Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 6 octobre 2022
Antananarivo | 17h44
 

Politique

Commune urbaine d’Antananarivo

Le « FAR » fait hésiter

lundi 21 janvier 2008 | Alphonse M.

Le lancement de l’appel à contribution pour la reconstruction du palais de la Reine a été le dernier appel en date, outre l’ancien FAR, « Fanarenana an’Antananarivo Renivohitra » du temps où Ravalomanana était à la mairie. Aujourd’hui un autre FAR prend le relais : c’est le « Fitiavana an’Antananarivo Renivohitra » qui est mis sur le chantier. Ayant hérité d’une trésorerie presque vide et de dettes faramineuses, la nouvelle équipe de la commune urbaine d’Antananarivo, sous l’égide du maire Andry Rajoelina a relancé de nouveau cet appel à contribution pour aller à la rescousse des finances de la Ville des Mille. Toutefois, les généreux donateurs hésitent à contribuer à ce fonds sans des éclaircissements au préalable sur l’utilisation de l’argent perçu.

Discréditer le maire

Des bruits ont également circulé dans les coulisses que des sociétés auraient reçu des menaces verbales de la part d’hommes hauts placés afin de ne pas participer au FAR. A n’en pas douter, leur objectif n’est autre que d’étrangler financièrement la nouvelle équipe dirigeante de la commune. Le but de l’opération est de discréditer le nouveau maire aux yeux des électeurs et l’opinion publique. Rappelons qu’à l’époque de Patrick Ramiaramanana, plusieurs entreprises et sociétés ont favorablement répondu l’appel pour diverses raisons. Parmi ces sociétés, il y a eu la compagnie pétrolière Total qui a versé un milliard fmg pour réhabiliter la gare routière d’Ambodivona. En contrepartie, cette compagnie pétrolière a eu le droit de construire une station d’essence sur le terrain de la commune, non loin de cette gare routière. Un quotidien de la place a révélé cette affaire au grand public, mais les deux parties ont vivement réagi en affirmant qu’il s’agit d’une
« clean » opération respectant les règles financières en vigueur. Quoi qu’il en soit, force est de constater qu’après plusieurs années, les travaux de réhabilitation de la station de taxi-brousse d’Ambodivona tardent à commencer. Les automobilistes et les usagers de cette gare routière pataugent encore dans la boue. L’équipe du nouveau maire aura-t-il le courage d’ouvrir une enquête sur ce dossier ?

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS