Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 29 juin 2022
Antananarivo | 19h22
 

Communiqué

Déclaration de l’Ambassade des États-Unis sur la Journée mondiale de la liberté de la presse

vendredi 4 mai 2012

Au moment où le monde célèbre la Journée mondiale de la liberté de la presse, organisée cette année par l’UNESCO à Tunis, les menaces contre les journalistes sont croissantes. De décembre dernier à ce jour, le Comité de protection des journalistes a enregistré 179 cas de journalistes emprisonnés à travers le monde. Et les journalistes continuent de faire l’objet de menaces, d’agressions, de disparitions et d’assassinats à cause de leur travail. Rien que ces derniers jours ici à Madagascar, des journalistes ont été emprisonnés pour avoir fait leur travail. Les Etats-Unis continuent à lancer un appel au régime pour relâcher tous les prisonniers politiques, y compris les journalistes, et de mettre fin à tout acte d’intimidation. Il faut accorder aux journalistes et au grand public la liberté d’exprimer leurs points de vue sans crainte de représailles, afin que Madagascar puisse résoudre la crise politique actuelle.

Au cours de l’année passée, le monde a vécu, à la fois, la promesse et le péril, de la liberté de la presse. À travers le Moyen-Orient et l’Afrique du nord, des journalistes, des blogueurs, des cinéastes et des intellectuels ont relaté les protestations qui ont déferlé sur cette région, certains citoyens armés uniquement de téléphones portables ont risqué leurs vies pour répandre la vérité sur la toile - à l’aide de texte, tweets et de pixels.

En le faisant, ils ne faisaient qu’exercer une liberté fondamentale inscrite dans la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, qui déclare : "Toute personne a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions, et celui de rechercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit."

Cependant, un nombre trop élevé de gouvernements s’adonnent à la censure des média, directement ou indirectement. Un nombre trop élevé de journalistes d’investigation sont réduits au silence, plusieurs sont exposés à la corruption - aux niveaux des instances locales, régionales ou nationales du gouvernement. Un nombre trop élevé d’agressions et de meurtres de journalistes reste impuni.

Lorsque certains journalistes sont victimes de menaces, d’agression, d’emprisonnement, ou de disparition, d’autres pratiquent de l’autocensure. Ils ne parlent plus de certains événements. Ils minimisent leurs incidences. Ils omettent des détails. Leurs sources mettent fin à la collaboration. Leurs éditeurs sont réticents pour publier leurs articles. La peur prend la place de la vérité. Toutes nos sociétés en souffrent.

À quelques jours de la célébration de la Journée mondiale de la liberté de la presse, les États-Unis interpellent les gouvernements à prendre des mesures nécessaires à la mise en place d’un espace favorable à l’indépendance des journalistes pour qu’ils fassent leur travail sans peur de la violence ni de la persécution. Nous rendons un hommage spécial à ces journalistes, blogueurs et citoyens courageux qui sacrifient leur vie, leur santé ou leur liberté pour que d’autres soient informés de la vérité. Et nous reconnaissons le rôle des média libres et indépendants dans l’émergence des démocraties durables et ouvertes, ainsi que de sociétés saines.

4 commentaires

Vos commentaires

  • 4 mai 2012 à 07:51 | Barijaona (#108)

    Par contre, shooter sur des journalistes à partir d’un hélicoptère et emprisonner leurs sources, c’est super cool et hype

    http://www.collateralmurder.com/

  • 4 mai 2012 à 10:25 | GasyRay Gasy Reny (#2021)

    Eh les yankees , balayez d’abord devant votre porte à commencer par la fermeture de Guatanamo ! point barre come dit Basile R !

  • 5 mai 2012 à 05:47 | rabri (#2507)

    - Hé PAPIZANO , descends et viens voir, les Ricains nous donnent des leçons sur la liberté de la presse

    - Rabri, j’ai pas le temps mais montre-leur mon article ci-joint http://www.madagate.com/politique-madagascar/dossier/2213-madagascar-brutalites-rappel-de-naomi-wolf-a-eric-wong.html

    Conclusion à l’issue de cet article : " Faites ce que je vous dis mais ignorez ce que je fais"

    • 5 mai 2012 à 05:50 | rabri (#2507) répond à rabri

      Ah PAPIZANO, j’ai oublié : T’es trop trop fort et merci !!

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS