Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 3 octobre 2022
Antananarivo | 18h20
 

Politique

Dialogue présidentiel

L’opposition claque la porte

vendredi 30 novembre 2007 | Alphonse M.

L’espoir de voir les membres de l’opposition et les hommes du pouvoir de s’asseoir autour d’une même table s’est envolé en éclat. Invitée à participer au « Dialogue présidentiel », la plateforme de l’opposition a quitté la salle trente minutes seulement après le début de la cérémonie d’ouverture faute d’un vrai débat politique.

Fidèles au rendez-vous, les six membres de la plateforme de l’opposition étaient présents hier à Iavoloha pour participer aux consultations dans le cadre du "Dialogue présidentiel". A l’invitation du président de la République, Herizo Razafimahaleo (Leader), Marson Evariste (RPSD), Reboza Julien (SPDUM), Vaovao Benjamin (Arema), Seramila Beza (Tambatra) et Maurice Beranto ( Fidem) sont venus à Iavoloha dans le but de « dialoguer » directement avec le chef de l’Etat Ravalomanana Marc. Mais, les membres de l’opposition sont restés sur leur faim. Le locataire d’Iavoloha a brillé par son absence. Déçus, Herizo et consorts ont quitté la salle du National Leadership Institute (NLIM), trente minutes seulement après le coup d’envoi du 8ème engagement du MAP axé sur la « Solidarité nationale ».

En fait, après le discours d’ouverture du premier ministre Charles Rabemananjara qui a ensuite lu le programme entre ses mains, la délégation de la plateforme de l’opposition a préféré s’en aller.

Déception…

A la sortie de la salle, les membres de l’opposition n’ont pas caché leur déception. « Nous sommes venus à Iavoloha, en toute simplicité et sincérité afin de discuter des affaires nationales avec les autorités. Mais, le principal initiateur (Ndlr : Ravalomanana Marc) s’est éclipsé », a martelé Herizo Razafimahaleo, porte-parole de la plateforme de l’opposition. « Nous sommes totalement décus », a-t-il déploré.

Sans pour autant minimiser le volet culturel, l’opposition souhaiterait discuter de la réconciliation nationale, du code électoral, des exilés et des détenus politiques...pour que le « Dialogue présidentiel » ne soit pas vide de sens.
De son côté, l’ancien conseiller spécial du chef de l’Etat, Manandafy Rakotonirina, parmi les hommes politiques présent au palais d’Iavoloha, n’espère pas des résultats probants de cette rencontre. Ce n’est que gesticulation afin de tromper l’opinion publique et la commuanuaté internationale.

Débauche de dépenses

Par ailleurs, Herizo Razafimahaleo a également justifié cette décision de la plateforme de l’opposition de quitter la salle de réunion pour ne pas être taxé complice de débauche de dépenses occasionnées par la série de consultations dans le cadre du « Dialogue présidentiel ». Comme durant la réunion des chefs fokontany, une enveloppe budgétaire consistante sera allouée à l’organisation de ce « Dialogue présidentiel ». Aux yeux de l’opposition, il n’y aura pas une solidarité nationale tant qu’une partie de la population et certaines régions sont délaissées ou exclues dans la gestion des affaires nationales. Il s’agit d’une manipulation gratuite a conclu M. Herizo. Pour preuve, il a cité l’organisation des pseudo-élections alors que tous les responsables dans les régions et fokontany sont nommés par le pouvoir central. Dans les prochains jours, les gens du pouvoir auront certainement des mots à dire sur ce sujet.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS