Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 11 août 2022
Antananarivo | 08h44
 

Politique

Régionales du 16 mars

Une élection sans surprise

lundi 17 mars 2008 | Alphonse M., Eugène R.

L’élection des 147 membres du Conseil régional s’est déroulée hier dans le calme et sans incident dans toutes les parties de l’île. La plupart des bureaux de vote étaient ouverts dès 7 heure du matin. La queue comme aux dernières communales n’a pas été constatée devant les bureaux de vote. Par rapport aux dernières Législatives, le taux de participation n’a pas changé. Il varie de 18 à 25%. A Antananarivo-Renivohitra, environ un tiers des électeurs a voté blanc là où les bulletins du 3FI de la candidate Malala Savaron ont été absents. Evidemment, le TIM a gagné là où les candidats de ce parti au pouvoir étaient presque sans adversaires. Dans le bureau de vote n° 007 situé dans l’enceinte du CEG d’Antanimena par exemple, le nombre des inscrits étaient de 744. 219 ont voté. Le TIM a obtenu 161 voix contre 58 blancs et 0 nul.

A qui la victoire ?

D’abord, le TIM ne peut pas se targuer de sa victoire, du moins dans les circonscriptions où ses candidats étaient seuls dans la course. La campagne de sensibilisation pour la participation massive des électeurs n’a pas abouti au résultat escompté. C’est donc une déception pour les hauts responsables du parti au pouvoir qui ont ambitionné de mener à la hausse le taux de participation par rapport aux dernières Législatives. Du côté de ceux qui ont appelé à l’abstention, la victoire n’est pas aussi nette. Par contre, des partisans des votes blancs peuvent s’en rejouir car les votes blancs ont contaminé cette fois-ci une partie de l’électorat de la Capitale. Reste à savoir si ces électeurs ont voté blancs parce que les bulletins de la candidate Malala Savaron étaient absents dans les bureaux de vote où ils ont accompli leur devoir électoral. En tout cas, c’était une élection sans surprise. Le président de la République Marc Ravalomanana dans le « Tenin’i filoham-pirenena », a déjà félicité tous ceux qui ont accompli leur devoir électoral. Les réactions d’autres hommes politiques dont les opposants et des entités de la société civile sont attendues.

=============================
- A vaincre sans péril ...

Des chiffres éloquents.

Victoire écrasante du parti présidentiel lors du scrutin d’hier. La liste TIM, seule en lice dans 81 circonscriptions sur les 114 existantes, est déjà assurée de remporter la majorité des sièges des conseils régionaux. Même dans la capitale, le parti présidentiel n’a pas de concurrent. Du jamais vu dans les annales des élections à Madagascar. Même durant la période coloniale, les candidats officiels ont toujours eu des adversaires. La candidature de Savaron Malala n’a été qu’un bluff. Comme durant les dernières municipales, cette candidate n’a pas également imprimé ses bulletins de vote.

Apparemment, les grands ténors du TIM n’ont pas tellement savouré cette victoire. Hier dans la soirée, l’appel au boycott lancé par certains partis politiques et associations a eu des échos favorables au niveau des électeurs, malgré les menaces et les campagnes de sensibilisation des autorités. A la sortie des urnes, le président de la République Ravalomanana Marc ainsi que le premier ministre Charles Rabemananjara ont tous appelé les électeurs à accomplir leur devoir civique. Selon les résultats dans certains bureaux de vote, le taux d’abstention a atteint les 80 à 87%.

Un désaveu

Outre le taux d’abstention record, force est de constater la percée des bulletins blancs. Dans le fokontany des 67ha Nord-Ouest, sur les 1 301 inscrits, 252 électeurs ont voté.

Le TIM a eu 163 voix contre 87 bulletins blancs. Dans un autre bureau de vote, 205 électeurs seulement ont voté hier sur les 1.182 inscrits, mais la liste TIM n’a eu que 141 voix contre 62 bulletins blancs.

Au total, la liste TIM n’a obtenu que moins 10% des voix des électeurs de la capitale. Un désaveu pour le parti présidentiel. A l’image des dernières élections municipales, les électeurs tananariviens ont de nouveau infligé un cinglant revers aux candidats du régime en place.

Décidemment, les électeurs de la capitale ont tourné le dos au président Ravalomanana. Que dira le chef de l’Etat après la « victoire » à 100% du TIM ?

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS