ici porté à son comble : c’est bien au pays du fihavanana, qu’on est incapable de négocier nos propres « Commissions Vérité »… Et la culpabilité n’a que peu de choses à y voir…

Il s’agit là encore et toujours de courage, de lucidité et de responsabilité...

Pour mémoire, le livre de Desmond Tutu, prix Nobel de la paix, militant anti-apartheid et artisan de la paix en Afrique du Sud s’intitule « Il n’y a pas d’avenir sans pardon »...

Patrick Rakotomalala (Lalatiana Pitchboule)

P.-S.

À lire sans modération : Sandrine Lefranc « Politiques du pardon ». Desmond Tutu « Amnistier l’apartheid ». Barbara Cassin « Vérité, réconciliation, réparation ».

62 commentaires

Vos commentaires

  • 1er juillet 2010 à 07:47 | Georges Rabehevitra (#3099)

    Cher Lalatiana,

    Merci pour cette contribution que je trouve très claire et bien argumentée.

    Les débats sont nécessaires et insdispensables pour faire bouger et avancer les choses.

    Pour voir à quel point, nos idées sont opposées, veuillez relire mon billet concernant ce sujet. Titre : "amnistie et oubli’’.

    Pour moi, on confond ’’absoudre’’ et ’’amnistie’’ et c’est pour cela que cela ne marche pas dans notre pays.

    Je serai pour une amnistie mais encore faut-il citer les fautes, à défaut de condamnation. On ne peut amnistier sans un minimum de mea culpa

    Relisez cet article et on continuera nos débats

    Bien à vous

    Georges RABEHEVITRA

    • 1er juillet 2010 à 07:52 | Noue (#2427) répond à Georges Rabehevitra

      Heureusement ici , même si G.R et Lalatiana ne sont pas de même avis et de voir les choses , pas de liberté d’expression bafouée !

    • 1er juillet 2010 à 09:21 | lalatiana (#1016) répond à Georges Rabehevitra

      Cher Georges,

      Vous pensez bien qu’avant de me lancer sur le sujet j’avais fouillé sur MT voir ce qui avait été écrit sur ce thème ... J’avais donc bien lu votre article à l’époque ... et je l’ai, de fait, récemment relu ...

       :-)

      Nous sommes d’accord ... je le dis moi même "On nous rétorquera avec raison que cette impunité de fait consacrée par l’acte d’amnistie mine la légitimité de la démocratie en frustrant les partisans des poursuites judiciaires. On rajoutera tout aussi justement que cet acquittement/oubli laissera par ailleurs les fautifs dans le sentiment qu’ils pourront sempiternellement et impunément remettre en question le cadre institutionnel."

      Dans AmnesTie il ne s’agit pas d’oublier le "T" qui transformerait le concept en amnésie ...

      Mais on ne peut pas non plus rester enfermés dans cette pseudo-logique de la sanction, telle que le discours actuel la véhicule de manière politicienne et qui ne veut qu’emm...Ra8 ... Dans dix ans on y sera encore ... Pardon, les affrontements seront encore pires ...

      Je suis d’accord avec vous …Le PROCESSUS d’amnistie ET DE RECONCILIATION ne doit pas relever d’une décision prise par les seuls politiques qu’on sait VEREUX … mais il peut s’insérer dans un cadre légal si ce n’est constitutionnel. Un référendum ferait bien mon affaire ...

      Par ailleurs, sur vos arguments, justifiés, du jugement et de la condamnation préalable avant tout acte d’amnistie, ou de la vérité due au peuple, je répondrai : les commissions Vérité et Réconciliation, en Afrique du Sud en Particulier, ont mis en place de vraies tribunes ou les victimes et les bourreaux témoignent publiquement des faits. L’enjeu n’est pas la sanction. L’enjeu est la Vérité.

      Enfin, quand vous dites « la Nation ce n’est pas uniquement les politiques » … Vous avez raison. Mais dans ces processus, il ne faut pas oublier que les politiques ne sont pas les seuls acteurs qui seront mouillés dans le grand déballage qui risque de s’ensuivre : des agents de l’Etat, du privé, ou de l’armée, impliqués, peuvent se sentir aussi menacés et concernés par le sujet ... La vérité ne pourra pas se circonscrire aux seuls personnages publics … mais la continuité de l’Etat peut elle y survivre ?

      Bien amicalement ...

      ps : ravi de débattre avec vous ...

    • 1er juillet 2010 à 10:23 | sissi (#3685) répond à Georges Rabehevitra

      Cher Rainivoanjo.

      J’ai toujours pris pour principe de répondre à tous les posts même à ceux que j’estime les plus farfelus, par respect à celui qui a pris de son temps précieux pour me lire, bien que pour ce qui concerne mon post d’hier, j’ai comme l’impression que vous n’avez pas eu beaucoup de temps pour vraiment en comprendre le sens réel de ce que je voulais dire. Faire un commentaire sur une phrrase bien choisie et sortie du contexte global du post, revient à en dénaturer le sens profond.

      Ce respect mutuel qui fait tant défaut entre compatriotes, m’interdit par exemple de vous traiter de « naïf ou de bête », ou même de « trou du cu l » comme vous a traité hier soir une amie en se référant à votre post et qui a insisté pour que je prenne la peine de vous répondre alors que, pour une fois je voulais déroger à la règle trouvant le débat stérile.

      Anyway, mon éducation ne me permettant pas comme ma copine de traiter les gens avec des mots aussi orduriers , je vais donc me contenter de vous citer ma citation favorite sur le fanatisme, pour répondre à vos qualificatifs gratuits de « naïf et de bête » à mon encontre.

      Selon Elie Wiesel, dans son « extrait de mémoire :

      « Le fanatisme est aveugle, il rend sourd et aveugle. Le fanatique ne se pose pas de questions, il ne connaît pas le doute : il sait, il PENSE qu’il sait ».

      Pour Joachim Chissano, selon notre très éclairé Rainivoanjo, toutes les références qu’on peut lire sur lui sont du pipo. Pour me remettre en question j’ai poussé ma recherche plus loin et suis tombée hier sur un article qui lui était dédié lors de la réception du prix Mo Ibrahim. Ce prix récompense les leaders que l’on juge les plus méritants en matière de bonne gouvernance en Afrique, et Joachim Chissano a été le premier à l’avoir reçu.

      Comme je l’ai déjà dit à Basile, je n’invente rien, et insiste pour dire que je ne sais rien non plus, et que je me contente des faits réels qui peuvent être à la disposition de tous. Il est hors de question pour moi d’insulter qui que ce soit sans preuve. C’est d’ailleurs ce que j’ai dit à mon amie qui s’est permise de vous manquer de respect en vous traitant de « trou du C ul », sans même vous connaître. Je ne fonctionne pas comme cela et préfère aller jusqu’au bout de ma curiosité.

      Donc, si Rainivoanjo a des infos, des preuves qui lui permettent de traiter Joachim Chissano de tous les mots comme il le prétend, qu’il le dise, ou qu’il se taise à jamais.

      Rainivoanjo, « parle si tu as des mots plus forts que le silence, ou garde le silence » Euripide.

      Pourquoi ne pas expliquer à tous, sur ce forum, ce que vous pensez savoir sur le GIC ou L’ICG Rainivoanjo. Je n’ai jamais prétendu détenir la science infuse et je pense que si on prenait la peine de m’expliquer simplement les choses, je peux essayer de comprendre, bien que j’ai déjà depuis longtemps ma petite idée la-dessus.

      Je partage par contre avec vous tout ce qui concerne les exs. En plus d’être « naïve et bête », ne venez pas en plus me prendre pour autre chose que je ne le suis. Pour votre gouverne, je ne suis pour aucun de ces exs, et ne roule que pour le retour rapide de la paix et de la bonne gouvernance.

      Faut-il vous rappeler que tout est perfectible sur cette terre, donc Maputo ou Prétoria aussi, si tout le monde y met de sa bonne volonté. Les négociations n’ont pas été créé uniquement pour les idiots. Chaque problème a sa solution.

      Comme le dit si bien Albert Einstein, « un problème sans solution est un problème mal posé ».

      Et Chaque personne sur ce forum essaie d’apporter sa petite contribution même sans intérêt pour certains, en essayant justement dans un premier temps, de poser la bonne question, pour un débat que j’espère à l’avenir plus constructif, plus fraternel et dans le respect mutuel de chaque sensibilité et de chaque Malgache.
      Sissi

    • 1er juillet 2010 à 11:05 | Georges Rabehevitra (#3099) répond à lalatiana

      Cher Lalatiana,

      Vous avez raison. J’a relu votre article 5 fois et je me suis aperçu que nos idées étaient très proches sur le fonds. C’est sur la forme qu’il y a une petite différence.

      Le monde a avancé parce qu’il y eu débats

  • 1er juillet 2010 à 08:34 | Miary (#491)

    Bel édito dans un contexte où la préoccupation générale n’est pas sur le thème particulier de l’amnistie.
    Si Fihavanana pourrait avoir comme corollaire amnistie, il me semble qu’il y a deux points à éclaircir :
    - l’article de Lalatiana semble privilégier le cas des dirigeants qui ont été évincés. Or il y a des hommes politiques poursuivis sous Ra8 qui aspirent aussi à l’amnistie.
    - une amnistie doit être précédée d’une période de reconnaissance des faits incriminés. c’est le sens de "Vérité et réconciliation". C’est le minimum qui doit être respecté. il ne peut être question d’un texte général qui absout les "crimes" sans aveu de ces crimes. Cet acte de pardon ne peut être donné que si le futur pardonné ne reconnaisse ses errements. Et seuls les errements reconnus seront absous. Le reste demeure sanctionnable.
    Il faut donc avoir en tête au départ aussi les fautes susceptibles de pardon. Une liste d’exclusion doit être préétablie : par exemple crime de sang, détournement de fonds publics , etc.
    Mais est ce trop demander. Je ne le crois pas.

    • 1er juillet 2010 à 09:27 | lalatiana (#1016) répond à Miary

      Bonjour Miary,

      Je tiens à préciser que je souhaitais rester dans un contexte général ... Il ne s’agit pas que de Ra8 ... Il s’agit des évènements de 1991, de 2002, de 2009 TOUS ACTEURS confondus ...

      Plus loin encore : les dirigeants et les acteurs de la HAT mouillés dans le coup d’Etat etdans les exactions actuelles sont concernés et seront de plus en plus concernés ...

      Cdt

  • 1er juillet 2010 à 08:49 | jack-no (#1477)

    bonjour,

    "Une liste d’exclusion doit être préétablie : par exemple crime de sang".

    qui définira en toute objectivité cette notion ?
    qu’en sera t-il des crimes de sang et autres de rajoelina et de ses sbires ?

    seules des commissions internationales pourront dire ce qu’il en est réellement de toutes les affaires.

    de toutes façons, il n’y aura jamais d’élections sous cette dictature.

    jacques

    • 1er juillet 2010 à 10:18 | Haritiana (#1899) répond à jack-no

      Aiza no dictaure amin’izao andro izao raha ampitahaina t@ teo aloha e ? sa manao ririnin-dasa tsy tsaroana ? Tsy mbola nisy dictateur sahy nilaza ampahibemaso hoe tsy hilatsaka @ fifidianana izany fa ny mangala-bato aza no ataon’ny sasany. Raha tadidininao ny fifidianana teto amintsika dia saika halatra avokoa, ao ny eny andalana miova ny voka-pifidianana, ao ny tonga aty @ intérieur toy le farany teo dia mody lazaina hoe tapaka ny jiro dia bloqué ny logiciel satria efa mitady hisy 2è tour ny tendance devote dia nony nandeha ny jiro dia lasa niakatra be indray ny an’ny candidat-mpanjakana. Tsy haiko aloha fa matahotra 2è tour mihitsy io ramanana io (ranamana) angamba zatra ny 1er tour de vita. Ny hany fifidianana lazain’ny maro hoe nisian’ny mangarahara teto amintsika dia t@ andron’ny gouvernement Razanamasy izay ingahy Charles Sylvain Rabotoarison no tao @ intérieur satria na dia natanjaka be aza ny Hery velona t@ izany dia 45% ny an’i Zafy ary 36% ny an’i Ratsiraka izay nitarika t@ 2è tour vao vita. Azontsika atao tokoa ny fifidianana neutre raha miezaka isika ary tsy avela hitsabahan’ny hery politika izany. Hoy aho omaly hoe avelao atao ady gasy ny raharaha toy ny t@ 1991 izay nisian’ny FFKM sy ry Pasteur Ramino Paul sy ny hafa fa tafavoaka ihany satria raha misy hitsabahan’ny mpanelanelana vahiny toy ny Dakara I sy II toy ny Maputo sy Chissano sy ny tariny dia ho voatsipaka foana na dia ny zvatra efa nosiniavaina aza. Mijoroa marina ianareo société civile ary ny RAD malagasy fa vitantsika io e !

    • 1er juillet 2010 à 11:32 | Basile RAMAHEFARISOA (#417) répond à jack-no

      Commissions internationales ?????

      Des caisses d’enregistrement !!

  • 1er juillet 2010 à 09:06 | meloky (#637)

    Tout à fait d’accord !

    Pas de liberté d’expression bafouée, mais seulement il existe des activistes qui manquent d’attitudes et d’auto-disciplines !!!

    • 1er juillet 2010 à 10:42 | Imbotisoa (#2972) répond à meloky

      Taiza ianareo no tsy nivolana taloha hoe tsy misy demokrasia sy ny hoe dictature patati patata fa izao no ato hoe alahelon-kanina ka mitabataba. Akamaroanareo io olo mipetraka andafy manambady vazaha karaha olo manjary iny ny sasany mody tsy mahay miteny gasy. Zahay aty tsy mila an’i babanareo Ra8 zany koa fa mety aminazy mijanona mangala jery any Afrique any.

  • 1er juillet 2010 à 10:08 | LE VEILLEUR alias L’EVEILLEUR (#1331)

    Lalatiana, merci pour cette contribution avec quelques documentations.

    pour ma part, "Ny toko telo mahamasanahandro" :

    Vérité - Justice - Charité

    - La vérité sans l’éclairage de la justice et de la Charité peut tuer.
    - La justice sans l’éclairage de la Vérité et de la Charité peut etre inique.
    - La charité sans l’éclairege de la justice et de la vérité peut être aveugle.

    Il nous appartient de faire cuire nos plats typiquement malgaches sur ces trois bases. Sinon, à moyen, long terme, vouloir batir une maison "parfaite", solide et durable sur du sable n’est pas viable .

  • 1er juillet 2010 à 10:09 | Basile RAMAHEFARISOA (#417)

    lalatiana :

    1-Amnistie,

    2-Justice,

    3-Réconciliation Nationale.........avec un esprit de "REVANCHE" perpétuelle

    TOUJOURS LES MEMES RENGAINES.

    Basile RAMAHEFARISOA

    b.ramahefarisoa@gmail.com

  • 1er juillet 2010 à 10:59 | mpitily (#1212)

    Désolé mais votre théorie ne s’adapte point à notre cas.

    1/ Démontrez-nous SVP à partir de l’article de Ndimby sur les errements et erreurs de Ravalomanana qui l’avaient conduit à sa perte, que ceux-ci ont quelque chose à voir avec la réconciliation nationale. De même établissez-nous un quelconque lien entre 1991 et 2002 pour voir.

    2/ Dans les pays pris en exemple, il y avait guerres civiles ou du moins guerres entre deux franges distinctes de la population (militaires vs civils, blancs vs noirs) tandis qu’à Mada, seuls les politiciens et leurs militaires se sont affrontés, la majeure partie (>90%) de la population était restée neutre voire indifférente dans son coin. Dès le lendemain de ces crises politiques, la vie reprenait son cours et la concorde régnait partout. De quelle réconciliation nationale parlez-vous donc ?

    3/ Pas besoin de réconciliation nationale telle que vous préconisez pour 2002 et 1991 car nos chers politiciens se sont bien réconciliés d’eux-même depuis Maputo, non ? seulement ils veulent aussi nous faire payer leurs dédommagements, et bénéficier d’amnisties sans procès pour pouvoir jouir dans la légalité de tout ce qu’ils nous ont volé pendant leurs règnes et pour revenir au pouvoir qu’ils chérissent tant ? Non merci.

    La CI doit cesser de donner de l’importance aux 3 mouvances que le peuple ne suit plus, cf cérémonies du 26 juin au Magro et également l’impopularité de leurs récents meetings en province malgré les gros moyens déployés.

    Le peuple est roi, ne soyez pas plus royaliste que le roi. Une élection organisée par la CI vite, pas besoin de Maputo pour cela.

    • 1er juillet 2010 à 12:04 | lalatiana (#1016) répond à mpitily

      Ah ben oui ... Notre cas est moins "dramatique" que dans ces pays qui ont vécu de vraies et terribles guerres civiles ...

      Mais dispose t on d’une concorde nationale ? et surtout sommes nous capables de FAIRE CONFIANCE respectivement à ceux de "l’autre bord" ou tout au moins de respecter la décision d’une majorité ???

      Si vous me répondez "OUI", expliquez moi pourquoi dans ce cas la situation est elle aussi bloquée depuis 16 mois ... Si vous me répondez "NON" dites nous comment rétablir cette confiance mutuelle et construire un avenir commun ...

      Le peuple est roi parait il ... Absolument d’accord ...

      Mais pour le moment on l’a privé de sa voix ... Et on n’est pas près de la lui rendre, malgré les belles promesses et les beaux engagements de commissions en référendum et de référendum en élections législatives et de législatives en présidentielles ... Qui prend le pari que dans 1 an la situation n’aura pas évolué d’un iota ?

      Cdt ...

    • 1er juillet 2010 à 14:07 | mpitily (#1212) répond à lalatiana

      Ma réponse est OUI ! La situation est bloquée par la CI mais point par le peuple souverain.

      Le peuple se moque de la politique (dixit L’observatrice) et c bien vrai. Pour le peuple, Z R R et R c bonnet blanc et blanc bonnet ; Maputo c inconnu, non désiré et sûrement pas mieux que la HAT ; ...

      Le peuple veut vivre normalement en attendant les prochaines élections qu’il attend de pied ferme. Il a répondu aux invitations du pouvoir pour les fêtes du cinquantenaire, il n’a pas répondu aux appels de boycott des 3 mouvances, sans pour autant être pro-HAT mais surtout pour la paix et la continuité de la vie (pour ne pas froisser les Ravaloistes bien sûr).

      Vivement les élections organisées par la CI et qu’on en finisse. Plus les 3 mouvances, avec la complicité de la CI mais pas du peuple, retardent cette échéance, plus elles apportent de l’eau au moulin de la HAT, et plus elles privent le peuple de sa voix comme vous le dites.

  • 1er juillet 2010 à 11:38 | Mihaino (#1437)

    MERCI LALATIANA pour cet edito bien documenté et analysé !!...

    Depuis longtemps je me suis posé la question suivante :

    QUI SONT LES COUPABLES et RESPONSABLES ?? Preuves à l’appui sans créer de faux dossiers ni fabriquer et/ou inventer de faux temoignages ???

    AMNISTIE suivra logiquement si les fautifs ( fauteurs de troubles ) reconnaissent leur faute et s’ils demandent pardon en regrettant leurs actes. A noter que tout citoyen bénéficie de la présomption d’innocence avant le jugement et a le droit de défense pendant le procès .

    Enfin , qui juge qui actuellement chez nous ??? Je souhaite ardemment que notre JUSTICE SOIT SEREINE et INDEPENDANTE ...

  • 1er juillet 2010 à 13:27 | jojo (#3543)

    … Comparer Madagascar 1991, 2002 ou 2009 a ce qui s’est passé au Chili, au Ruanda en Argentine me parait relever de l’inculture historique crasse… mais relisez donc vos livres d’histoires…

    • 1er juillet 2010 à 13:57 | da fily (#2745) répond à jojo

      Bien, bien à côté de la plaque...Parlons-nous de la même chose ? Ou vous êtes-vous perdu sur ce forum ?

    • 1er juillet 2010 à 15:05 | lalatiana (#1016) répond à da fily

      Laissez tomber , da fily ...
       ;-)

  • 1er juillet 2010 à 13:41 | racynt (#1557)

    Bonjour Lalatiana,
    Je suis en partie d’accord avec cet excellent édito car il est vrai qu’on ne peut parler de réconciliation sans pardon et que tant qu’on a un sentiment d’injustice, ce sera difficile de reconstruire l’avenir ensemble.

    Mais voilà , il faut être réaliste car les rancoeurs ne vont pas disparaître en un clin d’oeil même après les repentances. En Afrique du Sud par exemple, à mon avis , une des raisons pour laquelle le racisme anti-blanc commence à prendre de plus en plus d’ampleur c’est justement parce que malgré le processus de réconciliation , une gande partie de la population noire ont toujours eu le sentiment d’injustice face à ces blancs qui ont été amnistié pour les crimes qu’ils ont commis. Du coup maintenant c’est cette population noire qui se fait sa justice elle même avec la discrimination à l’embauche , l’interdiction aux blancs de rentrer dans certains lieux qui devraient être pour tout public...

    Par ailleurs, quelques années après la fin de l’apartheid, il y a eu cette vidéo qui a été diffusée dans le monde entier avec des policiers blancs sud-africain qui ont tabassés un noir et ont lâché des chiens pour qu’il se fasse mordre à mort. En voyant cette vidéo je me demandais si ces policiers n’ont pas agit ainsi justement parce qu’ils croyaient pouvoir bénéficier une amnistie après avoir commis cet acte odieux.

    J’aimerai donc te poser une simple question : qu’est ce qui garantirait que si une commission vérité et réconciliation soit établit, ceux qui vont bénéficier d’une amnistie après s’être repenti ne vont pas récidiver (dans le cadre d’une crise politique) en espérant être amnistier encore ds qls années

    • 4 juillet 2010 à 20:47 | lalatiana (#1016) répond à racynt

      Racynt,

      Rien ne garantit non plus qu’un criminel ne replonge pas une fois purgée sa peine ... Et ce n’est pas parce qu’on craint la sanction que crime n’existe plus ... On n’aurait pas aboli la peine de mort sinon ...
      Le principe des commissions "vérité" est justement d’enquêter et d’afficher une vérité acceptée comme telle par tous ...

      Si celui qui a été reconnu publiquement responsable d’un acte délictueux récupère de nouveau les moyens et le pouvoir (électif) de nuire, c’est qu’il y a u problème du coté des citoyens ...

  • 1er juillet 2010 à 14:26 | da fily (#2745)

    Hello, bigre vous êtes sûr qu’on va y arriver comme ça ?

    Bien que la démonstration du principe soit sans équivoques, il y a des ingrédients qui auront du mal à être assimilés, acceptés et encore moins digérés.

    Même si nous n’en sommes pas à déplorer une guerre civile, il est évident qu’il faille se préoccuper de l’enlisement et de la déliquescence de cette f....e société. Si on ne fait rien, cet immobilisme ne pourra qu’engendrer le laxisme et pour fin tragique la rancoeur durable et dévastatrice, on y est presque d’ailleurs. Rendons-nous compte qu’on a un pays qui n’a pas d’état dans le sens démocratique du terme, qui a un pouvoir qui bâcle ses responsabilités régaliennes, qui a des dirigeants qui nous conduisent avec un aplomb ahurissant vers un peu plus d’inconstitutionnalité, si ce n’est pas de la dérive, je mange mon chapeau.

    Des états généraux sur cette "réconciliation nationale" devrait permettre d’entrevoir une sortie de crise, encore faut-il un certain courage et une volonté à toute épreuve pour mettre tout cela en place. Ce n’est pas la qualité première de nos tenants, et je ne suis sûr que ce soit leur volonté, j’avais déja subodoré que ce statu quo arrangeait bien du monde, aujourd’hui il est flagrant que c’est malheureusement le cas.

    Je crois qu’il y avait un titre qui parlait de "courage politique", non ?

    • 1er juillet 2010 à 15:08 | lalatiana (#1016) répond à da fily

      Da fily,

      Le problème, c’est que beaucoup, et on le voit dans ce forum, pensent que ce n’est pas une nécessité ... all things must pass ...

      baaaah ...

      Bien amicalement à vous, da fily

    • 1er juillet 2010 à 15:41 | da fily (#2745) répond à lalatiana

      Il y eu des "aux armes citoyens" pour moins que tout ça !

      la nécessité cher lalatiana, est une denrée galvaudée de nos jours, assaisonnée à toutes les sauces, ingurgitée par tous les râteliers.

      Si c’est une nécessité, alors il faudra faire passer ce message, mais la versatilité, la mercantilité et la posture imbécile de certains enlèvent tout crédit à ce type de démarche. Mais est-ce que tous ces conciliabules et autres préliminaires ne sont-ils pas des plateformes pouvant servir au lancement de cette grande idée. Une certaine idée de notre futur état de demain passera par ce type de révolution, mais sans le spéctaculaire, le chaland moyen et néanmoins électeur pense qu’il n’y trouve pasd son compte. Une véritable stratégie, avec résultats à chaque étape pourra, peut-être faire aboutir cette démarche.

    • 1er juillet 2010 à 16:58 | mpitily (#1212) répond à da fily

      ha ha ha permettez-moi d’en rire ! mdrrrrrrrr

      Vous continuez de rêver de révolte et autres guerres civiles alors que le peuple n’en a cure. N’est-ce pas le message diffusé à longueur de journée sur la défunte Radio Fahazavana et au Magro depuis 16 mois ? et alors quel est le résultat ? Il y a eu cette petite lueur d’espoir (pour vous) au camp du FIGN puis FLOP !!!! Cela ne vous suffit pas de voir la déconvenue actuelle des 3 mouvances dans tout Madagascar ?

      Venez ici chers G T.. T.. de France, venez ici manifester et diriger votre révolte ! ne soyez pas lâches ! c trop facile d’inciter les autres à prendre les armes pendant qu’on est tranquillement à l’abri ! Ne comptez surtout pas sur le peuple qui se moque complètement du sort de votre Dada.

    • 1er juillet 2010 à 17:05 | mpitily (#1212) répond à lalatiana

      La réconciliation nationale n’est qu’un cheval de bataille des pro-Maputo pour faire pencher la balance de leur côté.

      Même si le peuple en veut bien, il faut le consulter d’abord pour le savoir, c’est un si grand chantier qui ne peut pas se faire en un an !

      Donc, élections pour la mise en place de la 4è d’abord, on verra après !

      Que la CI ne s’attarde plus sur Maputo. Pourquoi ne pas organiser une élection sur la présidence de la transition d’abord car la transition est nécessaire pour bien préparer l’avenir ? ah la la, que du temps perdu depuis !!!!!!!!!!!!

    • 1er juillet 2010 à 17:19 | lalatiana (#1016) répond à mpitily

      Il est quand même extrêmement curieux que vous demandiez aux "lâches" GTTs de France de venir manifester au pays ... Vous êtes dans l’absurdité la plus totale !!! Pourquoi devraient ils faire preuve de courage si la liberté d’expression s’exerce pleinement ... CQFD

      Laissez donc les gens sur place manifester leur opinion, au lieu de réprimer toute velléité de contestation, et on vérifiera alors si le pouvoir en place dispose d’une véritable légitimité populaire ...

      Vu les traumatismes précédents, je n’irai pas en vouloir aux gens de ne pas jouer les martryrs ...

      Alors, passez moi votre hahahahaha ... je ne ris pas de vos contradictions ... c’est tragique ...

    • 1er juillet 2010 à 17:26 | lalatiana (#1016) répond à mpitily

      Mpitily,

      Ne soyez pas manichéen ... ça ne nous mènera à rien ...

    • 2 juillet 2010 à 11:32 | mpitily (#1212) répond à lalatiana

      Lalatiana,

      vous n’êtes pas sérieux là, vous me décevez.

      Qui est-ce qui a incité le peuple à prendre les armes ci-dessus ? moi ? jamais ! que celui qui incite les autres y aille en premier s’il est courageux et honnête, sinon qu’il se taise. Etait-ce si difficile à comprendre ?

      Allez-y vous-même chers G T..T.. !

    • 2 juillet 2010 à 12:09 | lalatiana (#1016) répond à mpitily

      S’il y en a ont incité à prendre les armes, je serai le premier à les blâmer ...

      Je disais que le raisonnement était absurde : si la liberté d’expression était assurée localement, les gens ne craindraient nullement de manifester ou de seulement exprimer leur opinion ...

      Mais selon vous tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes en termes de liberté d’expression ...

      Garantissez la liberté d’expression et on pourra discuter ... c’est le cas de le dire :-)

    • 2 juillet 2010 à 21:22 | sissi (#3685) répond à lalatiana

      Renoncez, Lalatiana. Cela ne sert strictement à rien d’engager un dialogue de sourds vous savez. Bien posé les bloquages à cette réconciliation qui fait surtout peur à ceux qui ne sont pas certains d’avoir essayé de tuer la bête sans réussir. ( traduction très approximative du dicton : Mamono biby tsy mahafaty)
      Sissi

    • 3 juillet 2010 à 10:21 | Basile RAMAHEFARISOA (#417) répond à lalatiana

      lalatiana

      "LIBERTE D’EXPRESSION"

      N’y-a-t-il pas de limite(s) à observer ???

      Basile RAMAHEFARISOA

      b.ramahefarisoa@gmail.com

  • 1er juillet 2010 à 17:28 | diego (#531)

    Bonjour,

    J’ai lu Lalatiana 3 fois, j’ai lu Sissi autant de fois…..je prends bien mon temps de lire nos chers éditos, bref, je me regale en lisant Lalatiana, Ndimby A. et camarades :

    - tout simplement parce qu’en lisant ces espèces des Malgaches, on apprend quelque chose,

    - ce sont des espèces des Malgaches qui nous parlent nos défauts, LESOKA dans le pays, nous parlent de nos politiciens qui deviennent de plus en plus IDIOTS au fil des années, et qui pratiquent des POLITIQUES A LA CON qui n’est que les reflet de leurs images et de ce qu’ils sont vraiment cette classe sociale du pays.

    - nos éditorialistes se sont perdus dans une Ile qui est devenue au fil de temps une asile pour politiciens avec des problèmes psychiatrique. Nos politiciens ne sont que des vulgaires hommes avec des problèmes psychiatrique grave : ILS SE PRENNENT TOUS POUR LES NOUVEAUX COLONS.

    People, DES POLITICIENS CONNARDS ne pratiqueront jamais une bonne politique au sens noble du terme. Des POLITICIENS COYOTES ne peuvent être que des charognards.

    MADAGASCAR et les MAGACHES SONT LIVRES aux incapables, tricheurs, voleurs, vantards, nuls politiquement, et une nouveauté depuis 2009 qui nous a permis de constater au grand jour que beaucoup des nos politiciens ne sont que des :

    - USURPATEURS DES FONCTIONS !!!!

    Et voilà que des groupes de personnes se croient investis par le peuple à la tête du pays et nos discussions sont monopolisées au tour de cette situation depuis plus d’une année.

    Le voilà LE CHEF suprême de la HAT, un jeune homme sorti tout droit des boites de nuits :

    - il nous a sorti d’une griffe d’un REGIME DICTATORIALE nous apprend-t-on,

    - voilà la HAT sorti de la terre MALGACHE dont les membres ne sont que des politiciens qui nous veulent di bien !!!!!!

    Et voilà que RAJOELINA se prend pour la réincarnation d’une famille royale,

    Les ridicules ne tuent , heureusement pour la HAT.

    Notre pays ne peut plus descendre plus bas au-delà de ce qu’il se trouve en ce moment, nous ne pouvons donc que remonter, mais en remontant, il faut se débarrasser de la HAT.

    Oui, je suis pour la disparition pur et simple de cette mouvance, une mouvance sous l’emprise de DIABLE :

    - le diable est malin, et il est invisible, il a toujours des ambassadeurs, il est là pour détruire abîmer, TUER, c’est son ULTIME OBJECTIF, TUER, tuer notre pays, NOTRE NATION, le PEUPLE. Tout ce qui nous arrive depuis un an n’a pas de sens, et tout ceci DEPASSE RAJOELINA.

    Ce n’est qu’un pauvre petit bonhomme que le DIABLE utilise pour DETRUIRE MADAGASCAR. Le DIABLE se débarrassera de lui quand il le veut pour y mettre d’autres…..

    Aux politiciens raisonnables de BRISER ce Cercle infernale imposé par LE DIABLE, BIBIDIA….depuis l’indépendance.

    MEMBRES DE LA HAT REVEILLEZ-VOUS !!!

  • 1er juillet 2010 à 17:46 | jojo (#3543)

    … Je ne fais que passer sur ce forum mais puisque je suis la, je veux bien qu’on m’explique quelque chose : a qui voudriez vous faire croire que - de la même manière que le chili, l’argentine ou le ruanda ont eu besoin d’une réconciliation - Madagascar devra également et a son tour, passer par la même étape ? croyez vous sérieusement que ravalomanana soit Allende et rajoelina, Pinochet ? les bidasses de la Capsat seraient des répliques des tortionnaires de l’Ecole de Mécanique de Buenos Aires ? qui sont les tutsis a Madagascar ? et qui sont les hutus ? ou sont les charniers des exécutions sommaires et collectives ?
    Je vous accuse de tentative d’escroquerie intellectuelle a vouloir faire croire a notre pays qu’il est dans une situation telle qu’une réconciliation nationale soit LA priorité a l’heure actuelle… a moins que ce ne soit plus simple et que nous soyons seulement en face d’un manque de culture… vous n’en n’êtes pas moins coupable.. car je ne vous soupçonne pas de folie… donc pour nous résumer : le Chili a eu besoin d’une réconciliation nationale ; Madagascar n’est pas le chili ; Madagascar a autre chose a faire que de perdre son temps dans une réconciliation nationale… et il ne sert à rien d’agiter le chiffon rouge pour faire diversion…

    Car pour parler de réconciliation nationale a Madagascar, il faudrait d’abord que Madagascar soit véritablement scindée en 2 blocs monolithiques, imperméables et en conflit permanent l’un contre l’autre… Il faudrait que nous soyons en face d’une situation ou toute une partie de la population – et non pas une minorité dirigeante – persécute l’autre partie… on en est loin et ce n’est pas parce qu’un pouvoir a la dérive réagit grossièrement a l’égard d’une autre partie tout aussi minoritaire et vindicative qu’il faille pousser des cris d’orfraie…les conflits dans les pays qui ont été cités ont trouvés leurs sources dans des rivalités ethniques, idéologiques ou religieuses … a Madagascar, il y a seulement d’un cote ceux qui en ont marre de galérer et ceux qui se gavent comme des oies blanche en batteries a l’étage du dessus … pas de quoi réconcilier des chiens avec des chats…ceux qui subissent - la majorité – prennent ponctuellement et de façon contingente position en fonction de ce qu’ils croient pouvoir jouer en leur faveur...il n’y a rien la a leur reprocher puisque c’est exactement ce que font la minorité dirigeante…

    … et vous voudriez que l’on passe l’éponge la comme ca ? pour ma part, je ne suis juste pas pour le laxisme : « allez, plouf, plouf on efface tout et on recommence »… les dirigeants qui se présenteront devant les malgaches a l’avenir doivent connaitre ce qu’il pourrait leur en cuire de nous la rejouer comme ratsiraka et ravalomanana (le cas de rajoelina étant résolu puisqu’il ne se présente plus)…

    … ce qui s’est passé a Madagascar ne nécessite pas et ne nécessitera jamais la tenue d’une séance d’exorcisme collectif … pas plus qu’elle nous aurait épargné la crise de 1991, 2002 ou 2009… ben voyons… écoutez moi ca : « ce n’est pas la faute de ravalomanana… c’est parce qu’on a oublié de faire la réconciliation nationale… c’est ballot… sinon on en serait a 77% de croissance et l’ariary serait a parité avec le dollar… » ah c’est sur qu’en tendant bien l’oreille lors des manifs on aurait pu entendre « on veut…de la réconciliation !!! »… quelle pitoyable cécité qui est la votre !!! allez, une minute de silence pour l’enterrement de cette belle théorie… et puis non… c’est trop long pour une idée si courte… balancez moi ca au fond du trou et remplissez a ras bord avec du purin…

    …la stabilité politique mon cher a plus a faire avec l’homogénéité et la justice sociale ou la juste répartition des richesses qu’avec un remake du Grand Pardon…d’ailleurs, lorsque ravalomanana avait décidé de fermer la station de rajoelina sous prétexte qu’il avait diffusé la complainte d’un vieillard en train de se plaindre de son pauvre sort, croyez vous que ce soit le sentiment de pardon qui l’étouffait ? si ravalomanana veut se réconcilier avec ratsiraka, c’est son problème ( il a bien engagé le processus apparemment)… s’il veut faire la même chose avec rajoelina, c’est son problème…il faudrait juste ne pas nous demander de prendre part a votre séance « d’embrassons nous folle ville » … il ne faut pas compter sur nous pour enterrer a la va vite tous les méfaits qui ont été commis au mépris des intérêts du peuple… que ceux qui ont voulu la personnalisation du pouvoir ne viennent pas nos réclamer une absolution collective et impersonnelle …nous avons mieux a faire… des élections sans les ex dirigeant par exemple ou la redéfinition d’un projet de société plus juste…

    Quand au soit disant « courage politique » de cette la classe dirigeante de s’amnistier mutuellement, de mon cote je n’ai entendu aucuns ex dirigeant demander pardon aux malgaches… et vous voudriez obtenir notre aval pour cette mascarade ? moi j’appelle ca de la couardise…

    • 1er juillet 2010 à 18:29 | lalatiana (#1016) répond à jojo

      ok ...ok ... il n’y a AUCUN problème ... laissons Ra8 croupir en Afrique du Sud... Ses partisans vont finir par se féliciter de ce qu’ils subissent depuis 1 an 1/2 ... D’ailleurs tout le monde (sauf la C.I, mais de quoi elle se mêle celle là) est d’accord pour reconnaître que les futures élections seront libres et transparentes ... et il n’est pas question que qui que ce soit puisse contester leur légitimité, vu que les gens auront voté librement pour le candidat de leur choix , même si leur candidat préféré croupit en AFS ...

      Je rigole, bien sûr ...

    • 1er juillet 2010 à 19:09 | jojo (#3543) répond à lalatiana

      ... des problemes il y en a des tonnes... mais surement pas du type reconciliation nationale comme vous aimez a vous gargariser... le sort de la petite personne de ra8 - contrairement a vous - ne m’interresse pas... il a joue - au c.o.n et il a perdu - ses partisans feront comme ceux de ratsiraka quand celui ci fut contraint a l’exil : ils prendront leur mal en patience... en attendant, vae victis et je vous souhaite de continuer a rire jaune...

    • 1er juillet 2010 à 19:50 | lalatiana (#1016) répond à jojo

      Belle devise, VAE VICTIS ... Elle vous va bien ...vraiment ...

      C’est sur ce principe, et sur un traité de Versailles que s’est bâti le nazisme ... Relisez VOTRE histoire ...

    • 1er juillet 2010 à 19:53 | jojo (#3543) répond à lalatiana

      ... oh mon dieu mais c’est la guerre que nous predit lalatiana !!! quelle horreur !!! vite ra8 reviens nous sauver !!!

    • 2 juillet 2010 à 21:31 | sissi (#3685) répond à lalatiana

      Vraiment, j’admire votre patience Lalatiana.
      Sissi

    • 3 juillet 2010 à 00:06 | lalatiana (#1016) répond à sissi

      Ce n’est pas de la patience, Sissi ...

      C’est seulement un refus de laisser croire qu’ils peuvent avoir le dernier mot ...

      Il y tellement de manipulation, de mauvaise foi ... et de haines, qu’il faut se battre pied à pied ...

  • 1er juillet 2010 à 18:50 | andriantsimbazovina (#3167)

    La réconciliation est un passage obligé.
    Lire, "Réconciliation (Commission Vérité et - )" par Sandrine Lefranc dans Dictionnaire des Droits de l’Homme (sous la direction de J. Andriantsimbazovina, H. Gaudin, J.P. Marguénaud, S. Rials, F. Sudre), Presses universitaires de France, 2008, p.831-834 dans la version Quadrige.

    • 1er juillet 2010 à 19:18 | lalatiana (#1016) répond à andriantsimbazovina

      Ah chouette,

      Nous avons donc et les mêmes idées ... et les mêmes références ...

      Ca console ...

    • 1er juillet 2010 à 19:50 | jojo (#3543) répond à andriantsimbazovina

      ... mais alors si c’est ecrit dans un livre c’est que ca doit etre vrai alors... vu a la tele !!! et le livre a ete ecrit en 2008... donc ca s’applique surement a 2009 alors... ce n’est donc pas seulement une universitaire mais elle fait egalement devin... quelle chance on a a Madagascar !!!

    • 1er juillet 2010 à 23:09 | andriantsimbazovina (#3167) répond à lalatiana

      Notre souci est de sortir de la crise et de donner à notre pays un nouveau départ sur des fondements solides, loin des polémiques et dans le respect des convictions partisanes légitimes des uns et des autres.

    • 1er juillet 2010 à 23:22 | andriantsimbazovina (#3167) répond à jojo

      La réconciliation ne signifie pas amnistie systématique.

      Le "Fihavanana" étant devenu une simple pétition de principe en politique voire une sorte d’incantation vaine, même si nous avons la grande chance de ne pas avoir eu une guerre civile (quoique 2002, ... et des tentatives de ranimer ici et là des divisions ethniques, ...), nous ne pourrons construire un avenir serein et stable avec "seulement" une nouvelle constitution. Cette dernière devra être accompagnée d’un processus sérieux et sincère de réconciliation.
      Tout citoyen et patriote "indépendant d’esprit" et de "bon sens" le sait et devrait oeuvrer dans cette direction.

    • 1er juillet 2010 à 23:55 | jojo (#3543) répond à andriantsimbazovina

      ... donc si je suis bien mr le professeur, comme je ne suis pas un fervent supporter de la "Reconciliation nationale", je ne suis pas un "citoyen et patriote independant d’esprit et de bon sens"...attention aux abris !!!... car c’est la deuxieme secousse du tsunami... je n’adhere pas a la these de l’universitaire donc je ne suis pas un bon malgache... le jury appreciera...combien d’annees de recherches aux frais du contribuable pour nous pondre une these de cette epaisseur mr le professeur ?

    • 2 juillet 2010 à 00:09 | jojo (#3543) répond à andriantsimbazovina

      ... alors que notre soucis a nous, c’est de prendre racine dans la crise et donner a notre pays un nouveau depart sur du sable mouvant, en plein coeur des polemiques et en foulant aux pieds toutes convictions eclairees de quelques uns... comme vous avez raison, mr le professeur...mais dites moi, ca ne vous file pas le vertige de vous situer si haut au dessus de la melee a penser pour tous les mecreants que nous sommes... maintenant je m’en rend compte : un monde, voire plusieurs, nous separent...

    • 2 juillet 2010 à 00:21 | diego (#531) répond à andriantsimbazovina

      Bonsoir,

      Mr. Andriantsimbazovina, je suis d’accord avec vous, une récociliation ne signifie pas une amnistie systématique, mais notre cas est un peu particulier :

      - les hommes forts de pouvoir chez nous amnistient qui ils veulent dès qu’ils sont en position de force,

      - la justice est systématiquement entre les mains des gens du pouvoir,

      - les gens du pouvoir oublient tout bonnement droit et devoir,

      - depuis toujours, si amnistie il y a eu, a et y aura, les pauvres gens peuvent faire une croix dessus….

      Bref, quand on parle amnistie et réconciliation, il faut préciser que cela concerne uniquement les acteurs politiques n’est-ce pas ?

      C’est à quoi j’ai toujours dit à RATSIRAKA ET RAVALOMANANA de rentrer au pays, ZAFY est déjà sur place, pourquoi :

      - si on veut réussir une réconciliation et si on est vraiment sérieux il faut le faire avec et en présence de nos EX.

      Quand on n’est pas fort, il faut être malin : La société Civile, l’Armée, la HAT savent très bien que le pays est ingouvernable…et que si gouvernement existe malgré tout, contre vent et marais, il ne durera pas….et nous voilà de nouveau dans le cercle infernale d’une crise tout le 10 ans ou bien moins maintenant.

      Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais vous savez, nos compatriotes n’ont pas encore l’esprit terre à terre :

      - tout nous ramène vert l’économie, rien que l’économie, toujours l’économie. Un pays en crise ne produit pas, un pays en crise stagne, et enfin un pays en crise politique est en crise économique.

      Si les ministres et leurs amis ne sont payés que comme un simple cadre de l’Etat, il n’y aurait personne qui vont venir à Mahamasina avec un drapeau Malgache à la main, un drapeau qu’on bafoue depuis plus d’un an.

      Vous lire rassure tout de même….

    • 2 juillet 2010 à 10:57 | jolami (#1916) répond à diego

      La réconciliation concerne bien sûr tous les acteurs politiques sans exception. Elle concerne aussi les différentes victimes des différentes crises traversées par notre pays depuis 1972 jusqu’à l’adoption de la nouvelle constitution...
      Plusieurs types de procédure sont envisageables en fonction de l’objectif visé et des circonstances.
      Le peuple doit néanmoins faire pression sur les politiques afin que ceux-ci se soumettent tous sans exception au processus de vérité et de réconciliation.
      Il est temps pour notre pays de repartir sur des bonnes bases afin d’éviter le retour à des pratiques bien partagées par notre classe politique dans son ensemble.

    • 2 juillet 2010 à 11:00 | andriantsimbazovina (#3167) répond à diego

      Pardonnez-moi cher Diego. C’est bien Andriantsimbazovina qui vous répondait ci-dessus.

    • 2 juillet 2010 à 11:04 | andriantsimbazovina (#3167) répond à jojo

      Cher Jojo,
      Ma participation ici même n’a pas vocation à polémiquer mais simplement de rechercher toutes les solutions pour donner des bases solides au futur de notre pays.

    • 2 juillet 2010 à 11:20 | mpitily (#1212) répond à andriantsimbazovina

      Bien sûr que tout conflit se terminera par une réconciliation, pour 1991 et 2002, elle s’est faite le tt simplement du monde au sein de la mouvance Madagascar. Il n’y avait pas de quoi en faire tout un plat non ?

      Rajoelina et Ravalo finiront également par se réconcilier un jour, pas besoin non plus d’une "réconciliation nationale" à la mode sudaf pour cela.

    • 2 juillet 2010 à 11:31 | jojo (#3543) répond à andriantsimbazovina

      Cher andriantsimbazovina, ne pas faire de polémique n’est pas exactement ce qui transparait dans votre tentative de classement des malgaches entre ceux qui seraient « patriotes indépendants d’esprit et de bon sens » et ceux qui ne le seraient pas...

      Quand a la recherche de solution, au lieu de porter votre regard aussi loin que la constitution et la réconciliation nationale, revenez sur terre et pourquoi pas a Madagascar, inspirez vous du pays dans lequel vous vivez - la France - et regardez plutôt vers une solution basee sur la juste redistribution des richesses et l’égalité des chances… vous verrez que c’est ce dont les malgaches - ceux qui n’ont rien a reconcillier avec personne - ont le plus besoin...

    • 2 juillet 2010 à 12:41 | andriantsimbazovina (#3167) répond à jojo

      Rechercher la stabilité, le progrès et le développement économique nécessite une fondation solide.

      Reconstruire un Etat, c’est comme reconstruire une maison.

      Rafistoler ne fait que repousser le problème.

      Sans une fondation solide, autrement dit sans une constitution solide et dotée d’une autorité et d’une effectivité réelle, l’économie et le social sont assis sur des incertitudes.

      C’est par la Constitution que tout doit commencer et il appartient au peuple de se prononcer car la Constitution c’est un contrat que les gouvernants présents et futurs passent avec le peuple.

    • 2 juillet 2010 à 13:07 | lalatiana (#1016) répond à jolami

      Je vous suis parfaitement ...

      Cdt

  • 2 juillet 2010 à 03:40 | lalatiana (#1016)

    Il est tellement excité ce JOJO, qu’il voit un zanak’i dada en Joël Andriantsimbazovina et qu’il réagit comme d’habitude en borderline qu’il est dès qu’il entend évoquer le chiffre 8... Sans percuter qu’il a en face de lui l’un des rédacteurs probables de la future constitution ...

    Je retiens de cet échange que la future constitution comportera un "processus sérieux et sincère de réconciliation"...

    • 2 juillet 2010 à 11:09 | jojo (#3543) répond à lalatiana

      ...il est tellement pas capable de penser par lui meme ce lalatiana qu’il est oblige d’appeller des "redacteurs probables de la future constitution" a son secours pour soutenir ses theses pro ra8... comme je ne tiens pas non plus la redaction d’une nouvelle constitution comme la premiere urgence pour sortir de la crise, cela m’en touche une sans faire bouger l’autre...

    • 2 juillet 2010 à 11:58 | lalatiana (#1016) répond à jojo

      Vous êtes un GRAND MYSTERE jojo : Comment avez vous fait pour apprendre à écrire alors que vous NE SAVEZ PAS LIRE ???

      Ou alors il vous manque vraiment une case, niquée par votre tendance borderline qui obère toute objectivité et laisse place à une fabuleuse et maladive mauvaise foi ...

      ... Ah non ... pardon ... VOUS NE VOULEZ PAS LIRE !!! L’essentiel est de démolir et de prendre la place pour étouffer la parole ... L’argument importe peu ... On connait ça ...

      faites attention ... je vais finir par croire avoir plus d’importance que je ne le croyais sur la place pour qu’un rédacteur comme vous puisse se déchainer dès que j’ouvre la bouche ... C’est bien ... Continuez ...

      Pauvre tache ....

    • 2 juillet 2010 à 12:33 | jojo (#3543) répond à lalatiana

      ... c’est un peu court jeune - oh pardon - mon vieux...

  • 3 juillet 2010 à 02:30 | FIPOZ (#2162)

    Quel dommage ! J’ai zappé cet édito. Les échanges sont torrides. Je cite simplement Nelson Mandela : « Une Histoire oubliée est un Avenir perdu … »

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS