Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 6 octobre 2022
Antananarivo | 17h22
 

Politique

Commune rurale d’Amboditavolo

Des plaintes pénales contre le maire

mercredi 30 janvier 2008 | Alphonse M.

La commune rurale d’Amboditavolo, district de Vatomandry fait la Une de certains journaux après les communales du 12 décembre dernier. En dehors des fraudes électorales à grande échelle qui ont provoqué des manifestations de contestation de la population, on vient d’apprendre que des plaintes pénales contre l’actuel maire sont désormais entre les mains de la Justice. Détournement de mineur, détournement de deniers publics et tentative d’assassinat. Tels sont les objets des plaintes déposées auprès de la gendarmerie de Vatomandry contre le maire d’Amboditavolo. Parmi les plaignants, à noter entre autres l’ancien président du conseil communal Jean Bernardin Randriantiana dont la propre fille, âgée seulement de 14 ans, a été victime d’agression sexuelle, selon ses propres termes. Jules Ferry Rakotozafy, Jean Bernardin Randriantiana et Jean Richard Randrianasolo ont également déposé une plainte contre le maire pour tentative d’assassinat. L’adjoint au maire Lucien Razafindrakoto, payé par le maire et sa femme pour éliminer les personnes citées ci-dessus, selon ses dires, a aussi déposé une plainte de réserve contre le maire, le 18 octobre 2006 auprès du commissariat et auprès de la brigade de la gendarmerie de Vatomandry.

Interrogées, les autorités judiciaires du tribunal de première instance de Vatomandry ont confirmé l’existence de ces plaintes. Les dossiers sont actuellement en l’état et seront envoyés incessamment à la Chambre d’Accusation de Toamasina qui fixera les dates d’audience. Une manière de dire que les dossiers suivent leur cours normal après les enquêtes menées par les élements de la gendarmerie.

Le Bianco saisi...

Par ailleurs, les membres du conseil communal ont également accusé le maire de détournement de biens publics et de mauvaise gestion du budget de la commune. Des goudrons et des ferrailles offerts par l’entreprise à la fin des travaux de réhabilitation de la route nationale reliant Antsampanana-Vatomandry, auraient été détournés par le maire à des fins personnelles, selon les conseillers. Lors de la campagne de jugement supplétif, les interéssés étaient obligés de débourser une somme de 2 000 à 3 000Ar pour avoir la copie d’acte de naissance, d’après la lettre des conseillers n° 06/CR/VOLO/CONS/05 du 6 août 2005.

A signaler que 1549 individus ont eu leur acte de naissance durant cette campagne. Les membres du conseil municipal s’interrogent également sur l’utilisation des ristournes de la commune durant plusieurs années. Malgré les demandes des conseillers d’avoir de plus amples informations, leurs démarches sont restées infructueuses. Raison pour laquelle, ils ont saisi le service du Bianco (Bureau Indépendant Anti-Corruption).

Notons que le personnel de la commune d’Amboditavolo, y compris le secrétaire de l’Etat-civil, n’a pas reçu ses salaires depuis des années. Des zones d’ombres qui meritent des éclaircissements.

Réelu sous les couleurs du TIM à la mairie d’Amboditavolo, les victimes craignent la politisation de cette affaire.

En tout cas, le parti présidentiel à grand intérêt à faire la lumière sur ces affaires pour qu’il ne soit pas taxé d’être le refuge des malfaiteurs.
Quoi qu’il en soit, la maire reste innocent tant que le tribunal n’a pas encore prononcé son inculpation.

Rappelons que les adversaires de Jaona Razafimandimby ont saisi le Conseil d’Etat pour annulation de la décision du tribunal administratif de Toamasina sur sa réelection à la mairie d’Amboditavolo.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS