Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 2 décembre 2021
Antananarivo | 04h55
 

Editorial

Neutraliser les Forces Armées, pour une transition apaisée

mercredi 10 mars 2010 | Patrick Rafolisy

Les Forces Armées (FA) sont indéniablement au centre de la crise qui ronge le pays depuis il y a plus d’un an, si l’on ne cite que leur passivité regrettable du Black Monday, la perméabilité de leurs barrages menant à Ambohitsorohitra le 7 février 2009, les successives violentes répressions… et la mutinerie du CAPSAT. Depuis des décennies, on ne doutait plus de l’engagement politique des FA ou du moins de son commandement, qualifiés autrefois de « mpitolona manao fanamiana » [1]. On ne peut pas effacer du tableau, pour être objectif, le ralliement d’Ambohitsorohitra en 2002 et le « Fampandriantany » [2] qui s’ensuivirent (principalement par les Zanadambo [3]).

Cela suggère fortement que si l’on ne trouve pas de solutions appropriées contre cette néfaste polarisation politique, il est illusoire d’espérer une vie politique sereine pour les temps à venir. Il faudra en toute priorité « neutraliser », en tous les sens du terme, la Grande Muette devenue trop bavarde et plutôt instrument de politique politicienne que garante de la sécurité du territoire, des biens et des personnes.

Situation de blocage

Les dernières interventions du GIC n’ont pas en apparence semblé conduire à décrisper la tension politique. Il nous faudra patienter encore pendant plusieurs semaines pour espérer une éventuelle solution. En attendant, la vie de la Nation continue avec toutes ces misères et ces incertitudes.

En toute évidence, cette situation de pourrissement si elle perdure est voulue par une minorité qui en bénéficie, du point de vue de rentes questionnables et de publicité politique déloyale. Elle est cependant extrêmement préjudiciable pour l’avenir de la Nation et n’importe quel citoyen sensé ne demande que de s’en sortir rapidement et sûrement. À ce titre, il est encourageant de voir de bonnes volontés, comme les organisations de la société civile et la communauté internationale, qui s’activent pour apporter leur contribution. Ces contributions ont toutes leurs mérites sauf qu’apparemment elles ignorent ou feignent d’ignorer les facteurs réels de blocage.

Une observation simple de la situation amène à constater que le blocage semble venir principalement de la Mouvance Rajoelina qui, à tort ou à raison (peu importe), veut unilatéralement diriger la transition. Pour pouvoir ainsi défier toutes les autres mouvances et la communauté internationale (et en particulier la SADC), sans une base démocratique évidente et avérée, elle se sent bien sûr assurée par une force et use de celle-ci pour ses manœuvres de maintien au pouvoir. Cette force provient visiblement des FA, et aussi dans une certaine mesure de la Justice [4], ou précisément par des « électrons libres » de celles-ci. Ainsi, tant que cette force reste politiquement active, elle constituera toujours une menace pour toute solution concertée à la crise et, en général, pour la stabilité politique future.

Nous étions tous témoins de ce que Monsieur Manandafy Rakotonirina et ses compagnons ont subi à l’hôtel Carlton en avril dernier et ceci ne constitue qu’un cas parmi tant d’autres où certains éléments des FA agissaient outrageusement pour le compte d’une tendance politique. Pareil cas risque de se produire à tout moment pour les adversaires politiques de la Mouvance Rajoelina ou de celle qui arrivera aussi à enrôler des éléments agissants. Même pendant une transition dite consensuelle, le risque n’est pas minime si l’on n’arrive pas au préalable à régler une bonne fois pour toutes l’activisme de certains éléments des FA. Cela aurait pour conséquence d’empêtrer le pays dans une spirale de violences.

Il faudra alors, en tout état de cause, faire en sorte que les FA (re)deviennent non partisanes pour espérer une vraie transition consensuelle, neutre et surtout capable de mettre en place une nouvelle gouvernance légitime et légale. En fait, il ne s’agira pas seulement de « désarmer » la dite Mouvance mais aussi de l’épargner d’un très probable retour de flamme, comme certains anciens dirigeants l’ont subi, et surtout pour notre pays d’éviter un nouveau chaos.

Des solutions existent certainement pour écarter ce risque, elles méritent toutes d’être considérées mais prenons en seulement quelques unes.

Des mesures radicales

L’on ne peut tout d’abord s’empêcher de penser à la solution concernant le GMP [5] en 1975. Elle a été utilisée pour neutraliser un corps armé de la police qui a été considéré comme la base agissante de la mutinerie dirigée par le Colonel Bréchard Rajaonarison et ensuite de l’attentat qui a couté la vie au Colonel Richard Ratsimandrava, alors nouveau Chef de l’Etat. Cette solution rapide était possible, favorisée semblait-il par le choc psychologique national dû à l’assassinat de chef de l’Etat, avec une cohésion sans faille et un leadership incontesté au sein des Forces Armées. Ces dernières avaient alors déployé toute une armada pour venir à bout des hommes d’Antanimora d’alors. Cette cohésion semble actuellement difficile à trouver au sein de nos FA. Point n’est besoin d’être dans les secrets des armes pour savoir que le moral de la troupe est actuellement au plus bas, profondément sapé par une suspicion générale de corruption. Une telle option resterait ainsi improbable et, le cas échéant, ne contribuerait pas à une résolution durable de la crise.

Une solution à l’africaine peut aussi être envisagée. Il s’agit de neutraliser physiquement les dirigeants des forces activistes, comme ce qui s’est passé tout récemment en Guinée où la situation s’est pour le moment décantée suite au hors jeu concerté du Capitaine Dadis Camara et de son ancien aide de camp. Très radicale et efficace, cette solution nous mènera cependant des dizaines années en arrière et anéantira les acquis des successives luttes populaires et de notre marche vers la tolérance politique.

Des menées démoralisatrices

Un autre scénario, qui en toute vraisemblance a déjà été utilisé ces derniers temps, serait de déstabiliser les unités militaires activistes en sapant par des moyens subversifs le semblant de cohésion et de loyauté qu’elles affichent.

On a pu constater les résultats dans les journaux comme par exemple le malaise au sein du FIS, apparemment résolu par l’intervention du Président de la HAT qui s’est entretenu directement avec les commandants de cette Force. Cela a par ailleurs démontré une fois de plus la délicatesse de la situation puisque cette Unité échappe totalement au contrôle du Ministre des Forces Armées et des Commandements.

La situation au sein de la Gendarmerie, caractérisée par la révolte d’éléments de la FIGN, constitue sans aucun doute un autre signe de cette menée subversive. Si cette option peut relativement neutraliser ces unités, elle ne constitue certainement pas une solution durable puisqu’elle aurait comme conséquences le sentiment d’insécurité et d’incertitude et favorise les enchères de malversations.

Une intervention étrangère ?

La solution la plus idéale serait que les FA puissent pacifiquement, et en toute fraternité d’armes, régler elles mêmes l’activisme politique en leur sein. Elle est malheureusement illusoire pour plusieurs raisons. La principale en est que nos « pirates politiques » ne s’abstiendraient pas de tenter les militaires et la faible armature éthique de ces derniers n’y résisterait pas à coup sûr.

En effet, la discipline n’étant plus la force principale de notre Armée, on a espéré compter sur la longue tradition de respect des anciens dans les écoles militaires comme l’ACMIL et l’ENSOA. Malheureusement très parlant, les « bottages » des culs des grands anciens par les jeunes devant les caméras nous mettent devant une mentalité bien loin de cela. Les assises militaires en mai 2009 au Centre de Conférence d’Ivato n’ont apparemment pas arrivé à freiner les ardeurs déplacées.

Il reste alors une option plus probable de nous sortir de ce bourbier, la neutralisation des unités activistes par une force internationale et neutre (l’on se pose la question si celle de la SADC pourra répondre à ce critère). Pour que cela puisse aboutir sans heurts majeurs, il faudra que la majorité encore « constitutionaliste » mais passive au sein de nos FA y soit associée. Elle devra comprendre et accepter que cette intervention ne soit pas une agression étrangère. Elle devra faire taire temporairement sa fierté en reconnaissant qu’à elle seule, elle n’arrivera pas de sitôt à résoudre son problème. Avec plus de volontés, elle devra participer au démantèlement des unités et la mise à l’écart des chefs militaires politiquement instrumentalisés. Ce sera une mission internationale très limitée dans le temps et dans l’espace, le temps d’assainir les Forces, réorganiser la hiérarchie et stabiliser de nouveau le moral de la troupe.

Quelque soit la voie empruntée, croisons nos doigts, elle ne sera évidemment que le début du commencement de la refonte de notre politique de défense nationale. Le moment venu, sa conception devra se faire à partir d’un débat ouvert à tous les citoyens soucieux du Tanindrazana Iombonana.

Notes

[1Militant en uniforme, slogan du régime pseudo-socialiste de 1975 pour designer les militaires.

[2Pacification militaire suite à la crise post-électorale de 2002

[3Nom de guerre des réservistes, forces pro-Ravalomanana, toujours en 2002.

[4Cette institution mérite tout autant un sérieux « lifting » sinon un « reengineering » si l’on veut partir sur des bases saines dans la prochaine république.

[5Groupe Mobile de la Police, successeur des fameuses Forces Républicaines de Sécurité (FRS) et remplacé par le FIP (Force d’Intervention de la Police) au Camp d’Antanimora.

33 commentaires

Vos commentaires

  • 10 mars 2010 à 08:06 | diego (#531)

    Monsieur Patrick Rafolisy,

    Somary nangovingivtra ny tenako teo ampamakiana anao. N’en deplaise à vos collégues, à mon avis, c’est un des articles le mieux ecrit, vous avez tapé juste dans l’oeil de nos problèmes depuis un an. Mais désolé, vous ne seriez pas entendu, Monsieur.

    Zafy avait dit que l’Armée prenne ses responsabilitées pour sortir de cette crise, elle n’avait pas bougé, mais ses colonels et ses généraux sont dans le gouvernement illégal de la HAT.

    On peut ne pas aimer ZAFY, RATSIRAKA, RAVALOMANANA et les accuser à l’origine de tous nos problèmes depuis des années, mais ces hommes étaient d’accord à ce que RAJOELINA dirige la transition ! Nous avons vu ici les listes et nombres des postes ny MOUVANCES EFATRA. Cela aurait été une transition, une transition ne serait pas paisible, ni tranquille, mais nos hommes politique auraient un cadre dans lequel ils auraient évolué et auraient pu excercer à loisir leur passion : LA POLITIQUE.

    Une élection présidentielle découlerait de la transition....esperons, il n’est pas encore tard. Il n’y aura pas une élection paisible et viable à long terme sans un GOUVERNEMENT DE TRANSITION qui la prépare. C’est le B à B de la politique chez nous ou ailleurs.

    Les officiers Malgaches pourrissent notre Armée : être général est une porte ouverte pour faire la politique chez nous, qu’est-ce qu’il veut, à votre avis, celui qui a remplacé Ny Hasina ? Etre à la place de RAJOELINA voyons ! La HAT est peuplé des hommes de ce genre : VOULOIR ETRE PRESIDENT TOUS ET DE PREFERENCE Y ETRE SANS ELECTION, AUCUNE, puis qu’on peut, pourquoi s’emcombrer d’organiser une élection dont on ne sait pas d’avance le resultat !

    Plus d’autre solution, tout le monde joue le pourrissement de la situation actuele pour mieux se placer : le grand perdant serait RAJOELINA.

    A mon avis, pas de sortir de crise paisible et durable sans une transition fiable et acceptable pour toutes nos parties politique. Ne laisser personne en déhors du cercle de la transition, c’est simple, mais visiblement difficile pour les politiciens de notre pays : l’Armée s’y trouve.

    MAFIADY NY REHETRA voilà une explication que mes camarades d’Analakely nous donneraient, et ils n’ont pas tort, si on leur demande pourquoi la transition est devenue le serpent de mer de nos héros.

    UN GOUVERNEMENT DE TRANSITION SERAIT LE BIENVENU, ON EST TOUS FATIGUE NON ?????

    • 10 mars 2010 à 09:41 | rabri (#2507) répond à diego

      En lisant le titre (sans lire le nom de l’auteur) : “neutraliser les forces armées”, je me suis dit que Rambo 6 va certainement être tourné bientôt à Madagascar

      Et je me suis tout de suite précipité dans le profond du scénario, j’ai donc découvert d’autres arguments allant dans le même sens :

      « Une solution à l’africaine peut aussi être envisagée. Il s’agit de neutraliser physiquement les dirigeants des forces activistes, comme ce qui s’est passé tout récemment en Guinée …. »

      et aussi …

      " Il reste alors une option plus probable de nous sortir de ce bourbier, la neutralisation des unités activistes par une force internationale et neutre »

      A la fin, je me suis dit : « qui va être le nouveau producteur de ce film ?? » . Ah ! Mr Patrick Rafolisy : çà ne doit pas être FOLICHON ( = pas réjouissant !) de vivre avec ce Monsieur 24h/24 avec de telles propositions !!

    • 10 mars 2010 à 12:25 | andrygasy (#3890) répond à diego

      308 voté pour consigne de vote de mr Andry rajoelina
      1 800 participanats

      Misaotra anareo vahaoaka tonga teny Ivato ny 04 sy ny 05 Mars 2010 kanefa tsy nandray anjara taminy NANAMARINANA NY TSY MARINA . Tsapanareo fa tsy ara-dalana io fotondrana io kanefa mikiri-biby hiezaka ny NANAMARI-TENA mazava ankehitriny fa TSY SAFIDIM-BAHOAKA SY TSY TOLOM- BAHOAKA no nahatonga ireo teo fa noho ny BAROFO niaraka tamin’ireo CAP SAT .
      Hita miseho lany ankehitriny ny disadisa eny anivony tafika noho ny TAFIKA TSY MIPETRAKA AMINY MANDA ARO VOZONA FA LASA MIARO TSY ARA-DALANA , MIARO NY MPANGAM-PANJAKANA IZAY HELOKA KA MAHATONGA AN’I MADAGASCAR TSY MAHAZO FANAKATOAVANA IRAISAM-PIRENENA .
      MANIRY ZAHAY MBA HO TONGA SAINA NY TAFIKA KA HANALA IREO MAMOTIKA NY TANINDRAZANA IOMBONANA

    • 10 mars 2010 à 12:59 | Tsisdinika (#3548) répond à diego

      Le Tafika Malagasy, qu’est-ce qu’il en reste ?

      Sortir du devoir de reserve et fouler aux pieds la discipline sont devenus la voie royale pour obtenir une mirifique promotion, voire une place au sein du pouvoir politique. Nous devons tout cela au "changement" initie par Rajoelina et ses satellites jadis en perdition.

      Le Tafika Malagasy est ensuite devenu l’epouvantail de la HAT, mais juste dans la limite de nos frontieres car elle ne fait peur a aucune armee professionnelle. En effet, avec un rapport cadre/homme de troupe qui avoisinne les 9 pour 1, c’est une armee dont la raison d’etre est de produire des bourgeois, des carrieristes et des affairistes, parce qu’ils ne trouvent d’ailleurs rien d’autre pour s’occuper. Bref, c’est beaucoup plus maintenant "TRafika Malagasy" que "Tafika Malagasy".

      Apres 50 ans de parcours, l’Armee a mal vieilli et les cornes (tandroka) ne sont plus a la mode. Le prochain pouvoir elu democratiquement doit s’attacher a "civiliser" les militaires et leur donner une nouvelle raison d’exister.

    • 10 mars 2010 à 14:36 | Ragnarok (#3696) répond à rabri

      Rabri, ne sortez jamais les phrases de leur contexte pour satisfaire vos illusions. On n’a le droit d’être ou de ne pas être d’accord avec qui que ce soit ou quelque idée que ce soit, mais on doit le faire en toute honnêteté et lorsqu’on cite un auteur, on ne travestit pas ses paroles en en reprenant uniquement des morceaux choisis.

      Ceci prouvant votre éternelle objectivité, bien entendu et n’apportant rien à la solution si ce n’est, comme j’ai plaisir à le faire, qu’à contredire votre cible et le caricaturer lourdement...

      C’est si facile, tellement facile !

    • 10 mars 2010 à 16:46 | rabri (#2507) répond à Ragnarok

      "...Ceci prouvant votre éternelle objectivité ..."

      3 synonymes de "objectivité" : impartialité, justesse, neutralité. Petit veinard de RABRI donc !!

      Autre chose Ragnarok ! votre commère Rasoa vous attend pour danser le ROCK (voir son post sur l’article "Gendarmerie"), il faut savoir honorer son invitation. Et parait-il que çà fait 1 an que vous attendez ce moment (voir votre post sur le même article)

  • 10 mars 2010 à 09:52 | bema (#828)

    "Izay nafafy ihany no njijaina" dit le proverbe malgache. La situation actuelle n’est que le fruit des tenants du pouvoir successifs et surtout au temps de Ravalomanana. Le fait de tout politiser pour pouvoir rester le plus lontemps possible est un savoir faire de nos politiciens alors ne nous étonnons pas car au 21 ième siecle, les gens sont plus informés et ne gobent plus tout sans réflechir. Pire encore, le fait de recourir à des mercenaires est un crime
    et une haute trahison envers le pays. Misaotra tompoko

  • 10 mars 2010 à 09:59 | HAMEFY (#3919)

    Question (naive) : A quoi sert l’Armée à Madagascar ?

    • 10 mars 2010 à 10:09 | Oscar (#1649) répond à HAMEFY

      A Madagascar, l’Armée ne sert presque à rien sauf le 26 juin où ...
      Il en est de même pour les autres unités détentrices d’armes avec lesquelles elles intimident la population.

    • 10 mars 2010 à 14:22 | ASSISE (#1505) répond à Oscar

      L’ARMEE SERT L’ARMEE (sa communauté tout court)

      QUI VIVRA VERRA

    • 10 mars 2010 à 19:21 | Tanindrazana (#3224) répond à HAMEFY

      A quoi sert l’armee ?

      Depuis des annees on s’est vraiment demande a quoi sert cette armee Malagasy. Il fut un temps ou etre dans l armee est un honneur et une vraie carriere pour la vie. L’armee participe au developement. De nos jours, elle sert a quoi ? Ils n’arrivent meme pas a neutraliser les Dahalo. L’insecurite regne dans tout Madagascar. Quelle ironie de se poser de telle question ! Au fait, notre armee est devenue la star d’Halloween et en outre une actrice principale du cinema intitule « Insecurite et Corruption » :

      Des soldats avec des masques pour faire seulement peur ; des soldats sans experience de guerre pour terroriser la population ; des soldat pour obeir a des subalternes ; des soldats pourris par l’argent et les manipulateurs ; des soldats qui braquent avec des armes, des soldats assassins, des soldats sans ethiques, irrespecteux de toute hierarchie militaire. des soldats sans conscience ni patriotisme, des soldat robots a qui on fait faire des basses besognes, des soldats pour faire des coups d’etats ; des soldat pour lancer des menaces de guerre entre eux ; des soldats politiciens machiaveliques qui veulent etre president, premier ministre, ministre ou directeur ; des soldats peres de familles peu inquiets de leurs avenirs ; des soldats muets et inefficaces ; des soldats (militaires, gendarmes ou polices) ...« vatatay » en tout quoi !

      Bref, des soldat bon pour......et c’est vraiment dommage !

      Peut etre qu’on doit attendre un vrai Rambo pour pouvoir reorganiser un jour de fonds en comble notre armee......

      Patrick a cependant avance des solutions plausibles et qui meritent d’etre prises en consideration. Rendre totalement muette cette Armee afin de la redorer une bonne fois pour toute, n’est-ce pas....Thanks Patrick

      Prions pour notre patrie.

  • 10 mars 2010 à 10:07 | lalatiana (#1016)

    Idée idiote :

    Et si on recyclait les militaires ... ou tout au moins une grande partie dans des fonctions valorisantes : ex animation rurale, police de proximité, etc ...ou mieux : officiers de justice ... là où on a vraiment besoin de gens et là où ils auraient vraiment un sens ... Parce que de toutes façons les fonctions de défense sont inutiles ... a la limite en constituant un corps de réservistes régulièrement entrainés on pourrait envisager garder une structure de défense ...

    Ca devrait intéresser l’auteur de "protection juridique de l’intégrité morale ..."

    Ravi de vous voir dans les éditos de Tribune, Mr Rafolisy

    • 10 mars 2010 à 10:35 | rabri (#2507) répond à lalatiana

      Lalatiana, 2° rôle dans le prochain Rambo 6 tourné prochainement à Dago :-))

      LOL !!

    • 10 mars 2010 à 10:43 | lalatiana (#1016) répond à rabri

      N’importe quoi ...

      Y’a que des gens de la HAT pour imaginer dans ces discussions un affrontement armé ...

       :-)

      Lisez entre les lignes, camarade éducateur ...

    • 10 mars 2010 à 10:58 | rabri (#2507) répond à lalatiana

      Devant une telle copie de dissertation philosophique d’un candidat tendancieux, bien évidemment le Professeur Lalatiana, antiHAT, lui attribuerait facilement un 19/20 (dommage que le 30/20 n’existe pas dans la grille universelle de notation) :-)))

    • 10 mars 2010 à 12:17 | Mandimbisoa (#2104) répond à lalatiana

      Miarahaba,

      Lalatiana,

      Tsy vendrana ilay hevitra,maninona tokoa ry zareo raha avadika atao ohatran’ny tamin’ny andron’ny western ;tany midadasika ity...

      Dia izao no atao:une caserne(un fort)-une prison-un bureau de gendarmerie(sherrif) sady bureau de poste ets...Amizay tsy mitotongo eto an-drenivohitra ireo fa eran’ny faritany(provinces-prefectures,ireo tanàna vaovao amin’ny mpikaroka vato ets...) misy ambaratongany avy...

  • 10 mars 2010 à 10:44 | kotondrasoa (#3872)

    La transition comme son nom l’indique est transitoire, excusez du pléonasme.

    L’Armée sera neutralisée parce qu’elle n’a pas les moyens de gouverner l’Etat à l’heure actuelle !

    Espérons qu’ils n’iront pas à s’entretuer pour se neutraliser car, au vu des déclarations de Zafera sur les idées farfelues du Ministre et du COMGN, nous sommes partis pour un conflit armé !

    Moi, ce qui m’intéresse, c’est demain.

    Démanteler l’Armée est mon idée, en envoyant ses membres chez la Gendarmerie et la Police, par voie de concours parce que nous n’avons pas besoin de nous protéger d’ennemis extérieurs purement militaires.

    Démanteler toutefois, garder une partie des cadres, pour donner une formation du Service National et période de recyclage pour les jeunes , comme ce qui se passe en Suisse.

    Etoffer la Gendarmerie est une option car, l’effectif nouvellement recruté irait lutter contre les dahalo (pas ceux en cols blancs !).

    Par ailleurs, l’Etat y gagnerait en espace car, il ne faut pas oublier qu’il existe actuellemnt 13 corps armés sur Antananarivo ; ce qui revient à dire qu’on pourrait utiliser ses places pour autre chose (plutôt qu’en abris pour oisifs et qui dit oisiveté dit vice)

    Merci pour nos futurs dirigeants qui vont creuser l’idée !

    • 10 mars 2010 à 19:00 | diego (#531) répond à kotondrasoa

      kotondrasoa,

      Je vous lis avec plaisir, je vou suis bien et j’espère que vous êtes bien Malgache.

      C’est intéressant....

      Il m’interesse de savoir ce que vous en pensez d’un GOUVERNEMENT D’UNION NATIONAL comme nouveau départ pour le pays.....

  • 10 mars 2010 à 11:04 | bema (#828)

    Ce n’est pas parce que les forces armées ne cautionnent plus Ravalo qu’elles ne servent à rien. Il ne faut pas rêver. Un état sans armée n’existe pas.Même le plus petit état du monde possède sa police. Les vrais perturbateurs sont les soit disant 3 mouvances qui n’ont plus rien à perdre .Misaotra tompoko.

    • 10 mars 2010 à 19:03 | tsotra (#3942) répond à bema

      mba manaova fikarohana aloha ry bema vao miteny ! misy firenena 28 eto ambonin’nt tany tsy manana miaramila (force armee). Aza afangaro ny miaramila, zandary ary polisy tsy mitovy ireo. Ny resaka eto dia ny miaramila na "militaire" hoy ianareo vazaha !(force armee)

  • 10 mars 2010 à 11:33 | vuze (#918)

    Bonjour,

    - Oui à la neutralisation politique de l’armée. La mise en place reste très difficile. Elle passe notamment par une amélioration de leurs conditions (salaires, structure etc...)..

    - NON à l’intervention étrangère SURTOUT si c’est la SADC...

    - Oui à la sanction. Généralement, les problèmes viennent d’excès de zèle de certains qui se croient impunis et qui profitent d’une situation chaotique.

    Cordialement.

    • 10 mars 2010 à 19:03 | diego (#531) répond à vuze

      vuze,

      J’aimerais bien que vous nous proposez une sortie de crise. Il m’intéresse de savoir votre avis comment sortir de là où nous sommes en ce moment...

  • 10 mars 2010 à 11:37 | La fourmi (#3438)

    Merci Patrick pour cette analyse. A voir la réaction des habituels foza du forum, tu as mis le doigt là où ca fait mal. Sans ces hommes armés, que j’appellerai plus miliciens que militaires, le chef HAT ne serait plus là. Et on ne peut résoudre cette crise sans résoudre cette question de milice. Nos militaires ne servent à rien. On paye une fortune pour les entretenir et le jour où les institutions ont besoin d’eux, ils se retournent contre elles. Pour moi, ce qui ne sert pas l’intérêt général est contre l’intérêt général. En ce moment, ces pseudo militaires ne servent que l’intérêt d’une minorité aux détriments de la grande majorité. Il est donc nécessaire de désarmer cette milice et la neutraliser, à n’importe quel prix et qu’elle ne serve plus jamais qui que ce soit. Seuls les foza diront le contraire car sans eux, ils ne valent rien. La population doit être sensibilisée quotidiennement sur cette question.

  • 10 mars 2010 à 11:54 | SOLOBAKA (#3937)

    Mon cher Patrick Rafolisy,

    Je suis bien d’accord avec vous certains éléments de ces "FORCES AMREES MALAGASY" sont même devenues des BANDITS ARMES DE GRANDS CHEMINS qui procedent à des hold up ou à des attaques en banque avec des kalak à la main ou bien ils louent leurs kalak pour une opération de banditisme particulièr.En ce moment ces bandits là sont au pouvoir (ou bien plus exactement derriere) : le "loup est dans la gergerie" comme on dit.
    Mais je vous pose un question si cela ne vous dérange pas : vous dites qu’ "un certain électron libre de la magistrature est également complice de cette situation actuelle, si je ne m’abuse pas vous même vous êtes MAGISTRAT, quelles sont les solutions à apporter au sein de la magistrature malagasy pour que celle ci choisisse le droit chemin qu’elle avait accepté de prendre lors de sa prestation de serment.MERCI

  • 10 mars 2010 à 12:10 | observatrice (#2065)

    l’armée a toujours été politisée à Madagascar . Les soucis ont vraiment commencé quand on a essayé de résoudre les problèmes dans son sein en distribuant de l’argent de manière inéquitable :

    1/d’abord , pourquoi a-t-on augmenté les salaires des policiers sans penser aux autres fonctionnaires ; en faisant cela , on créait déjà des frustrations .

    2/ en suite , on a continué les distributions, mais de façon plus discrète , pourquoi ? parce qu’on savait bien que ce n’était probablement pas la meilleure solution, mais c’était déjà une fuite en avant

    en fait, on a ouvert la boîte de Pandore .

    Puis on a continué ainsi de suite , et par la suite , ils se sont servis tout seuls ;

    nous en sommes à un stade de tany tsy misy fanjakàna ; si l’armée est par définition la seule institution où le respect de l’ordre et de la hiérarchie doit encore vouloir dire quelque chose, tout ce qui ce passe actuellement nous fait penser qu’on a touché le fonds .

    Malgré tout, je pense que c’est à nous malagasy de trouver la bonne solution pour s’en sortir , et une intervention extérieure , même des casques bleus , ne ferait que nous enfoncer

  • 10 mars 2010 à 12:31 | voalavo5 (#3939)

    Vous parlez de neutraliser les FA.Toujours les memes erreurs.A part son existence en tant qu’ institution,il faut poser la question de son utilité.
    Tous les pays du monde ,grandes puissances ou petites repensent sur son arméee.
    Parlons de la notre,regardons l’historique de l’ACMIL,
    plus que la moitié des eléves sont des fils ou de la famille des FA, pourquoi (ca devient une rente).
    Parlons du budget,surtout salaires,comparons avec des agents de la fonction publique,disons a baccalaureat plus cinq, vous verez.(Les primes de risque pour la plupart dans un bureau,l’acquisition des domaines militaires,ce n’est plus un hasard si des villas entourent les camps militaies,....).
    L’utilité ? avec le niveau d’insecurité actuel !leur nombre disproportionnel dans les capitales regionnales.
    les materiels lourds a reprimer ou a défilé !.....
    Suprimons les FA,creeons une force de sécurité pour la sécurité de tous a Madagascar.

  • 10 mars 2010 à 13:50 | Mihaino (#1437)

    Continuez à écrire Patrick Rafolisy car vous avez des idées ...Merci !

  • 10 mars 2010 à 14:52 | papouné (#1795)

    Folish Pat, misaotra anao.

    Fanta-tsika mazava fa tsy misy olom-banona mihintsy ao amin’ny tafika sy ny zandary ao ka sahy hijoro sy hanohatra an’izao famoretana ny vahoaka malagasy izao. Samy te hahazo ny anjarany daholo ry zareo amin’izao fanjakan’ny baroa izao any ka tsy misy intsony izany fanajana gradé izany, fa izay bokona-mena maso indrindra no manam-pahefana.

  • 10 mars 2010 à 15:07 | EraHaintso (#3886)

    Bonjour

    L’ensemble des FA est pour moi un tableau qui a été peint pour donner un "sentiment" de sérénité, de calme et surtout de sécurité pour vivre dans la Maison Madagascar. Hélas, le nouveau maître de cette maison a ajouté trop de couleurs sombres et même noires (très noires !!) à tel point que tous ce qui le regardent (le tableau) sont horrifiés et font des cauchemars...Ainsi, ce tableau ne pourra plus être récupéré (même en y collant quelques rustines à la "va-vite" !!!). Merci M. Rafolisy de nous avoir proposé quelques solutions mais...ce tableau doit être "jeté et remplacé" (ce que vous ne proposez pas...)
    Donc... Autres solutions :
    - La venue de quelques experts de la CPS de l’UA (généraux et autres )
    - Appel au rassemblement de tous soldats MALAGASY légalistes (si ! si ! il y en a ! et même plus que ce qu’on croit !)
    - Création d’un nouveau corps d’armée (de soldats Malagasy), bien sûr, qui sera doté d’un armement assez dissuasif, avec un statut légal au niveau de la CI et qui, sous le commandement de la CPS, jouera le rôle d’interface entre les FA existantes et la CI (qui continuera à mettre de l’ordre dans les différentes institutions Etatiques )

    C’est une solution comme une autre...Je crois.
    Mais cela empêchera le "débarquement" d’une armée étrangère...

  • 10 mars 2010 à 15:28 | PLUS QU’HIER ET MOINS QUE DEMAIN (#1532)

    En théorie et avec des hypothèses, c’est la meilleure solution mais il faut voir la réalité des choses avant d’énoncer de telles aberrations (revin-gadra) : raisonnons en terme de coût humain (mort,blessé, handicapé à vie etc...),financier( destruction, reconstruction, etc...),opportunité (pb d’emploi,AGOA).
    On a aussi cette mauvaise habitude de généraliser les faits "Saonjo iray lohasaha tsy ilaozan’izay hamarara" "Indray mandeha ve no manta vary dia andevina sotrobe" "Ny fositra ve no tsy ambolena voa vary" sns...etc....Quant l’acculturation nous tient on n’oublie même la sagesse de nos ancêtres :"Ny tarehy ratsy no tsy azo ovana fa ny toetra ratsy azo ialana".On veut tout raser à l’instar d’Hitler à l’égard des Juifs ( c’est la même pensée pour certaines personnes à l’égard de nos forces armées) : il faut de temps à temps faire de l’auto-critique pour éviter de se ridiculiser."Avadiho im-pito aloha ny lela vao miteny fa mahamenatra olona".

  • 10 mars 2010 à 18:10 | kotondrasoa (#3872)

    Il existe des militaires légalistes et même en grand nombre.

    Ca, personne ne le nie mais comme ils sont silencieux, ne serait-il pas mieux de ne pas en avoir du tout parce qu’ils sont complices de tout ce qui se trame !

    Ensuite, en se murant dans le silence, ils sont plus responsables que ceux qui malagissent !

    Enfin, je ne sais pas s’ils se sentent encore bien dans leurs uniformes, à force de cotôyer des loups, on devien soit même hyènes !

  • 11 mars 2010 à 00:09 | réveille-toi jeunes Malagasy (#2446)

    - Quand j’ai écouté ce gendarme malagasy se plaindre qu’un petit gendarme qui magouille pour quelque 5000 ariary est sanctionné alors que les gradés font pire sans être inquiétés, ça fait froid dans le dos !!!!!! Est-il seulement conscient de ce qu’il raconte ????
    - Donc, d’après ce gendarme, ceux qui doivent faire respecter les lois, veiller à la sécurité de la population peuvent magouiller et il ne faut pas 2 poids 2 mesures : ou on sanctionne les gradés et les hommes de rang indélicats pareils ou on ne sanctionne personne ! C’est ahurissant !!!!
    - OUI OUI mille fois OUI pour la neutralisation de cette armée de pacotilles, de corrompus et d’hommes dénués de toute forme d’intelligence, quelle honte pour eux !

  • 11 mars 2010 à 02:56 | Beandroy (#3943)

    Quelle naïveté` !!!

    A vous qui priez pour qu’une force internationale intervienne à Madagascar (peu importe celle de la SADC ou autres), je vous qualifie de naïfs. La guerre n’a jamais été une bonne solution pour résoudre une crise et le fait d’y associer la pseudo-majorité « constitutionaliste » au sein de l’armée Malgache pour soi-disant ne pas donner l’aspect d’une agression étrangère ne change en rien à ce constat. N’avez-vous pas pensé qu’une guerre qu’on croit gagner facilement pourrait s’enliser pendant des années ? L’histoire récente de la guerre à travers le monde en général et en Afrique en particulier l’atteste : on sait quand une guerre commence mais bien malin celui qui pourrait dire quand est-ce qu’elle va finir. On sait ce qu’est devenue la Somalie aujourd’hui. Et des pays comme le Libéria, la Sierra Léone, le Rwanda, la RDC ne sont toujours pas parvenus à surmonter les séquelles de la guerre et pourtant, la force Africaine était passée par là. Croyez-vous naïvement qu’une bombe sait faire la différence entre les mouvances ? Les dommages collatéraux font partie intégrante de la guerre et la naïveté c’est de croire que ça n’arrive qu’aux autres ; or ni vous ni moi ni nos familles ne sont à l’abri des dangers d’une guerre éventuelle. Les risques d’embrasement général sont des éventualités qu’on ne peut malheureusement plus écarter dans le contexte actuel et mises à part des solutions de bon sens qu’on pourrait négocier, la réconciliation nationale pourrait également les éviter. Marteler à tout bout de champ Maputo et Addis-Abeba ne sert à rien tant qu’il n’y a pas un engagement à cette réconciliation et les Raiamandreny devraient s’y atteler au lieu de parler de sanction, guerre, sanction, guerre. Soyons juste un peu sages tout simplement ; ce serait un bon début.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 

Archives