Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 26 septembre 2021
Antananarivo | 09h11
 

Répondre à un commentaire

20 juillet à 13:14 | Isandra (#7070)

UN PAYS N’EST PAS EN GUERRE MAIS PAYS FRAPPE PAR CRISE POLITQIUE CYCLIQUE.

"La succession des crises politiques a marqué le pays. Ces événements "ont engendré une forte récession économique et une érosion de l’attractivité du pays, tout en ruinant les opportunités d’emplois et de revenus pour les ménages, détériorant ainsi les conditions de vie des populations, notamment les couches les plus vulnérables", selon la Banque Africaine de Développement (BAD).

"Même si l’île n’a pas connu de guerres, comme beaucoup de pays pris dans la spirale
de la pauvreté, les crises politiques à répétition arrêtent de façon cyclique les reprises de la
croissance.

"Par conséquence, depuis plus de quatre décennies la situation de la population ne cesse
d’empirer : entre 1960 et 2014, le pouvoir d’achat des Malgaches a diminué de 40 % alors qu’il a
presque triplé pour l’ensemble de l’Afrique subsaharienne. La pauvreté y est généralisée : en
moyenne, pour la période 2005-2012, 77 % des 24 millions de Malgaches vivent sous le seuil de
1,9 $US."

Par ex :

La crise 2002 : "Au niveau macro-économique, l’économie a connu une récession
en 2002. Le taux de croissance pour 2002 subit un recul de 12 % au lieu d’une prévision de croissance de 6,5 % ce qui n’est pas loin des taux rencontrés dans des pays en situation de guerre."

La solution pour nous, c’est d’éviter par tous les moyens, pour qu’une crise politique ne se reproduise plus à Madagascar, pendant plusieurs années. Si on arrive à le faire, notre pays connaitra la croissance économique plus rapide et plus soutenu, et l’émergence tant attendue ne sera plus un rêve ou une illusion.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS