Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 16 juin 2024
Antananarivo | 04h42
 

Socio-économique

Des défis

État de dépendance

mardi 15 avril 2014 |  2631 visites  | RAW

L’État malgache a des devoirs ; à l’égard des femmes, des enfants, en matière de santé, d’appui à la nutrition et d’éducation. L’État malgache n’est pas en mesure d’y faire face. En tout cas, la Transition leur avait préféré les investissements de prestige onéreux. Plutôt que de s’occuper des adductions d’eau potable ou de remettre de l’ordre dans les réseaux de centre de santé de base, des stades de rugby et salles de spectacles ont vu le jour.

L’État a aussi des devoirs tels ceux de veiller à un environnement serein de manière à ce que les agents économiques et les entreprises puissent travailler et produire convenablement. Ce qui signifie l’entretien et la création des infrastructures en plus de l’appui à l’agriculture. Les réseaux routiers sont en état de délabrement avancé, telle la RN7 entre Ambositra -Ambohimahasoa– Fianarantsoa ou encore Fianarantsoa-Ikalamavony.

Tout cela nécessite de l’argent. Et c’est l’une des raisons qui expliquent les missions à l’extérieur, a déclaré le président ce vendredi 12 avril avant la lecture du décret de nomination du Premier ministre. Il a certes fait comprendre que l’autre objectif était de confirmer la souveraineté et que c’est la fierté nationale qui retrouve sa place dans le concert des nations ; mais il n’a pas oublié de préciser que c’était en vue des négociations avec les bailleurs de fonds et les investisseurs. Car tout est maintenant urgent et il faut de l’aide.

L’Administration malgache est paralysée par l’inexistence d’aide budgétaire de l’Union européenne. L’économie est asphyxiée par les sanctions qui nous ont été imposées et dont la plupart ne sont pas encore entièrement levées. L’Europe vient de confirmer le maintien de notre compagnie aérienne nationale dans l’Annexe B de la liste noire, obligeant Air Madagascar à avoir recours à des personnels étrangers.

En d’autres termes, le pays et la nation malgache sont pris à la gorge et ne peuvent pas s’en sortir sans les bailleurs de fonds étrangers. Les criquets pullulent et envahissent le pays faute de moyens offerts par les nations étrangères. L’insécurité est partout, à chaque coin de rue dans les villes et toute la journée dans les districts éloignés. Et dire que la communauté africaine ose encore demander à ce que nos forces de l’ordre lui viennent en appui pour remettre de l’ordre en Centrafrique. Au frais de qui et au dépens de qui ?

D’après des observateurs de la vie nationale, et cela est de plus en plus vérifié quand on revisite l’histoire, tout se décide en France ou ailleurs hors du pays car il y a toujours des Malgaches qui n’attendent qu’à servir les intérêts des étrangers pour satisfaire leurs privilèges et intérêts particuliers. Et ceux-là sont prêts à tout jusqu’au révisionnisme. Après avoir ligoté et mis le pays à genoux tout en lui subtilisant ses ressources naturelles (bois précieux, or et espèces animales protégées), voilà que l’on promet aides et financements. Le FMI semble avoir changé de stratégie et de politique ; la communauté des États occidentaux aussi parle avec un langage autrement plus humanitaire, moins sec et moins pécuniaire. Mais cependant, les mêmes acteurs délestent l’État des activités et des fonctions régaliennes de service public. Privatisation et externalisation des services et départements publics en sont les moyens et objectifs.

5 commentaires

Vos commentaires

  • 15 avril 2014 à 12:18 | harmelle (#5862)

    Pffff encore et toujours la même rengaine ; c’est de la faute des autres !!! Mais pourquoi d’autres pays , qui subissent eux aussi les influences extérieurs ,ont ils pu depuis 1960 ( voir 73 pour le Vietnam ) acquérir un PIB 2 voir 3 fois plus important que Madagascar ? Le Jour ou l’on arrêtera d’infantiliser et de déresponsabiliser les Malgaches ils prendront peut être leur avenir en main . Seuls !

  • 15 avril 2014 à 13:48 | Turping (#1235)

    Tous les ingrédients du sous dévéloppement sont là pour quémander de l’aide ,de l’argent...les criquets ravagent les cultures sans moyens de les combattre ni d’améliorer le rendement des agriculutres .

    >L’éducation ,la malnutrition ,la santé ,le problème d’adductions d’eau potable dans le sud , l’état des routes ?les infrastructures.......les ordures qui s’entassent ,la peste et le choléra ont fait leur réapparition ces derniers temps ,pour faute de moyens et d’ingérence.Défis colossaux à relever sur tous les domaines.

    >Après 5années d’ingérence ,de la loi de la jungle ,il était temps de remetttre la pendule à l’heure autour de la bonne gouvernance.

    >La problématique se repose quant à l’utilisation réelle de l’argent même si les aides ,le retour des coopérations refait renaître l’espoir pour s’en sortir afin que l’ordre constitutionnel soit respecté par tous .
    >Vu la situation à Madagascar ,je pense que les dirigeants ,les politicards devraient changer d’abord de mentalité et la façon dont on gouverne un pays pour sortir du sous -dévéloppement .

    > Une volonté de changement profond avant de parler de l’aide ,etc.....
    >Si c’est l’argent pour être détourné sans création d’emplois ni relancement économique autour de la croissance profitant à tout le monde ,il n’y a pas d’intérêt pour s’endetter inutilement.

    >Avant d’emprunter ,ou demander de l’aide sans faire la rupture avec les pratiques mafieuses à but lucratif ne profitant que quelques minorités au dessus de la loi ,de l’impunité ,....il n’y a pas de vrai changement politique dans l’amélioration du quotidien des malgaches à part le changement de têtes des dirigeants.....

    Restons optimistes ,en attendant le concret .
    Un nouveau PRM et aussi un PM fraîchement élu ,on verra les actions ,les reformes et les concrétisations des promesses tant prônées .

  • 15 avril 2014 à 22:08 | Rakotomenatra (#6912)

    Oui - toujours et toujours la faute des autres ! C’est pourquoi ce pays ne se développe jamais : parce que jamais on n’analyse les problèmes, on cherche toujours un bouc émissaire, de préférence des zétrangers...

    > bailleurs de fonds et les investisseurs.
    Madagascar est un des pays les plus riches de la planète - on doit chercher longtemps pour trouver un pays qui a de l’or, des pierres précieuses, de l’uranium, de l’iridium et quoi encore ! Il y a des pays qui n’ont aucune richesse sauf le travail de leurs habitants - il faudrait peut-être enfin s’inspirer un peu d’eux au lieu de pleurnicher tout le temps !

    Si ses habitants sont pauvres, les infrastructures délabrées et l’économie à plat, c’est à cause de la cupidité de certains qui ne cessent de s’enrichir sur le dos de leurs compatriotes ! Pourquoi on n’attaque pas enfin les vrais coupables de ce malheur au lieu de mordre dans la main des donateurs ?

    Madagascar aurait tout pour se débrouiller toute seule - sans aucune aide extérieure - si la mentalité de certains n’était pas si pourrie : On dit qu’on veut encourager la création des PMEs - mais dans les Ministères à Tana on soutire des sous-la-table faramineux pour des permis aux gens qui désirent en fonder une. La corruption est devenue tellement banale, normale et gangrène toute la société - et personne ne se révolte !

    Jusqu’ici ni le nouveau Président ni le nouveau PM ont déclaré d’où vient leur argent. Les 43 Mio de $ pour la lutte électorale de Hery Vavvao - ils viennent d’où ? Les 360 4x4 - un « cadeau d’un ami » de Camille Vital - on n’en parle plus ?

    Le DG du Trésor Public a analysé en détail le gaspillage de l’argent public - cela reste un appel dans le désert et ne semble préoccuper personne. C’est un autre phénomène de Madagascar : on parle, on discute et on fait une réunion après l’autre - sans aucun résultat palpable, sans aucun objectif, aucune vision.

    L’économie est asphyxiée ? On veut des compagnies qui paient des taxent et créent des places de travail fixes avec CNAPS et OSIEM - mais des gens dans l’administration leur font concurrence avec leurs villas privées louées aux touristes sans NIF et sans payer aucun sou au fisc. Des gendarmes possèdent des taxis - et tracassent ceux qui dépendent uniquement de la source de revenus comme chauffeur de taxi. On veut des tours opérateurs, hôtels et restaurants - et longe tout le bord de la mer avec des brochettes, jusqu’à ce qu’il n’y a plus personne dans les restaurants. Et ainsi de suite.

    Si on fait venir des investisseurs dans le pays, il faut aussi leur permettre de gagner de l’argent ! Il suffit déjà qu’après 5-7 ans, où un opérateur peut espérer un retour de son investissement (normalement), il y a la prochaine crise à Madagascar - et au lieu de faire enfin du bénéfice, on sort encore une fois de l’argent de sa poche.

    > En d’autres termes, le pays et la nation malgache sont pris à la gorge et ne peuvent pas s’en sortir sans les bailleurs de fonds étrangers.
    Voir ci-dessus - le pays a tout pour se débrouiller sans aucune aide externe !

    > L’insécurité est partout, à chaque coin de rue dans les villes et toute la journée dans les districts éloignés.
    Et c’est à cause de qui ? Dans 20 % des actes criminels les forces de l’ordre sont impliquées !

    > tout se décide en France ou ailleurs hors du pays
    Ce n’est pas la faute de la France, si vous les laissez décider ! Pourquoi vous ne décidez pas vous-mêmes ?

    Ah voilà : > car il y a toujours des Malgaches qui n’attendent qu’à servir les intérêts des étrangers pour satisfaire leurs privilèges et intérêts particuliers. Et ceux-là sont prêts à tout jusqu’au révisionnisme.

    >Après avoir ligoté et mis le pays à genoux tout en lui subtilisant ses ressources naturelles (bois précieux, or et espèces animales protégées),
    C’est encore la faute des zétrangers, si on pille le pays ? Mais alors pourquoi personne ne s’oppose à cela ? Quand le Tangalamena Patrick Zakarias était en prison, pas une seule âme est allée dans la rue pour protester et demander sa libération.

    Mon opinion personnelle : Il faudrait que tous les investisseurs et compagnies étrangères se retirent et partent ailleurs, qu’on ne donne plus aucun sou à Madagascar, qu’on gêle tous les avoirs des corrompus à l’étranger et qu’on fasse une blocade économique pour les 30 ans à venir.

    Comme cela, on donnerait toutes les chances à Madagascar de se développer, dans la prospérité et sérénité et de dépasser tous les autres pays du monde sur les plans social, économique, financier et politique - sans aucune intervention étrangère.

    • 15 avril 2014 à 23:35 | Turping (#1235) répond à Rakotomenatra

      Salut,
      Afin d’éviter le bouc émissaire ,pour ne pas dire « toujours la faute des zétrangers » ,cépamafote,...il serait louable et souhaitable à ce que les malgaches et les politicards ,les élus parviennent à trouver un consensus mutuel d’entente .

      >>>Le vrai rapprochement entre le peuple et ses dirigeants ,les élus pour définir et cibler des projets qui tiennent vraiment la route ,répondant aux urgences ,les besoins dans l’immédiat.

      >>>Le changement du mode de gouvernance mettant en exergue tout le monde au travail avec des contrôles stricts par voie hiérarchique (de la base au sommet) afin que tout le monde se responsabilise dans la transparence ,émanciper pour créer de la richesse.

      >>>Le paradoxe ,c’est que ce rapprochement permettrait d’eviter les dérapages ,les dérives .

      >>>Les étrangers ,c’est normal que s’ils viennent à Madagascar,investir ,etc....c’est dans le but de tirer profit mais non pas de tirer une balle dans la tête ....

      >>>Tous les moyens sont bons pour investir à moindre coût .La vraie problématique se repose là pour ne pas dire cépamafote.

      >>>Les échanges bilatéraux ,multilatéraux ne sont à proscrire à condition qu’ils nécrasent toujours les plus faibles ,les plus vulnérables (wining-wining).

      >>>C’est de ce côté là que la bataille n’est pas encore gagnée car les zétrangers par exemple comme les chinois apportent leurs magots pour vider les ressources naturelles (bois de roses ,les pierres industrielles ,les quartz ,le gaz de sakaraha etc....) les sri lankais ,les karanas avec les trafics illicites de l’or ,etc.....
      >>>Echanges qui s’opèrent dans l’opacité ne profitant que quelques voyous ,minoritaires au détriment de l’intérêt national sur l’avancement économico-social .
      Tel a été le cas ces dernières années .

      >>>Parfois ,des hauts responsables sont souvent impliqués à l’exportation des richesses du sous sol malgache avec illégalité et impunité.

      >>>Pour les mafieux étrangers ,cette situation les arrange car dès fois ,ils sont impliqués aussi dans l’instabilité des pouvoirs à Madgascar pour faire la mainmise .Par exemple ,sponsorisé un coup d’état ou le dessous de table à 5millions d’euros (chiffre non exhaustif) vaut le coup pour espérer d’en tirer le double ou le triple après selon leur souhait après .
      L’ex-président Ravalomanana d’après les dires était un peu la bête des karana à Madagascar concernant les impôts .

      >>>Madagascar ,le pays a besoin d’une stabilité politique qui se repose sur le rôle censé d’être accompli par les dirigeants .Une issue qui se repose sur le dévéloppement profitant à tout le monde ,sinon le pays n’a pas besoin des investisseurs étrangers ni des aides qui vont s’évaporer dans la nature avec toujours les mêmes constatations au fil du temps .54 ans après l’indépendance c’est toujours la paupérisation totale .A qui profite le crime ?

      >>>Donc ,en priorité c’est une histoire de politique qui éclaircit une feuille de route stricte à suivre comme le font les pays asiatiques ,les pays émergents ( laver d’abord les linges sales internes ) afin d’ouvrir la porte aux autres pour des intérêts mutuels ,réciproques . Les politicards parlent de la même voix sans discorde (l’intérêt suprême de la nation ,du peuple malgache mais non pas de la ration).
      Par contre ,je suis convaincu que Madgascar ne peut pas rester en autarcie sans échange pour son dévéloppement quand les critères requis sont présents sinon c’est de l’exploitation à ciel ouvert,de gaspillage sans intérêt .

  • 16 avril 2014 à 04:59 | NY OMALY NO MIVERINA (#1059)

    NORMAL !

    On s’est laissé faire depuis des décennies !

    Où sont toutes nos aides, coopérations, ... ?

    Ce qui est flagrant, honteux, ...
    - d’un coté des gens qui ne mange de la viande qu’une fois par mois ...
    - de l’autre coté, y en a celles qui se permettent de se déplacer à Paris pour des bas, collants, etc ... et une cravate pour Monsieur !!! Aux frais des contribuables évidemment !!!

    Pas sérieux, à se demander que fait notre Fisc, le Bianco, etc ...

    Et çà peut coûter plus cher que les trafics illicites d’or, de bois de rose, de tortues, ...

    Et ne nous étonnons pas de notre « ETAT DE DEPENDANCE ».

    C’est lamentable !

Publicité




Newsletter

[ Flux RSS ]

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS