Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 7 juillet 2022
Antananarivo | 20h35
 

Communiqué

Pour éviter le pire

jeudi 24 mai 2012

« Jamais sans doute communiqués aussi foisonnant de formules aussi frustrantes et aussi entremêlées de considérations n’ont été offerts à la réflexion du citoyen de base que nous sommes.

La Troïka de la SADC et la Haute Représentante pour les Affaires étrangères de l’Union Européenne ont fait très fort en la matière en ce mois de mai, à la lecture de leurs communiqués desquels bien malin celui qui y verrait clair et qui pourrait en prendre de la graine !

Le message sous-jacent est compris : « Silence ! Il n’y a plus rien à dire ni à amender ». Malgré toutes les formes d’oppression : contre les opposants, contre la presse, contre la simple conscience qu’a tout individu censé de vouloir ses libertés fondamentales respectées, une certaine communauté internationale, du haut de son piédestal, s’érige soudain en censeur et évite soigneusement de désigner le Président de la Transition et ses soutiens comme étant les fossoyeurs de la Feuille de Route. Dès lors, ainsi que ces derniers s’y croient autorisés en permanence, le message est entendu : « Silence ! On réprime ! ». Et les forces de l’ordre bastonnent à tout va.

Les alertes, dénonciations et protestations de toutes natures de la société civile et d’organisations représentatives, toutes conscientes de leur devoir pour le salut de toute une nation, et devant le désespoir de tout un peuple ne semblent pas déranger une frange de la communauté internationale installée dans le confort d’une rhétorique dite diplomatique pour se donner un beau rôle, et de menacer de sanctions ceux-là mêmes qui défendent l’esprit et la lettre de la Feuille de Route et en réclament la stricte application de ses dispositions.

L’équation démocratique est pourtant simple et évidente : dans l’exercice nécessaire de sa souveraineté, seul le Peuple peut trancher sur la crise en se choisissant celui qui présidera à ses destinées. Mais il lui faut la confiance que les institutions sont à même d’offrir un processus électoral fiable et qu’en tant qu’électeur, il ne soit aucunement pré-conditionné.

Or, au vu des gesticulations actuelles et autres interminables tractations dont le Peuple reste un spectateur sceptique, tous les doutes sont permis. Quelles garanties institutionnelles, juridiques, techniques et pratiques, en dehors de la phraséologie habituelle « d’élections libres et transparentes », lui sont offertes pour éviter qu’on ne s’achemine vers un système où les dés sont pipés afin d’écarter untel ou untel et quand le Président de la Transition déclare que la prétendue « constitution » de la IVème République de son invention, à la suite d’un processus référendaire dévoyé, constitue désormais la charte fondamentale ?

Jusqu’à quel degré, le désespoir d’un Peuple doit-il arriver pour qu’enfin ses légitimes interpellations soient entendues ? Aujourd’hui, ses clameurs grondent. Le pire peut être évité si tous les acteurs, y compris la communauté internationale, arrêtent avec cette politique de l’autruche. »

Fait à Antananarivo, le 23 mai 2012

Fetison Rakoto Andrianirina

7 commentaires

Vos commentaires

  • 24 mai 2012 à 10:01 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Déformation professionnelle oblige, un voleur ne fait jamais confiance à son prochain. Quant à la communauté internationale, elle savait déjà par expérience qu’un saut dans le vide n’augure rien de bon pour Madagascar et faire le caméléon, le retournement de veste à l’image des acteurs politiques malgache n’est pas digne d’elle. Vouloir toujours rejeter la faute sur autrui relève de l’irresponsabilité et d’un manque de maturité flagrante pour son auteur.

    • 24 mai 2012 à 10:59 | stand up (#2470) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Io tsy misy fanafodiny intsony afa-tsy ny vahoaka ihany:Na manaiky izao zava-misy izao izy dia izay ataon’ny besandry eo dia izay izany ; !!
      Na Mitsangana izy handray an-tànana ny ho aviny sy ny fiainany efa tena latsaka ankaterena izao dia izay vokany any vokany ! Izay ihany no vahaolana @io ry manampahaizana isany !

    • 24 mai 2012 à 17:26 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Avant de raconter n’importe quoi,veuillez lire attentivement les "divers communiqués"., de la Troĩka de la SADC ou:et de l’Union Européenne.
      Cordialement.
      basile RAMAHEFARISOA
      1943
      b.ramahefarisoa@gmail.com

  • 24 mai 2012 à 11:11 | Jipo (#4988)

    Bravo pour cet article !
    La SADC devrait avoir perdu toute crédibilité depuis longtemps à fricoter avec des putchistes et devant le résultat de ces palabres inutiles et surtout couteuses , c ’est tout simplement scandaleux .

    • 24 mai 2012 à 14:44 | menalamba (#6671) répond à Jipo

      Et l’auteur de l’article lui-même a-t-il encore une once de crédibilité ?

    • 24 mai 2012 à 17:22 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à Jipo

      Jipo,
      DEHORS !
      Ne vous mêlez pas des "affaires Malgaches"
      La France aux Français,
      Madagascar aux Malgaches.
      Basile RAMAHEFARISOA
      1943
      b.ramahefarisoa@gmail.com

  • 24 mai 2012 à 17:20 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    L’intégralité du communiqué
    Bruxelles-Union Européenne
    le 22 mai 2012 A 234/12
    - Déclaration du porte-parole de Catherine Asthon.
    Haute Représentante de l’Union Européenne.
    Sur MADAGASCAR
    - "La Haute Représentante réitère son soutien à la médiation de la Troĩka de la SADC,menée par le Vice-Ministre des Affaires Etrangères de l’Afrique du Sud pour la mise en oeuvre de la feuille de route à Madagascar.
    - "elle se félicite de l’adoption de la loi d’amnistie et de la mise en place de CENIT et attend avec intérêt les recommandations de la mission d’identification des besoins électoraux des Nations-Unies.
    - "La Haute Représentante partage les préoccupations de la Troĩka,sur les problèmes qui,en ce moment,retardent la mise en oeuvre consensuelle et inclusive de la feuille de Route.
    - "Elle vise notamment :
    - la "cohabitation difficile" entre le Président de la Transition et le Premier Ministre,
    - les dysfonctionnements persistants entre et au sein des Institutions de la Transition,
    - la suspension de la participation de la mouvance de l’ex-Président Marc RAVALOMANANA
    - et l’absence continue de participation de la mouvance de l’ex-Président Albert ZAFY.
    - "Les retards de la mise en oeuvre de la loi d’amnistie ainsi que l’adoption d’autres mesures d’apaisement politique (articles 16,17,18 et 20 de la feuille de route) par les "AUTORITES de TRANSITION" sont également au coeur des préoccupations de Madame Asthon ;
    - "Ainsi le processus de sortie de crise est venu au moment critique.
    - "La Haute Représentante exhorte tous les acteurs politiques Malgaches à faire preuve de responsabilité et de sens de "COMPROMIS".
    - "Elle les appelle à être prêts,s’il le faut,à subordonner leurs ambitions politiques immédiates aux intérêts supérieurs de la NATION et du Peuple Malgache.
    - "Elle réitère que l’Union Européenne se tient prêt à participer activement aux réunions ,que la Troĩka de la SADC convoquera,avec les Institutions multilatérales et régionales qui jouent un rôle important pour la résolution de la crise à Madagascar,en donnant leur plein appuià la Feuille de Route. ;
    - "Dans le cadre de la décision du Conseil de l’Union Européenne du 05 Décembre 2011,la Haute Représentante rappelle que,outre le 100 Millions d’euros que l’Union Européenne assignera à des programmes d’appui aux "POPULATIONS" pendant cette année 2012,elle se tient prête également pour répondre favorablement à l’appel de la Troĩka de la SADC pour soutenir la tenue d’élections crédibles pour accompagner la mise en oeuvre de ;la Feuille de Route conforme à sa lettre et à son esprit.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS