Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 27 septembre 2021
Antananarivo | 19h23
 

Tribune libre

Filière crocodile en danger

vendredi 6 juillet 2012

En septembre 2009, la CITES (Convention on International Trade in
Endangered Species of wild fauna and flora) a sorti un moratoire
concernant la filière crocodile à Madagascar. Cette décision a été
reconfirmée par la 15° assemblée de la Cites qui s’est tenue à Genève
du 13 au 25 mars de l’année 2010 et est maintenue jusqu’à présent.

Depuis trois ans donc, Madagascar a été fermé pour toute activité
concernant le crocodile. Cette décision a été prise suite à des
problèmes administratifs relevés par la CITES notamment dans le manque
de stratégie de gestion.

De nombreuses colloques avec ou sans la participation de la Cites ont
été organisés par le ministère de l’environnement et des forêts depuis
mais sans grands résultats. Des cahiers de charges ont été émis par le
ministère mais ce manque de stratégie de gestion faisait toujours
défaut.

Il faut savoir que la filière crocodile fait vivre entre 300 et 400
familles (dans le formel ou non). Le dernier chiffre enregistré fait
office de 1.4 milliard d’Ariary en 2007 pour l’exploitation de peaux,
sans compter le commerce dans l’artisanat. Cela représentait environ
28% de toutes les activités faune et flore confondues.

Actuellement, le cuir de crocodile sur le marché international coûte
dans les 3 euros le cm pour des peaux de taille moyenne (25-29cm)
alors que sur le marché local ça se vend à moins d’1 euro même pour les
grandes peaux qui proviennent de croco adultes. La dévalorisation du
produit a atteint son paroxysme.

Une délégation malgache participera à la prochaine réunion de la Cites
qui se tiendra à Genève le 27 Juillet prochain pour revoir la
situation. Quoi qu’il en soit, la balle est dans le camp Malgache
surtout le ministère de l’environnement. L’avenir de la filière et de
l’espèce même en dépend.

Zoly RANDRIANANTOANDRO - Ingénieur Chimiste
Directeur Technique de SERCA/Croc Farm
(Société spécialisée dans l’élevage de crocodile)

4 commentaires

Vos commentaires

  • 6 juillet 2012 à 09:33 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    Elever des crocodiles !
    Pourquoi faire ???exactement.

    • 6 juillet 2012 à 11:13 | Kelimaso (#4979) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Pour le sauvegarde de l’espèce, il faut un minimum d’exploitation.

      Alors basile, au lieu de focaliser les filets de sécurité sur les tsena mora, il est tout de même nécessaire de protéger ce qui est propre à Madagascar... Vous voulez tout de même pas que la filière se casse la gueule comme le café et la vanille, non ?

      Et relisez mieux SVP.

    • 6 juillet 2012 à 15:17 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à Kelimaso

      Elever des crocodiles pour les exploiter en monnaie sonnante pour la "POPULATION",ok !
      Elever pour le plaisir,rien à cirer.
      Basile RAMAHEFARISOA
      1943
      b.ramahefarisoa@gmail.com

  • 6 juillet 2012 à 12:14 | intrus (#6296)

    Pour les bois de rose, il est déjà trop tard... le mal est déjà fait, il serait tout a fait regrettable de perdre aussi nos crocos. Je me pose des questions pour l’héritage que nous allons laisser à nos enfants !

    Mr le PM Beriziky est en charge du min env actuellement, il doit montrer qu’il est à la hauteur car la filière croco n’est que la partie visible de tout un iceberg. Beaucoup de secteur souffrent actuellement, c’est loin d’être un cas isolé.

    On en fait tout un plat pour quelques tortues Angonoka saisies par ci par là, mais on ferme les yeux pour la quasi totalité de nos fossiles vivants.

    Dommage que des animaux préhistoriques doivent disparaitre à cause de la transition !

    Ah oui, j’ai oublié de dire pourquoi l’espèce est en danger ? Bah la population riveraine des sites où il y a le plus de crocos détruisent les oeufs de peur des attaques des crocodiles dans le futur (bétail et les humain même). Sans stratégie de gestion, c’est fini.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS