Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 17 août 2022
Antananarivo | 10h46
 

Forces Armées

Cercle mess de Betongolo

Un autre dialogue entre militaires

vendredi 18 septembre 2009 | Bill

Le ministre de la Haute Autorité de transition (HAT) en charge des Forces Armées, le colonel Noël Rakotonandrasana, s’adressera ce vendredi 18 septembre aux « élus » des promotions successives de toutes les catégories sortant de l’Académie militaire (ACMIL) d’Antsirabe. Ces « élus » sont les « ombimanga », les « hazomanga » et les « tangalamena » qui ont par essence une ascendance sur leurs collègues. L’objet de cette enième réunion des militaires est clair : la consolidation de l’unité sans doute encore fragile, pour ne pas dire pas évidente, malgré les précédentes initiatives, dont les assises des militaires suivies de la cérémonie appelée « la paix des braves ». En tout cas, il y malaise chez la « grande muette » et l’Armée malgache ne veut pas non plus être qualifiée de « grande aveugle » comme le suggère le capitaine Mbohoazy Lahiniliainy (cf. Courrier des Lecteurs de l’Express de Madagascar du 16 septembre 2009).

D’ailleurs, les propos tenus à l’aéroport d’Ivato ce 15 septembre par le général Edmond Rasolomahandry, dernier Chef d’Etat major général de l’Armée malgache (CEMGAM) du gouvernement Marc Ravalomanana et le colonel André Ndriarijaona, actuel Chef d’Etat major général des Forces armées (CEMFA) sont significatifs de la situation qui prévaut. Le général qui n’a pas osé rentrer au pays en raison des fortes rumeurs qui circulaient alors sur sa sécurité ; et le déplacement de l’actuel homme fort des Forces armées à l’aéroport pour l’accueillir, sont édifiants sur l’atmosphère qui pèse sur les militaires.

Quoi qu’il en soit, les deux personnalités en ont-elles trop dit ou pas assez ? Le général avoue que les militaires ont raté trois occasions pour rentrer définitivement dans les casernes, se dégager des liens avec les politiques et « défendre la nation et la patrie » en quelque sorte. Le colonel pour sa part révèle implicitement qu’une arrestation de son prédécesseur déclencherait des troubles dans l’Armée. Et tout cela se déroule quand le ministre des Forces armées, rentré de Libye avec des promesses d’aides, convoque une assemblée générale des « élus » des diverses promotions de l’ACMIL.

L’Armée malgache, déchirée par les politiques, aura fort à faire pour retrouver sa vertu et redorer son blason ou sa virginité aux yeux de l’opinion tant nationale qu’internationale. Si on devait croire certaines sources, le Premier ministre Monja Roindefo aurait confié à des organes de la presse internationale que des militaires auraient été payé par des chefs de l’opposition pour déstabiliser le régime HAT.

9 commentaires

Vos commentaires

  • 18 septembre 2009 à 09:42 | rakoto09 (#1735)

    Comme tout au début de la crise, j’ai souligné l’entêtement de Ra8 sur sa ferme volonté de tout faire pour semer le chaos à Madagascar pour revenir au pouvoir et recouvrer ses biens malacquis. Il continue de soudoyer des militaires pour déstabiliser le pays, propager de fausses informations ou désinformer par des radios clandestines(radio Fahazavana etc...),.....Actuellement, depuis l’Afrique du Sud, Ra8 est entrain de monter une autre chaine de Radio qui va emettre sur onde courte. Les idées ne manquent pas et l’argent coule à flot.

    • 18 septembre 2009 à 11:44 | Albatros (#234) répond à rakoto09

      Rakoto09,

      Mr 2(22) aurait certainement répondu à post par un :

      "Vous avez des preuves" ?. "Si c’est non. Alors ne dîtes rien !!!."

       :-)

    • 18 septembre 2009 à 15:58 | Bena (#2721) répond à rakoto09

      les militaires sont en mesure de réflechir aussi. quand certains ont soutenu le putsch de la faty (hatif) par une mutinerie, c’était une bonne chose ; quand des soldats remettent en question un fait accompli, ils sont payés par r8 ? il y a plusieurs tendances dans l’armée, car ce ne sont pas des moutons de panurge comme l’aurait souhaité le tgv. noel veut ouvrir une boite à pandores, c’est son problème.

      en tout cas merci à rakoto09 et au journaleux rolly mercia de la radio des 12 collines d’avoir fait la pub gratuite de radio fanavaozana 88.6 et de l’autre 89.6.

      muscle un peu ton marketing rakoto.

    • 18 septembre 2009 à 17:13 | nicoud (#1446) répond à rakoto09

      monsieur rakoto9 , vous sombrez dans la paranoïa : vous accusez ravalomanana de tous les maux alors que , voilà un moment qu’il n’occupe plus la scène politique ; ce qui n’est pas le cas de roindefo qui a même pris la place de son chef Rajoelina et qui accapare tous les médias.....si vous aboyez tant , c’est que vous ne devez pas avoir la conscience tranquille....Essayez la négociation , essayez d’écouter vos frères malgaches, quelque soient leurs opinions , pour sortir de cette crise , il va falloir travailler ensemble , à bon entendeur , salut !

    • 19 septembre 2009 à 01:53 | niry (#210) répond à rakoto09

      tsy ampy intsony ve ny vola Rakoto09 aa ? rehefa tsy manam-bola intsony omena ny mutins capsat dia lazaina fa ny hàfa indray no nahazo avy any an-kilany ? Rehefa kendan’bomanga mauvaise foi nasesiky ny tànana hoa Rakoto09 dia mahaiza mionona f’efa ela no nanjakanjakànareo izay. Efa izay foana ny stratégie foza orana izay : utiliser ses propres armes pour discréditer la partie adverse..attention à l’effet boomerang !

  • 18 septembre 2009 à 09:50 | Jim-0450 (#945)

    Ny HAT rehefa tsy mahita ho lazaina dia mandainga sy mamorona.

    Raha sendra tratra amin’ny laingany indray dia avadiny ho ny ankilany indray no manimba ny fandrosoana lehibe katsahiny.

    Tafaraka samy MPANDAINGA.

  • 18 septembre 2009 à 12:45 | ASSISE (#1505)

    Dire que l’armée ou quelques militaires ont été achetés, faute de preuve et par respect à cette Armée - quoique j’avais mon opinion, je me contenterai du MEA CULPEA pour que la situation s’améliore enfin.

    Pourtant il y avait déjà, à certain moment, une semblant d’ASSISE MILITAIRE qui en disait long.

    Mais, bon je préfère voir l’Armée avancer dans un moindre bon sens (assurer dans le bon sens du terme la patrie et son peuple que de soutenir UNTEL dans de telle situation) et trouver rapidement un consensus politique, pour les politiciens.

    Dommage, sans faire trop de référence à mon PSEUDO, j’aurais aimé que Maputo I et II se seraient déroulés à Madagascar, sous l’appellation ASSISE NATIONALE comme c’était prévu, mais la politique a ses raisons que la patrie ne pourra jamais comprendre.

    Que le bon sens gagne.

    ON VERRA BIEN

  • 18 septembre 2009 à 14:39 | hafatra (#1895)

    Ny zavatra tena "manintona" ny tafika ao amin’ny politika dia tsy ny fahefana loatra fa ny tombon-tsoa isan-karazany ho an’ireo manam-boninahitra.
    Ny fitiavan-tanindrazana sy ny fiarovana dia "kakana" enti-manjono fotsiny ihany.
    Matetika ny fandrahonana alefan’izy ireo dia ny hoe : "Raha ny tafika no mizarazara sy misaraka dia ady an-trano no hitranga" toy ireny efa fahita any Afrika ireny .
    Milaza ry zareo fa antokon’ny firaisam-pirenena, filaminana, fahandriam-pahalemana....izany hoe ny fototra hijoroan’ny firenentsika.
    Hatramin’ny 1972 no mankaty dia "nozarina" hitsabaka amin’ny raharaha politika ry zareo, ary nisy aza tamin’izy ireo nitondra mihitsy.Ny vokany efa hiarahantsika mahalala dia ny tsy fisian’ny demokrasia tena-izy.

    Amin’ny maha-teo-no-niala ny tenako dia sarotra ho ahy no hanaiky fa ny tafika dia afaka hifanakalo hevitra, eo amin’izy samy izy sy eo amin’ny vahoaka.Sembana sy vato misakana ny fivelaran’ny demokrasia ny fidiran’ny tafika mivantana amin’ny politika.
    Raha te-hanova zavatra sy te-hivoatra isika dia ny "fiofanana" ao amin’ny acmil mihitsy no mila hatsaraina fa sady tsy mifanaraka amin’ny zava—misy no efa lany andro.
    Tokony apetraka ep ambanin’ny fiandraiketana sy fitantanan’ny antenimieram-bahoaka ny tafika.
    aoka tsy ho adino fa ny vahoaka samy irery no tompon-tsafidy sy fahefana eo amin’ny firenena.

  • 18 septembre 2009 à 16:03 | Bena (#2721)

    La muette et l’aveugle

    Comme tous ces officiers supérieurs, officiers, sous-officiers, gendarmes et hommes de troupes qui revendiquent la paternité de cette « révolution », j’y ai apporté ma brique. Comme eux, j’ai œuvré pour le départ de Ravalomanana Marc. Mais contrairement à certains, j’ai eu la chance de ne pas avoir des milliards de francs sur mon compte bancaire, point de véhicule neuf, pas de véhicule du tout. Je n’ai encore moins de place importante ou de pouvoir exorbitant du droit commun. A quelque chose parait-il, malheur est bon ! Cette exclusion du cercle des privilégiés m’a permis de ne pas vendre ma moralité aux plus offrants. Elle m’a davantage imposé un recul nécessaire en si peu de temps par rapport à ce que nous, nous avons fait hier. Hier, nous avons perpétré un coup d’état au profit d’un clan.
    Je méprise l’ethnicisation de la hiérarchie militaire que les présidents successifs ont entretenue, mais que le dernier a poussée au paroxysme.
    Je ne suis pas d’accord sur le monopole de l’avoir, du pouvoir et du savoir par un groupuscule, une famille. Je déteste par-dessus tout que l’argent du contribuable soit partagé entre copains, spolié comme un jackpot gagné en dehors de tout effort méritoire. Le patrimoine national, pour moi reste la terre dont je ne possède aucun lopin. Je refuse que les décideurs la vendent par milliers d’hectares à des étrangers.
    Enfin, j’en ai marre que des séniles bloquent la voie au développement.
    Mais aujourd’hui, après seulement six mois du fameux 17 mars, où en sommes-nous ?
    Le problème ethnique au sein de l’armée est atténué, sinon résolu, du moins temporairement. C’est un point positif. La hiérarchie est détruite à jamais. Demain nous aurons un chef d’état major capitaine, un ministre commandant et un sergent président du directoire militaire. Un lieutenant a été exécuté à Betsioky par son sous-officier, pour un problème lié à l’exécution d’un ordre donné. Contrairement aux discours officiels, l’armée est partagée. Nous avons reproché à nos anciens de s’être bandé les yeux face à Ravalomanana, mais voilà que nous faisons de même.
    100 000 mètres cubes de bois de rose ont été braconnés depuis le mois de mars par 4 000 citoyens dans nos parcs nationaux, 90% ont été déjà exportés à un prix moyen de 3000 euros le mètre cube, ce qui fait 270 millions d’euros. Ce qui est beaucoup plus que ce que Ravalomanana a fait en 7 ans.
    L’esprit de la lutte populaire du mois de janvier est trahi, et les justifications, des justifications parmi tant d’autres, mais qui peuvent être avancées avec des preuves solides sont là.
    Nous faisons tous de la politique, j’assume la mienne, celui de se faire un garde-fou. C’est l’appel d’un petit cadet à des « anciennissimes ». Nous courons vers notre ruine. Arrêtons-nous un peu. Faisons la paix pour de bon, obligeons la politique à nous laisser vivre en paix sans parti pris (ceux qui ont tiré, et ceux qui ont amené les gens à la tuerie sont autant coupables), sinon ayons au moins la décence de ne pas fuir nos responsabilités. Cette sortie médiatique ne constitue pas une insubordination, nul n’est tenu d’obéir à un ordre manifestement illégal. C’est juste un refus de contribuer à faire de la « muette » un aveugle potentiel. Ce courrier est une sonnette d’alarme, peut être bien la dernière.

    Capitaine Mbohoazy Lahinilainy
    gendarmerie

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS