Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 27 septembre 2021
Antananarivo | 19h17
 

Tribune libre

Daewoo … To be or not to be … a scandal …

mardi 23 juin 2009 | Lalatiana Pitchboule

L’affaire Daewoo et de ses 1.3 millions d’ha de terres arables accordées à la Corée du Sud en bail emphytéotique par le gouvernement de Ravalomanana, argument de sa déstabilisation, valait elle le scandale qui en a été fait ?

A l’époque les surfaces envisagées ont été vues comme effarantes… 1,3 millions d’ha le chiffre paraissait monstrueux : la moitié de la Belgique … !!!!

Aujourd’hui, les projets chinois au Congo, en Zambie, au Soudan ou en Tanzanie ont largement dépassé le cap du million d’ha et pour autant n’émeuvent plus que les organisations écologiques et alter-mondialistes. On a de la même manière oublié qu’au Brésil c’est de 6 millions d’ha qu’il s’agit depuis le début des années 2000.

Quant à Madagascar, selon l’opinion largement installée par les médias, l’opération ne servait que les seuls intérêts du géant Coréen qui « lésait » largement notre pays et nos paysans.

Mais a-t-on jamais évalué réellement quels étaient les enjeux réels du dossier pour les DEUX parties ? La réponse à cette question a souvent été traitée de manière univoque, en écho à une inquiétude somme toute légitime parce que :

- Le peu de transparence des modalités et des circuits d’investissement laissaient craindre une aggravation de la corruption.
- La consultation des populations locales sur le projet n’a pas été lisible, laissant envisager qu’elles avaient été tenues à l’écart ou même pire qu’elles avaient carrément été spoliées,
- La société civile a été tenue à l’écart du dossier,
- Enfin, sur la colère d’avoir vu brader le caractère sacré de la terre, s’est en plus greffé un argument écologique : l’exploitation agricole massive et intensive de ces terres représente un risque en termes de préservation de la diversité biologique mais aussi un risque en termes de sécurité de la production alimentaire détournée vers des cultures intensives d’exportation.

Quels étaient les enjeux pour la Corée ?

Il faut bien voir que la Corée, pour sa survie et son indépendance alimentaire (la Corée du Sud est parmi les 5 premiers importateurs mondiaux de céréales) tenait à s’assurer à long terme et à moindre coût d’un espace agricole avant que la ruée des investisseurs Saoudiens, Koweitis, et autres Qataris, Libyens, Djiboutiens, Bahreinis, sur ce nouvel or vert ne fasse augmenter son prix. La chute des revenus du pétrole et sa disparition annoncée engagent des enjeux de survie essentiels pour ces pays riches en pétrole, mais pauvres en ressources agricoles et en eau et, de fait, en état de dépendance alimentaire critique à moyen terme. La Chine et l’Inde qui ont de la même manière lancé des opérations tout aussi gigantesques, voient aussi dans ces opérations des enjeux vitaux pour la sécurité alimentaire future de leurs populations.

Les enjeux sont forts … Suffisamment pour que le « gel » de l’opération sur Madagascar ait été immédiatement suivi de l’annonce d’un contrat (Avril 2009) de 690 000 hectares au Soudan.

Mais on ne doit pas perdre de vue qu’à la base dans ce genre de deal, tout comme les deals pétroliers, les durées et les volumes envisagés sont tels que raisonner et évaluer sur du court terme est une erreur primaire. Qui plus est, aujourd’hui, dans ce genre de projet pharaonique avec les moyens d’information (et de désinformation) actuels, avec l’audience et la vigilance des alter-mondialistes, il est peu probable qu’une relation qui ne soit pas établie sur un mode gagnant – gagnant à court, moyen et long terme puisse politiquement perdurer.

La haine que certains éprouvaient envers Ravalomanana les a poussés à voir dans ce dossier au pire un crime de haute trahison, au mieux de l’incurie de sa part. Mais doit on, à l’identique, imaginer qu’un gouvernement et un géant coréens qui investissent massivement dans plusieurs projets (Russie, Soudan …) pour répondre à des enjeux vitaux d’approvisionnement agricole, soient d’une incompétence telle qu’ils ne se seraient pas préoccupés de la pérennité de leur investissement…

La question de la terre est une bombe politique. Les Coréens comme les indiens, comme les saoudiens de demain avaient tout intérêt à négocier un accord équilibré sur le long terme.

Le phantasme du colonialisme associé à l’image des indiens chassés de leurs terres pour être parqués dans leurs réserves nous ont profondément marqués en termes d’inconscient collectif … Ils nous ont tellement marqués que personne ne s’est levé pour envisager le moindre intérêt et bénéfice pour M/car.

Quels étaient les enjeux pour Madagascar ?

Les bénéfices directement induits par l’opération n’étaient pourtant pas négligeables … à titre d’ordre d’idées, à raison de 20 000$ du km de route réhabilitée et 12 000 $ salle de classe on aurait en théorie, si on devait répartir par moitié le budget d’investissement initialement prévu de 7 000 000 000 de $ : 175 000 kms de routes !!!! et 300 000 salles de classes … !!!

Dans l’émotion, dans la manipulation, dans l’excès d’idéologie, on en a oublié les fondamentaux : en termes de théorie du développement, les enjeux de l’agriculture sont d’abord la satisfaction des besoins alimentaires essentiels, puis la production d’excédents … On a tiré très tôt sur le pianiste, par manque de transparence et de communication à l’origine de son projet, il est vrai. Mais s’est on posé les bonnes questions ?

À moins de 7,5% de croissance annuelle de la production agricole dans les pays de l’Afrique sub-saharienne, et ce quel que soit le mode de production agricole choisi, en biologique, en expérimental ou en extensif, en durable ou en agro-industriel, il reste que faute d’investissement massif dans l’agriculture, les objectifs 2015 du Millénaire de réduction de la famine et de la pauvreté ne seront pas atteints. Ce qui veut dire que à moins d’investissements massifs dans le domaine, la condition de nos populations paysannes ne peut évoluer durablement.

Les besoins d’investissement publics sont dans cette région de l’ordre de 14 milliards $ annuels, investissements indispensables en termes d’irrigation, d’infrastructures, de recherche, valorisation des sols, de mise en place de politiques foncières(1) … Pourquoi se priver d’un projet qui se négociait en termes d’investissements en irrigation, infrastructures, recherche, valorisation des sols ?

Par ailleurs, on peut bien évidemment remettre en cause le système capitaliste actuel, la finance devenue folle, la mondialisation outrancière… Mais le phénomène « d’accaparement des terres agricoles » auquel on assiste aujourd’hui n’est-il pas aussi une des facettes de la délocalisation … Après avoir délocalisé l’industrie, après avoir délocalisé les services, on délocalise désormais l’agriculture

Et qui donc pourra dire que les délocalisations des industries et des services n’ont pas apporté de richesse aux pays d’accueil ?

Les irresponsables capables d’asséner « les routes ne donnent pas à manger » ont-ils pris en compte que les enjeux de ces infrastructures sont vitaux pour le désenclavement des zones rurales, pour la circulation des marchandises, pour la distribution des récoltes sur les marchés et donc pour les revenus paysans.

Il faut aussi prendre en compte une réalité : la mise en valeur des surfaces en question pouvait elle se résoudre sur la ressource des seuls paysans locaux, avec la faiblesse endémique de moyens qui caractérise le monde paysan malgache, en attendant que l’Etat dégage suffisamment de moyens pour réinvestir massivement dans la résolution de ce problème agricole ?

En dernier ressort, il ne faut pas non plus oublier que la valorisation des terres répond aussi à une urgence de lutte contre l’érosion de nos sols.

En conclusion

Les directives et actions du MAP, qui visaient en particulier la sécurisation du foncier, contredisent l’idée que le projet Daewoo n’était que spoliation des paysans malgaches. Le plan de normalisation du foncier voulait enregistrer et formaliser les titres des petits propriétaires (75% d’enregistrement envisage à l’horizon 2015), et devait sécuriser ces dits petits propriétaires paysans face aux grand projets agricoles.

Par ailleurs, face aux enjeux mondiaux en termes de sécurité alimentaire et d’eau, ces grands projets agricoles ne sont ils pas une voie immédiate pour que le pays reprenne la place à laquelle il a droit dans le grand concert des nations du XXIème siècle.

On décidera ainsi que l’affaire Daewoo était un scandale quand on nous aura prouvé que les intérêts long terme du pays ont été sacrifiés aux bénéfices sordides à court terme de Ra8.

Daewoo pouvait être une formidable opportunité, à condition de veiller à l’équilibre de la transaction tout en préservant l’environnement, les traditions, en bref en veillant à l’avenir de nos enfants. Le scandale aura été l’utilisation sordide, politicienne et populiste de ce dossier sans avoir aucunement pris en compte l’intérêt REEL des population et du pays … Des opposants un tant soit peu responsables et attachés à l’intérêt de leur pays, auraient dû se battre pour :
Exiger plus de transparence
Défendre les intérêts éventuellement lésés des masses paysannes,
Veiller au respect de l’environnement,
Veiller à une répartition juste des résultats à moyen et long terme

Au lieu de hurler « au RavalLoouuuuuuup !!!!! » sans plus de réflexion.

L’autre scandale sera bien évidemment qu’après tout ce battage, le dossier Daewoo n’ait au bout du compte même pas été enterré(2). Ou qu’il soit remplacé par un dossier Saoudien ou Qatari ou Koweiti … Si c’est pour le bénéfice du pays et de nos paysans je n’irai pas m’en plaindre … Mais le cynisme et l’hypocrisie derrière tout ça sont insupportables.


Notes : (1) Braun, Joachim. 2008. Agriculture, food security, and the MDGs. MDG -Review (October)
(2) « After months of sometimes violent protests in which dozens of people died, earlier this year the President of the Republic of Madagascar was removed from office. However defying all pronouncements of his successor, Daewoo continues to surreptitiously hold some 218,000 hectares of appropriated land » (http://www.regenwald.org/international).

51 commentaires

Vos commentaires

  • 23 juin 2009 à 07:59 | Noue (#2427)

    oh ! mon cher pays ! mon coeur saigne pour ton avenir . Je peux pas malheureusement pas crier car personne n’ecoute mon désarroi.

  • 23 juin 2009 à 08:08 | rom1 (#1140)

    très belle demonstration...de l’hypocrisie de certains politiques...

    Bravo..

    • 23 juin 2009 à 08:25 | Bena (#2721) répond à rom1

      « cette somme a été retirée du Budget de l’Etat et du Budget non utilisé de la Présidence du temps du régime Ravalomanana ».

      Voila ce qui a été dit pour la somme accordée aux forces armées, en prime.

      Quelle est la différence avec l’explication pour l’achat de l’avion ???

      Cela donne le tournis !!!

    • 23 juin 2009 à 11:36 | titi (#219) répond à rom1

      effectivement le projet daewoo aurait été un grande opportunité pour la pays et j’en suis convaincu.
      Si l’opposition à pu l’utiliser pour focaliser le mécontentement que je nommerai plus comme les émeutes de la faim et de la misère pour détrôner ra8 faute de transparence dès le début qui pourrait on blâmer ???.
      En politique on utilise les armes qu’on possède et ce n’est pas à ra8 homme d’affaire avisé de l’apprendre.
      A la place de la HAT je la reprendrais sans honte avec transparence et toutes les précautions nécéssaires pour ne pas vexer les pauvres malgaches si c’est pour le bien du peuple, les coréens sont toujours demandeur, et les terres sont toujours là.
      Pour le moment laissons les faire leurs preuves en construisant la centrale a charbon s’il ne polluent pas notre ile, il pourrons reprendre le projet après.

  • 23 juin 2009 à 08:25 | ASSISE (#1505)

    DAEWOO Logistics . . .

    Lalatiana a peut-être bien dit, mais à chacun sa manière de décrire l’aspect Scandale du sujet.

    Scandale, OUI, mais ne fut pas le premier ni sera le dernier par son aspect, d’ailleurs la suite est déjà là.

    Scandale, OUI, politique mais pas économique ni social.

    Scandale, OUI, pour les envieux des projets en voie de réussite.

    Scandale, OUI, car dans notre culture la terre est sacrée quitte à la laisser aux chiens "angeren’ny alika".

    Scandale, OUI, car jusqu’ici personne n’a osé lancer un tel projet, encore une fois à chacun sa manière de penser que gagnerait le pays en se lançant dans ce projet.

    La vérité, c’est une histoire politique, et en politique tout est honneur/prestige/orgueil et surtout pouvoir où tout est possible (mafia). Ce n’est pas malagasy mais c’est partout dans le monde. Ce n’est pas Ravalomanana (Ratsiraka, Zafy ou Rajoelina) mais sont aussi Sarkozy, Bush et les autres dirigeants du monde.

    Le problème de l’ère Ravalomanana, c’est sa richesse et son pouvoir financier, sur le plan personnel comme sur le plan étatique.

    DOMMAGE, car Ravalo aurait pû être un bon dirigeant, aurait pû nous amener à bon port, aurait pû nous offrir un autre Madagasikara, il aurait dû nous . . . mettre en marche sa clairvoyance pour sa patrie que pour son propre chef. Mais c’est le risque dans la politique.

    A qui la faute, à lui même Ravalo, à moi, à vous, à nous, à la Société, à la Politique, aux Politiciens, aux neutres, aux partisans, aux fanatiques, aux Paysans, aux Intellectuels, à la Majorité, au Peuple (Vahoaka) ?

    L’économie du pays reste le dernier soucis de beaucoup de gens dans ces catégories.

    • 23 juin 2009 à 14:34 | rom1 (#1140) répond à ASSISE

      assez d’accord dans l’ensemble...juste une petite remarque sur le pouvoir financier de M Ravalomanana.

      En décembre 2001, j’étais à Mada et bon nombre de Malgaches allaient voter R8 parce que JUSTEMENT il avait déjà de l’argent...
      Je me souviens de phrases du type

      "Avec tout ce qu’il a, il ne piquera pas dans la caisse...."

      Alors ? A t’il réellement "piqué" dans la caisse ou a t’il tout simplement était "grisé" par le pouvoir ? Ou aucun des deux ?

    • 23 juin 2009 à 18:57 | titi (#219) répond à rom1

      Rajoelina aussi était déja riche avant de devenir président de la HAT !!! le jour ou il achèteras un boieng, construira la quatrième minoterie d’europe, la première centrale à enrobé de madagascar et rachètera tous les entreprise nationales comme la jirama, secren,air mad, sirama,somacodis pendant sa gouvernance on pourra aussi dire que c’est parce qu’il est déjà riche donc c’est normal qu’il en à les moyens

    • 24 juin 2009 à 15:51 | RAVOLA (#1201) répond à titi

      CHER TITI EN RèPONSE à votre critique:Rajoelina n’a jamais étè riche,il est sorti de la classe moyenne malagasy et pour preuve ,je vous invite à voir où il habitait avant de devenir "politicien" ( à Besarety en face du bijoutier Alibay immeuble gris et orange au rez de chaussée) ceci pour vous dire qu’il a toujours étè le pion de quelqu’un ,heureusement pour son compte en banque mais malheuresement pour notre pays.

    • 24 juin 2009 à 17:23 | titi (#219) répond à RAVOLA

      ra8 est sorti d’imerinankasika à velo plein de bouse de vache à l’age de rajoleina quelle comparaison avec ravola et ravalo

  • 23 juin 2009 à 09:15 | Beloha (#326)

    Merci Lalatiana pour ce début de visibilité dans ce soit-disant dossier fumeux.

    J’aimerais vous pousser un peu plus dans vos investigations en établissant des chiffres comparatifs dans divers pays ayant entrepris pareilles démarches (durée et montant d’investissements, rendements, surfaces exploitées, effets induits sur l’emploi et services sociaux...)

    Cordialement et bonne continuation

  • 23 juin 2009 à 09:18 | jane d (#2353)

    How Rajoelina and Cie recuperated the Daewoo controversy for political ends is outrageously scandalous. And it connotes Andry Rajoelina’s little interest in the welfare of the Malagasy. Had they done a thorough research on the project and presented sound objections, then I would have shared their honest concerns.

    But I also agree that the absolute lack of communication emanating from the Ravalomanana team on the controversy was the golden opportunity for Rajoelina to attack his nemesis.

    According to the Ravalomanana Government for example, the 1.3 million hectares of land in question would have represented less than 4% of Madagascar’s unexploited arable land, roughly half the size of Belgium.

    Yet, it is all over the internet that the 1.3 million hectares represent half of Madagascar’s arable land. However, these articles omit to indicate the crucial detail that only 5.3% of the arable land in Madagascar is irrigated. In other words, the 1.3 million hectares represent not half of Madagascar’s arable land as decried, but half of the arable land that is irrigated.

  • 23 juin 2009 à 09:55 | Tsitapenambava (#1757)

    Ny olana eto Madagasikara dia ny tsy fananantsika politika maty paika @ fanajariana ny tany (politique d’aménagement du territoire). Tokony hofaritana mazava eo ambony sarin-tanin’i Madagasikara izay endrika fanajariana tokony hatao (fambolena, fitrandrahana, làlana, tanàna, sns)avy eo vao jerena hoe iza no hanao ny fanajariana (mpamboly, mpandraharaha, sns).

    Raha fambolena no resahina dia mbola ny 1/3 ny velaran-tany azo volena no mbola voajary eto Madagasikara. Ny tantsaha eto amintsika anefa tsy afaka hiantoka ny fanajariana ny fambolena manontolo satria maro ny sakana (tsy fahampian’ny fitaovana, vola, fahaizana, akora na intrants isan-karazany). Ny zava-misy anefa raha misy olona na mpandraharaha vahiny na tera-tany vonona hanao tetikasa momba ny fambolena dia avy hatrany isika dia mikiakiaka hoe mpangoron-tany, mpivarotra tanindrazana, sns. Kanefa isika tsy mahavita ! ary izay tsy fahafahantsika manao izay dia afenintsika ao ambadiky ny hoe fivarotana tanindrazana e ! izao e ! sns. Naongana hatramin’ny mpitondra fanjakana satria lazaina fa mivarotra ny harem-pirenena. Tsy fivarotana harem-pirenena angamba ny famarotana rano @ arabo ! Tsy harena angamba ny rano ho an’ny hafa.

    Ny retombées positives n’ireo asa fanajariana mety hataon’ny mpandraharaha manam-bola avy any ivelany no tokony jerena araka ny hevitro (famoronan’asa, fanamboarana làlana, hopitaly, sekoly, sns) miampy izay karazana hetra rehetra mety hiditra avy @ izany. Izany no tokony ho jeren’ny mpitondra fa tsy miziriziry @ politika populiste izay lazaina fa miaro ny tombontsoam-bahoaka kanefa ilay vahoaka mijaly sy mahantra noho ny tsy fananan’ny mpitondra tetika maty paika @ fanajariana ny tany.

    Ilay vahoka mijaly dia ny any ambanivohitra rehetra any izay manome ny 70%’ny mponina eto amintsika ary mamokatra ny sakafo ho an’ny 30% izay any an-tanan-dehibe. Ireto mponina an-tanan-dehibe ireto anefa no tena maneno @ io resaka varotra tanindrazana sns io ary atahoran’izay mpitondra fanjakana eo hany ka mifanohitra lalandava @ tombontsoan’ny mpamboly ny fanapahana raisin’izy ireo. Ohatra @ izany ny fampidinana ho 500 ariary ny kilaon’ny fotsim-bary. Amin’izao fiakaran’ny vokatra izao dia vidian’ny collecteurs ambany dia ambany ny vidim-bokatra eny @ tantsaha (400 à 410 Ar/kg) ary ho spéculer -dry zareo io mba hahafahany mivarotra azy lafolafo kokoa @ période de soudure ka ny tantsaha ihany no hividy izany ! Tsorina anefa fa efa mivarotra ambanin’ny masonkarena ireo tantsaha ireo.

    Noho izany dia fanapotehana ny tantsaha ny zava-misy ankehitriny satria sady sakanana ny mpampiasa vola no mbola terena an-kolaka hivarotra mora ihany koa ny tantsaha. Tsy mahafehy ny politika fampandrosoana ny eny ambanivohitra ry zareo mpitondra ao @ Fahefana Ambony Tetezana mita (mankaiza ??) ary tsy laharam-pahamehana ho azy ireo ny aty ambanivohitra raha tsy @ fotoam-pifidianana ka hifankahita eo satria ny tantsaha malagasy be tsy miteny dia mahay maneho tsara ny heviny @ fotoana ilàna izany fa @ izao aloha mbola tsy diso vary ny vavan’ny mpanao politika dia afaka mitabataba izy ireo.

  • 23 juin 2009 à 09:57 | vuze (#918)

    Bravo pour cet article même si je reste en désaccord sur de nombreux sujets avec vous...
    Très bien documenté...

  • 23 juin 2009 à 10:32 | observatrice (#2065)

    bel article ; dommage pour les gens dans le pays, car on leur fait souvent avaler beaucoup de couleuvres par manque d’information

  • 23 juin 2009 à 10:35 | Lova (#2510)

    Misaotra betsaka amin’ny lahantsoratra izay tena fanadihadiana tokoa ary indrindra mitondra ny adihevitra hivelatra amin’y toekarena sy ny ho avin’i Madagasikara.
    Mampalahelo kely ihany ny mahita ireto mpanao commentaires tsy manam-piovana fa mandrirotra hatrany ny resaka amin’ny fiombana atsy na fanamelohana ny atsy sns fanao eto... MBA AOKA IZAY E, TSY HITONDRA HO AIZA IZANY, TSY AHASOA NY FIRENENA SA MAHAZO FAHAFAHAM-PO TSARA VE NAREO REHEFA MANAO IO FA HOE TIA TANINDRAZANA NA NANAO SOA HO AN’NY FIRENENA. Na mba mandalina kely ihany aza ny sasany de miafara amin’ny KAFARA sy ENJIKA sy ESO sy ny sisa foana le resaka hany ka tsy hita ze andraisana le fanadihadiana.
    Mamerina fisaorana !

  • 23 juin 2009 à 11:17 | ikopa (#671)

    Prenez exemple de ce qui se passe à Faradofay avec Rio Tinto.

    Combien gagne vraiment la commune ? Combien gagne vraiment les locaux(Tanosy, Tandroy, Bara) ? Combien ont vraiment été versé dans la caisse de l’Etat ? Qui tire alors profit de l’opération ?

    Et vous voulez faire croire que les soit-disant retombées nationales profiteraient vraiment à tous les malgaches ? Alors que déjà,à l’heure actuelle, on est convaincu de la malhonêteté fiscale du pouvoir ra8 ? Ses avocats l’ont avoué.Du moins en partie.Pour un "vol" de 25.000.000.000 d’ariary (125.000.000.000 FMG), qui croira encore en la bonne foi de l’auteur d’un tel méfait, surtout qu’ il s’agit du chef suprême de la nation ?

    Ne rigole plus avec cette histoire de terre qui n’est plus à vendre au Coréens.

    De plus, combien d’Ha de ces 1,3 millions vient d’Imerinkasinina ? Alors, ce serait inacceptable si Voninahitsy J. Eugène rejette la confiscation des terres ancestrales sakalava du Melaky ?

  • 23 juin 2009 à 11:43 | Rasoa (#1122)

    Scandale ou non,

    Il faut admettre que les membres de la HAT sont animés par la haine et l’esprit revanchard... Vous avez raison, les Malgaches n’ont même pas eu le temps d’oublier avec quel motif les TGV les ont persuadés à descendre dans les rues pour renverser le régime Ravalomanana qu’ils se mettent déjà à l’oeuvre pour en faire la pareille !!! "Mivarotra tanindrazana" c’est toujours du "fahotana" chez nous et personne ne voudrait ni en connaître la raison ni même prendre cinq minutes de réflexion pour calculer mentalement les bénéfices et les avantages qui s’offrent devant le projet... Dommage ! "Mivarotra ranondrazana", c’est un "projet" du régime Ravalomanana également mais est-ce vraiment nécessaire que la HAT s’en est acquis et ce, à la vitesse V ? Ils (les HAT) me font honte ces connards !

    ...Ils sont à court d’argent ou ils veulent se faire riches tout d’un coup ou ils s’aperçoivent qu’ils n’en ont pas pour longtemps ?... Qu’ils oublient ou font semblant d’oublier que leur mission c’est : PREPARER LES ELECTIONS.... et NON SIGNER DES CONTRATS DE TELLES SORTES !!!

    Lalatiana, vous convenez avec moi qu’ils (les HAT) ont bien étudié le cas, car ils savaient que le "fivarotana tanindrazana" fait très très mal aux Malgaches ...

    Ils nous marchaient sur les pieds.

    Mais ils verront !

    NOUS, NOUS N’AVONS PAS OUBLIE !!! SURTOUT PAS !!!

    ILS SE SONT MOQUES DES "FARITSA IVA" !!!

  • 23 juin 2009 à 12:10 | Rainivoanjo (#1030)

    On a du mal à suivre l’auteure quand elle prétend que "Les Coréens comme les indiens, comme les saoudiens de demain avaient tout intérêt à négocier un accord équilibré sur le long terme". Depuis quand en affaire on cherche un accord équilibré et non pas tout simplement à avoir le maximum de profits ? De même, mettre sur le même pied d’égalité les délocalisations industrielles et des services et la délocalisation agricole est tout simplement ridicule, car d’un côté, on crée des emplois localement, de l’autre, on accapare les terres d’un pays importateur de produits agricoles moyennant quelques constructions de routes et autres balivernes alors que le but de tout pays, surtout si elle est sous-développée, serait plutot d’avoir une autosuffisance alimentaire ?

    • 23 juin 2009 à 15:44 | lalatiana (#1016) répond à Rainivoanjo

      "La délocalisation économique est le transfert d’activités, de capitaux et d’emplois en des régions du pays ou du monde bénéficiant d’un avantage compétitif du fait :

      • soit de coûts plus bas (main d’œuvre peu coûteuse, meilleur accès aux ressources naturelles, fiscalité et réglementation plus attractives) ;

      • soit d’un pôle de compétence technologique, ou du moins de personnel compétent ;

      • soit d’infrastructures mieux adaptées ou d’un environnement plus attrayant ;

      • soit d’un marché local assurant des débouchés plus vastes ou intéressants ;

      La délocalisation (et son opposée la relocalisation) sont des sujets de la notion plus générale du choix de localisation des activités productives de biens et services. Ces choix se font en fonction de l’attractivité des territoires et sont du domaine de la géographie économique."

    • 23 juin 2009 à 15:45 | lalatiana (#1016) répond à Rainivoanjo

      ou encore :

      "Au sens strict, la délocalisation concerne toute l’activité et revient à séparer les lieux de production de ceux de consommation. Mais compte tenu de la division verticale du travail au niveau mondial, la délocalisation a souvent lieu par segment du processus d’activité."

    • 23 juin 2009 à 15:57 | lalatiana (#1016) répond à Rainivoanjo

      Et en dernier ressort,

      quand on lit

      "Depuis quand en affaire on cherche un accord équilibré et non pas tout simplement à avoir le maximum de profits ? "

      On ne peut que rester perplexe ... Belle mentalité ... :-(

      "NO FUTURE" ... C’EST VOTRE DEVISE ?

    • 23 juin 2009 à 18:03 | mafy (#2709) répond à lalatiana

      Tsy mila famaritana be dia be ny hoe inona ny atao hoe delocalisation izy ity fa tsy mitovy tantana ny resaka call center sy ny fambolena indrindra amin’ny tany midadasika sahala amin’io e.

      Ary hevereno vakiana tsara io fa teny frantsay tokony hazava tsara aminao io nosoratan’i Rainivoanjo io.

      Saintsaino fotsiny ny miseho amin’i Rio Tinto fa vongandinty tanteraka ny mpitondra antsika (sa nahazo vola be tany amin’ny kaonty any Soisa ??) ka zary potipotiny latsaka sisa no azon’ny firenentsika.

  • 23 juin 2009 à 13:36 | Mandimbisoa (#2104)

    Miasaotra Lalantiana fa zavatra toy izao no tsara hiadian-kevitra fa tsy ny fanaratsiana na fankahalana ,

    Efa nilaza aho teto taloha fa raha tsy ny koreanina , d olonkafa no haka izany , inona tokoa moa no zava-niseho ?ny fivarotana rano ...!!!

    Manotany tena aho ;fa inona no nahasamy hafa an’ireo,raha tsy diso aho toa ny rano no tena olona ato ho ato araky ny fijerin-dry zareo manampahaizana ???

    ary hoy koa izy ireo,ny tany be vola fa tsy mana-tany hamokarana INTSONY,dia mitady IZANY any am tany mahaantra na an-dalampandrosoana ,izany angamba no fanjanahana vaovao kanefa hoy aho hoe :
    ho vitantsika malagasy ve ny hamokatra irery ?
    TSIA satria tsy manana fitaovana isika ,ka raha toa ka haintsika ny miady varotra ataoko fa hisy tombo-tsoa ho antsika ny hofan-tany toy izany...

    asa aloha !anjarantsika ny mieritreritre !

  • 23 juin 2009 à 17:33 | Rivohanitra (#142)

    Encore faut-il préciser ici que les statistiques montrent que les délocalisations se font d’abord de pays développés vers d’autres pays développés. La logique des coûts bas est prise en compte pour le moment de façon très marginale, sinon le continent africain serait le territoire de prédilection des délocalisations industrielles.

    Les effets pervers des délocalisations vers les pays du tiers-monde ne peuvent pour le moment être mesurés. Ainsi beaucoup de firmes voient aussi nos territoires comme des lieux où l’on peut polluer sans entrave, déverser des produits chimiques sans aucune forme de sanction comme en Côte d’Ivoire, la catastrophe de Bhopal de décembre 1984 est encore dans nos mémoires. Nos pays sont des territoires où le droit du travail "droit humain" par excellence est encore cruellement absent donc on peut même y faire travailler dans les mines des enfants de 7 ans toute la journée et une partie de la nuit. Quel avenir pour le pays puisqu’on prétend privilégier le long terme et l’intérêt général ? Une terre à jamais polluée et des enfants réduits en esclave et abrutis par le travail ?

    A mon sens, mais je peux évidemment me tromper, la crise financière de 2007 qui a contaminé la sphère réelle en 2008 et a secoué terriblement le système capitaliste n’est qu’un simple avertissement contre le tout économique. Une société est faite d’hommes, d’amitiés d’attachement et d’amour, ce qui peut de loin montrer ses limites au tout profit(tout profit pour quelle frange de la société ?) et donner une large place à la sociologie . Et c’est de cette manière que nos valeurs collectives "terres sacrées des ancêtres " peuvent encore nous servir de référence commune et nous empêcher (pardon, empêcher nos dirigeants) de faire n’importe quoi au nom du "tout marchand".

    Mon intervention est déjà longue et je ne souhaite pas du tout vous ennuyer, cependant il y a sûrement un minimum "social" que tout dirigeant doit respecter, il s’agit de la consultation de la population quand il y a un projet à long terme à mettre en oeuvre. Pour que cette consultation se fasse de la manière la plus juste, il est nécessaire d’éclairer le consentement de chacun par des informations publiques et des débats sur plusieurs mois. Pourquoi nos dirigeants sont-ils à chaque fois si pressés et si secrets ?

    En ce qui concerne Ravalomanana, l’analyse et la version de l’histoire des intellectuels, prétendent que le projet DAEWOO est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase et a précipité la mise "hors d’état de nuire" de Ravalo. Sachez pourtant que dans nos quartiers la révolte grondait depuis fin 2002. Ravalomanana est un président qui se préoccupait beaucoup de l’économique et se souciait très peu du social "mino fotsiny ihany" au point où ses nombreux discours allaient jusqu’à justifier l’accroissement des inégalités dans un pays pauvre comme Madagascar. L’augmentation de la misère urbaine et le creusement des inégalités sociales ont donc fait déborder Ikopa depuis longtemps. l’éviction du dictateur ne peut venir de l’unique affaire DAEWOO, les causes sont profondes et multiples. TGV au début de son arnaque a juste profité de ce mécontentement populaire pour faire son nid à la tête de la ville des milles.

    A la place de tous ces contrats bidons, mettons en place une politique de développement durable, réfléchi, tourné vers nos véritables richesses, c’est à dire l’agriculture et l’élevage. Les paysans forment 80% de la population active à Madagascar. Une révolution agricole qui permettrait de spécialiser les différentes régions et d’offrir des outils modernes et performants à la population paysanne est pour moi le gage d’une insertion de Madagascar dans la mondialisation en cours. Plutôt que d’offrir nos terres à des gens qu’on ne connaît pas, exploitons les afin de nourrir notre population et vendre les excédents aux coréens et aux arabes, profitons de cette manière de la pénurie alimentaire mondiale.
    Autrement on restera éternellement dans le sous-développement et la dépendance, il n’est pas nécessaire de produire chez nous des biens destinés à nourrir les autres pays alors que la famine menace tous les ans dans le Sud et nos enfants sont sous-alimentés. Pourquoi doit-on produire chez nous des OGM alors que la nature fait de notre pays un paradis ?

    • 23 juin 2009 à 18:13 | mafy (#2709) répond à Rivohanitra

      "Plutôt que d’offrir nos terres à des gens qu’on ne connaît pas, exploitons les afin de nourrir notre population et vendre les excédents aux coréens et aux arabes, profitons de cette manière de la pénurie alimentaire mondiale. Autrement on restera éternellement dans le sous-développement et la dépendance, il n’est pas nécessaire de produire chez nous des biens destinés à nourrir les autres pays alors que la famine menace tous les ans dans le Sud et nos enfants sont sous-alimentés. Pourquoi doit-on produire chez nous des OGM alors que la nature fait de notre pays un paradis ?"

      Ireo no tena tokony imasoantsika sy ikaroantsika hevitra sy vola, ry Lalatiana !! Aza mitady vahaolana mora hatrany hoe Koreana hoe Saodiana hoe Frantsay hoe Sinoa hoe Amerikanina hoe fa raha manam-piniavana tokoa ny olona mitondra ary hainy ny manentana ny vahoaka dia vitantsika eo an-toerana io.

    • 23 juin 2009 à 21:39 | Albatros (#234) répond à Rivohanitra

      Voila une trés bonne idée !!!.

      Valoriser les terres et vendre les excédents aux coréens plustot qu de "vendre" les terres.

    • 23 juin 2009 à 23:42 | Ramena (#404) répond à Albatros

      Ohatra iray fotsiny.

      Ny vola miditra rehetra (na dia eo aza ny komisio) amin’ny Ambatovy dia atokana ho an’ny fambolena sy fiompina :
      - ampianarana ny tantsaha
      - anamboarana fitaovana eo an-toerana (azo atao tsara miaraka amin’ny chine na inde)
      - ikarakarana ny famoahana ny vokatra.
      ...

      Aiza ve ka ny hanofa tany no mba projet ho an’ny ho avin’ny malagasy. Sao dia tokony haka saina kely aloha e.
      Betsaka ny zavatra hafa azo atao...

      Mazava izy izao fa resaka politika sy fitiavan-tena no betsaka. Raha tsy miova io toe-tsaina io dia ho sarotra ihany ny hivoatra.

  • 23 juin 2009 à 19:13 | Roll (#1161)

    Arrêtez svp !Arrêtez d’être naïf !et soyez cohérent !
    Vous même, vous dites "LA Corée....tenait à s’assurer à long terme et à moindre coût...". Voilà le mot "à moindre coût" ! Vous croyez qu’ils vont investir pour vos beaux yeux 7 Milliard de $ ? Même les compagnies pétrolières qui sont plus rentables avec leurs business ne se sont jamais intéressés au développement d’un pays ! Alors que Daewoo qui veut faire une exploitation agricole avec un retour sur investissement moindre (que le pétrole), qui risque les aléas climatiques, les valala...et va encore diminuer ses profits pour des écoles !!!(MANONOFY)Abhération totale.

  • 23 juin 2009 à 20:01 | Rabila (#1379)

    Un projet de cette taille est de toute manière complexe. On ne peut pas prendre en compte toutes les dimensions mais uniquement les dimensions critiques et encore il ne faut pas se tromper dans leur identification.

    Sur un investissement de 7md de dollars, il y aurait du avoir une étude d’impacts d’au moins 100 millions de dollars et un budget de communication de 20 millions d’autres. Il y aura eu quelques dizaines de consultants de haut vol des deux cotés. Des consultants à 10.000 dollars la journée. On aurait un rapport de 1000 pages détaillant les avantages, les inconvénients, les mesures d’accompagnement ou de correction.

    Ou le projet était au temps -t0, il s’est fait déglingué au décollage ou le projet était pipo ou un ballon d’essai. Ou les coréens et les malgaches étaient justes des crétins.

    Je voudrais juste pointer une dimension cruciale qui m’a échappé au début. La flambée du prix du foncier qui priverait aux paysans et aux locaux d’acquérir des terrains au voisinage ou dans la zone du projet.

    Si au départ le hectare coute zéro dollar au bout de 10 ans l’affaires Daewoo devenant prospérant, l’hectare monterait à 100 ou 200 dollars. Vingt ans après 400 dollars. Evidemment le PNB malgache gagnerait 5 milliards supplémentaires mais la plupart des autochtones risqueront l’expulsion de la zone par la flambée du foncier.

    Il y aura des routes, des écoles, des hôpitaux, de l’électricité, etc. Mais il y aurait aussi des exclus.

    PS : l’étude des impacts et la communication peuvent se résumer aux commissions occultes et aux dessous de table.

    • 23 juin 2009 à 22:16 | Rivohanitra (#142) répond à Rabila

      Une autre dimension importante (ou dangereuse ?) du projet DAEWOO : un transfert de population d’un pays proche devait assurer la main d’oeuvre agricole ...

      Un "Madagascar terre d’asile" est sans doute merveilleux mais de quelle manière prévoyait-on d’assurer et de gérer cet apport massif de population étrangère ?

  • 23 juin 2009 à 21:44 | Albatros (#234)

    Bravo Lalatiana !!!!.

    Une belle démonstration. Elle montre bien que Ravalomanana était dans le bon sens pour l’avenir de Madagascar mais dans le mauvais en ce qui concerne la communication et le partage des décisions.

  • 23 juin 2009 à 22:34 | lalatiana (#1016)

    Je pars du principe suivant : nous disposons désormais de 50 années d’expérience d’indépendance qui nous ont confronté, nous pays en voie de développement, à tous les modèles politiques et tous les modèles de développement économique avec leurs sempiternels lots d’échecs.

    Si nous ne sommes pas désormais capables de CAPITALISER dessus pour enfin choisir NOTRE modèle de développement - et de choisir les dirigeants qui l’appliqueront – modèle de développement qui sera la synthèse de tous ceux là (du néo-colonialisme, aux nationalisations socialistes, puis à l’ultra libéralisme), composant avec les modèles du développement durable, nous ne méritons ni de nos ancêtres ni de nos descendants.

    D’une manière générale on peut adopter deux attitudes, qui n’ont intellectuellement ou moralement pas plus de valeur absolue l’une que l’autre :

    1) on choisit de privilégier un mode développement « autarcique » : nos terres sont inaliénables, elles doivent satisfaire nos propres besoins et seulement nos propres besoins sans que nous ayons besoin de les "brader" et de nous ouvrir sur l’extérieur,

    2) on choisit de privilégier un mode de développement ouvert sur le monde du XXIème siècle : nos terres RESTENT TOUJOURS INALIENABLES (parce que les dérives capitalistes on les connaît) , mais nous saurons négocier avec VIGILANCE et RESPONSABILITE, en prenant en compte tous les enjeux de développement durable et équitable (tous les instruments de contrôle existent !), avec les investisseurs étrangers dans une relation GAGNANT-GAGNANT .

    Mais il ne sert à rien à mon avis de rester sur une attitude défensive. Je suis un pro-Ra8 parce que j’adhérais à une vision que je voyais réellement ambitieuse et pragmatique du développement du pays (*) . Et que je pense qu’il est urgent de donner au pays une vraie ambition …

    Je rêve que mon pays soit cité comme modèle réussi de développement et de concorde… Je rêve que mes enfants puissent dire avec orgueil au monde : « Regarde bien mon ami , sous tes yeux … c’est mon pays » .

    Et cela, on ne le réussira pas, à mon avis en restant cantonnés sur des attitudes défensives … L’autre n’est pas nécessairement un ennemi, si je sais exiger de lui qu’il me respecte dans une collaboration équitable.

    (*) et ne hurlez pas : c’est faux !!! il a pillé le pays pour son propre intérêt, JE n’adhère pas à cette idée … Mais je conçois que vous en soyiez convaincus

    • 23 juin 2009 à 23:39 | Rivohanitra (#142) répond à lalatiana

      Qui de nous honnêtement pourrait croire à cette relation "gagnant gagnant" dans ce monde où c’est le marchand qui prime ?

      Pensez "aux effets de domination" de nos chers économistes (AMIN,PERROUX), ils ne se sont pas effacés d’un coup de baguette magique. Dans les négotiations bilatérales ces effets dominent, c’est ainsi que l’OMC essaie de promouvoir les relations multilatérales.

      Il n’y a pas de vision manichéenne du développement : l’autarcie ou l’ouverture.

      Soyons plutôt inventifs en prenant en compte les atouts et les faiblesses de Madagascar.

    • 24 juin 2009 à 00:03 | lalatiana (#1016) répond à Rivohanitra

      Vous n’avez pas bien lu Rivohanitra :

      "Si nous ne sommes pas désormais capables de CAPITALISER dessus pour enfin choisir NOTRE modèle de développement - et de choisir les dirigeants qui l’appliqueront – modèle de développement qui sera la synthèse de tous ceux là (du néo-colonialisme, aux nationalisations socialistes, puis à l’ultra libéralisme), composant avec les modèles du développement durable, nous ne méritons ni de nos ancêtres ni de nos descendants."

      Et

      "mais nous saurons négocier avec VIGILANCE et RESPONSABILITE, en prenant en compte tous les enjeux de développement durable et équitable (tous les instruments de contrôle existent !), avec les investisseurs étrangers dans une relation GAGNANT-GAGNANT"

      Quant à vos références : entre Samir Amin, qui est vraiment un TRES GRAND Monsieur (qui a construit en 72 ma culture révolutionnaire politique et Tiers-Mondiste) et François Perroux qui est aussi un TRES GRAND Monsieur ... Pourquoi diable ne me citez vous QUE deux économistes marxistes ????

      Cordialement

    • 24 juin 2009 à 00:21 | el che (#344) répond à lalatiana

      Aliéner la terre malagasy pour 99 ans, alors que nous n’avons pas atteint l’autosuffisance alimentaire est une aberration !

      De plus, les retombées économiques de cette implantation à long terme ne sont pas prouvées
      Pour une décision d’une telle ampleur, RA8 avait l’obligation d’en informer la population et les élus.

      Que penser du drame humain que cette décision aurait généré, avec les expropriations des autochtones !

      De même, quand vous dîtes que Daewoo envisageait d’exploiter la terre aux fins de nourriture, il n’en est pas du tout certain, la production de biocarburant était le but avéré à court terme.

      On connait les résultats : hausse exponentielle des céréales, et risque d’affamer les pays du sud. Un plein de biocarburant pour une voiture correspond à 2 ans de consommation pour un être humain !

      L’exploitation massive des terres, présente de nombreux dangers pour l’écosystème, sans parler de la pollution des nappes phréatiques causée par le nitrate et divers pesticides.

      Alors plutôt que de "vendre" la terre, l’État doit mener une politique offensive pour rendre à terre malgache ses lettres de noblesses, en favorisant aux agriculteurs l’accès à la terre, par des aides financières. Une révolution verte sincère, à valoriser leur métier, via une formation solide, et vente de leurs produits sans passer par les nombreux intermédiaires qui les spolient.

      Nous sommes dans une période d’opportunité sans précédent pour développer notre agriculture, donc les conditions de vie de millions de malagasy. Au pays tout entier de prendre conscience que son salut économique dépend en grande partie de l’exploitation de sa terre, en produisant des produits de qualité qui font de plus en plus défaut aux pays industrialisés.
      Il faut cesser le néocolonialisme, qui consiste à piller nos richesses, en échanges de clopinettes pour quelques privilégiés du pays.

      el che

    • 24 juin 2009 à 01:03 | lalatiana (#1016) répond à el che

      Ravi d’avoir de rencontrer des contradicteurs avec des convictions politiques solides et étayées ... Je les respecte même si je ne les partage pas ...

      Je suis convaincu, parce que je le pratique et que je l’ai rencontré, qu’on peut associer ETHIQUE et investissement capitaliste (et je ne prétends pas que Ra8 en était l’illustration) ...

      Les garde fous formels et sociétaux existent. Il ne tient qu’à nous de les mettre en oeuvre et de les faire respecter. L’alter-mondialiste qu’est Rivohanitra ne peut pas ignorer que dans le paradigme de développement durable , on inclut désormais le concept d’Entreprise Durable et d’Entreprise Socialement Responsable.

      Le tiers mondiste qu’est El Che ne peut ignorer que des initiatives pour la transparence sont menées tant au niveau de la société civile que des organisations internationales pour traiter des Investissements Socialement Responsables ...

      Il ne s’agit toujours que de vigilance et d’implication politique dont nous sommes tous acteurs ...

      voir mon papier : http://madagoravox.wordpress.com/2009/04/07/non-lethique-de-gouvernement-nest-pas-une-utopie/

    • 24 juin 2009 à 10:56 | Rivohanitra (#142) répond à lalatiana

      Merci pour l’étiquette fausse d’alter-mondialiste. Désolée, mais vous avez sans doute lu un peu trop rapidement ma réaction (la première).
      J’intègre dans ma démarche l’insertion de Madagascar dans la mondialisation en cours...Je souhaite que mon pays adopte une spécialisation dans la production alimentaire...Là où Madagascar a déjà un savoir-faire spécifique.
      Relisez ce que j’ai écrit et évitez les étiquettes puériles qui n’apportent absolument rien au débat (proRa8, ProTGV, mondialiste anti alter) : je discute de la validité du contrat DAEWOO et c’est tout.
      Contrairement à ceux qui utilisent des arguments pseudo scientifiques pour défendre un homme, de mon côté je ne cherche absolument que l’intérêt de Madagascar.

      Pourquoi ne pas offrir à nos paysans les opportunités nécessaires pour exploiter nos terres afin qu’ils en retirent des revenus suffisants et améliorent leurs conditions de travail ? Le angady est dépassé, la culture sur brûlis est dangereux, aménageons donc nos territoires pour sortir Madagascar du sous-développement.

      Plutôt que de foncer tête baissée dans le tourisme qui n’apporte que des emplois de valet et l’asservissement sexuel de nos enfants, l’Etat peut investir dans l’agriculture.

      En quoi cette proposition est-elle alter-mondialiste ? Une étiquette ne peut pas remplacer les arguments et les leçons d’économie des classes préparatoires ont une portée limitée quand il s’agit de pratique.

      Si les précautions peuvent être prises et faire avancer le social, que dites vous aujourd’hui, je reprends une question à laquelle vous n’avez toujours pas répondu, de ces enfants qui travaillent nuit et jour dans les mines ? Vous prétendez toujours pouvoir associer éthique et production capitaliste ? Lisez l’article sur le travail des enfants (dans Tribune aujourd’hui) et vous me reparlerez de vos garde-fous.

      Non, il n’est pas question de choisir entre les déchets nucléaires et la location de terre pour planter des OGM : les deux sont dangereux. Et nous avons tout de même des possibilités plus valorisantes pour le pays.
      Vu la rapacité de nos dirigeants respectifs rien ne vous dit non plus que des déchets nucléaires ne sont pas enterrés quelque part. Enfin, je ne le souhaite pas !

    • 24 juin 2009 à 11:47 | mafy (#2709) répond à lalatiana

      Fa maninona moa no fehezin’ingahy/ramatoa Lalatiana amin’ireo safidy roa hany hitan’ingahy/ramatoa Lalatiana ireo ny safidy ho an’ny Malagasy ??

      Amin’izay indray afangaron’ingahy daholo ny zava-drehetra sady aza be soketa hoe "autarcique" sns azafady. Fa maninona koa no fefena hoe ny zavatra ilaintsika ihany koa no ho vokatra eo raha vao tsy varotana ny tany ?? Izany ve tsy fanambaniana fotsiny hoe tsy mahavita ny Malagasy na dia ny mpitondra azy aza no manao am-paosy aloha no mahamaika azy ???

      Ndehana zahavo hoe ohatrinona ny fanampiana isan-karazany omen’ny Amerikanina sy ny Eoropeanina ny mpamboliny dia izay indray vao miverena eto.

      Vahaolana mora loatra ny fanomezan-tany mihoapapana vahiny. Izay no nanaovan-dry zareo azy tany amin’ny takona tany satria sady tsy nosainina firy no tsy mametraka ho laharam-pahamehena ny ho avin’ny firenena fa faly mitango volan’olona fotsiny !

    • 24 juin 2009 à 12:23 | Rabila (#1379) répond à el che

      El Che,

      vous faites de la théorie !!!

      Imaginons que vous avez 100.000 dollars de capital.

      Investiriez les vous dans la zone visée pour Daewoo où il n’y a pas encore de route où les autochotones n’ont jamais vu un angady, où vous ne trouverez pas un contre-maître à qui faire confiance, ni un mécanicen pour réparer votre matériel agricole et où une fois tous les 4 ans le cyclone passe et provoque des dégats.

      Je ne crois pas que vous prendriez ce risque.

      Transformer ces terrains en terre agricole rentable nécessite un fond considerable que l’état malgache ne saurait investir. Le retour sur investissement est au bout de dix ans. Et encore, si le projet ne coule pas avant.

      Le Mali a fait une amère expérience. Le cout de production s’avérait supérieur au cours mondial. Les paysans se font fait couillonnés par les produits importés.

      Je vous conseille de faire de la négoce avec vos 100.000 euros. L’argent est sacré. Son objectif est de ne pas tomber dans un makarakara. El Che, vous devriez le savoir. C’est quelque dans le livre "de la pratique" de Mao.

    • 24 juin 2009 à 14:31 | lalatiana (#1016) répond à Rivohanitra

      Ouffff ...

      j’ai trouvé quelqu’un qui monte encore plus vite que moi aux rideaux ...
       :-)

      "étiquettes puériles" "arguments pseudo scientifiques" ...

      On n’est plus dans le débat .. On est dans la polémique là ...

      Sérieusement ... pensez vous que j’aime moins les gens et le pays que vous ne le faites ... pensez vous qu’à cause de mes convictions j’aie moins volonté de défendre les intérêts du pays que vous même ... Si ce n’est pas le cas, de quoi parle t on qui justifie votre énervement ?

      Ah oui de mes étiquettes qui vous horripilent ...

      Je me suis déjà excusé une fois sur un précédent forum ... ça va, là ... :-(

      Je n’ai rien contre les alter-mondialistes : je milite avec eux ... !!!

      Mais c’est vous qui citez Amin et Perroux ...

      Quant ma pseudo-science qui vient se greffer sur la suffisance qu’on m’a déjà reproché ... ça va, là ...

      Je ne suis pas un scientifique, je ne suis pas un agronome, je ne suis pas un chercheur ... Je suis un collecteur d’informations et je synthétise en y mettant ma sensibilité... Je ne suis pas non plus un journaliste... Si ce billet est passé en tribune libre et non pas en rubrique journalistique c’est bien parce que je ne prétends aucunement avoir la connaissance ni le savoir absolu ... ni l’objectivité ... Je souhaitais seulement partager un point de vue ...

      Alors virez aussi vos propres étiquettes à mon sujet ... on va pas y arriver sinon ...

      Et si vous voulez vraiment débattre, échanger des idées ce n’est pas le lieu .. La désynchronisation du média ne fait qu’exacerber les agacements mutuels ...

      je serai ravi (réellement) d’un débat skype ou msn ... à votre gré

    • 24 juin 2009 à 15:14 | Rivohanitra (#142) répond à lalatiana

      Je constate que vous ne répondez pas aux questions importantes : pourquoi refusez vous de moderniser l’agriculture au profit de nos paysans.

      En 1972 ? J’ai lu le livre de Archer, Madagascar depuis 1972. On n’a pas besoin de vivre l’histoire pour la comprendre. Heureusement !

      Je citais deux auteurs qui ont expliqué les effets de domination dans les rapports Nord SUD. Pardon ? je ne savais pas que François PERROUX était un marxiste. Merci pour cette information. Que les gens soient marxistes ravaloistes ou peu importe, ce n’est pas cela qui pourrait me bloquer pour écouter ce qu’ils disent d’intelligent. Encore des étiquettes ?
      A quoi sert de faire une liste d’auteurs ? Ce qui nous intéresse ici ce n’est pas d’étaler et d’étaler inutilement, il faut débattre et surtout faire du concret.

      Ce n’est pas parce que vous militez avec les alter-mondialistes (qui ne sont pas mes amis, loin de là) qu’il vous est interdit de lire correctement mes arguments.

      Répondez aux questions concrètes et vous ne risquerez plus de choquer ni de pousser ce OUFF... de politesse.

    • 24 juin 2009 à 17:27 | lalatiana (#1016) répond à Rivohanitra

      (re) Bonjour Rivohanitra,

      Mais où diable avez vous donc lu que je refusais la modernisation de l’agriculture malgache au profit des paysans ??? :-(

      Je suis pour TOUTES les solutions qui marchent (*) ... Mais de fait, je ne vois pas pourquoi on devrait choisir l’une au détriment de l’autre ... Pourquoi toutes les solutions qui apportent quelque chose ne pourraient elles pas cohabiter ...

      Vous ne croyez pas à Daewoo ... moi j’y crois ... il ne s’agit alors pour que ce projet soit effectivement profitable "que" de vigilance et de responsabilité et de courage ...

      Et il s’agit bien comme vous le dites vous même "d’inventer" ... JE L’AI DIT ... Et il n’est pas question d’un quelconque dogmatisme ...

      Cordialement ...

      (*) à ce sujet voir le reportage de "Ecran Vert" sur l’Agro Ecologie sur Madagascar
      http://www.tv5.org/TV5Site/emission/emission-15-Ecran_vert.htm

      ps : archer et dans une moindre mesure sennen étaient eux aussi très "viva la révolucion" ... LOL

      ps 2 : et ne doutez pas de mon engagement en termes de développement durable ... :-)

      ps 3 : quant à Amin et Perroux ... Je n’ai rien contre les marxistes non plus (je l’ai dit et les reconnais comme GRANDS) ... J’en suis un de marxiste, de culture et de formation (cf Ankatso 1975-1979)... je considère seulement que Amin a un peu vieilli.. Et je les trouve pour le coup un peu manichéens, justement ... mais c’est mon opinion ...

      ps 4 : et arrêtez de m’agresser, d’abord ! :-)

      http://www.fondation-farm.org/IMG/pdf/terres_notelecture.pdf

      http://www.ifad.org/media/press/2009/26_f.htm

    • 24 juin 2009 à 21:12 | el che (#344) répond à Rabila

      Bonsoir, Rabila,

      Je ne m’estime pas théoricien, car je suis plutôt adepte de l’empirisme.

      Le développement économique d’un pays pauvre passe par des gros oeuvres,que seul l’état est en mesure de mettre en place.

      Oui, je connais la Chine et son histoire. Ce pays a entamé dans l’ordre logique 3 révolutions : d’abord agraire, ensuite l’industrie, et enfin le secteur tertiaire.
      Le résultat est aujourd’hui spectaculaire, hormis le non respect des libertés.

      Quant au Mali que vous citez également, je vous invite à lire l’article ci-dessous (désolé, car un peu trop long, mais riches en enseignement.

      Cordialement.

      Une irrigation élargie et plus efficace a permis des rendements plus élevés, ainsi que des revenus plus importants pour les agriculteurs maliens. La production de riz a plus que doublé, et celle d’autres denrées alimentaires, telles que les oignons et les tomates, a augmenté de manière substantielle.

      Principales réalisations :
      - En 2005, la croissance du PIB a atteint 6,1 %, grâce à une augmentation de la production de céréales et de riz en 2005-2006 (14 %), ainsi que d’une amélioration des termes de l’échange.
      - Les revenus des 182 000 agriculteurs concernés par le programme ont augmenté.
      - La production de riz est passée de 98 000 à 271 000 tonnes.
      - 57 km de canaux et de rigoles ont été remis en état et modernisés.
      - Les rendements à l’hectare ont augmenté de 205 % et le rendement économique pour les agriculteurs a bondi de 16 à 30 %.
      - Les autres productions agricoles alimentaires sont en hausse. Les oignons sont passés d’une production négligeable à un niveau de 71 000 tonnes. La production de tomates, de pommes de terre et de maïs a également augmenté.
      - Les taux de recouvrement des frais de consommation d’eau sont passés de 60 à 97 %. Les frais de consommation d’eau demeurent dans les zones où ils sont collectés ; au moins 50 % sont utilisés aux fins d’entretien, tandis que seulement 10 à 12 % sont transmis à l’Office central à des fins générales.
      - La situation financière de l’Office du Niger, cruciale pour des milliers d’agriculteurs maliens, s’est améliorée.
      - L’État malien a acquis une expérience et une confiance essentielles en matière de mise en œuvre de réformes institutionnelles importantes.
      - La participation a été renforcée par l’adhésion des agriculteurs aux comités de gestion, ainsi que par la supervision de l’exécution des contrats.
      - Le projet a transféré la responsabilité en matière de crédit de l’Office du Niger à la Banque agricole d’État et stimulé l’investissement privé dans les infrastructures agricoles. Les crédits ont initialement été utilisés pour l’achat d’équipements, de bétail et d’engrais, avec des taux de remboursement supérieurs à 95 %.
      - Du fait d’une meilleure transparence en matière de gestion foncière, le sentiment de sécurité des agriculteurs, même en l’absence de titres de propriété, s’est renforcé.

  • 23 juin 2009 à 23:29 | Rakoto (#358)

    Manque d’analyses sur les retombées écologiques d’une telle plantation !.

    Quel type de semences ?...

    Des solutions oui mais pas n’importe lesquelles !.

    Il n’y a pas que les affaires qui peuvent faire vivre ou développer un pays !...

  • 24 juin 2009 à 07:34 | Mandimbisoa (#2104)

    Miarahaba hatrany,

    zavatra mba tiako ho lazaina koa ALEOKO LAVITRA MAMPANOFA TANY HAMBOLENA TOY IZAY TANY ANDEVENANY NY DECHETS TOXIQUES NY TANY MANDROSO !!!ka aoka ho mailo ihany !

  • 24 juin 2009 à 08:35 | Rakoto (#358)

    Que pensez-vous sur la contribution américaine concernant la coopération humanitaire.

    "Une enveloppe de 85 millions USD par tranche de 17 millions USD par an afin de réduire le taux de malnutrition et de venir en aide aux groupes de population exposées à la famine ou à l’urgence alimentaire.
    Concrètement, cette aide permet de "sauver" 492 500 personnes, , 120 communes rurales et 3 communes urbaines des régions Est et Sud de l’île. Il cible en particulier les femmes enceintes, les femmes qui allaitent et les enfants de 6 à 23 mois."

    En plus ce n’est pas pour la première fois que cette aide existe !

  • 24 juin 2009 à 09:04 | Zopif (#297)

    Je ne sais pas où est ce que vous avez puisez toutes ces fausses informations qui vous ont induites en erreur ? On dirait un exposé en classe de seconde. Enseignant-Chercheur en AgroSciences dans une Université française, je pense que vous êtes Out ! J’ai fait une intervention sur cet forum et j’ai bien démontré que les coûts annuels par hectare de ce qui était annoncé par Daewoo holding était de 20 dollars.

    Une modération de la redaction de madagascar-tribune.com me semble nécessaire pour la qualité de cette page d’informations.

    • 24 juin 2009 à 13:42 | lalatiana (#1016) répond à Zopif

      Basile a un cousin ???!!!!

    • 24 juin 2009 à 21:46 | Rakoto (#358) répond à lalatiana

      Lalatiana,
      Votre réponse ne correspond pas au constat précédent !

      Un petit effort, osez refaire le calcul précédent !

      "les coûts annuels par hectare de ce qui était annoncé par Daewoo holding était de 20 dollars" = 20$/10000 m²

      Comparez tout simplement à votre loyer mensuel par exemple !

      You are or not you are ! Minoa fotsiny ihany !

    • 24 juin 2009 à 21:59 | Rakoto (#358) répond à Zopif

      Bravo Zopif pour la démonstration très objective, en espérant que l’auteur de l’article ne continue pas sur cette voie sans issue !

      Tellement aveugler par l’effet d’annonce "qui veut gagner des milliards".

      L’auteur est prête à sacrifier 3 ou 4 générations entières (d’autant plus qu’elle sera même plus là d’ici 99 ans pour suivre jusqu’au bout l’histoire - ni les "ir"-responsables signataires d’ailleurs !!!.

  • 24 juin 2009 à 10:58 | demokrasia fostsiny (#160)

    merci à Lalatiana de démontrer que ce projet ne pouvait pas aboutir non par manque de communication mais sutout parce que, comme à l’habitude de Ravalomanana ,c’est un projet marqué par le mépris de la démocratie au nom d’une éfficacité plus que douteuse.

    il était temps de l’arreter !!!

    des résultats économiques sans démocratie est possible,mais un développement durable sans démocratie est impossible.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS