Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 7 juillet 2022
Antananarivo | 19h38
 

Communiqué

Groupe des Experts Nationaux en matière d’élections (GEN)

Sans élus, c’est le chaos imminent

samedi 6 juillet 2013

Groupe des Experts Nationaux en matière d’élections (GEN)
C/o Madeleine Ramaholimihaso
Rue Rajakoba Augustin Ankadivato
Tél. : 22 663 99
ANTANANARIVO


Sans élus, c’est le chaos imminent

Mme Madeleine Ramaholimihaso, Dr Bruno Rakotoarison, M. Jean de Dieu Raveloson, Bâtonnier Hery Rakotomanana, M. Zafimandimby, composant le Groupe d’Experts Nationaux en matière électorale (GEN), rappellent qu’en 2012 ils ont mainte fois affirmé que seules des élections législatives étaient susceptibles de conduire à l’apaisement indispensable pour mettre fin à la crise qui perdure, aggravant la détérioration de la situation socio-économique du pays,

I - Retrospective

Pour cela il y a lieu de se reporter aux communiqués suivants :

Date Titre
14 mai 2012 Memorandum
1er juin 2012 Pour des élections crédibles en 2012
19 juillet 2012 Relevons le défi : réussir des élections législatives en 2012

Le Groupe des Experts Nationaux a rappelé que des élections législatives étaient la première étape d’un retour à l’ordre constitutionnel dans la mesure où le pays a besoin d’élus légitimes.

Cette démarche permettrait de connaître à travers la composition de l’Assemblée Nationale la répartition des forces politiques dans le pays. De ce fait il n’y aurait pas une pléthore de candidats pour l’élection présidentielle.

La majorité à l’Assemblée Nationale nommerait un Premier Ministre qui aurait les pleins pouvoirs pour organiser l’élection présidentielle.

Ainsi seraient épargnés au pays les agissements de politiciens sans scrupules qui ne pensent qu’à leurs intérêts particuliers et sacrifient l’intérêt général, devenant dans cette perspective des inconditionnels du nouveau président élu.

Les négociations pour les activités économiques seraient reprises avec les partenaires techniques et financiers, étrangers ou internationaux par des autorités incontestées parce que élues démocratiquement.

Dans un gouvernement où les responsabilités et les attributions sont clairement définies entre les différents ministres, sous la conduite d’un Premier Ministre issu de l’Assemblée Nationale, la solidarité gouvernementale jouerait pleinement.

Telle ne fut toutefois pas la voie suivie et le calendrier électoral retenu par la CENIT et la Communauté Internationale fut le suivant :

- 8 mai 2013, premier tour de l’élection présidentielle ;
- 3 juillet 2013, second tour de la présidentielle jumelé avec les élections législatives.

Par la suite le premier tour de la présidentielle fut reculé au 24 juillet 2013.

Aujourd’hui on peut dire que c’est l’impasse qui caractérise la situation actuelle. Le calendrier n’est pas respecté.

II - Organiser des élections législatives

Cela étant, l’organisation d’élections législatives dans les meilleurs délais est la seule voie pour sortir de la crise actuelle.

Dans cette perspective :

Un financement par l’Etat malgache exclusivement d’un montant de 48 milliards d’ariary, correspondant à 24 millions de dollars US, à raison de 3 dollars US par électeur.

Renouvellement de la loi régissant la Commission Electorale Spéciale (CES), pour en modifier la structure et nommer les nouveaux membres.
Etablissement du calendrier électoral par la CENIT et la CES : modifier les textes en conséquence.
La date du 14 novembre 2013 pourrait être retenue pour les élections législatives.
Les dépôts de candidatures seront acceptés jusqu’au 14 août 2013.
Quatorze millions de bulletins uniques seront imprimés à Madagascar dans un délai de trois mois et demi.
Le Premier Ministre et le Gouvernement issus des élections reprennent en mains les activités ainsi que les négociations avec la Communauté Internationale.
Il est indispensable de mettre fin à une transition dont la population malgache ne retire aucun profit (bien au contraire, elle s’appauvrit), alors qu’une classe politique budgétivore favorise les trafics illicites (bois de rose, etc…).
Il s’agit d’être vigilant pour préserver la sérénité d’un dialogue malgacho-malgache.
A l’occasion du renouvellement des contrats miniers en mars 2014, il y a lieu d’exiger que l’extraction de nos ressources dégage des retombées plus substantielles pour Madagascar.

III - Appel

Politiciens qui êtes à l’origine de cette crise qui perdure, vous serez jugés par l’histoire.
La Société Civile qui attend des financements extérieurs et se tait devant cette dégradation de la situation est, elle aussi, complice.
L’absence d’élus en 2013 entraîne le pays dans un désordre difficile à maîtriser, voire le chaos ou le gouffre.

Par la même occasion, nous exhortons toutes les forces vives du pays, dirigeants, politiciens, société civile, et surtout le peuple, à regarder dans la même direction et accepter que des élections législatives aient lieu cette année.

C’est pourquoi il y a lieu de lever les problèmes et les obstacles au niveau de la CENIT et ouvrir la CES à la société civile.

L’Etat doit se préparer à assurer le financement nécessaire à l’organisation de ces élections législatives.

La Communauté Internationale se limitera à l’observation des scrutins.

En dernier lieu, le Groupe des Experts Nationaux (GEN), dans l’intérêt supérieur de la Nation, appelle la population à rester calme.

PROPOSITION DE CHRONOGRAMME POUR DES ELECTIONS LEGISLATIVES
ANNEE 2013

ACTIVITES DATE DE REALISATION
1.Détermination du calendrier 18 Juillet 2013
2-Décret de convocation 19 Juillet 2013
3-Restructuration et recomposition de La CES 24 Juillet 2013
4-Dépôt de candidature : fermeture 03 Août 2013
5-Arrêt sur la liste définitive des candidats 08 Août 2013
6-Tirage au sort des candidats 12 Août 2013
7-Impression de Bulletins de vote 14 Août 2013
8-Acheminement des Bulletins de vote 30 Septembre 2013 (Début)
9-Ouverture de la campagne 31 Octobre 2013
10-Scrutin 14 Novembre 2013
11-Résultats provisoires 24 Novembre 2013
12-Résultats définitifs 18 Décembre 2013

FINANCEMENTS PROPRES DE L’ETAT MALAGASY : 24 Millions de U$ ou 48 Milliards Ar

Rôle de la CI : Mission d’observation du processus électoral

Antananarivo, le 5 juillet 2013

6 commentaires

Vos commentaires

  • 6 juillet 2013 à 10:02 | regisson (#7075)

    je ne comprends le calendrier, il me semble bien long pour faire des élections....

    Tirages au sort = pas besoin, c’est déjà arrangé ---->
    1 jour de gagné

    Impression des bulletins = déjà arrangé ------> vote à main levé
    1 jour de gagné

    Acheminement des bulletins de vote --------> a main levee —> économie

    Resultats provisoires et définitifs --------> le meme jour on compte les doigts

    en résumant, les elections peuvent se tenir en 2 jours....

    Si cela est encore trop long, une re-transition pour y réfléchir ..

    Mada et la SNCF ont en commun le même slogan

    "TOUT EST POSSIBLE"

    • 6 juillet 2013 à 13:03 | jansi (#6474) répond à regisson

      Il faut d’abord mettre en place un contexte politique favorable et positif (Ffkm). Ce groupe d’experts n’ont aucune compétence pour pouvoir avancer un calendrier. L’histoire des législatives avant la présidentielles c’est un coup de DJ. Irrecevable.
      On a la mémoire bien courte. En 93, une assemblée nationale en eleçtron libre à crée la fameuse géométrie variable et des députes sans mandat impératif sourçe et cause d’instabilité comme en Italie.
      De toute façon, les politiciens n’arriveront jamais à cohabiter en cas d’opposition entre le gouvernement et l’assemblée ou en cas d’opposition entre le PM issu de la majorité et le président élu au suffrage universel.
      Avec le niveau actuel de l’échiquier politique, ce système ne fera qu’aggraver la crise .
      Seule l’élection présidentielle avant les législatives est la solution. Après le nettoyage des écuries d’Augias dans le cadre d’une nouvelle transition.
      Pour cela, il faut soutenir la démarche Ffkm car il n’y en a pas d’autre non plus.q

    • 6 juillet 2013 à 17:30 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à jansi

      Les législatives avant la présidentiellle si c’est pour élire un parti politique ou un programme et NON pour élire un HOMME/FEMME.
      Mode de scrutin proportionnel.
      Des circonscriptions à déterminer avec un seuil électoral de 5 % pour obtenir le droit de répartition des sièges.
      Basile RAMAHEFARISOA 1943
      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 6 juillet 2013 à 21:13 | mpitily (#1212) répond à jansi

      Faux probleme ! Regardez plutot du cote de l’Allemagne ou le president n’a qu’un role de representation et de raiamandreny de la nation, le PM est le seul chef de l’executif. Meme en Italie c pareil, c pas un pb de cohabitation comme vous l’evoquez qu’il y a la-bas.

    • 8 juillet 2013 à 00:52 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à mpitily

      - Nous calquons bêtement la mère patrie==la france==

  • 6 juillet 2013 à 21:20 | mpitily (#1212)

    Pour etre vraiment credibles, transparentes et reconnues par tous, les futures elections doivent etre organisees par la CI avec l’assistance d’une CEN (Neutre car composee a part egale par des pro et antiHAT).

    Si l’ICG le propose c que c possible.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS