Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 26 novembre 2022
Antananarivo | 22h54
 

Politique

Elections législatives

Vives critiques des politiciens

samedi 6 octobre 2007 | Alphonse M.

Près d’une vingtaine de politiciens ont répondu à l’invitation de l’association des journalistes des radios privées, hier au Centre Culturel Américain (CCA) pour débattre la situation politique qui prévaut actuellement. Les Gisèle Rabesahala (AKFM), Alphonse Randianambinina (Leader), Pierre Houlder (Arema), Clément Ravalison (AME), Hery Rakotobe (Grad), Benjamin Ramamonjisoa (TIM), Constant Raveloson (MFM), les généraux Désiré Ramakavelo et Ferdinand Razakarimanana... ont émis leur avis sur le srcutin législatif. Hormis le parti présidentiel, le TIM, tous les politiciens sont unanimes sur l’existence des fraudes massives, des menaces et des irrégularités lors des législatives du 23 septembre dernier. Certains candidats ont apporté des preuves sur les abus des chefs de district ou des chefs de région. Du jamais vu dans les annales de l’histoires des élections à Madagascar, a martelé Clément Ravalison, président du parti AME et non moins membre de la mouvance présidentielle. Quant à Constant Raveloson, membre du bureau politique du MFM, il a qualifié le scrutin du 23 septembre dernier d’un braquage électoral. Pour enfoncer les clous, les Pierre Houlder, Alphonse Randrianambinina, Ferdinand Razakarimanana, ont fustigé le régime actuel de mettre en place un système permettant de faciliter un hold-up électoral. « Il ne s’agit pas d’une élection, mais plutôt une nomination », s’indigne l’ancien député de Vangaindrano. En face, les deux représentants du TIM en la personne du sénateur et non moins candidat TIM dans l’Atsimondrano, Benjamin Ramamonjisoa et M. Velo, candidat TIM à Maroantsetra, ont tenu à signaler que cette élection est une réussite de la démocratie tout en évoquant que le pays a besoin d’une stabilité afin de concrétiser le MAP. Malgré les divergences de vue des invités, à noter que les débats se sont déroulés dans une ambiance conviviale. Plusieurs chaînes privées de la capitale ont retransmis presque l’intégralité des débats. Bon nombre des participants ont souhaité rééditer ce type de débats afin d’enrichir la culture démocratique à Madagascar.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS