Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 29 juin 2022
Antananarivo | 18h15
 

Communiqué

Les résolutions de la journée de concertation sur la gouvernance publique

vendredi 27 janvier 2012

La journée de lancement de la concertation sur la bonne gouvernance publique a permis d’engager les premiers échanges de vue sur les problématiques de gouvernance de l’Administration publique à Madagascar.

Les débats et interventions ont principalement mis l’accent sur les déficits et obstacles à la mise en œuvre, et sur la nécessité de réfléchir à un programme national en la matière, à la fois cohérent et adapté aux réalités malagasy.

Les aspects suivants ont été particulièrement discutés par les intervenants :
- Le manque de volonté politique de la part des gouvernants ;
- La politisation de l’Administration et la forte infiltration des politiques dans le fonctionnement de l’appareil administratif de l’Etat ;
- Les aptitudes des agents publics et leur comportement ;
- Le processus de la décentralisation et de la déconcentration du pouvoir ;
- L’efficacité de la lutte contre la corruption ;
- La prépondérance des rôles des organes de contrôle ;
- L’importance à accorder au principe de redevabilité des gouvernants ;
- La nécessité de règlementer et de rendre effectif l’accès à l’information gage de transparence de l’Administration ;
- Au processus d’élaboration et de discussion des lois de finances

Ainsi, il a été décidé au cours des deux demi-journées de concertation que :

1- Sur les domaines et secteurs à prioriser dans les processus à venir, il convient de se focaliser en premier lieu :
- Sur l’éducation et la formation pour la dissémination de la culture de bonne gouvernance
- Sur la gestion de la fonction publique
- Sur la gouvernance des finances publiques
- Sur la décentralisation
- Sur les organes de contrôles
- Sur les organes juridictionnels et organes de lutte contre la corruption
- Sur les pouvoirs normatifs (lois, règlements, etc.)

2- Sur les principaux déficits et obstacles entravant la mise en œuvre des principes de gouvernance, des réflexions particulières doivent être portées aux problématiques liées :
- Au défaut de leadership des gouvernants
- A l’absence de la culture de bonne gouvernance à tous les niveaux
- A l’incapacité de l’Administration à répondre convenablement aux attentes des citoyens
- A la difficulté, voire l’impossibilité, des gouvernés à se faire entendre par les détenteurs des pouvoirs publics, pour exprimer leurs droits et besoins
- Aux faiblesses des organismes de contrôle
- A l’inefficacité et l’ineffectivité des systèmes d’évaluation de la performance des agents publics
- A l’exclusion des compétences, conséquences de la politisation à outrance de l’Administration
- A la persistance et l’aggravation de la corruption
- A la crise de confiance des citoyens envers les pouvoirs publics
- A la faiblesse du système judiciaire
- A l’insuffisance de moyens et leur répartition inéquitable
- A la trop forte concentration et centralisation des pouvoirs publics

3- Sur les grandes orientations, il convient de considérer les propositions suivantes au niveau des services et démembrements de l’Administration :
- Approprier et approfondir les fondamentaux de la bonne gouvernance par les acteurs
- Renforcer la capacité de leadership des gouvernants
- Garantir et asseoir un traitement équitable de tous les agents publics
- Redynamiser et renforcer les différents organes de contrôles et les structures d’inspection
- Donner une réelle autonomie et indépendance aux organes de contrôles, exemple : Bianco, Samifin, etc. (processus de nomination, structure et ressource)
- Lutter contre les interventions abusives au niveau des juridictions
- Sanctionner positivement le refus de corruption et labelliser, par exemple, les services probes
- Assurer une allocation équitable et adaptée des moyens de travail
- Mettre en place un système permettant d’avoir des compétences méritantes pour intégrer Administration publique
- Instaurer un cadre de dialogue et de discussion dans les différents organes de l’appareil administratif
- Accompagner le transfert de compétences dans les collectivités territoriales
- Garantir le recrutement par compétences pour l’accès aux grandes Ecoles publiques et concevoir des cursus en tenant compte des principes de la bonne gouvernance
- Repenser le mode d’évaluation des agents publics
- Promouvoir l’éducation citoyenne et l’éducation civique en développent les partenariats avec la société civile

4- Sur la mise en œuvre des résolutions et projets de réforme qui en découleront, un système de suivi et de coordination sera opérationnalisé

Antananarivo, le 26 janvier 2012

2 commentaires

Vos commentaires

  • 27 janvier 2012 à 12:59 | HINDY (#1781)

    Ce n’est pas la première fois qu’il y débat et résolutions sur les sujets évoqués.

    Avant toute chose il faut commencer par le commencement : ASSAINIR LA "TETE". Si la "tête" reflète la BONNE GOUVERNANCE PUBLIQUE, le "corps" va suivre.

    Tout le reste c’est du blabla à endormir les gens.

  • 27 janvier 2012 à 18:45 | rafab (#6398)

    Ilaina ny hahalalan’ny maro izany kanefa ny zavatra tokony ho atao voalohany indrindra dia ny tsy matahotra ny miteny raha misy hitanao fa tsy rariny ary tsy tokony hiandry fotsiny ireo mpitondra hanao izany fa ianao isam-batan’olona no voalohany manakana ny tsy mety rehetra ary tsy matahotra ny mampahafantatra izany amin’ny manodidina anao. Tsy maintsy isika rehetra manana andraikitra amin’ny isan’ambaratonga no manao izany.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS