Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 28 novembre 2022
Antananarivo | 18h04
 

Tourisme

Tourisme

Nosy Be : les opérateurs touristiques craignent l’abandon des vols internationaux par les compagnies aériennes

lundi 21 février | Mandimbisoa R.

Les acteurs du tourisme du Nosy Be brisent finalement le silence. Dans un communiqué, l’Office régional du tourisme de cette île à vocation touristique, interpelle les autorités et rapporte le mécontentement des opérateurs touristiques de cette ville sur le non retour des vols internationaux à destination de Nosy-be. La principale crainte pour ces opérateurs reste l’abandon de la destination par les compagnies aériennes si la situation persiste.

« Les opérateurs de Nosy Be qui travaillent principalement avec le tourisme international sont désormais dans une situation de crise désastreuse », affirme Elisabetta Gravellino, président du conseil d’administration de l’ORTNB. « En réponse à des informations erronées concernant la situation des vols internationaux de Nosy Be, nous vous informons que depuis mars 2021 aucun vol international n’opère sur Nosy Be », selon leur communiqué. En octobre 2021, une réouverture progressive des vols internationaux était envisagée, d’abord sur l’aéroport d’Antananarivo (Ivato) puis sur Nosy Be (Fascène). « A ce jour, aucun vol international n’a été autorisé à opérer sur l’aéroport de Nosy Be », rapporte Elisabetta Gravellino.

En novembre 2021, une manifestation dans les rues a été organisée par les acteurs du tourisme pour alerter les autorités et pour réclamer la réouverture de l’aéroport de Nosy Be aux vols internationaux. Pour amorcer la crise, les autorités ont rencontré les opérateurs touristiques locaux mais cela est resté sans suite.

L’ORTNB a fait en sorte que les compagnies aériennes continuent à garder leur intérêt, à opérer leurs vols sur Nosy Be et donc à le garder comme destination dans leur réseau, précise le communiqué mais comme elles ont besoin de temps opérationnels spécifiques pour pouvoir opérer, entre un et trois mois, et que l’Aviation civile de Madagascar (ACM) ne leur donne pas non plus des autorisation officielle, elles risquent d’abandonner la destination Nosy Be. Auparavant, des vols internationaux en provenance de Milan (Italie), de La Réunion, desservaient directement Nosy-be mais avec le Covid des ajustements ont dû être prises par les autorités.

La situation actuelle reste incomprise par l’Office régional du tourisme de cette île aux Parfums et par les opérateurs touristiques de l’île d’autant plus que tout au long de l’année 2021, la plupart des opérateurs, notamment les hôtels, se seraient engagés à mettre en place les protocoles sanitaires exigés par l’Etat. En décembre 2021, un engagement formel de toutes les entités impliquées dans l’arrivée éventuelle de touristes/passagers internationaux a été rédigé et envoyé aux autorités compétentes. Le taux de vaccination contre la Covid-19 y est par ailleurs très élevé.

« L’engagement concernait principalement l’aéroport, les compagnies aériennes et les hôtels afin de garantir un flux de touristes traçable et maîtrisable », rappelle Elisabetta Gravellino. « Pour faire face à l’épidémie et respecter les protocoles sanitaires imposés, ils ont fait, ces deux dernières années, d’importants investissements pour réaménager leurs structures et former leur personnel alors qu’à ce jour il y aurait pas de signal de réouverture ».

71 commentaires

Vos commentaires

  • 21 février à 09:48 | purgatoire (#11152)

    Merci Président !! Si tu comprends pas aujourd’hui tu comprendras demain !!! De même pour les vols pour Reunion/Tamatave … Air austral envisage de les supprimer vu qu’il y a blocage au niveau le plus haut du pays pour la réouverture uniquement par Air Austral …

  • 21 février à 09:59 | purgatoire (#11152)

    C’est un peu honteux quand on lit des articles comme suit … je comprends que les malgaches que je connais quand on parle de leur pays baisse la tête et regarde le sol ….
    « L’orthodoxie financière était loin d’être la règle dans la gestion des fonds liés à la pandémie de Covid-19 durant l’exercice 2020.
    1.818 milliards de MGA. Confusion de responsabilité, abus de paiement en espèces, suspicion de conflits d’intérêts, paiement sans pièces justificatives, paiement d’indemnités pour des personnes déclarées « faux positifs » à la Covid, double facturation. Telles sont, entre autres, les irrégularités relevées par la Cour des Comptes dont le rapport – rendu public le mercredi 17 février dernier – fait état de gabegie au mépris de plusieurs dispositions légales relatives à la gestion des fonds publics. La bonne gouvernance n’a pas été au rendez-vous. L’instance qui a audité les fonds destinés à lutter contre la propagation de la Covid-19 dans le pays met en exergue les différentes opérations irrégulières et suspectes orchestrées en haut lieu sur les 1.818 milliards MGA. dépensées par l’Etat durant la première vague de la pandémie. 
    Document accablant. L’audit mené par les juges est loin d’être complaisant à l’égard de l’Exécutif. Et le château de sable monté par le gouvernement quant à la bonne gouvernance des fonds destinés à la riposte contre la Covid-19 finit par s’écrouler après une lecture minutieuse du rapport des juges de la Cour des Comptes. Un document accablant au plus haut point pour le gouvernement. Selon cette juridiction, les dépenses auditées ont été concentrées au niveau du ministère de l’Economie et des Finances, dirigé à cette époque par Richard Randriamandranto ; des ministères de la Santé Publique ; de l’Intérieur et de la Décentralisation ; de l’Education nationale ; de la Défense nationale ; de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle ; de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hygiène sous Voahary Rakotovelomanantsoa ; du Secrétariat d’Etat chargé de la Gendarmerie de Richard Ravalomanana. 

  • 21 février à 10:00 | purgatoire (#11152)

    Et le pire est à venir avec l’illusionniste et le CVO ……
    « 1,9 milliard de MGA. Les gestionnaires de certains fonds se sont abusés, selon la Cour des Comptes, à payer en cash les dépenses effectuées. Ce qui est un sacrilège en matière de compte public car « depuis le 1er janvier 2017, les dépenses des organismes publics (Etat, collectivités décentralisées, établissements publics nationaux et locaux) au profit d’un contractant, notamment un prestataire et un fournisseur, personne physique ou morale, doivent être payées par virement au profit du compte du bénéficiaire ouvert au niveau d’un établissement bancaire ou financier », a rappelé la Cour. Pourtant, selon toujours les juges, pendant la gestion des fonds Covid-19 en 2020, le paiement en espèce a pris de l’ampleur et est devenu une tendance de pratique courante, car pour seulement 56 opérations de dépenses, le montant en cash a atteint les 1,9 milliard de MGA. Et l’opération peut présenter un risque de détournement, suspecte la Cour. 
    2 millions de MGA. Des dépenses ont été également effectuées sans aucune base juridique, a affirmé la Cour des Comptes. Celles-ci concernent les indemnités et primes de risque payées en 2020 au profit des membres de la Brigade d’Intervention Spéciale, du personnel médical, des investigateurs du Village Voara, des personnes déclarées « faux positifs » ainsi que des parlementaires de l’Assemblée nationale, selon toujours les juges de la Cour des Comptes. « Une simple note de la Direction des Etudes Juridiques de la Présidence de la République a fixé le taux alloué ainsi que les différents bénéficiaires » de ces avantages, affirme la Cour. Les députés, qui sont déjà grassement payés, ont donc gagné 2 millions de MGA chacun pour avoir participé à la distribution de “vatsy tsinjo” durant la première vague de la pandémie. 
    973 millions de MGA. Une enveloppe de 100 millions de MGA a été aussi débloquée, selon la Cour des Comptes, pour les jokers de cyclo-pousse à Toamasina, dans le cadre de « l’action sociale ». Le magasin « HaryHary » a encaissé le montant mais aucun document n’atteste, selon les juges, que la somme virée est bien reçue par les jokers de cyclo-pousse. 450 millions d’ariary ont aussi été décaissés sous forme « d’aides sociales » pour les ménages et payés par la régie instituée au niveau du BNGRC au profit de Mvola. Mais les dépenses ne sont pas justifiées conformément aux dispositions légales, selon la Cour. Les pièces présentées sont insuffisantes, affirment les juges, car « elles ne permettent pas de s’assurer que les foyers et épiceries bénéficiaires ont bien reçu les aides prévues ». D’autres dépenses à hauteur de près de 973 millions de MGA ne sont pas justifiées non plus. Car il s’agit notamment, et théoriquement, du paiement des primes de risques du personnel médical dans plusieurs formations sanitaires. Mais la Cour des Comptes déplore l’absence des « états émargés de tous les bénéficiaires » de ces dépenses. « Le risque de détournement est élevé », ont affirmé les juges. 

  • 21 février à 10:02 | purgatoire (#11152)

    A mon avis certains de la cour des comptes va bientôt se retrouver en prison pour destabilisation de l’état …
    « BIANCO – PAC. La Cour des Comptes a rendu ce mercredi 17 février 2022, le rapport d’audit sur la gestion des fonds liés à la lutte contre la pandémie de Covid-19 durant l’exercice 2020. Le document qui soulève certaines irrégularités dans la gestion des fonds de la pandémie durant la première vague du coronavirus est mis à disposition du public par le ministère de la Justice. Certaines dispositions légales sont foulées aux pieds dans le cadre de la gestion de ces deniers publics, a affirmé cette juridiction. Les organes de répression en matière de corruption, notamment le Bureau Anti-Corruption (BIANCO) et le Pôle Anti-Corruption (PAC) sont attendus pour mener leurs investigations et juger les différents responsables mouillés dans ces opérations irrégulières dénoncées par la Cour des Comptes. Il y a matière à saisir ces organes avec les faits et les responsabilités qui sont déjà, en partie qualifiés par la Cour. 
    Rija R. 

  • 21 février à 10:06 | arsonist (#10169)

    Demain mardi dans l’après-midi le cyclone Emnati est prévu toucher la côte Sud-Est de Mada.

    A propos des aides aux sinistrés,
    deux ou trois potentiels bienfaiteurs m’ont demandé comment faire pour envoyer des aides aux sinistrés à Mada.
    Après quelques hésitations, je leur ai répondu grosso modo ceci.

    Ah ! Mes potes ! Je ne garantis rien ! Surtout au sujet des aides que vous enverrez !
    Arriveront-elles sûrement aux sinistrés qui en ont vraiment grand besoin ???
    Désolé d’avoir dû vous avouer ça !
    Mais, tels que je vous connais, cela ne vous aura quand même pas empêchés de prendre le risque et de tenter de donner libre cours à votre générosité.
    Pour moi perso, ce n’est pas facile à dire , mais je vous avoue quand même : c’est à cause de ce que vous êtes pour de vrai que je vous aime ! [Ouf ! voilà ! je l’ai dit ! ouf !]
    Merci d’avance pour les sinistrés Gasy !

    • 21 février à 10:07 | arsonist (#10169) répond à arsonist

      Si vous confiez les aides que vous envoyez aux gens de pouvoir malgache [qu’ils soient politiciens ou adminstratifs] les risques que les vrais et authentiques sinistrés ne verront guère la couleur de vos dons sont énormes. Mais si vous aimez prendre ces risques, vous êtes libres.

      A votre place, je confierai mes dons aux missions chrétiennes qui ont déjà plus ou moins fait leur preuve.
      Alors je vous indique des pistes qui pourraient vous aider.
      Je ne garantis rien, mais je pense que les risques de perdre vos dons sont quand même amoindris.

      Attention ! Si vous faîtes confiance à Pedro [oui ! celui-là même qui court après un Nobel et qui est un complice du DJ bac-3 Rajoelina], vous êtes libres de le faire. Mais ce n’est surtout pas moi qui vous l’ai conseillé.

      (i) L’ancienne mission protestante LMS [London Missionary Society] n’existe plus. Elle a rejoint la fédération des églises protestantes de Mada [FFPM]. J’espère que ceux de l’ancienne LMS dans l’actuelle FFPM s’occupent toujours de leurs orphelinats : l’un en ville haute de Tana, dans les environs du Rova ; l’autre à Tangaina-Ampitatafika Tana. Ils ont été aussi les fondateurs du temple protestant "Jesosy Kristy Voahombo" , dans les bas quartiers de Tana à Andavamamba.

      (ii) L’église luthérienne est présente surtout dans notre Grand Sud, du côté de Taolagnaro [Fort-Dauphin] et ses environs. Surtout dans des zones frappées par le kere. Antsirabe est le fief des luthériens. C’est eux qui ont découvert les eaux thermales d’Antsirabe et sont les bâtisseurs de cette ville. Leur temple historique à Tana, la capitale, est celui d’Ambatovinaky. [Attention ! je n’ai pas dit Ambatonakanga].

      (iii) Chez les catho, les Assomptionistes sont présents dans notre Grand Sud, du côté de Toliara et d’Androka. Ils sont présents dans des régions rudement frappées par le kere.

      (iv) Toujours chez les catho, il y a aussi les monastères des bénédictines [Attention ! je n’ai pas dit "bénédictins", j’ai bien précisé "bénédictines"]. Leur maison mère locale est sise à Ambositra. Mais elles ont un autre monastère à Mananjary côte Sud-Est [rudement frappée par Batsiraï] , et encore un autre monastère à Joffre-ville [dans le Nord, proche d’Antsiranana (Diégo-Suarez), une région frappée par la dépression tropicale Dumaco].

      Si quelqu’un d’autre vous indique d’autres pistes, vous êtes libres !
      Je n’ai fait que vous dévoiler mon opinion perso sur les aides que les potes veulent envoyer à Mada !

    • 21 février à 10:09 | arsonist (#10169) répond à arsonist

      Et une suggestion du camarade Rainigory aussi.

      >> 20 février à 23:13 | Rainingory (#11012) répond à arsonist ^
      >> il y a aussi le PAM et les 2 organisations auxquelles l’USAID confie ses dons

    • 21 février à 11:12 | Isandra (#7070) répond à kartell

    • 21 février à 11:49 | Isandra (#7070) répond à kartell

      Un extrait

      "Ciblage déficient", "risques de fraude", "effets d’aubaine’....la Cour des comptes déplore le manque de contrôle des mesures du "quoi qu’il en coûte" dans son volumineux rapport annuel dévoilé ce mercredi. Les magistrats appellent l’administration fiscale à mettre en place des opérations de contrôle à postériori sur les aides versées aux entreprises depuis le printemps 2020."

      Ici, c’est la France !

      https://www.latribune.fr/economie/france/la-cour-des-comptes-pointe-les-failles-du-quoi-qu-il-en-coute-mene-par-emmanuel-macron-904039.html

    • 21 février à 12:26 | Jacques (#434) répond à kartell

      Bonjour Kartell,

      C’était prévisible, les andafy l’avaient déjà dénoncée.

      https://www.youtube.com/watch?v=ZzYhDXd-vp4

      Reste à savoir, dans les jours ou semaines à venir, si les gestionnaires de cette Cour des comptes n’allaient pas être attaqués, décriés par Imbiky...ah non j’ai oublié que celui-là s’est fait débarqué de la Justice. Je voulais dire qu’il ne serait pas surprenant de voir ces gestionnaires subir les affres judiciaires du pays.

    • 21 février à 12:37 | Stomato (#3476) répond à kartell

      Le 21 février à 11:12 | Isandra (#7070) répondait à kartell ^

      >>Kartell,
      Personne n’est épargné :<<

      Il était inévitable que des entrepreneurs, habituellement tondus par le fisc français et les décisions politiques, tentent de détourner des mesures peu réfléchies et prises dans l’urgence.

      >>Un extrait
      "Ciblage déficient", "risques de fraude", "effets d’aubaine’....la Cour des comptes déplore le manque de contrôle des mesures du "quoi qu’il en coûte" dans son volumineux rapport annuel dévoilé ce mercredi. Les magistrats appellent l’administration fiscale à mettre en place des opérations de contrôle à postériori sur les aides versées aux entreprises depuis le printemps 2020."<<

      Encore une fois le "quoique il en coute" a été prise dans l’urgence. Le principal objectif était que des entreprises ne crèvent pas la bouche ouverte par manque de trésorerie. Les mesures de contrôle nécessaires n’ont pas été mises en place au moment. Elles le sont maintenant.
      L’objectif est atteint, les entreprises redémarrent malgré un manque de personnel ! La croissance est là aussi. Et les impôts aussi ! Il faut bien avoir de l’argent pour soutenir ces pauvres pays d’Afrique ex-francophone qui se complaisent dans leur fange de détournements non avoués et non combattus...

      >>Ici, c’est la France !<<

      Ce serait super si Madagascar et les malagasy pouvaient bénéficier d’une partie seulement de ce dont bénéficient les Réunionnais et les Mahorais.
      Mais certains comme les (#7070) ne savent que répéter bêtement ce qu’ils lisent sur internet sans en comprendre la signification. Et ils ne comprendront pas non plus demain...

    • 21 février à 12:45 | Jacques (#434) répond à kartell

      21 février à 11:12 | Isandra (#7070) répond à kartell

      En gros la cour des comptes dénonce une faute grave du bouffi et de ses complices. L’enivrée, comme à son habitude de défendre l’indéfendable, nous sert une recette venue d’ailleurs parce que à court d’arguments. Ainsi fait-elle un parallèle avec celle de la Cour des comptes françaises sur le "quoi qu’il en coûte" conduit par Macron.

      Quelle caboche !

    • 21 février à 14:07 | Isandra (#7070) répond à kartell

      Jacques,

      N’allez pas vite en besogne. Qu’il soit claire, la constatation des anomalies et des vices de procédures n’affirme aucunement que le détournement des fonds existe.

      Bon, com d’hab, vous supposez que, parce qu’un ministre a démissionné, forcément, il est coupable, parce qu’il y a des anomalies, forcément, il y a de détournement.

      J’applique la même méthode : Ravalo a déposé sa démission en 2009, donc, il est coupable de ce qu’on lui avait accusé à cette époque, notamment, la spoliation de nos richesses, les transferts d’argent publics(devises) non justifiés, l’expropriation des terrains des paysans pour ses intérêts, la tuerie de 07 Fev, etc.

    • 22 février à 02:05 | kunto (#7668) répond à kartell

      Isandra !

      Arrête de comparé la France à Madagascar ... Eux sont en 2022 et nous en 1870 " peut être " ( malheureusement ) .

      La France lutte contre le virus avec des vaccins nous avec des GROS 4 X 4 Toyota 😪😪😪

  • 21 février à 11:25 | Isandra (#7070)

    Ce n’est pas parce que cette situation amuse les autorités qu’elles ont décidée de garder cette fermeture, mais, elles en ont leur raisons, leur justification. L’une de cette raison, la prudence,...!

    On comprend ces opérateurs, dont, nous faisons partie, d’autant plus, nous n’avons pas la possibilité comme certain pays, qui peut s’endetter comme il veut pour financer leur quoiqu’il en coute. Toutefois, ils devraient prendre des enseignements ce qui s’est passé auparavant, l’ouverture précoce et précipitée a entrainé la fermeture longue durée, et l’arrêt total de leurs activités.

    • 21 février à 11:40 | MALIBUC (#9345) répond à Isandra

      Isandra pleine de betsabetsa,
      Dommage tu ne pourras plus prendre un vol Paris/Nosy Bé car tu es bien en France n’est-ce pas ?
      Rassures toi ce n’est pas imaginaire c’est la vérité, tu critiques les Andafy mais tu vis aux crochets des Frantsay !

    • 21 février à 11:46 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Malibuc,

      C’est raté, c’est encore imaginaire !

      Bien sur, parce que Paris/Nosy be(direct)n’a jamais existé.

    • 21 février à 12:21 | MALIBUC (#9345) répond à Isandra

      Isandra vieille pu.te de fo.za,
      C’est imaginaire Paris/Nosy Bé via Nairobi avec Kenya Airways.....
      C’est toi qui es vraiment un nuage, une vision, même invisible dommage que cela ne soit pas pareille pour tes conneries à longueur de journée ;
      En attendant continue de sucer ton DJ BAC-7 c’est bientôt fini, plus de jus....
      Aller une dernière : DONNE L’ARZENT VAZAHA

    • 21 février à 12:45 | Stomato (#3476) répond à Isandra

      >>On comprend ces opérateurs, dont, nous faisons partie, d’autant plus, nous n’avons pas la possibilité comme certain pays, qui peut s’endetter comme il veut pour financer leur quoiqu’il en coute. Toutefois, ils devraient prendre des enseignements ce qui s’est passé auparavant, l’ouverture précoce et précipitée a entrainé la fermeture longue durée, et l’arrêt total de leurs activités.<<

      Oui, Madagascar n’a pas pu prendre les décisions qui ont été prises par la France et qui fait que vous ne comprenez pas du tout les rapports de la cour des comptes française.
      Savez vous pourquoi le pays que vous jalousez a pu emprunter de quoi payer le quoiqu’il en coute ?
      Ne serait-ce pas parce que ce pays a une administration qui fonctionne autrement que par des dessous de table multiniveau comme à Madagougou ?
      Et parce que le niveau de richesse des français est supérieur au montant des dettes extérieures...
      C’est un autre point que vous ne pouvez pas comprendre. Mais il vous conforte dans votre orgueil national incompréhensible. Continuez vous êtes sur la bonne voie descendante.

    • 21 février à 14:21 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Stomato,

      J’avoue que l’administration française est dix fois modernisée et organisée que l’administration Malagasy, parce que les moyens utilisés et l’expérience de fonctionnaires ne sont pas les mêmes.

      Notre administration se débrouille avec les moyens du bord.

      Question de dettes : Supérieurs aux richesses :

      "À la fin du troisième trimestre 2021, la dette publique au sens de Maastricht s’établit à 2 834,3 Md€, soit 116,3 % du PIB (114,8 % à la fin du trimestre précédent). Elle augmente de 72,4 Md€, plus fortement qu’au deuxième trimestre (+23,7 Md€)."

    • 21 février à 16:48 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Malibuc,

      Hihihi ! Vous avez raison, c’est une omission de ma part, Paris-Nosy be, via Tana, existe aussi .

    • 21 février à 16:48 | Stomato (#3476) répond à Isandra

      >>Question de dettes : Supérieurs aux richesses :
      "À la fin du troisième trimestre 2021, la dette publique au sens de Maastricht s’établit à 2 834,3 Md€, soit 116,3 % du PIB (114,8 % à la fin du trimestre précédent). Elle augmente de 72,4 Md€, plus fortement qu’au deuxième trimestre (+23,7 Md€)."<<

      J’avais écrit : Et parce que le niveau de richesse des français est supérieur au montant des dettes extérieures...
      Je parlais bien de la richesse des français, pas celle de la France.
      Vous ne saurez jamais faire la différence.
      J’arrête car vous êtes indécrottable.

  • 21 février à 11:32 | Yet another Rabe (#4812)

    Bonjour à tous,

    Nosy Be, sans oublier Sainte Marie, est une destinations phare du Pays en matière de tourisme international.

    Et si les compagnies aériennes étrangères abandonnent la destination Nosy Be, ce sera assurément la mort économique de cette île, et aussi une perte importante des rentrées en devises.

    Ce gouvernement madagougouesque montre de manière évidente 2 choses :

    - qu’il n’ a jamais compris que c’est toujours le Secteur Privé qui travaille, crée de la richesse, paye des impôts.

    En contrepartie de quoi, la raison d’être d’un gouvernement est de travailler pour créer les conditions matérielles et légales pour que le Privé puisse prospérer par son travail

    - que la vie et destinée de sa population ne lui est d’aucune importance, du moment que l’argent qui circule pour la vie de la population n’ a pas aussi pour partie un embranchement direct vers la poche du gouvernant.

    Cordialement

    • 21 février à 11:40 | Isandra (#7070) répond à Yet another Rabe

      YAR,

      Que présomption ! Les andafy, dont la plupart ne sont qu’employés, sont bien placés pour savoir les problèmes des entreprises privées et leur rôles dans l’économie que Rajoelina, chef d’entreprises sur place.

    • 21 février à 11:41 | Isandra (#7070) répond à Yet another Rabe

      Quelle présomption !

    • 21 février à 12:20 | Yet another Rabe (#4812) répond à Yet another Rabe

      Isandra,

      DJ Lapin Crétin, un chef d’ entreprise efficient ?

      Je ne sais pas qui a dirigé de manière e͟f͟f͟e͟c͟t͟i͟v͟e͟ son entreprise, mais pour quelqu’ un qui ne sait faire ni une simple addition ou multiplication, vous me faites rire.🦞💩🥳🤡🤣

      Sans sa belle famille, cet Andry Rajoelina ne serait qu’ un DJ sans avenir, une 💩, et comme en toute chose DJ Lapin Crétin n’est qu’ une marionnette qui est mise en avant plan, un crétin qui sert de paravent à d’autres malandrins plus malins et roublards que lui.

      Quand viendra le moment de payer pour toutes les conneries de tout ceux qui gravitent autour de DJ Lapin Crétin, c’est ce dernier qui va le plus morfler car le plus exposé, et celà arrivera assurément.

      Quand bien même, DJ Lapin Crétin serait conscient d’être une marionnette de son entourage, il ne peut plus se défendre et se défaire de ce dernier en étant tenu par les couilles à cause de toutes les compromissions partagées.

    • 21 février à 13:00 | Stomato (#3476) répond à Yet another Rabe

      Le 21 février à 11:40 | Isandra (#7070) répondait à Yet another Rabe ^

      >>Que présomption ! Les andafy, dont la plupart ne sont qu’employés, sont bien placés pour savoir les problèmes des entreprises privées et leur rôles dans l’économie que Rajoelina, chef d’entreprises sur place.<<

      De très nombreuses personnes que vous désignez de façon indigne d’ANDAFY sont pour certaines employées dans des entreprises en France.
      Il en est même plusieurs qui ont créé leur entreprise brillante. A tel point que l’on peu se demander pourquoi ils ne l’ont pas faite à Madagascar !
      Il y a même des personnes qui ont un humble métier d’assistante maternelle, aide soignant, chauffeurs livreurs, métiers honorables qui ne peuvent être pratiqués à Madagougou pour cause d’esclavage moderne et d’absence de protection sociale.
      A lire votre prose on comprend aisément pourquoi. Avec des gens comme vous être à la tête d’une entreprise florissante à Madagascar c’est l’assurance de se retrouver en prison pour délit de lèse majesté.
      Ah bon, Rajoelina est chef d’entreprise ? Je croyais qu’il était président de la république...
      Le principal rôle d’un chef d’entreprise est de tout faire pour assurer la pérennité de son entreprise.
      Depuis 2009 l’entreprise de Rajoelina ne fait que péricliter mais les (#7070) expliquent que la faute est due aux FMI, à la BM, à l’UE, à la sécheresse, aux feu de brousse, aux cyclones et maintenant la Covid qui sauve la face des politichiens...

  • 21 février à 11:59 | purgatoire (#11152)

    Hi hi hi ISANDRA
    Madagascar n’a pas abandonné l’idée de faire reconnaître le produit malgache Covid Organics (CVO) à l’international. Il s’agit d’un produit que les chercheurs malgaches ont mis au point pour lutter contre la pandémie de Covid-19. Avant de lancer ledit produit au pays, le régime en place avait même publié la vidéo de la prophétie de la Brésilienne Johanna sur la chaîne nationale pour mieux faire passer le produit et fructifier son business. Hélas, le CVO n’a pas connu le succès escompté, vu que même les Malgaches n’en veulent pas. Il faut noter que les dirigeants en place ont même négligé la vaccination pour que les Malgaches se tournent vers le CVO. Malgré cela, il n’a pas beaucoup intéressé les citoyens malgaches qui ont préféré se tourner vers des solutions plus traditionnelles comme l’inhalation de plantes médicinales (kininipotsy, ravintsara…). A l’heure actuelle, les dirigeants sont en quête désespérée de reconnaissance auprès de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) dans le but de mieux faire passer le CVO. En effet, une délégation de l’OMS s’est déplacée à Madagascar depuis peu pour discuter de la suite des essais cliniques sur le Covid organics. Seulement, reconnu ou pas par cette organisation, cela ne va pas changer grand-chose vu que son efficacité reste encore à prouver. C’est pourquoi même les nationaux n’en veulent pas. Il faut rappeler qu’on a dû brader le prix du CVO en bouteille de 33 cl à 500 ariary contre 1 500 ariary son prix initial. Même avec un prix au rabais, les citoyens n’en voulaient pas, au point que les revendeurs ont dû jeter leurs stocks et l’Institut malgache de recherches appliquées (IMRA) a dû en arrêter la production. Comme la décoction n’a pas intéressé grand-monde, on a mis au point une version gélule dénommée CVO+ qui n’a pas connu plus de succès.
    Jean Riana

  • 21 février à 12:09 | kartell (#8302)

    La moisson espérée en allant, dare dare, à Bruxelles est bien maigre, voir insignifiante compte-tenu du contexte alléchant du pactole miroité par une Union européenne généreuse, mais, qui, visiblement, compte prendre un peu de recul avant de décider d’une quelconque redistribution de ses aides …
    Son Excellence, lui, n’a pas lésiné sur une communication, du feu de Dieu, en jouant sur une image d’un président d’avenir en se mettant en scène dans une visite plus proche d’un tourisme industriel que d’une réelle prise de contact entre gens d’un même monde …
    L’important étant de participer et surtout d’être vu, comme celui qui pourrait changer le destin du pays tout en sauvegardant les vieilles habitudes du passé, dans une stratégie gauloise du « en même temps « !…
    La cerise sur le gâteau étant cette évaluation, sortie de nulle part, de ce petit milliard d’euros pour revisiter un plan vert qui a cette occasion est devenu orangé !...
    Mais en dehors de ce coup d’épée dans l’eau, la récolte fut d’une maigreur totale dans une réflexion inévitable du « tout ça pour ça « !…
    Mais visiblement, ce déplacement alors que le pays est au plus mal était une nécessité, semble-t-il, absolue pour un président englué dans un contexte des plus délétères
    où sa cour est en train de s’étriper pour de sombres questions d’égos et de pouvoirs de chapelle…
    Il faut être clair, le nerf de la guerre manque cruellement, le vola est passé du stade obsessionnel à celui d’addiction profonde où il ne se passe pas une journée sans que l’on apprenne que tels salariés ne sont pas payés depuis six mois !…
    D’autant que l’image récurrente du pays insolvable ne permet pas ou très peu d’oser des emprunts sur le marché international, très frileux, à l’égard des mauvais élèves ..
    Dans ce contexte d’impasse, économique, la seule échappatoire possible est constituée par ces aides providentielles qui permettent une comptabilité très relative de leurs utilisations et surtout un éphémère moment, tant attendu, de pouvoir flamber avec les résultats que l’on a gardés en mémoire avec ceux de l’OMS !..
    Bref, le retour de Bruxelles se fera avec une certaine gueule de bois en devant se replonger dans une réalité, endémique, très éloignée, du feu des lumières d’une Europe qui fait rêver, sans pour autant, pouvoir être copiée/ collée ….
    D’autant que le climat politique se tend de plus en plus entre courtisans, aux ayants-droits à géométrie très variables, créant des polémiques passées de la coulisse sur la place publique sous un climat social dégradé où la misère et l’insécurité se sont invitées en hôtes permanents d’un quotidien où l’individualisme est devenu indispensable pour survivre dans un état à vau-l’eau, au sens propre, comme au sens figuré !..

    • 21 février à 13:21 | Marco_Santino (#11253) répond à kartell

      Retour de Bruxelles ? Le gars a passé une journée à Bruxelles avant de filer à Paris comme à son habitude. Ce type est un escroc et y’a vraiment des gens qui croient en lui ? Ça me dépasse !

    • 21 février à 13:40 | Isandra (#7070) répond à kartell

      Maigres ?

      RÉSUMÉ DU SOMMET UE-UA Qui s’est tenu à bruxelles.

      Principaux résultats
      Les chefs d’État ou de gouvernement des États membres de l’Union africaine (UA) et de l’Union européenne (UE) se sont réunis à l’occasion du sixième sommet Union européenne ‑ Union africaine, qui s’est tenu à Bruxelles les 17 et 18 février 2022.
      La réunion était coprésidée par le président du Conseil européen, Charles Michel, et par le président du Sénégal et président de l’UA, Macky Sall.
      Les dirigeants européens et africains se sont mis d’accord sur une vision commune pour 2030 :
      🔺Paquets d’investissement Afrique-Europe 1️⃣5️⃣0️⃣ milliards d’euros.
      🔺4️⃣5️⃣0️⃣ Millions de doses de vaccins vers l’Afrique de l’Europe d’ici mi- 2022.
      🔺Renforcer la coopération en matière de Paix et de Sécurité.
      🔺Renforcement des partenariats en matière de migration et de mobilité.
      L’objectif du partenariat Afrique - Europe et de créer un espace de solidarité,de sécurité,de paix et de prospérité durable."

    • 21 février à 15:06 | purgatoire (#11152) répond à kartell

      Isandra il a bien fait d’emmener son épouse avec lui il y a pas de petites économies

    • 21 février à 15:26 | kartell (#8302) répond à kartell

      Dans l’expression maigre, elle s’adresse à son Excellence qui a préféré tailler la zone plutôt que de rester ( comme, n’importe quel autre chef d’état !)aux côtés d’une population fragilisée et secourue, à géométrie variable !..
      Mais, il est vrai que le but de son périple n’était pas Bruxelles mais Paris où l’absence remarquée de toute mise en scène médiatique en dit long sur cette escale visiblement très, très privée !..
      Quand à ces 150 milliards qui font briller les yeux d’une cour essoufflée, ils ne sont que l’intention unilatérale d’une Europe soucieuse de ne plus assister impuissante à un déferlement d’une immigration africaine et d’un continent devenant une base arrière des islamistes..
      Le FMI souhaite pour sa part que ce montant se porte à 300 milliards mais le flou entretenu sur les objectifs précis d’état à état (54 au total !)demande encore des délais pour que les ronds de cuir de Bruxelles se hâtent lentement à éclaircir la hotte du père Noël européen !..
      Se réjouir, bien sûr mais demain sera un autre jour comme d’ailleurs pour son Excellence qui cherche partenaires particuliers pour un clés en main intégral !..
      C’est pas dans la poche !..

    • 21 février à 17:01 | Stomato (#3476) répond à kartell

      Le 21 février à 13:40 | Isandra (#7070) répondait à kartell
      >>Principaux résultats
      Les dirigeants européens et africains se sont mis d’accord sur une vision commune pour 2030 :
      🔺Paquets d’investissement Afrique-Europe 150milliards d’euros.
      🔺450 Millions de doses de vaccins vers l’Afrique de l’Europe d’ici mi- 2022.
      🔺Renforcer la coopération en matière de Paix et de Sécurité.
      🔺Renforcement des partenariats en matière de migration et de mobilité.
      L’objectif du partenariat Afrique - Europe et de créer un espace de solidarité, de sécurité, de paix et de prospérité durable."<<

      Première remarque, le Mali s’inscrit directement dans ce schéma de solidarité !

      Remarques sur votre dithyrambe concernant l’exploit bruxellois de votre adoré :
      Superficie du continent africain 30,37 millions km²
      Population : 1216 millions (2016)
      Superficie de Madagascar 0,587 041 millions km²
      Population : 27,69 millions (2020)
      Vous qui aimez tant les chiffres, calculez la quotepart de Madagascar dans ce résultat.
      Un tel déplacement valait-il la peine ?

    • 21 février à 17:41 | Yet another Rabe (#4812) répond à kartell

      Bonjour Stomato,

      Je crois que vous faites fausse route en présumant des capacités intellectuelles d’ Isandra, pour pouvoir faire un calcul des investissements qui reviendrait à Madagascar.

      Une estimation des investissements pour Madagascar en se basant, soit au pro rata de la population malgache par rapport à la population africaine totale, soit celui au pro rata de la superficie de Madagascar par rapport à celle du Continent Africain.

      D’autant que si Isandra utilise l’arithmétique tordue de son gourou en chef DJ Lapin Crétin où 13+6 = 18 ???? et 10 x 1000 = 100 000 ???, pour faire une simple règle de 3, Isandra vous donnera certainement des résultats farfelus et le mot est faible.

      Isandra est aussi crétine que le Crétinissime président actuel de Madagougou et il faut en tenir compte de ce fait en s’adressant à elle.

      Cordialement

  • 21 février à 12:40 | Turping (#1235)

    On ne peut pas résumer cette situation sur deux ou trois arguments fallacieux car plusieurs facteurs qui relèvent de la politique de l’incompétence nous expliquent l’insuffisance des services offerts par les deux compagnies aériennes pour tirer au maximum le profit.
    - Primo : depuis la crise sanitaire liée à la pandémie de la covid 19 ,les frontières sont restées fermées jusqu’au 06 Novembre 2021 ,date à laquelle la réouverture des frontières à l’international a été annoncée . Deux compagnies aériennes sont autorisées : l’AIR MAD (air maty ) et AIR France .
    - Conséquences ; avec la gabegie à gérer cette situation liée à la crise sanitaire alors qu’Elisabetta Gravellino, président du conseil d’administration de l’ORTNB essaie de jouer le rôle d’une vierge effarouchée ,c’est le paradoxe .
    - Suite à cette situation de restriction ,le nombre des vols qui desservent le territoire malagasy est beaucoup moins nombreux comparé à l’événementiel d’avant crise sanitaire où les vols AIR Kenya ,Ethipian airlines et autres étaient omniprésents .
    - On n’a pas besoin de démontrer la théorie Keynésienne sur l’offre et la demande quand il y a moins de concurrents il y a une flambée du tarif des billets d’avions ,car il y a plus de demandes que d’offres . Et la demande ne concerne que les gens qui ont les moyens de payer le billet d’avion AIR FRANCE à 3500 euros/personne pour un vol aller-retour (Paris CDG /Antananarivo ) alors qu’en temps normal ,ce prix ne dépasse pas les 1300 euros si on se prenait bien à l’avance au moins deux mois à l’avance avant la date prévue du départ ,bien sûr quand cette situation de crise sera plus ou moins résorbée comme avant la crise ??? .

    La principale crainte pour ces opérateurs reste l’abandon de la destination par les compagnies aériennes si la situation persiste.
    - L’abandon de la destination par les compagnies aériennes logiquement c’est compréhensible quand il manque d’avions qui desservent et les tarifs non attractifs n’attirent le monde .Et encore est-ce que Madagascar est -il un pays de destination prioritaire pour les touristes dans l’état actuel des choses où la situation qui prévaut est calamiteuse après les cyclones qui ont frappé successivement le pays ? et les ingérences sur les situations sécuritaires alors que les prix des billets d’avion et séjours flambent exponentiellement ? That’s the question !
    - Il ne faut pas s’attendre à la situation normale tant que cette situation de médiocratie perdure .

    • 21 février à 14:05 | Yet another Rabe (#4812) répond à Turping

      Bonjour Turping,

      Si on raisonne avec le contexte actuel, il est rationnel que les compagnies aériennes abandonnent peu à peu la destination Madagascar en général, Nosy Be en particulier (le Covid, les cyclones, privilèges excessifs attribués à la compagnie moribonde Air Mad et aussi à Air France ...).

      Le problème est qu’ à Madagascar, on n’ a presque jamais eu de vision anticipatrice sur la situation, et aussi le sens des priorités.

      On subit toujours les évènements sans jamais anticiper sur les problématiques réccurentes (périodes cycloniques), anticiper pour préparer l’avenir dans le cas des évènements imprévus comme le Covid.

      En restant dans la logique des besoins, Madagascar a besoin de devises, et donc la préservation d’ une source de devises comme Nosy Be est importante pour le Pays.

      En se mettant dans la peau du touriste étranger en mal d’ exotisme, il faut pouvoir lui proposer :

      - des billets d’ avions à prix compétitifs, donc plusieurs compagnies aériennes desservant la destination

      - des conditions d’ hébergement décentes

      - des considérations sécuritaires satisfaisantes

      - puis s’est greffé dessus la condition sanitaire incontournable du Covid

      Avant le Covid, pour Nosy Be les 3 premiers points ont été plutôt bien satisfaits, et dont un des plus importants pour le budget du touriste, le prix du billet.

      Le Covid étant arrivé, on aurait dû sécurisé l’esprit du touriste en imposant un schéma vaccinal complet à toute la population réelle de Nosy Be, quitte à faire une sorte d’ embargo sur la circulation des personnes et non des biens entre Nosy Be et la Grande Terre.

      Les moyens existaient puisque Madagascar a reçu plus de 800 millions d’ US$ aux fins de vaccination de sa population.

      "Imposer" la vaccination est un terme fort, mais il s’ agit aussi de faire comprendre à la population locale que c’est celà ou sa mort économique.

      S’ il y avait un bon taux de vaccination de la population de Nosy Be, celà aurait pu être un signal fort pour ouvrir localement chez elle la frontière, et permettre aux compagnies aériennes étrangères de proposer leurs services.

      Hélas, comme on dit, avec des si, on mettrait Paris dans une bouteille.

      Au lieu de celà, faute d’anticipation, on ferme la frontière à Nosy Be, et c’est la mort économique qui attend cette île qui ne vit que part et pour le tourisme, une source importante de devises qui va se tarir pour Madagascar.

      En comparaison, contrairement à Madagougou, La France a eu une gestion anticipatrice avec son "quoiqu’ il en coûte" de la situation et a su préparer le terrain post Covid.

      Le "quoiqu’ il en coûte" coûte effectivement très cher à la France pour la sauvegarde du Secteur Privé.

      L’Etat français essaie maintenant de se refaire une santé, mais sa préoccupation initiale la plus importante a été assez bien résolue :

      - le tissu économique du Pays est assez bien préservé et est en train de bien se relancer.

      Cordialement

  • 21 février à 12:46 | lé kopé (#10607)

    La grande majorité de nos compatriotes sont des ruraux(80 à90%), et vivent de l’agriculture (traditionnelle), et de l’élevage . Cet état de fait devrait encourager l’Etat pour développer le secteur primaire (agriculture , pêche , forêts , gisements...) , surtout que nous avons de vastes étendues de terres arables .L’investissement à outrance vers des moyens techniques plus audacieux , pourrait nous faciliter l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire , et la défense de nos côtes contre les bateaux usines des Etrangers (chinois), qui râclent le fond de nos mers , pourrait nous ouvrir les portes de l’Emergence tant souhaitée . De plus , l’un des plus grands fléaux depuis 2009 a été le pillage de nos gisements miniers (trafics). Ce n’est que dans une économie saine , avec une population éduquée , que l’on pourrait songer aux revenus touristiques .Mais comme toujours , on met la charrue avant les bœufs , et on se précipite dans le superficiel (Bling Bling), avant de s’occuper des priorités . Ceux qui sont plus instruits reviennent toujours au fameux pyramide de Maslow , où les besoins fondamentaux (manger , boire ,dormir ...) sont le socle d’une activité pérenne . Mais pour y arriver , il faut un minimum de bon sens , sans parler d’un objectif "plancher", un minimum d’Education . Quand on se base sur une société qui a pour stratégie, la spéculation abusive , et qui a perdu le goût de l’effort , du travail , et du devoir accompli pour la collectivité , on ne peut pas espérer une quelconque rédemption .Pour un tourisme prospère , pourvoyeur de devises , des mesures d’accompagnement doivent être impérativement adoptées . Salut les Copains .

    • 21 février à 16:32 | Yet another Rabe (#4812) répond à lé kopé

      Bonjour Le Kopé,

      Nampoina, un grand Roi, n’ a même pas fait MATernelle SUPérieure et ne connaissait rien de la pyramide de Maslow, mais son bon sens lui a fait dire : "Rehefa voky ny vahoaka, mandry ny Tany sy ny Fanjakana".

      Je gage aussi que, Philibert Tsiranana, un fils de bouvier devenu instituteur et Président de La République n’ a pas du connaître cette fameuse pyramide de Maslow.

      Mais bien que sous la coupe de La France, je crois que ce Président est le meilleur qu’ ait jamais connu le Pays, malgré sa désastreuse fin de règne.

      Pour lui, sa politique c’était celle du ventre (politikan’ ny Kibo) et celle de l’esprit pour tous les Malagasy, étant conscient d’être monté lui même au faîte du Pouvoir grâce à l’ascenseur social qu’est l’ Éducation.

      Cordialement

    • 21 février à 17:56 | Turping (#1235) répond à lé kopé

      Re YaR
      Tsiranana avec son slogan bien connu : "Tsakitsaky Zato arivo".
      - Oui ,il avait misé avant tout sur la politique du ventre ,politikan’ny kibo.Une vision submergée d’optimisme et de pragmatisme car le développement commence sur la politique se reposant sur l’agriculture , l’élevage, le développement des ressources halieutiques ,.....
      Protéger les côtes contre les pêches illicites.
      - Politique qui devrait être suivie par le feu Ratsimandrava sur le "fokonolona".
      Cordialement

  • 21 février à 13:27 | Isandra (#7070)

    A PROPOS DU PEM VERSION BANCABLE DE L’IEM :

    "Les émergencistes de tous bords remercient le lanceur d’alerte politique Mahery Lanto Manandafy d’avoir attiré l’attention de l’opinion publique sur un sujet d’une importance capitale. Le PEM. Néanmoins, bien analyser évite parfois de dire n’importe quoi. Par exemple, bien considérer quelles sont les missions dudit consultant évoqué. Il est question, début de citation : "de définir des référentiels en matière de suivi et d’évaluation des projets prioritaires du PEM et des projets présidentiels" en vue du "pilotage stratégique de la réalisation effective des transformations structurelles nécessaires pour placer le pays sur une trajectoire d’émergence économique" fin de citation. Et ainsi aller vers la mise en action d’un Delivery Unit.
    Pour qui désire mieux comprendre :
    1/ Tout a commencé par le plan stratégique Initiative Emergence Madagascar, dont la déclinaison officielle devait être en toute logique un Plan Emergence Madagascar. Au moment où cela était considéré avec enthousiasme par les Partenaires Techniques et Financiers, le Président de la Banque Mondiale en personne ayant même choisi Madagascar pour le premier voyage de son mandat en avril 2019. Ce passage qui a été, rappelons-le, l’occasion de féliciter le Président de la République fraîchement élu pour sa vision innovante inscrite dans le plan IEM, alors seul document stratégique détaillé disponible en avril 2019
    2/ Le 5 Mai 2019 a eu lieu la première étape de cette transformation de l’IEM en PEM, avec la consultation de tous les acteurs économiques au Carlton.
    Un atelier de trois jours afin de recueillir l’avis des PTF, de la communauté internationale, du secteur privé, de la société civile, des techniciens de haut niveau de chaque département ministériel. Aucune organisation n’a été oubliée pour ces journées d’appropriation qui ont permis de réajuster le plan IEM avant l’élaboration du PEM
    3/ Le Programme des Nations Unies pour le Développement ainsi que le Ministère de l’Économie et des Finances ont travaillé de concert, notamment sur la base de la vision long terme inscrite dans le plan stratégique IEM, pour ajuster l’IEM de manière à ce qu’il puisse être jugé bancable selon la palette de critères de la communauté des bailleurs de fonds en 2019 ; et sur une base solide, à la fois durable et viable au-delà d’un mandat, pour garantir la continuité et la stabilité économique de Madagascar
    4/ Cette étape validée, le PEM a été présenté au niveau de la Présidence de la République pour justifier son alignement aux 13 velirano présidentiels
    5/ Cette justification effectuée, le PEM a été transmis à la Primature pour recueillir les recommandations de l’ensemble des PTF. Le travail de synthèse et d’intégration des recommandations a été réalisé par les consultants de la Banque Mondiale
    6/ Le document issu de ces différentes étapes a ensuite été présenté au Président de la République pour une harmonisation finale avec les grands projets phares du Président de la République...

    • 21 février à 13:27 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      "7/ À la suite de quoi le gouvernement a fait appel aux services du cabinet Rotschild & Co en novembre 2021 pour, début de citation, "la détermination des stratégies financières et des recherches de partenaires et de financements pour Madagascar". Un recours aux services d’un conseiller financier qui "se pratique avec succès dans de nombreux pays", fin de citation. Plus spécifiquement dans des pays en voie d’émergence ou émergents
      8/ Pour en arriver à l’étape actuelle qui est la suite de l’appui institutionnel au Secrétariat Général de la Présidence de la République de Madagascar par le PNUD en vue de la mise en action de l’organe de pilotage stratégique du PEM. Contexte dans lequel doit intervenir le consultant pour, début de citation, "l’élaboration des cadres de mesures des résultats des projets retenus et suivis par la Delivery Unit". Fin de citation.
      L’élaboration d’un programme pays suit des étapes logiques et ne peut souffrir d’amateurisme, voire d’improvisations. Processus par ailleurs distinct de ce que des pays comme Madagascar ou le Sénégal ont connu par le passé. C’est-à-dire lorsque l’État n’avait qu’un rôle moindre voire inexistant quant à la proposition d’un programme économique souverain et viable en vue d’une croissance accélérée. D’une manière ou d’une autre, le sujet du PEM devra faire l’objet de plus amples explications dans un avenir proche. En dépit d’un retard compréhensible lié à la pandémie, il faut retenir que le gouvernement de Madagascar est engagé dans un processus laborieux et fournit des efforts en conséquence pour sortir un PEM bancable et crédible."

    • 21 février à 13:31 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Cette publication précédente est Publiée sur la page de Augustin A,

      N’oubliez pas ceci, MAP a été écrit et mis en place 6 ans seulement après l’accession au pouvoir de Ravalo, et que le Fisandratana 2030(mort né) a été écrit, après 5 ans de celle de Rajao,...

    • 21 février à 14:49 | Besorongola (#10635) répond à Isandra

      Isandra hihi hi
      Ou est la nouveauté tant vantée par Rajoelina en 2018 si vous vous référez toujours aux échecs de Ravalo et Rajao ? Est-ce que Rajoelina est condamné à échouer aussi comme ses prédécesseur ? La réponse c’est oui et c’est le pire président que Madagascar n’a jamais connu.
      Il est difficile de défendre l’indéfendable avouez le.
      REJOELINA MAVANDY ! La vérité sort de la bouche des enfants.
      https://fb.watch/bipaoBWLDE/

    • 21 février à 15:42 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Besorongola,

      Hihihi ! Ce genre de manière augmentera la crédibilité des détracteurs de Rajoelina,...!

      Une opposition faible et lany lainga.

    • 21 février à 15:48 | Besorongola (#10635) répond à Isandra

      Isandra.
      Mafy be ny asanareo hampandany an-dRajoelina amin’ny 2023. Raha manao forcing eo i Rajoelina dia guerre civile io.

      https://www.facebook.com/groups/829318293812788/permalink/4879196538824923/

    • 21 février à 16:24 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Besorongola,

      Quelle sera la situation laquelle se présentera devant les Malagasy en 2023 :

      Les réalisations de la plupart des ces projets phares seront presque finies, et que toutes les grandes routes nationales seront réhabilitées et bitumées, ainsi que les délestages seront une histoire ancienne,...

      En plus de ça, l’auto-suffisance alimentaire, Madagascar n’importera plus des riz,...avec un taux de croissance 10%, et une inflation de 4,5%.

      Vous pourrez me dire encore que Rajoelina sera difficile à vendre.

  • 21 février à 13:51 | vorona (#8254)

    La destination Nosy Be était une des seules opportunités de joindre une zone touristique du pays sans l’escale obligatoire à Tana ! Maintenant c’est vol CdG/Tana (3 vols AF + 1 vol AM par semaine) + Tsaradia !
    La décision de traîner les pieds pour donner l’autorisation à des compagnies aériennes qui desservaient déjà Nosy Be Facsène en direct depuis hors sol malgache (Air Austral, Ethiopian, ancien Alitalia etc...) ne cacherait elle pas une raison de "en attendant" Tsaradia renfloue un peu les caisses de feu Air Madagascar ? Pareil pour les destination Sainte Marie et Toliara ?
    Mais passer par Tana obligatoirement puis un second vol, ça risque de rebuter pas mal de touristes pour qui déjà le prix des vols Europe/Mada est au kilomètre un des plus cher au monde !

  • 21 février à 14:25 | Besorongola (#10635)

    MADCO ET KAPISIKY !
    https://m.facebook.com/photo.php?fbid=3150958745172103&id=100007740241624&set=gm.1425630917891685&source=48
    14 gony sy 12 gony largement loin de satisfaire les communes de Manakara. Et pourtant les gens ont faim et font pression sur les les autorités locales pour la distribution de ces vivres. Mais ces derniers refusent car s’ils le font, il y aura une boîte de Marco par personne et une cuillère à soupe d’huile.

    REJOELINA MAVANDY !
    https://fb.watch/bipaoBWLDE/

    • 21 février à 14:26 | Besorongola (#10635) répond à Besorongola

      MADCO ET KAPISILY

    • 21 février à 15:05 | Yet another Rabe (#4812) répond à Besorongola

      Bonjour Besorongola,

      Que les autorités locales de Manakara refusent de faire la distribution des vivres est très compréhensible, car donner une boîte de riz, contenance d’ une boîte Madco et une cuillère à soupe d’huile, c’est tout bonnement comme insulter le sinistré qui a tout perdu.

      Et si ces autorités locales faisaient la distribution, ce sera contre eux nommément que se retournera la colère de la population.

      C’est aux autorités gouvernementales et à SAR DJ Lapin Crétin, qui aime bien faire les jeux de rôle, de s’ en occuper elles mêmes.

      Cordialement

  • 21 février à 14:40 | Besorongola (#10635)

    TOTO EST ENCORE PRIS DANS SON BUSINESS DU CÔTÉ D’ILAKAKA.

  • 21 février à 15:36 | Yet another Rabe (#4812)

  • 21 février à 16:36 | Jacques (#434)

    Rien à voir avec le sujet du jour.

    YaR (#4812) nous a refilé hier le lien ci-après :

    https://www.actutana.com/tu-la-sens-cette-odeur-de-pourriture-au-pays/

    Dans cette réflexion du blogueur il y est évoqué une demande d’extradition de Fanirisoa (ex juge d’instruction malgache) émise par Imbiky le bedonnant qui représente l’État requérant Madagougou et transmise à l’État requis, la France. Vous autres intervenants ici au forum, je ne le sais mais j’ai relevé une pièce des plus futiles, insignifiantes. En effet comment peut-on demander l’extradition d’une personne qui n’a commis ni crimes ni délits et qui, de surcroît, n’a de peine prononcée à son encontre ?

    Il faut dire que Imbiky le bedonnant n’avait plus sa tête depuis son avènement à la tête de la Justice de Madagougou, sans doute beaucoup plus obnubilé par les "dossiers" ramenés par Raïssah et ainsi que par la pression faite par le bouffi sur celui celui des "émissaires" arrêtés aux Comores.

    Dame Fanirisoa bénéficiant d’un statut de réfugié politique en France, l’on comprend donc mieux si l’État français aurait conclu à une fin de non-recevoir du dossier.

    Quand bien même il est largement plus instruit que son chef le bouffi, Imbiky le bedonnant n’a pu éviter la contamination d’inculture de ce dernier.

    • 21 février à 23:46 | Rainingory (#11012) répond à Jacques

      Jacques bonsoir,

      C’est depuis toujours que le Imbiki a toujours été le canard 🦆 de Fanirisoa, exemple du dernier combat, c’est lors de l’élection à la présidence du SMM qu’elle a gagné devant devinez qui, lui, le looser !

  • 21 février à 16:44 | Besorongola (#10635)

    A BEAU MENTIR QUI VIENT DE LOIN !

    Vous allez voir que IDEDAKA va annoncer dès son retour de Bruxelles la réhabilitation des voies de chemin de fer malgaches
    Et pourtant il est clair que tout dépend de l’accord de la Banque mondiale.

    https://fb.watch/bjh6DT0H9K/

    • 21 février à 19:45 | kartell (#8302) répond à Besorongola

      Disons qu’il sera plus facile d’acheter du matériel ferroviaire, clés en main, que de rénover des lignes de chemins de fer qui prendra des mois et des mois, si tout allait au mieux !…
      L’obligation étant de remettre les voies à une largeur standard de 1, 435 m au lieu des 1,2 m actuel, me semble-t-il, ce qui nécessitera un travail de titan et un personnel compétent…

    • 21 février à 23:09 | bekily (#9403) répond à Besorongola

      qu’il aille faire une formation auprès des gouvernants tanzaniens .....avec leur super ligne ferroviaire (est/ouest africain) , construite avec l’aide des CHINOIS.

    • 21 février à 23:34 | Yet another Rabe (#4812) répond à Besorongola

      Re-,

      DJ Lapin Crétin s’essaie à une nouvelle posture pour épater la galerie madagougouesque, celle d’un géant, grand promoteur du rail pour le développement de Madagougou.

      Foza Suprême n’est même pas un géant aux pieds d’argile, c’est un nain aux pieds de coton, car il n’a, ni n’ aura les moyens de ses prétentions affichées, ni la volonté politique de ses ambitions supposées.

      Développer une politique ferroviaire nécessite,

      * d’une part, pour l’ État acheteur de la solution ferroviaire :

      - de s’ assurer d’ être capable de pouvoir mobiliser une quantité phénoménale d’argent dans le temps, par le biais de garanties et/ou garants financiers.

      - de s’être assuré de la crédibilité du vendeur de la solution, quant à ses compétences techniques et opérationnelles.

      * d’ autre part pour le vendeur de la solution :

      - d’être assuré de son financement sur la durée, notamment en vérifiant la "solidité" des garanties et/ou des garants de l’ acheteur.

      - et non des moindres, d’ avoir confiance en la continuité de la volonté politique de l’ État acheteur, au fil de l’eau

      * enfin pour l’ État acheteur et le vendeur, d’ avoir pour tous les 2 :

      - de beaucoup de temps pour définir un cahier de charges précis et détaillé, et d’une plannification détaillée pour la mise en œuvre du chantier.

      Ce dernier qui tout à la fois représente un travail de titan et de longue haleine.

      Cordialement

  • 21 février à 17:48 | Besorongola (#10635)

    21 février à 16:24 | Isandra (#7070) répond à Isandra ^

    Besorongola,

    Quelle sera la situation laquelle se présentera devant les Malagasy en 2023 :

    Les réalisations de la plupart des ces projets phares seront presque finies, et que toutes les grandes routes nationales seront réhabilitées et bitumées, ainsi que les délestages seront une histoire ancienne,...

    En plus de ça, l’auto-suffisance alimentaire, Madagascar n’importera plus des riz,...avec un taux de croissance sera de 10%, et une inflation de 4,5%.

    Vous pourrez me dire encore que Rajoelina sera difficile à vendre.

    — 
    Hihi hi
    Aucun changement dans les répliques, toujours les verbes au futur.
    En 2023 il aura autosuffisance alimentaire à Madagascar.
    Taux de croissance 10 et 4,5 d’inflation.
    Il y aura plus de délestage.

    Tous les projets phares seront réalisés...

    Regardez bien les promesses irréalisables de Rajoelina bien citées par ces enfants en 3 ans de pouvoir. Que peut-on espérer de lui sur les 1 an et demie qui lui reste car il sera obligé de démissionner au plus tard 60 jours avant les élections c’est à dire au mois d’août 2023.
    D’ici là l’opposition va intentifier les attaques basées sur les multiples promesses non réalisées de Rajoelina. Il va vivre exactement à partir d’avril 2023 ce qu’il a fait subir à Rajao.
    Rajoelina sera périmé et invendable.

    https://fb.watch/bipaoBWLDE/

    • 21 février à 18:21 | Isandra (#7070) répond à Besorongola

      Besorongola,

      Peut on comparer ces 3 ans aux deux ans qui restent ?

      Rappel : 3ans de son mandat sont entamés, mais, ça fait plus deux ans, que le méchant COVID est là, qui entraîne une année année, en tout, dues aux mesures sanitaires : le confinement, la fermeture de frontière, que nous et les plusieurs pays avons été obligés de prendre, même le sujet aujourd’hui, y est encore lié.

      De ce fait, il est purement de mauvaise foi, si vous ne tenez pas compte ces faits, dans votre analyse, voire critique.

      - Le gouvernement n’a pas pu travailler pleinement pendant ces 3 ans. J’avoue que la nature n’est pas tendre avec lui, comme plusieurs chefs d’Etat dans le monde, notamment, Trump et certains Présidents Africains qui en ont payés les frais.

      Si ce méchant COVID se calme, tous ces projets seront finies en 2023, après ces cyclones tous les travaux commenceront et reprendront en grande pompe et seront accélérés à la TGV.

      Imaginez une nouvelle ville, l’autoroute, des buildings, flyover, les RN goudronnées, la vie sans délestages, ni embouteillages, apprécier la ville de Tana dans le téléphérique,...etc

      PS : Ni Ravalo, NI Rajao n’a connu la même grande crise sanitaire mondiale, et pétrolière,...!

    • 21 février à 18:23 | Isandra (#7070) répond à Besorongola

      qui entraine une année blanche,...

    • 21 février à 19:39 | Besorongola (#10635) répond à Besorongola

      Imaginez une nouvelle ville, l’autoroute, des buildings, flyover, les RN goudronnées, la vie sans délestages, ni embouteillages, apprécier la ville de Tana dans le téléphérique,...etc
      Isandra.
      Vous êtes toujours dans L’IMAGINATION moi non. Exactement comme Rajoelina qui est tout le temps dans les rêves . Le FUTUR est votre spécialité mais sachez que L’ENJEU, comme en 2018, ce ne sera pas LES RÉALISATIONS sinon Rajao serait passé mais L’APPROVISIONNEMENT, L’AUTOSUFFISANCE ALIMENTAIRE ET LA SÉCURITÉ..
      Ce n’est pas le fait de faire venir des milliers de tonnes de riz de l’Inde ou d’huile chinoise qui permettrait d’atteindre ces objectifs mais de donner un peu plus de pouvoir d’achat aux citoyens. Inviter les citoyens à participer par exemple aux travaux d’infrastructure quitte à les payer ( et pourtant Pedro réussit à le faire à Akamasoa) . Les routes en pavé ont fait leur preuve depuis l’antiquité. Qu’attend Rajoelina pour faire appel aux gens d’aller dans les carrière casser les pierres en pavé et que l’Etat achète.!?!
      L’erreur de Rajoelina c’est de toujours penser que le développement consiste à imiter ce qui se fait dans les pays riches. Justement, il manque d’imagination pour mettre en valeur ce qui existe localement.
      Tous les projets de Rajoelina, même s’ils se réalisent, ne provoquent que des frustrations aux plus pauvres. Le téléphérique par exemple va émerveillé les sans dents mais ils vont être frustrés en même temps car ce projet ne leur rapporte rien. Moi une fois seulement que j’ai pris le téléphérique à Luxembourg qui est pourtant gratuit. Faut-il aux sans dents de voler à la tire pour amener leurs enfants prendre ce tramway ?

    • 22 février à 02:20 | kunto (#7668) répond à Besorongola

      Isandra !

      - Je ne demande pas bcp : Juste la fin des délestages JIRO / RANO et on se " débrouillera " ...

      - Un peu de propreté c’est trop demandé ????? faut attendre le 26 Juin ?????

  • 21 février à 18:39 | Isambilo (#4541)

    Les commerçants de Nosy Be n’ont donc pas compris qu’il y a eu une pandémie et que leur clientèle a peut-être trouvé mieux et plus sûr sur le plan sanitaire.
    Je trouve stupide de faire des milliers de kilomètres pour trouver du sable fin et des moustiques.

    • 21 février à 19:35 | kartell (#8302) répond à Isambilo

      @ Isambilo

      …..pour trouver du sable fin et des moustiques….
      Vous êtes bien réducteur dans vos propos !….

    • 21 février à 19:43 | Jipo (#4988) répond à Isambilo

      Bonsoir, oui faut vraiment etre con ...

    • 22 février à 02:15 | kunto (#7668) répond à Isambilo

      Isambilo et Jipo !

      Vos propos n’engage que vous , avez vous pensé à nos milliers de Frères / Soeurs qui vivent du Tourisme ici à Madagascar ????

  • 22 février à 02:09 | kunto (#7668)

    KUNTO ny Patriote Malagasy d’Antananarivo

    Ouvrez la Frontière Monsieur le Président , le Tourisme fait vivre des Millions de personnes ici à Madagasikara , Azafady Tompoko Monsieur le Président 🙏🙏🙏

    • 22 février à 02:11 | kunto (#7668) répond à kunto

      Les Touristes on TOUS les 3 doses de vaccins , le danger ne viendra pas d’eux ...

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS