Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 6 octobre 2022
Antananarivo | 17h33
 

Société

Fianarantsoa

Découvertes de plus de 900 munitions

jeudi 31 janvier 2008 | Alphonse M.

La police nationale a découvert plus de 900 munitions d’armes de guerre à Ivory-Sud, dans la ville de Fianarantsoa. Il s’agit de 400 balles de 7,5mm de Mass 36, 250 cartouches de Kalacknikov et plus de 150 munitions de 9mm. Des munitions réservées uniquement aux forces de l’ordre, mais pour l’instant, on ignore leur origine ainsi que leur destination. D’une source informée, on vient d’apprendre que la police n’a pas encore procédé à des arrestations, mais l’enquête suit son cours normal. Actuellement, l’affaire est confiée à la section des recherches de la gendarmerie pour connaître beaucoup plus les tenants et aboutissants.

Encore dans la phase de l’instruction, les éléments de la gendarmerie n’ont pas encore dévoilé l’évolution de leurs enquêtes. Toutefois, certaines sources ont affirmé que les enquêteurs sont désormais sur une piste sérieuse. On connaîtra bientôt l’issue de cette affaire s’il s’agit des munitions destinées à destabiliser le pays, par un coup d’Etat ou d’un simple trafic dans le but de ravitailler les « dahalo ».

En tout cas, il est à signaler que la ville de Fianarantsoa était le théâtre d’affrontement entre les partisans de l’amiral Didier Ratsiraka et ceux de Ravalomanana Marc en 2002. Les troupes commandées par le général Fidy et Pety, appuyées par des éléments dissidents de l’armée et de la police nationale avaient pris d’assaut le siège du gouverneur de la province de Fianarantsoa, M. Emilson. C’était le début de la débandade des partisans de l’amiral. Ses bastions sont tombés un à un entre les mains des « Ravalomananistes ».

Interpellés par les journalistes sur la recrudescence des attaques à main armée et la prolifération des armes de guerre, les hauts responsables des forces armées se sont contentés de déclarer que « des armes utilisées lors des conflits post-électoraux de 2002 ne sont pas entièrement récupérés ». Toutefois, l’analyse balistique permettra aux enquêteurs de localiser l’origine de ces munitions.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS