Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 26 septembre 2021
Antananarivo | 08h53
 

Répondre à un commentaire

20 juillet à 09:44 | Turping (#1235)

Un texte intéressant !
On va essayer d’apporter quelques visions sur les deux derniers paragraphes de Lalatiana.

Il serait évidemment intéressant d’interpeller les gens de pouvoir sur l’idée même qu’ils se font du mot Nation… parce qu’il n’est pas de Nation sans devoir, sans responsabilité, sans sacrifice … Mais nous devons nous interpeller nous-mêmes, individuellement, de la même manière…

… « Si tu veux changer le monde, change toi, toi-même » dit Gandhi. Si nous voulons changer les choses, il faut nous changer nous-mêmes … Il nous faut commencer à croire en un NOUS INCLUSIF et COLLECTIF pour bâtir de nouveaux discours dont nous avons trop longtemps abandonné la construction… Et ouvrir d’autres possibles.
Primo :
La Nation n’est pas un fait ,mais une idée .
L’idée de nation repose donc sur le double fondement d’un droit de la nationalité et d’une perception de l’identité nationale .Etymologiquement ,cette idée est fondée sur la naissance : natio en latin vient du verbe "naître " et désigne ceux qui sont nés d’une même souche ,qui partagent une naissance commune .L’idée de naissance commune dans une nation n’est donc pas spécifiquement biologique ou ethnique ,e pour une large part ne peut l’être : la définition purement ethnique ne s’appliquerait à aucune des nations modernes dans la mesure où elles ne sont plus des "pays ",c’est à dire quelques villages autour d’un bourg ,peuplés de manière homogène La signification moderne de l’idée de nation est bien plus large .On peut en effet définir les nations modernes comme de vastes communautés humaines regroupées par un sentiment de commune appartenance politique .
- Dans la tête des politiciens malagasy ,je pense que l’idée conférée au mot Nation est une coquille vide en se posant la question pourquoi confisque t’on le pouvoir au détriment de l’intérêt national se reposant logiquement sur le principe de la solidarité et de cohésion nationale ?
En parlant de la nation ,il devrait y avoir des idées de partages de valeurs et des intérêts communs . Pour ce fait ,chaque région a un poids important pour développer le pays car Madagascar ne se limite uniquement à Antananarivo .Il devrait y avoir un travail à faire de ce côté là .J’ai parlé du changement structurel à faire de depuis l’indépendance octroyée sous dépendance même si le pays n’avait pas connu l’hécatombe durant la période de 1960 à 1975 avant l’accession de Ratsiraka au pouvoir .

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS