Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 6 octobre 2022
Antananarivo | 16h27
 

Politique

Elections communales

Fraudes massives à Vangaindrano

lundi 14 janvier 2008 | Alphonse M.

Victime des fraudes massives, l’association Mananara Fanilo a déposé des requêtes à la Chambre administrative pour annulation des résultats électoraux lors des dernières communales dans le district de Vangaindrano. Au total, neuf requêtes ont été déposées au Conseil d’Etat. Des preuves à l’appui (Procès-verbaux électoraux), le mandataire de cette association, Randrianiandrisoa Charles, nous a affirmé que le scrutin du 3 décembre dernier est entaché de fraudes dont le chef de district local est le cerveau. Dans les communes de Vangaindrano, Tsiately, Vohitrambo, Vohimalaza, Manambondro, Fenoambany, des contradictions sont constatées au niveau des procès-verbaux de vote remis aux délégués des candidats et ceux qui sont envoyés à la CRMV (Commission de Recensement de Matériels de Vote). Toutes les preuves attestant ces irrégularités sont entre les mains des magistrats. La balle est désormais dans le camp du Conseil d’Etat.

Razafimily Constance comme cible

En attendant le verdict de la Chambre administrative, la situation est au bord du chaos. La machine administrative dans les communes concernées est totalement paralysée. La population s’oppose vigoureusement à la décision du tribunal administratif de Fianarantsoa et à l’inversion des résultats. Les portes de certaines communes de Vangaindrano ont été clouées par des manifestants. On réclame le verdict des urnes.

Visiblement, cette opération a pour but d’éliminer l’actuel questeur du sénat pour des prochaines sénatoriales, car fort probablement, les maires figurent parmi les grands électeurs de la Chambre haute. Elément gênant, Razafimily Constance est considéré comme persona non grata à Anosikely. Le TIM veut une majorité absolue dans les deux Chambres pour faciliter l’amendement de la Constitution ou le vote des projets de lois. Pour l’instant, l’élection des membres du conseil régional ainsi que les modalités de vote des sénateurs sont encore floues. Les autres partis risque d’être pris au dépourvuent. Seuls les hommes du pouvoir qui connaissent les textes régissant ces deux scrutins ont pu fignolé ainsi leurs stratégies électorales. A qui profite le crime ?

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS