Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 20 octobre 2021
Antananarivo | 10h15
 

Editorial

La démocratie de façade en 60 caricatures

lundi 15 mars | Demokraty

La publication du dernier livre consacré à Madagascar par la maison d’édition L’Harmattan traite des obstacles à l’établissement d’une véritable démocratie dans ce pays depuis 1960. Le « Dictionnaire de la démocratie de façade » les aborde en soixante dessins du fameux caricaturiste Pov (Express de Madagascar, Express de Maurice), commentées par le chercheur en science politique Andrianirina. Ces caricatures sont organisées de façon thématique et par ordre alphabétique, d’où le concept de dictionnaire : A comme Abstention, C comme Corruption, E comme État de droit, F comme Fanatisme, L comme Liberté de la presse, P comme Partis politique, T comme Treize Mai, X comme Xénophobie…

Les auteurs s’y positionnent en partisans d’une démocratie réelle qui dépasserait la simple façade de l’organisation d’élections, le vote de Constitutions, la ritournelle du Fihavanana ou l’apparente liberté de la presse. Selon le Professeur Raymond Ranjeva, Président de l’Académie malgache, qui signe la préface, ce sera « un ouvrage de référence pour les Malgaches d’abord et pourquoi pas les hommes curieux de la chose démocratique. Il est un instrument de partage, de réflexions et de questions critiques à l’endroit des " maux " ou dérives de la démocratie de façade. Il est un guide pédagogique pour interpeller et soutenir la conscience citoyenne et pour permettre l’avènement d’un monde nouveau ».

Toutefois, les partisans ou opposants dans le contexte actuel risquent d’être déçus. Les deux auteurs affirment avoir voulu un livre objectif et non partisan, mais valorisant l’esprit critique. Écrit « pour l’Histoire et non pour l’actualité », ce livre était prévu être publié depuis le 26 juin 2020, mais la publication a été retardée à cause de la crise de la Covid-19.

En outre, la publication de ce livre appelle deux remarques.

Tout d’abord, le contexte de l’édition à Madagascar pousse les auteurs malgaches écrivant à Madagascar à se faire publier à l’extérieur. Or, les coûts d’expédition feront que ce livre qui coûte déjà 20 euros (90 000 ariary) au départ de Paris sera difficilement accessible au grand nombre une fois arrivé à Madagascar. Cela crée donc une discrimination entre la diaspora et les Malgaches vivant à Madagascar, alors que ces derniers sont pourtant ceux qui ont le plus intérêt à lire ce genre de livres.

Deuxièmement, ce ne sont pas les livres publiés au sujet de Madagascar qui manquent, tant ceux produits à l’extérieur ou sur place. La véritable question est la suite donnée à ces publications. A l’étranger, les livres permettent d’entamer un débat d’idées pour essayer de faire avancer les choses. À Madagascar, cela est rarement le cas, dans un contexte où l’esprit critique est de plus en plus annihilé et le fanatisme érigé en état d’esprit. Les autorités, ou même ces institutions à l’utilité questionnable comme le Conseil du fampihavanana malagasy (CFM) ou le Haut conseil pour la Défense de la Démocratie et de l’État de droit (HCDDED) devraient soutenir les auteurs dans la création de dialogues francs dans la sphère publique, au lieu d’attendre les crises cycliques avec fatalité.

24 commentaires

Vos commentaires

  • 15 mars à 11:17 | Vohitra (#7654)

    Bonjour à tous,

    Sommes-nous en train de vivre une démocratie de façade ou bien carrément une manipulation avérée tout simplement ?

    Ma la réalité est têtue : face à une incapacité évidente et une incompétence notoire à diriger le pays, en termes clairs, à apporter les solutions permettant de résoudre les problèmes cruciaux rencontrés et vécus par la grande majorité de la population actuellement, le régime en place ne fait que verser continuellement dans des actions de manipulation de masse tendant à faire des diversions afin de détourner l’attention du public à se pencher de très près à la conduite des affaires de l’Etat…

    Ayant fait partie des 52 % des électeurs inscrits et résidents permanents dans le pays, le citoyen Vohitra avait accepté cette victoire du dirigeant actuel faute de mieux, bien que des irrégularités manifestes avaient émaillées les péripéties de la consultation électorale de 2018…tout en proposant et soumettant deux garanties utiles dès le 09 janvier 2019 :

    « Le nouveau Président de la République devrait se conformer aux règles de transparence :

    o rendre public la situation de son patrimoine, aussi bien a l’extérieur qu’à Madagascar

    o donner des informations sur le montant et origines du financement de ses campagnes électorales.

    C est un signe de respect pour le peuple mais aussi de confiance dénuée de toute suspicion par rapport à son passage extraconstitutionnel au sommet de l Etat durant la transition… »

    Mais depuis, rien n’a été fait, et on est aujourd’hui le 15 mars 2021…

    En ce 09 janvier 2019, j’ai déjà soulevé les attentes et aspirations cruciales émanant de la masse critique de pauvres et indigents du pays, et qui nécessitent à l’époque une prise de responsabilité immédiate des nouveaux tenants du régime…

    Et j’avais averti à l’époque sur les sur les tentatives de kléptocratie que son entourage immédiat vont engager prochainement…

    Mais rien n’a encore été fait, et aucune mesure ni de prise de responsabilité n’avaient été engagée depuis…

    Et le pouvoir ne fait plus que verser continuellement pour le reste dans une série de manipulation…

    https://www.madagascar-tribune.com/La-victoire-de-Andry-Rajoelina-confirmee-par-la-HCC.html

    Mais on veut finalement parler de quelle démocratie dans ce contexte très délabré et inquiétant ?

    Il n’y ni vérité des urnes ni crédibilité des élections avec des millions de fantômes bourreurs d’urnes électorales, des listes électorales bâclées et devenues des propriétés des thuriféraires du régime, il n’y pas de liberté de manifestation pacifique, il n’y a pas d’opposition crédible et responsable exempte de reproche car ayant été à l’origine de nombreuses dérives aussi à une certaine époque déjà…

    Bref, on ne pourrait pas construire et relancer les actions de l’opposition avec un premier responsable qui ressemble comme deux gouttes d’eau avec le détenteur de l’autorité politique défaillant et incapable…Et oui, le 17 août 2019, le citoyen Vohitra avait déjà soulevé cette ressemblance palpable et lamentable…

    https://www.madagascar-tribune.com/L-opposition-a-cree-l-alliance-politique-RMDM.html

    Bref, la démocratie ne sera jamais vécue ici si on ne sera capable d’évacuer ces deux fléaux de notre paysage politique...

    • 16 mars à 09:59 | zandede (#10615) répond à Vohitra

      Bonjour,
      Je voudrais rebondir aux propos de notre ami Vohitra. La démocratie des urnes et la démocratie
      des droits sont les deux points d’ancrage de la plupart des sociétés du 21° siècle. La première
      n’a aucune signification politique dans un pays comme le notre puisqu’à une rare exception
      les tenants du pouvoir par le biais des manipulations sortent toujours vainqueurs des élections
      qui sont tout de suite après contestées. La démocratie des droits dont les fondements sont
      la liberté d’expression, la liberté de circulation des biens et des personnes et les droits de
      l’opposition garantis par la constitution n’est pas non plus effective à Madagascar. Ces 2 formes
      de démocratie sont sujettes à caution et ne sont pas opérationnelles et en plus elles sont
      crisogènes. Elles sont cependant exigées par les institutions qui "nourissent" le pays.
      Je milite pour une refonte de notre constitution. Nos publicistes sont invités à proposer une nouvelle constitution qui articulerait notre identité culturelle avec la modernité du 21° siècle.

    • 16 mars à 10:48 | Vohitra (#7654) répond à Vohitra

      Bonjour Zandede,

      A mon humble avis, le problème de fond qui chasse l’expression de la vie démocratique dans le pays est l’absence cruciale de transparence de la vie publique, un contexte qui donne accès largement à l’irruption de délinquants dans l’arène politique du pays…pour perdurer plus tard venir hanter les coulisses des institutions républicaines en devenant des politiciens délinquants…

      Cette transparence de la vie publique, dans son expression la plus basique, consiste à accepter de bonne foi de se soumettre à une déclaration publique, à la connaissance du public, des sources de financement d’une campagne électorale d’une part, et d’autre part, avec le même procédé, une présentation détaillée du patrimoine et actifs (financiers et immobiliers) d’un candidat et de tous les détenteurs de l’autorité publique et administrative dans le pays.

      La trajectoire politique de tous les délinquants restent la même de tout temps : afin de se soustraire à la justice et de masquer des délits et crimes dont ils sont les présumés principaux auteurs, ils se lancent dans la vie politique, soit en se portant candidat soit en soutenant un candidat favori dans l’opinion…

      Parallèlement à ce comportement responsable vis-à-vis de l’opinion et de la République, il faudra aussi rendre effectif l’indépendance fonctionnelle et transparente de deux organismes publics pour compléter le dispositif public de lutte contre la corruption, (i) la Commission Nationale pour la transparence de la vie publique, qui devra être rattaché au sein du Conseil d’Etat, et (ii) l’Inspection Générale de l’Etat qui devra être rattachée administrativement au sein de la primature…

      La Commission nationale qui se chargera du recueil et la publication des états de patrimoines des élus et des candidats ainsi que l’exploitation des comptes de campagne, et l’IGE se chargera des vérification de conformité procédurière dans la gestion des finances publiques à tous les niveaux de l’administration…et systématiquement, tous les PRMP (personne responsable de marché public) devront être soumis aux contrôles émanant de l’IGE…

      Bref, cette Commission et l’IGE ainsi que les organismes du système anti-corruption vont travailler de concert, en toute transparence, afin de protéger et préserver la vie publique de la Nation entière, actions qui ne font que forger une assise démocratique forte et permettant d’assainir la confusion néfaste entretenue délibérément entre l’Etat et un régime politique au pouvoir…

      Et il faudra aussi supprimer carrément le ministère de la Communication, et la gestion de la télévision nationale et de la radio nationale devra être sous l’égide d’un Office National indépendant…responsable devant la HCDDED (Haut Conseil pour la Défense de la Démocratie et de l’Etat de Droit) si cette dernière sera conservée dans sa mission…

      Bonne journée à vous

  • 15 mars à 15:23 | luczanatan (#321)

    Bonjour
    Je vais acheter ce livre. Je connais les dessins de Pov depuis longtemps.
    Concernant l’édition à Madagascar, éditer un livre coûte cher, pour un lectorat en outre qui est d’abord dans la survie en règle générale..
    La solution est d’éditer par le biais d’un site web et cette solution gratuite pour les lecteurs ( qui ont accès au web) presente un avantage extraordinaire : on peut mettre à jour le livre chaque jour.
    Concernant les livres qui devraient pouvoir entrainer un débat serein je suis bien d’accord que l’invective et les oeillères ont tendance même en France à nuire au débat constructif attendu.
    Pour ma part comme tout le monde je connais les problèmes, et le plus difficile est de réfléchir aux solutions ; dire ou écrire " il faut stopper la corruption" est facile. Expliquer comment, là, il y a déjà moins de monde !
    Pour la question de la fausse démocratie. Oui Madagascar est une "Fake democracy" , pourquoi ?
    Parce que au royaume de la survie, le petit peuple celui qui représente 90% de la population n’a pas le temps ni la connaissance nécessaires pour analyser la réalité, pour dominer intellectuellement les paramètres de l’économie et de la politique, locale et mondiale. Il vote certainement le peuple, mais au fond est ce un vote "libre, éclairé ?" Démocratie de façade en effet. Donc les vraies solutions ne peuvent venir que des élites, les 5 à 10% de la population qui ont la vision totale de la réalité, qui ont le temps qui ont dépassé le stade de la survie.
    Veloma

  • 15 mars à 15:26 | profetcie (#11170)

    "... A l’étranger, les livres permettent d’entamer un débat d’idées pour essayer de faire avancer les choses..."
    Ce n’est plus vrai, malheureusement ! Cela fait un moment que ce n’est plus le cas en Europe de l’Ouest ou aux Etats Unis ou une dictature de la pensée à infiltrer tous les organes de pouvoir ou d’influence.
    Les livres qui gênent ne sont plus publiés car les éditeurs sont, soit eux-mêmes contaminés par la pensée en question, soit terrorisés à l’idée des représailles qu’ils encourent si ils publient les livres qui critiquent la "doxa officielle".

    Mais cela ne s’arrête pas aux livres : journaux papiers, télés, internet (facebook, twitter et comparses), plus aucun débat, plus aucune critique ne sont autorisés.
    Les seuls endroits de pensée libre qui restent sont sur Internet, mais ils sont accusés d’être d’extrême droite, sont privés d’aides publiques, bien sûr, mais aussi de recettes publicitaires
    sous la pression de groupes militants de la pensée "autorisée". Attaqués de toutes parts, dépendant souvent du bénévolat, leur existence est menacée.

    La France fût le pays des lumières, c’est aujourd’hui celui de l’obscurité et l’horizon est bien sombre.
    Et les français, comme les malgaches, se font manipuler par les pouvoirs* en place, tous objectivement complices, car adeptes de la même doxa officielle. Une même passivité proche de la résignation qui n’augure pas de lendemains qui chantent.
    * pouvoirs politiques, médiatiques, universitaires, juridiques et même artistiques.

    Les sursauts et révoltes qui seraient nécessaires pour changer cela ne peuvent venir, l’histoire l’a montré, que de populations qui ont faim et n’ont plus rien à perdre. Madagascar n’en est pas loin ! En France, par contre, les aides de toutes natures ont euthanasié les masses.
    Mais l’histoire nous montre aussi que les révolutions ne débouchent pas non plus sur des avenirs radieux. La nature humaine finit toujours par faire son oeuvre et les révolutionnaires qui prennent le pouvoir ont tôt fait d’agir comme ceux qu’ils ont détrôné.
    Dans quel état les "révolutionnaires" malgaches ont-ils mis le pays après le départ des français.
    La réponse tient en l’observation de ce qu’il est aujourd’hui. Un pays sous-developpé, infrastructures, santé, économie, éducation. Une population pauvrissime dont une partie qui souffre de malnutrition. Une population qui meure jeune faute de soins de qualité. Un pouvoir corrompu. Une démocratie plus que bancale.

    Ce commentaire n’incite pas à l’optimisme, je le sais, mais il n’est dicté par aucune idéologie, politique ou religieuse. Seulement par l’observation de l’actualité, mais aussi l’observation des comportements et les enseignements que nous apporte l’Histoire.

    • 16 mars à 20:41 | Gérard (#7761) répond à profetcie

      un livre excellent, drôle merci pov et tellement vrai
      sinon, moins drôle mais en accès libre et qui explique bien des causes se ce désastre dont la fin reste lointaine, il y a
      l’enigme et le paradoxe de Mirelle Razafindrakoto

      https://www.editions.ird.fr/auteur/203/Mireille%20Razafindrakoto

    • 16 mars à 21:47 | Rainingory (#11012) répond à profetcie

      Gérard,
      Le lien ne marche pas, mais j’ai le livre, je recommande, même si les stats sont omniprésentes à écœurer les gens qui n’aiment pas les maths

  • 15 mars à 18:20 | TINO (#10749)

    Démocratie cheval de Troie ou de façade : tu as le choix des mots. En tous cas, ça occupe les gens oisifs ! et fais reculer le progrès dans notre pays.

    • 16 mars à 10:51 | luczanatan (#321) répond à TINO

      Je réponds particulièrement au souhait de Zandede de lancer une nouvelle constitution. Oui ce serait bien et si cela vous intéresse j’ai déjà étudié le sujet, mais ceci comme vous le savez ne sera pas donné : il faut l’imposer. .
      Je préconise donc des Etats généraux incluant tous les parlementaires et la société civile.
      La situation du pays est telle qu’on ne peut plus continuer à déléguer à un pouvoir politique qui n’a fait aucune preuve de sa compétence depuis 60 ans l’avenir du pays. Et les malgaches apprendront à se connaître et à ne pas tout attendre d’élus qui toujours tendent la main toujours attendent trop de l’étranger, qu’il soit banquier ou investisseur, alors que la richesse du pays est sous leurs pieds. Ces Etats Généraux permettront à tous malgaches, (les étrangers resteront à la porte) de se connaître, de dialoguer, de se comprendre, de se solidariser autour d’une vision d’une ambition commune d’un projet.
      Pour être clair, ces Etats Généraux devraient réunir, outre des représentants de la jeunesse car nous leur laisserons en héritage nos choix judicieux ou pernicieux, toutes les forces vives du pays, universitaires, patrons de services publics, dirigeants d’entreprises, entrepreneurs, cadres et acteurs du monde économique de toutes les filières, de toutes les ressources dans les filières, des personnes qui savent de quoi elles parlent. Des savoirs qui seront représentés venus de tous les horizons se dégageront inévitablement à la sortie deux choses : un consensus national et les lignes de force prioritaires d’un projet nouveau pour le nouveau Madagascar, y compris l’établissement d’une nouvelle constitution où les dirigeants rendront des comptes DE L’ ACTION qui aura été décidée par les Etats généraux , trimestriellement non pas à leurs pairs (Parlement) mais à l’assemblée représentative des Etats généraux..
      La voie proposée fait appel à la totalité de la société civile et politique. La vraie démocratie ne s’exerce pas dans la grande pauvreté, et son cortège d’insécurité et de corruption.
      Dernier point : quand j’écris que les étrangers restent à la porte ce n’est ni du nationalisme ni de la xénophobie c’est tout simplement que l’avenir est en jeu et que, quand l’eau est arrivée aux genoux, seuls les malgaches doivent décider ce qui est juste et efficace pour les malgaches. Au moment des Etats généraux, plus besoin d’amis étrangers, de francophonie, de conseils amicaux, de pressions amicales, d’experts, de conseillers, d’investisseurs privés étrangers, d’Etats étrangers : Madagascar en effet brûle il appartient aux seuls malgaches mais à tous les malgaches ( la société civile aux composantes rappelées ci-avant) et non pas aux quelques centaines qui actuellement et depuis 60 ans ont la direction réelle du pays de décider comment ils veulent éteindre définitivement ce feu. Je suis un Zanatan j’aime et admire Madagascar, encore une fois excusez moi pour ces apports prétentieux au débat.

  • 16 mars à 14:07 | zandede (#10615)

    Vohitra, Luczanatan
    Merci pour vos contributions

  • 16 mars à 15:00 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum

    Quelle démocratie pour un pays comme le notre ?
    Répondre à cette question est déjà difficile en soi n’est-ce pas ?
    Il ne s’agit pas de copier et coller ce qui se passe ailleurs car il y a démocratie et démocratie n’est-ce pas ?
    Pour qu’elle soit un outils de mesure ou d’évaluation juste et objective, il faut la définir et l’adapter à nos critères de valeurs humaines et sociétales n’est-ce pas ?
    En dehors des réponses à toutes ces questions, l’évaluation de notre démocratie serait sujette à caution et ne pourrait jamais refléter nos réalités dans le temps et dans l’espace en terme de chemin parcouru, d’objectif à atteindre et des moyens à mettre en place pour y parvenir n’est-ce pas ?

  • 16 mars à 22:55 | tsimahafotsy (#6734)

    Je n’ai pas encore lu le livre, mais je présume que la démocratie de façade dont il en est question, c’est la démocratie parlementaire à l’anglo-saxonne. La démocratie occidentale que l’Occident essaye d’imposer par les armes (Irak) ou par le chantage au monde entier.
    Mais la démocratie occidentale, c’est un truc des riches et des élites pour faire croire à la plèbe et aux pauvres qu’ils ont droit au chapitre dans la conduite des affaires du pays. C’est une conception de la démocratie qui sied à la mentalité anglo-saxonne, à la culture occidentale.
    Mais à Madagascar, c’est une grosse escroquerie politique et intellectuelle, génératrice d’instabilité depuis l’indépendance.
    Pourquoi ils ont assassiné Ratsimandrava ?
    Parce que Lui, il savait que la démocratie populaire du fokonolona, c’était la voie pour Madagascar.

  • 17 mars à 09:04 | lysnorine (#9752)

    FANORATANA LALÀM-PANORENANA VAOVAO - FOMBA SY VOTOATINY
    Re zandede 16 mars à 09:59 répond à Vohitra ^
    « Je milite pour une refonte de notre constitution »
    & luczanatan 16 mars à 10:51 | (#321) répond à TINO
    « Je réponds particulièrement au souhait de Zandede de lancer une nouvelle constitution....Je préconise donc des Etats généraux incluant tous les parlementaires et la société civile....ces Etats Généraux devraient réunir, outre des représentants de la jeunesse....toutes les forces vives du pays, universitaires, patrons de services publics, dirigeants d’entreprises, entrepreneurs, cadres et acteurs du monde économique de toutes les filières, de toutes les ressources dans les filières, des personnes qui savent de quoi elles parlent »

    Tsy miombon-kevitra velively amin’io famoriana « États Généraux » io izahay araka ny fanehoan-kevitra momba ny FOMBA entina hanaovana na hanavaozana ny Lalàm-panorenana sy ny VOTOATINY natolotray teto tao amin’ny
    http://www.madagascar-tribune.com/Tout-le-monde-conscient-des-enjeux,23267.html
    « Election présidentielle 2018 » -
    « Tout le monde conscient des enjeux mis à part le régime », jeudi 14 septembre 2017 :
    . lysnorine 16 septembre 2017 à 08:27, 09:15 , 09:33 sy lysnorine 17 septembre 2017 à 23:17 répond à lysnorine .

    1) lysnorine 17 septembre 2017 à 23:17 répond à lysnorine

    [...] manao REFERENDUM ALOHA ny mpitondra fanjakana MANGATAKA MIVANTANA amin’ny VAHOAKA IRAY MANONTOLO ALÀLANA hanavao na hanitsy ny Lalàm-panorenana ankehitriny ka TONDROINY mazava tsara MIALOHA
    - ireo andininy sy toko hiharàn’izany fanovàna na fanavaozana izany sy ny ANTONY ;
    - ny VOTOATINY, ary
    - ny FOMBA hanatanterahany azy.

    « Fiantsoana ny vahoaka ampiasa ny fahefana maha-« ANDRIAMANJAKA TSITOHA » azy izany, araka ny hevitry ny hoe « DEMÔKRASIA » koa tokony tsy hisy akory, na iray aza, mpanao pôlitika, na antoko mpanao pôlitika na fikambanana forongony, hanohitra ny fanaovana izany "REFERENDUM FANGATAHAN-DALANA" izany ! »

    (Hotohizana)

    • 17 mars à 09:17 | lysnorine (#9752) répond à lysnorine

      FANORATANA LALÀM-PANORENANA VAOVAO - FOMBA SY VOTOATINY
      Re zandede 16 mars à 09:59 & & luczanatan 16 mars à 10:51
      (tohiny1)

      2) lysnorine 16 septembre 2017 à 08:27

      @ rakoto-neutre 14 septembre à 13:07 | répond à LE VEILLEUR alias L’EVEILLEUR

      « Beaucoup de nos députés ne savent pas bien lire et écrire le français [...] NOTRE CONSTITUTION A ÉTÉ RÉDIGÉE EN FRANÇAIS. Et pour une retouche de cette constitution, BON NOMBRE DE GENS NE CONNAISSENT MÊME PAS UN SEUL ARTICLE DE CELLE-CI. On vote = OUI ou NON=, sans rien savoir la suite. Pauvre de nous, enfermés dans l’ignorance. »

      « Voalazan-drakoto-neutre tsara ny KILEMA BE VOALOHANY indrindra raiki-tampisaka amin’ny ny lalàm-panorenana teto amintsika dia NY FANORATANA SY NY FAMOLAVOLANA AZY MIALOHA AMIN’NY TENY AMAN-TSAINA FRANTSAY, dia avy eo vao adika amin’ny teny malagasy, tsy mazava sy tsy fantatry ny sarambabem-bahoaka loatra izay heviny. Noho izany dia FAMITAM-BAHOAKA BE VAVA ny fiantsoana ny vahoaka mpifidy hankasitraka na hitsipaka mivantana lalàna fehizoron’ny Fanjakany, mirakitra ANDININY ALIKISA - 167 ny ao amin’ny ankehitriny - ary nampialohaina KABARY LAVA BE IZAY ...AMBONY VAVAHADY IHANY angamba no andraisan’ny valalabemandry azy ka tsy dia misy ilany azy loatra [“Savaranonando” na “Préambule” ; “Ny amin’ny feni-kevitra fototra” na “ Des principes fondamentaux” ; “Ny amin’ny fahalalahana sy ny amin’ny zo aman’andraikitry ny olom -pirenena” na “Des libertés, des droits et des devoirs des citoyens”].

      Tsarovana fa ...72 [fotsiny !] NO ISAN’NY ANDININY TAMIN’NY LALÀM-PANORENANA NY REPOBLIKA MALAGASY tamin’ny 29 Aprily 1959 izay tamin’ny teny frantsay ary tsy nandalo referendum. Tsy midika velively akory izany rehetra izany fa tsy tokony tsy handray anjara mivantana amin’ny fanamboarana na fanitsiana ny Lalàm-panorenana ny Fanjakany ny vahoaka na amin’ny fomba fanatanterahana izany araka ny hovelabelarinay.

      « Maro ny kileman’ny lalàm-panorenana ankehitriny izay naroson’ny mpanongam-panjakana tamin’ny 17 martsa 2009 ho lanian’ny vahoaka tamin’ny referendum tamin’ny 17 nôvambra 2010. Koa sitraka sy telina ny tokony hanavaozana azy tanteraka na dia efa somary diso aoriana loatra aza amin’izao fotoana izao.

      « Nitentina 2,657,962 ny isan’ny mpifidy nankasitraka azy, izany hoe 37 %-n’ ny voasoratra ho mpifidy (7,151,223) na sahabo ho 12.75 isan-jaton’ny ny isan’ny mponina tamin’io taona io (20,846,615). Tsy diso izany no milaza fa TSY NANKASITRAKA ilay teti-dalàm-panorenana na ny fanaovana referendum ny vahoaka malagasy BE AN’ISA.

      « Manodidina ny tetika sy ny fomba hanovana na hanitsiana io lalàm-panorenana io, ka MBA TENA HANDRAISAN’NY VAHOAKA ANJARA AMIN’IZANY, dia REFERENDUM mangataka ALOHA ny FANKASITRAHANY ny HANAMBOARANA azy no tokony hatao voalohany indrindra. Dia hambara aminy tsara MIALOHA ny FITSIPI-PITONDRANA ny FANAVAOZANA Tetehina, ka HOTANISAINA aminy MIALOHA izany ny VOTOATIN’ny zavatra KASAINA HOVÀNA sy HAZAVAINA AMINY AMIN’NY TENY TSOTRA SY FOHIFOY NY ANTONY. Raha tsy sitrany moa dia mifarana hatreo ny tantara ! Fa raha sitrany kosa dia miroso AVY HATRANY amin’ny dingana manaraka, dia ny FIFIDIANANA ANTENIMIERAM-PIRENENA VAOVAO handavorary sy handany era ireo fanavaozana ireo, ary dia tsy misy ilàna referendum intsony aorian’izany.[2021 : Izany hoe tonga dia efa « ASSEMBLÉE CONSTITUANTE » koa izany io Antemieram-pirenena vaovao io]

      « Mazava ho azy, fa HIZARA ROAhizara roa amin’ny ankapobeny ny mpirotsaka hofidina depiote, dia ny MPOMBA ny fanavaozana ka nanao na nampanao « Eny » tamin’ny REFERENDUM, etsy an-daniny, ary ny MPITSIPAKA azy, ka nanao na nampanao « Tsia » etsy an-kilany. Koa tsy azo atao ambanin-javatra mihitsy eto ny fanovana ny FOMBA HIFIDIANANA ireo depiote ireo MBA HAHAFONGANA NY MPANAO SOTROBE LAVA TANGO mbetika manohana ny governemanta mbetika manohitra azy arakaraka ny hoe tambim-bola aman-karena omena azy, hono, hany ka tsy afa-manao ny asany ara-dalàna intsony ny governemanta fa lany andro manambitamby azy ireo, mitady « marimaritra iraisana » poaka aty. Ny fomba-fifidianana solombavam-bahoaka hisorohana izany mialoha dia ny FAMPIFANINANA LISITRA mirakitra anarana kandidà maromaro, tsy azo ovaovana, isaky ny « FARITRA 22 » izay atao « FARI-PIFIDIANANA » ny solombavam-bahoaka izany, ka TOKANA ihany ny FIHODINANA , dia izay LISITRA nahazo latsa-bato be indrindra no avy hatrany dia lany, na firy na firy no mpifidy nandray anjara tamin’ny fifidianana. Izany hoe MIARA-LANY DAHOLO NY AO ANATY LISITRA. « SCRUTIN DE LISTE MAJORITAIRE SIMPLE À UN TOUR, SANS PANACHAGE NI VOTE PRÉFÉRENTIEL » no fiantson’i Frantsa izany fomba fifidianana izany. Tsarovana fa nampiharina foana teto Madagasikara io « scrutin de liste majoritaire » io hifidianana ny depiote nandritra ny fitondran’Itpk Tsiranana afa-tsy teto Antananarivo Renivohitra. Arakaraka ny isan’ny mponina ao amin’ny « faritra iray » izany no isan’ny depiote anaty lisitra hofidiny. Ohatra raha heverina fa, ara-keviny, dia tokony hanana depiote iray ny mponina miisa 100,000 dia tahatahaka izao no mety ho isan’ny depiote anjaran’ny « faritra » [2021 : arakaraka ny havitsian’ny isan’ny mponina ao aminy tamin’ny vokatry ny fanisam-bahoaka, 18 Mey 2018]

      01 Melaky : 3 (309,805)
      02 Betsiboka : 4 (394,561)
      03 Ihorombe : 4 (418,520)

      04 Bongolava : 7 (674,474)
      05 Menabe :7 (700,577)
      06 Anosy : 8 (809,313)
      07 Amoron’i Mania : 8 ( 833,919)
      08 Diana : 9 (889,736)
      09 Itasy : 9 (897,962)
      [...]
      12 Atsimo-Atsinanana :10 (1,026,674)
      13 Sava : 11 (1,123,013)
      [...]
      16 Vatovavy-Fitovinany 14 (1,435,882)
      17 Matsiatra Ambony : 14 (1,447,296)
      [...]
      20 Atsimo-Andrefana : 18 (1,799,088) [48]
      21 Vakinankaratra : 21 (2,074,358)
      22 Analamanga 37 : (3,618,128) [58]

      [tontaliny : 255 depiote]
      (Hotohizana)

    • 17 mars à 09:25 | lysnorine (#9752) répond à lysnorine

      FANORATANA LALÀM-PANORENANA VAOVAO - FOMBA SY VOTOATINY
      Re zandede 16 mars à 09:59 & luczanatan 16 mars à 10:51
      (Tohiny 2 )

      3). lysnorine16 septembre 2017 à 09:15 répond à lysnorine ^ :

      @ rakoto-neutre 14 septembre à 13:07 [...] notre constitution a été RÉDIGÉE EN FRANÇAIS [...] BON NOMBRE DE GENS NE CONNAISSENT MÊME PAS UN SEUL ARTICLE de celle-ci . On vote = OUI ou NON=, SANS RIEN SAVOIR la suite. Pauvre de nous, enfermés dans l’ignorance. »

      « Avy hatrany dia HIAVAKA izany izay ANTOKO LANIN’NY VAHOAKA eran’ny Nosy ho MPANOHITRA amin’io FOMBA FIFIDIANANA io, koa tsy misy ilàna azy ny kabary mikasika ny hoe « zo hijoro ho mpanohitra » sy ny « sata » mifehy azy ka hanefena lalàna manokana indray (andininy faha-14). Mifanindran-dalana amin’izany koa ny tsy maha-misy antony ny andininy faha-72 mandrara ka manongana izay depiote miala amin’ny vondrona pôlitika « nahavoafidy azy » na ny marimarina kokoa angamba eto dia ny hoe : vondrona pôlitika « NANDROTSAKA AZY HOFIDIN’NY VAHOAKA ». Aoka tsy hohadinoina fa izay lany depiote rehetra dia lanim-bahoaka fa tsy lanin’ny antoko tsy akory ka lasa « gadra lavan’ny antoko » mandrakizay eo amin’ny fanatontosany ny adidy aman’andraikiny amin’ny maha-DEPIOTEN’ ny VAHOAKA MALAGASY IRAY MANONTOLO AZY, fa tsy hoe depioten’ny antoko nandrotsaka azy hofidina na depioten’ny fari-pifidianana nifidy azy fotsiny. FANOSIHOSENA AOKA IZANY NY FIANDRIANAN’NY VAHOAKA MALAGASY nametraka ny fitokiany amin’ny depiote nofidiny eo amin’ny fitsimbinany ny tombon-tsoam-pirenena io andininy faha-72 io. Koa ny feon’ny fieritreretan’ilay depiote irery ihany eo amin’ny fanajany izany fitokian’ny vahoaka azy izany, no tokony hibaiko azy amin’ny fisintahany amin’ny vondrona nisy azy raha hitany fa mifanohitra amin’ny fikatsahana ny tombom-tsoan’ny firenena sy ny vahoaka ny pôlitika arahan’ny namany.

      « Fa ny zavatra iray lehibe mikasika ny fomba fifidianana, ka heverinay fa mihatra amin’ny ain’ny firenena mihitsy, dia ny fampiharina FIHODINANA TOKANA amin’ny FIFIDIANANA REHETRA ka amin’izay, izay nahazo latsa-bato be indrindra no avy hatrany dia voafidy. Efa naverimberinay matetika fa raha fihodinana TOKANA no nihatra tamin’ny FIFIDIANANA PREZIDÀ TAMIN’NY 2001 dia TSY HO NISY IRENY KORONTANA NAHATSIRAVINA TAMIN’NY 2002 IRENY. Izay mpanao pôlitika miendrika ho « homme d’état » angamba mahatsapa izany avy hatrany. Tsy asian-teny ny FITSITSIANA VOLAM-BAHOAKA. Noho izany, mahasoa dia mahasoa ary hanadio ny sehatra fanaovana pôlitika ny FANOVANA arak’izany ny andininy faha-47.3 manao hoe : « Voafidy ho Filohan’ny Repoblika avy hatrany izay mahazo ny antsa(sa)manilan’ny vato manankery amin’ny fihodinana voalohany. Raha tsy tratra izany, dia asiana fihodinana faharoa ka izay mahazo ny ampahany be indrindra amin’ny vato manan-kery no lany ho Filohan’ny Repoblika amin’ireo mpilatsa-kofidina roa nahazo vato be indrindra tamin’ny fihodinana voalohany ».

      Ka ovana hoe :

      “TOKANA IHANY NY FIHODINANA AMIN’NY FIFIDIANANA IZAY HO FILOHAN’NY REPOBLIKA. VOAFIDY ho Filohan’ny Repoblika AVY HATRANY IZAY MAHAZO LATSA-BATO BE INDRINDRA NA FIRY NA FIRY NO NANDRAY ANJARA TAMIN’NY FIFIDIANANA”

      Manarak’izany, maro dia maro no zavatra efa nokianin’ny mpanao pôlitika koa ny amin’ity Lalàm-panorenana manan-kery ankehitriny ity ka heverinay fa TOKONY HOTANISAIN’NY MPITONDRA FANJAKANA AMIN’NY VAHOAKA REHEFA MIANTSO AZY HANDRAY ANJARA AMIN’ILAY « REFERENDUM » noresahinay tetsy aloha izy, izay, antitranterinay foana fa tokony ho DINGANA VOALOHANY amin’ity FANAVAOZANA ny Lalàm-panorenana kasaina hatao ankehitriny ity. Na zovy na zovy manopy maso kely amin’ilay lalàm-panorenana ankehitriny, dia tsy tambo isaina ny andininy tokony horavana ankoatry ny fanafoanana ilay andininy faha-46.2. mitaky ny fialan’ny Filohan’ny Repoblika amperinasa amin’ny toerany enim-polo andro aloha ny fifidianana raha tany ka milatsaka hofidina izy. Araka ny efa voamariky ny mpandinika maro dia ISIKA IRERY angamba eran’izao tontolo izao no nametraka izany fepetra izany, izay manala-baraka ny Filoha amperin’asa lanim-bahoaka noho ny fanendrikendrehana azy MIALOHAN’ny fifidianana hoy jiolahy hanararaotra ny fahefany sy hangala-bato. Tsy misy afa-kiantoka fa tsy hanao toy izany koa izay misolo azy vonjy maika satria mety efa voavidy mialoha hampiasa ny fahefam-panjakana hanohanana kandidà hafa tian’ny sasany - fanjakana vahiny na orinasa vahiny mitady tany malemy hanorenan-pangady - ho prezidà !

      Ambonin’izany, tokony hofenoina mazava tsara koa ny andalana 1 amin’io andininy faha-46 io ihany hoe :
      « Izay olona rehetra milatsaka hofidina ho Filohan’ny Repoblika DIA TSY MAINTSY MIZAKA NY ZOM-PIRENENA MALAGASY ».

      « Ary na zovy na zovy mikasa hilatsaka hofidina ho Filohan’ny Repoblika dia tsy maintsy MANAO FANAMBARANA manantitrantitra fa : TSY ANISAN’NY OLOM-PIRENENA-ANA FIRENEN-KAFA IZY, ka raha sendra nizaka zo-na firenen-kafa izy dia MAMPISEHO NY POROFO ara-panjakana manamarina FA EFA NARIANY tokoa izany zony izany.
      « Toe-javatra efa nitranga tany amin’ny firenena Eôrôpeanina sasany ny toy izany. »

      (Hofaranana)

    • 17 mars à 09:31 | lysnorine (#9752) répond à lysnorine

      FANORATANA LALÀM-PANORENANA VAOVAO - FOMBA SY VOTOATINY
      Re zandede 16 mars à 09:59 & luczanatan 16 mars à 10:51
      (Tohiny 3 sady farany )
      4) 16 septembre 2017 à 09:33 | lysnorine (#9752) répond à lysnorine ^

      @ rakoto-neutre 14 septembre à 13:07 [...] NOTRE CONSTITUTION A ÉTÉ RÉDIGÉE EN FRANÇAIS [...] BON NOMBRE DE GENS NE CONNAISSENT MÊME PAS UN SEUL ARTICLE DE CELLE-CI . On vote = OUI ou NON=, SANS RIEN SAVOIR la suite. Pauvre de nous, enfermés dans l’ignorance. »

      - Mila ravàna koa Ilay andininy faha-168 sady farany amin’ilay Lalàm-panorenana, nanangana « Filankevitry ny Fampihavanana Malagasy », « mahakasika [izany] fampihavanam-pirenena » izany, izay tsy misy fotony velively, satria tsy mbola nisy VAHOAKA malagasy nifamono izany teto : fa fanoherany indrindra sy fandreseny ireo ANTOKO sy MPANAO PÔLITIKA ary ny MPIKARAMA AN’ADINY nitetika ny andrehitra adim-poko, hampisara-bazana ny Malagasy sy hamakivaky an’i Madagasikara, nanapotika tetezana sy niezaky ny nanao fahirano ny ampovoan-tany, ary nanenjika ny Ambaniandro sari-monina tany ivelan’Imerina no nisy nandritra efatra na dimy volana voalohany tamin’ny taona 2002.

      - Ny faharetan’ny olom-boafidy rehetra eo amin’ny toerana nametrahan’ny vahoaka azy dia mila HALAVAINA misimisy daholo koa . Araka ny nomarihin’ny mpanoratra iray etsy aloha :

      « 14 septembre à 16:06 | spliff (#5871) répond à rayyol ^
      « toute personne ayant entrepris - à Madagascar - quoi que ce soit d’une certaine envergure comprendra que LA DURÉE D’UN MANDAT DE CINQ ANS EST DIFFICILEMENT RÉALISTE pour faire ne serait-ce qu’émerger les parties visibles de tout projet crédible et ambitieux entrepris depuis ses fondements. »

      « Farany misy FOTO-PITSIPIKA VITSIVITSY ireto azo entina hanavaozana ny Lalàm-panorenana tsara homasahin’ ny mpamolavola azy sy ny mpanomana ny « referendum » noresahinay etsy aloha :

      - Ankoatry ny FANAFOHEZANA ny Lalàm-panorenana ankehitriny, dia tsara raha hialana daholo ny andininy rehetra FANDIKANA BEFAHATANY sy FANAOVANA TSIANJERY ny Lalàm-panorenana ny Repoblika frantsay faha-5 izay diso tafahoatra loatra ny fikendreny ny hanambany ny solombavam-bahoaka sy ny hamerana ny fahefany manefy lalàna, sy manara-maso ny asan’ny governemanta, izay zavatra efa voarakitra rahateo tao amin’ny Lalàm-panorenana ny Repoblika malagasy tamin’ny 1959. Mifandray amin’izany fitsipahana ny Lalàm-panorenana frantsay izany ny FANAFOANANA NY TOERANA PRAEMINISTRA tahaka ny tamin’ny andron’Itpk Tsiranana ka ny Prezidàn’ny Repoblika ihany no lehiben’ny governemanta. Mety mahasoa koa angamba ny MAKA TAHAKA NY FOMBAN’I ETAZONIA SASANY, dia tahaka ny hoe : FOTOANA VOATONDRO MIALOHA, TSY MIOVAOVA NO HANAOVANA NY FIFIDIANANA REHETRA. Midika izany fa MIJANONA FOANA AMIN’NY TOERANY NY OLOM-BOAFIDY MANDRA-PAHA-TAPITRY NY FE-POTOANA NIFIDIANAN’NY VAHOAKA AZY. Ny amin’ny prezidàn’ny Repoblika moa dia misy lefitra miaraka fidina aminy izay misolo toerana azy mandra-paha-tapitry ny fe-potoana nifidianana azy raha tsy afaka manohy ny asany intsony izy na toa inona na toa inona no antony. Torak’izany koa izany ny hananan’ny olom-boafidy hafa (solombavam-bahoaka, loholona, sns., sns.) mpisolo toerana azy.

      « Farany, TSY MISY TOKONY MBOLA HITANANA ny « PROVINCES » enina fa avy hatrany dia diasan’ny « FARITRA 22 », ary averina amin’ny laoniny ny « préfets » sy « sous-préfets » fahizay izay TOA EFA NOFOANANA angaha

      « Ataonay fa mora hazavaina amin’ny vahoaka ihany izany rehetra izany mandritra ny fampielezan-kevitra amin’ilay REFERENDUM HIERANA AMINY MIALOHA ny fanovana ny lalàm-panorenana, araka ny famelabelarana sy fanazavana natao taminy, koa hotontosaina Antenimieram-pirenena vaovao raha sitrany. »

  • 17 mars à 14:21 | luczanatan (#321)

    Désolé à tous je ne parle pas malgache ; je comprends que peu de gens connaissent la constitution rédigée en français en plus ( et non traduite en malgache ? On a une académie quand même ?).
    L’ urgent n’est pas de voter une constitution mais de mettre en place un mode de fonctionnement opérationnel qui exécutera les décisions d’étude et d’action des Etats généraux et qui rendra compte de l’avancement aux Etats généraux.
    Et les études dont je parle c’est le moyen de tirer le meilleur bénéfice pour le pays des ressources naturelles du pays ( = terre , mer, sous-sol) avec une vision claire.
    Le pays a des élites qui doivent aller OBLIGATOIREMENT dans le même sens c’est cela une république qui marche dirigée par des Etats généraux pragmatiques : les joutes oratoires c’est de la fake démocratie ; l’étude des filières, la construction de filières c’est de l’action pour que l’argent vienne (par les exportations) et reste dans le pays ( réinvestissement et impôts) .
    Pas besoin à court terme ’(1 an -18 mois) d’une nouvelle constitution et d’élections, il ne faut pas palabrer et voter, il faut travailler .

    • 17 mars à 16:44 | betoko (#413) répond à luczanatan

      Désolé de vous contredire mais cette constitution est traduite en langue malagasy
      Élaborer et faire voter une autre constitution pour quoi faire ,Depuis 1960 c’est la quatrième fois qu’ on modifie la constitution et personne n’est satisfaite .Ne trouvez vous pas que la constitution de la première république est plus solide que les autres disons à 80% ? D’accord c’est presque une copie de la constitution française de 1958 , mais il sera plus sage de rajouter quelque chose pas toute pour qu’ elle soit adaptée à nos us et coutumes

  • 17 mars à 17:12 | betoko (#413)

    Qu’appelle t on démocratie de façade ? Est ce que le fait de pouvoir publié des caricatures critiquant le régime est une démocratie de façade ou avoir insulté un président de la republique ou traiter le régime est encore une démocratie de façade ?
    Je vous invite à critiquer un régime dans un pays avec le régime totalitaire et vous verrez le resultat

    • 17 mars à 18:47 | MALIBUC (#9345) répond à betoko

      C’est vrai qu’à Madagascar on peut critiquer le régime on risque rien !
      Alors allons y, PRM de mer.de, voleur, dictateur, corrompu, sa foza aussi.....etc.....
      Candidat à la Cour Pénale Internationale pour crime contre l’humanité à laisser mourir de faim son peuple...
      Vous en voulez encore ?

  • 17 mars à 17:26 | Vohitra (#7654)

    30 ans après son coup d’Etat au Soudan en 1989, Omar El Bechir avait été mis aux arrêts et emprisonné par la justice de son pays…

    Et il est aussi accusé de crime contre l’humanité et de crime de génocide pour ses actes au Darfour…et sur ces lourdes charges, il se pourrait qu’il sera aussi jugé par la Cour Internationale de Justice de La Haye…

  • 19 mars à 15:29 | Turping (#1235)

    La démocratie de façade :
    Mot clé : état de droit .
    Dans un pays où le Chef de l’Etat et son régime modifient sans cesse le texte et l’esprit de la Constitution en fonction de leurs intérêts personnels et au mépris de tout compromis et de tout consensus avec l’ensemble des forces politiques de leurs pays, l’ Etat de droit n’existe pas ou un mot vain pour adouber les esprits faibles . Dans un Etat de droit, la loi n’est pas faite pour quelqu’un ou contre quelqu’un. Elle est impersonnelle, transcendante et objective. Elle est faite pour tous et ne vise personne en particulier .Donc ,on ne tripatouille pas la loi à sa convenance et ses intérêts personnels .
    - Sans singer systématiquement ce qui se passe ailleurs ,la séparation du pouvoir et la justice sont considérées comme l’ancrage à l’état du droit .

    - L’indépendance de la justice conditionne l’Etat de droit.

    ​Elle signifie que l’Etat de droit n’est possible que là où les magistrats ne sont pas à la merci des desiderata des pouvoirs exécutifs et législatifs. Dans l’Etat de droit, le pouvoir judiciaire est donc strictement indépendant : ni justice des vainqueurs, ni justice des vaincus, ni justice aux ordres, mais justice compétente et libre pour dire objectivement le droit à partir de l’examen contradictoire des affaires soumises aux juridictions. La séparation des pouvoirs, chère à Montesquieu, est ainsi l’une des conditions essentielles de l’apparition de l’Etat de droit. Et si ce dernier est considéré par de nombreux spécialistes comme la principale caractéristique des régimes démocratiques modernes, c’est précisément en raison de l’importance majeure de cette séparation des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire qui conditionne la possibilité et l’effectivité de toutes les libertés citoyennes fondamentales.

  • 19 mars à 15:29 | nez_gros (#10715)

    - Autophobie, Autodérision, autoflagellation, , absence d’amour propre, carence de fierté, folie profonde.

    - Tous ce problèmes , on le sait, on en a déploré, on dort avec, on se lève le matin avec, on mange (plutôt on ne mange pas) avec, et aussi, et au chaud, et au sueur ....

    - Il est temps de trouver un Livre, positif , qui propose des solutions ....

    Raymond Rajeva, qu’est ce que t’as fait, tes clans et toi, avec Ratsiraka, avec zafy, avec Ravalo, etc.... ne joue pas le donneur de leçon gros... t’as capté ou pas ????

    - Je n’achèterai pas ce livre, car si Madagascar est dans un tel état depuis 1960 (donc 61 ans , excuse moi de peu), ce n’est pas la seule faute à Ratsiraka, ni le seul Tsiranana, ni le seul ravalo, ni TGV seul, ni Hery seul , et encore moins de Zafy Albert... C’est la faute des intelligentsia, des elites, et de la population entiere ... t’as capté ou pas gros

    • 22 mars à 10:25 | luczanatan (#321) répond à nez_gros

      Bonjour à tous
      Le livre de Mireille Razafindrakoto, ( œuvre collective je signale) est bien saturé de statistiques, car scientifique ( et ce qui n’est pas mesurable n’est qu’une opinion), mais quand vous le refermez vous avez compris et déduit le message : depuis l’indépendance entre 5 et 10000 familles gèrent le pays . Quelques nouveaux venus s’imposent en haut de la pyramide, et participent à la gestion, mais le bloc formé par ces familles tient, et poursuit sa vie d’élite de la fonction publique, des affaires , de la politique. Le pays est cadenassé.
      Tout cela on le sait. Alors quelle est la solution ?
      Comment faire sauter ce verrou ?
      Par un projet économique, bien clair, qui apportera à l’ État des ressources financières pour faire un bon travail.
      Où sont les ressources financières ?
      Pas dans les emprunts ou dons auprès de nos prêteurs et donateurs, mais elles sont dans une exploitation optimale ( pour tous les Malgaches)
      des ressources naturelles.
      Ce projet économique : sa mise en œuvre structurera l’économie et les institutions .
      La vraie démocratie c’est la cerise sur le gâteau.
      Commencer par le gâteau c’est la solution.
      Elle implique de grands changements quant à la gestion non pas des modes d’élection, (Fake democracy) mais du nerf de la guerre : de l’argent.
      Et l’argent de Madagascar il est où ? Il va où ? Il sert à quoi ?
      Les élections sont un luxe. Manger, s’instruire, se loger, vivre en sécurité, voir des progrès s’installer au quotidien c’est cela l’important. Les élections , les jeux, les religions, les rivalités ethniques, sont le rideau de fumée qui empêchent de s’occuper du seul vrai sujet : les moyens, les ressources : l’argent.
      Veloma

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS