Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 18 août 2022
Antananarivo | 06h48
 

Politique

1er anniversaire du pouvoir en place

Des descentes dans la rue dispersées

jeudi 18 mars 2010 | Bill

Des grenades lacrymogènes et gaz asphyxiant dans quelques quartiers de la capitale, précisément à Soarano et à Anosy ont émaillé le quotidien du simple gens ce 17 mars. Des partisans des trois mouvances politiques ont répondu à l’appel pour une manifestation en ce jour du 1er anniversaire de la chute de Marc Ravalomanana ou de l’avènement de Andry Rajoelina au pouvoir suite à la démission du premier ou au transfert atypique ou inconstitutionnel du pouvoir au second.

En milieu de matinée de ce 17 mars, ces partisans des trois mouvances sont partis de leur domicile dans les fokontany pour rejoindre des points de ralliement pour marcher vers une destination inconnue des marcheurs eux-mêmes ; sans doute pour des raisons de sécurité ou de stratégie de lutte politique. Toujours est-il que des éléments des forces de l’ordre étaient déjà présents dans les zones considérées comme “rouges” et/ou stratégiques : à Anosy et à Analakely, en plus de ceux qui effectuaient des rondes sur les grands axes du centre ville.

Ainsi dans leur marche, les partisans des trois mouvances qui étaient partis des environs du CENAM 67ha ont été dispersés au niveau du quartier d’Ampefiloha et leurs banderoles ont été confisquées. Ceux qui étaient partis d’Antanimena pour rejoindre le centre ville, ont été arrêtés dans leur élan au niveau du camp Pochard-Soarano pour s’éparpiller sous les jets de grenades lacrymogènes. Les fuites et débandades devant la répression ont provoqué la peur des commerces environnants qui ont, pour les uns plié bagage, pour les autres, fermé leur boutique.

D’autres marcheurs ont réussi à rejoindre les jardins environnants le Lac Anosy où un rassemblement de plus en plus important a, lui aussi, été dispersé à coups de grenades lacrymogènes. Des barrages ont été érigés en certains endroits du côté d’Anosy-Mahamasina mais ils ont été rapidement démantelés par des forces de l’ordre qui n’ont cessé d’effectuer leur ronde à bord de véhicules 4X4.

Trois arrestations et un policier blessé

D’après les explications des forces de l’ordre, la journée de ce matin du mercredi 17 mars a été marquée par une descente non autorisée dans la rue de groupes d’individus qui les ont obligé à prendre leurs responsabilités. Cela a commencé du côté de Soarano puis s’est poursuivi du côté d’Anosy où des manifestants s’en sont pris à un agent de police en scooter qui allait rejoindre son lieu de travail, au Commissariat de Police du Ve Arrondissement à Mahamasina. Trois individus ont battu l’agent de police qui a été transféré par la suite au service hospitalier des urgences. Un des ces assaillants a été arrêté et soumis aux enquêtes.

Les forces de l’ordre affirment que par la suite, ces manifestants se sont rassemblés dans les jardins en bordure du Lac Anosy et ont du être dispersés à coups de grenades lacrymogènes. Les forces de l’ordre ont procédé à des arrestations. Deux individus ont ainsi été arrêtés et doivent répondre de leurs actes devant les enquêteurs. La situation est maîtrisée et l’ordre règne a-t-on compris.

Les forces de l’ordre de l’EMMOREG se défendent d’avoir utilisé des fusils. Elles affirment cependant que ce sont les éléments du FIS qui ont procédé à des tirs en l’air.

Dans leur compte-rendu, les forces de l’ordre relèvent que les locaux de SICAM à Analakely ont subi des dégâts en raison d’un tir à balles plastiques ; or les forces de l’ordre déclarent qu’ils n’ont pas fait usage d’un tel genre d’équipement ce mercredi 17 mars. SICAM ayant déposé plainte suite aux dommages subis, une enquête est alors ouverte à ce propos.

Les forces de l’ordre n’ont pas manqué de souligner que les dirigeants politiques étaient absents dans toutes ces manifestations.

3 commentaires

Vos commentaires

  • 18 mars 2010 à 12:38 | niry (#210)

    Mon pays pleure pour son anniversaire.. Est fou celui qui s’en réjouit..

  • 18 mars 2010 à 14:34 | Fanantenana (#2241)

    eh oui, on en parle à peine.

    Un an que ce putschiste est au pouvoir, et qu’a t il fait à par faire couler encore plus que d’habitude Madagascar ?

    Il n’y a plus de liberté d’expression à Madagascar, n’était ce pas une des critiques de TGV envers Ra8 ?

  • 20 mars 2010 à 17:55 | mandinika (#4014)

    Mampalahelo raha izao foana ny zava-mitranga ao dago ao. aza hitako ka hisy grevy herin-taona indray.
    Raha izaho mihintsy aloha no anontaniana dia ampidiriko miaraka ao anaty chambre a gaz daholo ireo mpanao politika ao dago ireo, amin’izay angamba mety ho fay sy tsy hanadala saim-bahoaka intsony ary mba hitady izay tena tombon-tsoam-bahoaka tanteraka fa tsy hameno paosy fotsiny rehefa tonga eo amin’ny fitondrana.
    N.B Mpanao politika= mpitondra sy mpanongana

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS