Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 17 août 2022
Antananarivo | 11h08
 

Politique

Andry Rajoelina

« Ils ont tout renié ! »

jeudi 10 décembre 2009 | Bill

« Ils ont tout renié des accords de Maputo et de l’Acte additionnel d’Addis-Abeba ! » Ce sont les propos de Andry Rajoelina devant la presse ce mercredi 9 décembre. « Ils veulent dépouiller le président de la Transition  », poursuit-il. Ils, ce sont les trois mouvances qui s’étaient réunies à Maputo avec leurs chefs de file et qui ont élaboré ou affiné, c’est selon, les clés de répartition des postes ministériels du gouvernement Mangalaza et les autres institutions de la Transition. Andry Rajoelina qualifie ce qui a été confectionné à Maputo III de coup d’État pur et simple. Et des mesures, martèle-t-il, seront prises à l’endroit des auteurs de cet acte. Il ajoute qu’il suggère et encourage ses collaborateurs à prendre des dispositions dans ce sens.

Les présumés auteurs de coup d’Etat sont pour l’instant à Maputo si deux des chefs de file, Marc Ravalomanana et Didier Ratsiraka sont déjà rentrés, l’un à Paris et l’autre à Johannesbourg. D’après les explications de quelques-uns de ces « prévenus » sans l’être, il s’agissait à Maputo de clarifier les termes, de lever les blocages et de chercher le mode opératoire des structures. Des fonctions ont donc été précisées, comme celles du Conseil présidentiel et de ses membres.

En fait, Maputo III a, comme suggéré dans les Accords de Maputo I, confirmé que les chefs de file étaient égaux et sur un même pied d’égalité. C’est la raison pour laquelle, sans qu’on ait touché au titre de président de la Transition, ce président de la Transition est membre au même titre que les co-présidents, du conseil présidentiel où toutes les décisions doivent être prises.

Sans doute, pressentant le danger qui le guette s’il poursuit les discussions sur ce qui est écrit dans les accords, Andry Rajoelina a préféré ne pas se rendre à Maputo. « Après avoir donné ses doigts, il risque fort de se faire broyer tout son bras et ses membres inférieurs pour finir paralysé » indiquent les observateurs. D’ailleurs les chefs politiques Leader Fanilo, MONIMA, AKFM, OTRIKAFO, FARIMBONA, MASTER l’ont pressenti depuis les débuts des pourparlers pour Maputo et c’est pourquoi, ils ont exigé qu’ils fassent partie de la délégation lors des rencontres de Maputo II. Ces chefs de parti ont compris déjà sans l’avouer ni l’admettre en public que les accords de Maputo I signés par Andry Rajoelina ont considérablement réduit l’autorité et le pouvoir de Andry Rajoelina, en contrepartie de son titre de président de la Transition reconnu par ses adversaires et par le GIC bien que son avènement au pouvoir ne soit pas « démocratique ». Et cette concession de part et d’autre explique la mise sur un même pied d’égalité des mouvances politiques. Le titre de président est tacitement admis pour des questions protocolaires et d’honneur.

4 commentaires

Vos commentaires

  • 10 décembre 2009 à 07:43 | Jill (#3525)

    Caméléon sait parler la langue de bois ! Il a vite appris au pays des droits de l’homme, dites-donc !

    • 10 décembre 2009 à 11:57 | Basile RAMAHEFARISOA (#417) répond à Jill

      Il faut arrêter de faire des concessions sans fin.

      Ils ont fait un crime de haute trahison en envoyant cette fameuse lettre à Messieurs le S.G.de l’O.N.U et du Premier Ministre DANOIS,il faut le signifier avant qu’ils mettent les pieds sur le sol malgache (au bas de la passerelle en cas de retour à MADAGASCAR).

      Basile RAMAHEFARISOA

      200ç-Front pour le changement à Mafdagascar

      RAJOELINA//MONJA//REGIONS//FORCES DE L’ORDRE.

  • 10 décembre 2009 à 15:57 | ragasy (#416)

    Ils veulent dépouiller le président de la Transition

    C’était ça la raison de tout le cinéma de la larve ! Rien que ça !

  • 10 décembre 2009 à 17:10 | da fily (#2745)

    Mr Rajoelina, par la sainte reflexion qui ne vous caractérise pas, je vous demanderai un peu plus de profondeur, un peu plus de justesse dans vos incartades devant la presse. Je réitère ma demande et vous prie de reconsidérer cette fonction que vous occupez actuellement : vous n’êtes plus chef de bande ou loup dominant de la meute, oubliez les quolifichets et les postures arrogantes qui vous font voir de loin. Si il y avait un conseil en affaire politique qu’il faudrait vous donner : apprenez de Sir Winston Churchill, de De Gaulle ou...je n’ai pas d’exemple malagasy. Bannissez la faconde vicelarde d’un Berlusconi, l’assurance névrosée d’un Bush, vous êtes à la place d’un grand, mais grandissez enfin que diable ! Il vous sera bénéfique de chausser enfin ces fameuses pompes quand vous aurez appris à marcher plus droit. Pour l’instant, vous ramez à contresens, virez-moi ce bord crévindieu.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS