Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 7 juillet 2022
Antananarivo | 19h38
 

Communiqué

Communiqué du CCOC

vendredi 22 juin 2012

LA POPULATION : ACTEUR SOUVERAIN
DU PROCESSUS DE VERITE RECONCILIATION
A MADAGASCAR

Nous sommes tous conscients que se réconcilier est impérieux à l’heure actuelle pour le pays. Le retour cyclique des crises à Madagascar démontre un malaise profond qui révèle un fossé entre différentes couches de la société mais aussi l’inadéquation du système actuel à la construction d’une véritable Nation Malagasy. Aussi, si nous voulons mettre un terme définitif aux crises et construire un avenir commun et un Vivre Ensemble, une mise à plat de tous ces clivages et différends à travers un processus de réconciliation doit être entreprise dès maintenant.

QUI DOIT–ON RECONCILIER ?

- Cette crise a montré la nécessité de :

  • Réconcilier le Malagasy avec ses valeurs, sa langue et son Histoire :
    • la prise de pouvoir anticonstitutionnelle, source de la crise actuelle, a mis à mal les valeurs fondamentales qui régissent la société et le Vivre Ensemble (Fihavanana, respect entre les citoyens, respect de la vie humaine), ce qui explique la montée de l’insécurité et de la violence ;
    • Des points de notre Histoire lointaine et proche restent sombres, handicapent ainsi la mise en place d’un climat serein et apaisé et empêchent la construction d’un avenir commun (…1975, 1991, 2002, 2009…) ;
    • De même, l’histoire officielle actuelle renie des pans d’histoires régionales, empêchant ainsi une appropriation collective de celle-ci ;
  • Réconcilier les ethnies et castes : consolider le vivre ensemble des ethnies de l’Est à l’Ouest, du Nord au Sud !
  • Réconcilier la population avec les gouvernants et la classe politique dans son intégralité : non - respect du rôle de politicien envers la population ; manque de redevabilité sociale ; absence d’humilité ; appropriation des patrimoines et ressources publiques ; perte de confiance de la population envers la classe politique considérée comme inutile ;
  • Réconcilier les politiciens entre eux : pas de respect de l’autre ; pas de respect de la parole donnée.

COMMENT ? RESTAURATION DE LA CONFIANCE COMME PREALABLE

La Réconciliation Nationale est un processus de longue haleine mais qu’il est primordial de commencer dès maintenant pour initier le climat d’apaisement nécessaire pour sortir définitivement de la crise et pour ne pas y retomber (cf exemple du Mali).

Pour que les individus ou les entités puissent se réconcilier, il est nécessaire que la confiance soit réinstaurée entre les parties. Cette confiance, qui lèvera tout doute, toute suspicion, toute perception d’insécurité et de peur, ne peut se réinstaurer que dans :

  • La reconnaissance de ce qui s’est produit, c’est –à-dire la reconnaissance de la vérité sur les dérives, les abus et les exactions de toutes sortes sur les personnes et les biens publics commis par les dirigeants successifs et responsables ;
  • L’établissement de la responsabilité de chacun ;
  • La reconnaissance de leurs torts par les coupables ;
  • La fixation des compensations ;
  • L’assurance que ce qui s’est passé ne se reproduira plus ;
  • L’arrêt de tout abus de pouvoir et de l’impunité face aux diverses dérives ;

La restauration d’une vraie justice est impérative, que l’on peut envisager au-delà des tribunaux traditionnels.

- Ainsi, la commission chargée de la Réconciliation Nationale devra :

  • Faire la lumière sur tous les conflits à travers des enquêtes indépendantes ;
  • Etablir la responsabilité de chacun ;
  • Appeler les coupables à reconnaître leurs fautes ;
  • Ne pas accorder le pardon à ceux qui refuseront d’adhérer au processus de réconciliation ;
  • Fixer les modalités de compensations que les coupables devront acquitter ;
  • Déclarer publiquement que tout contrevenant à la Loi sera désormais sanctionné ;
  • Initier les réflexions sur le système adéquat au Malagasy.

LA POPULATION : Acteur souverain de la réconciliation et de la cohésion sociale

Quelles que soient les situations, les crises, les changements qu’un pays est amené à vivre ou à subir, les hommes et les femmes qui le composent sont prioritairement ceux qui les initient ou les subissent,, tout simplement parce que c’est sur la population que tous les actes et actions politiques ont, directement ou indirectement, le plus d’impact.

- A Madagascar, plus qu’ailleurs, d’une part :

  • C’est la mobilisation de la population qui a favorisé le départ des présidents lors des différentes crises que le pays a connues depuis 1972 ;
  • C’est la population qui subit directement les conséquences de la mal gouvernance, cause principale de ces crises, notamment celle qui perdure depuis trois années.

D’autre part, c’est la population qui constitue l’électorat qui « décide » celle ou celui, ceux qui vont gouverner.

Ainsi, la population est, fondamentalement, celle qui est à la fois l’objet et le centre de tout acte citoyen ou politique.

Ce ne sont pas des groupes de citoyens (politiques/économiques/sociaux) ou des élites qui pourront à nouveau relever le pays mais la population toute entière : c’est elle qui peut garantir, à travers la prise de responsabilité de chacun, que les décisions prises sont effectivement le reflet des aspirations de la majorité.

La population est le 1er acteur majeur dans cette restauration de la confiance : pour que la Réconciliation Nationale ait véritablement une force morale et exécutoire, la population doit impérativement se l’approprier et soutenir le processus.

Pour le CCOC,

Lily RAZAFIMBELO
Faraniaina PIERRE BERNARD
Hony RADERT
Jean Pierre RAKOTOFIRINGA

20 commentaires

Vos commentaires

  • 22 juin 2012 à 08:53 | Oscar (#1649)

    Avec un peu de retard, je voudrais réagir sur l’article d’hier au sujet de la capture de Remenabila. J’étais en dehors de Tana sans accès à Internet.

    Après avoir vu de mes propres yeux, pendant deux ans, comment les militaires de la SADC - dans des conditions très difficiles - dont les militaires sud-africains (je confirme bien ceux de la SADC car il y avait plusieurs contingents en RDC), je me demande comment les militaires malgaches auraient pu les arrêter si jamais la SADC avait décidé d’intervenir opérationnellement à Madagascar conformément aux statuts de l’organisation régionale.

    Sur les rares photos disponibles dans les médias, les militaires lagaches marchent pieds nus, car ils ne supportent guère les rangers (c’est une évidence, j’ai servi cette armée l’armée dans les années 70). De plus, ils portent les armes comme s’ils allaient à la chasse.

    Epargner les vies d’innocents, ce ne sont que des excuses car nombre d’habitants ont déjà déserté les lieux !!!

    Pourquoi les hautes autorités de ce pays, n’ont-elles pas envoyer les militaires de la CAPSAT qui se sont montrés très arrogants et très habiles pour retourner leurs armes contre la population civile non armée de la capitale ? Maintenant, on se rend à l’évidence que ces militaires sont des incapables devant des gens armés comme eux. Et on appelle ça des militaires. Bande d’abrutis du plus bas des jusqu’au sommet de la hiérarchie civile et militaires.

    Oscar

    • 22 juin 2012 à 10:22 | iarivo (#5822) répond à Oscar

      L’armée malagasy est ce qu’elle est, celle que les politiciens en ont fait pendant 50 ans, est-ce une raison pour les insulter, les incriminer de tout les maux ?

      Surtout venant de la part d’un soit-disant citoyen malagasy !

      La critique est si facile mais quand il s’agit d’innover, d’avancer des propositions mais surtout d’agir, alors là il n’y a plus personne !

      Toujours dans cette "espérance" de la venue d’un messie, dans l’attente que quelqu’un d’autre fasse le travail ...à notre place !

      Après Ratsiraka, ravalomanana, qui sera le prochain messie qui apportera la prospérité, le bonheur et l’abondance à Madagascar ???

    • 22 juin 2012 à 11:33 | Jipo (#4988) répond à iarivo

      Par votre mentor en tous cas , mais cela même après 3 ans , vous êtes dans l’ incapacité de l’ admettre , malgré la catastrophique nullité de résultat .
      Dur dur : la vérité ! .

  • 22 juin 2012 à 10:20 | N.R. (#2958)

    Réconciliation avec sa langue, son histoire... Mais de quelle langue parle le CCOC ? de celle qu’il s’évertue à communiquer ? mais avec qui ? quel peuple ? Ou celle de ses aïeux qu’il rejette...
    En faite c’est quoi CCOC pour le commun des Malagasy ? Soyez logique dans vos convictions.
    Rahalahy sy ranabavy isany o ! Tsy mahagaga ity firenena malalantsika ity raha mirefarefa @ tany toa izao noho ny foto-pisainantsika voazanaka. Tsara ilay hevitra saingy ampiharo avy hatrany fa aza menatra mampiasa ny teninao.

    • 22 juin 2012 à 10:27 | N.R. (#2958) répond à N.R.

      Indro famakafakana sy vaha-olana, aroso anareo mpikambana @ fiarahamonim-pirenena isan-tokony : >>>
      http://www.facebook.com/notes/feonny-malagasy-arovy-madagasikara/rafi-piaraha-monina-vaovao-vaha-olana-ho-ani-madagasikara/227845637239091

    • 22 juin 2012 à 14:33 | Hony (#6721) répond à N.R.

      Misoatra tompoko @ fitenenana. Ary tsy menatra mihitsy izahay mampiasa ny tenintsika ka indro alefako eto ny fanambarana @ teny malagasy. Dia mankasitraka tompoko.

      NY VAHOAKA : MPISAHANA FARA-TAMPONY NY FIROSOANA HO AMIN’NY FAHAMARINANA SY FIFAMPIHAVANANA ETO MADAGASIKARA
      Mahatsapa isika rehetra fa ny fifampihavanam-pirenena dia tsy azo idiovirana amin’izao fotoana izao. Ny fiverimberenan’ny krisy matetika eto madagasikara dia maneho aretina lalim-paka izay tsy miteraka hantsana lalina eo amin’ny sokajin’olona samihafa ao amin’ny fiarahamonina fotsiny, fa indrindra koa mahatonga ny tsy fetezan’ny rafitra misy ankehitriny mba hananganana firenena malagasy marin-toetra sy marim-pototra. Koa raha maniry hanafoana tanteraka io krisy io isika ary hanangana hoavy hiraisana sy finiavana hiray monina, dia ndao habaribary ireo fifanivanana sy fifandirana amin’ny alalan’ny firosoana amin’ny fifampihavanana dien’izao.
      Iza no tokony hampihavanina ?
      Ity krisy ity dia mampiseho fa ilaina :
      • ny mampiombona sy ny mampihavana ny Malagasy amin’ny soatoaviny, ny teniny ary ny tantarany :
      - ny fakana fahefana tsy ara-dalàna ka niteraka ny krisy ankehitriny dia nanakorontana ny soatoavina fototra izay nifehy ny fiarahamonina sy ny finiavana hiray monina (ny fihavanana, ny fifanajana amin’ny samy olom-pirenena sy ny fandalana ny ain’olombelona), ary izany dia hita amin’ny fihombon’ny fandriana andriran’antsy sy ny herisetra ;
      - lafiny maro teo amin’ny tantarantsika tany aloha sy ankehitrio no mbola maizina ka nampananosarotra ny fametrahana rivotra milamina sy tony ka zary nanakana ny fametrahana ny hoavy hiraisana (… 1975, 1991, 2002, 2009…) ;
      - araka izany, ny tantara amina endrika ofisialy misy ankehitriny koa, dia ahitana tsy fiaikena ampahana tantaram-paritra, ka zary fanakanana ny fitompoana azy miaraka izany ;
      • Fampiombonana sy fampihavanana ny foko mbamin’ny saranga : fanamafisana ny finiavana hiray monina eo amin’ny foko avy any atsinanana sy andrefana, hatrany avaratra ka hatrany atsimo !

      • Fampiombonana sy fampihavanana manontolo ny vahoaka amin’ny mpitondra fanjakana sy ny kilasy politika ; eo mantsy ny tsy fanajana ny anjara asan’ny mpanao politika manoloana ny vahoaka ; ny tsy fahampian’ny fananan-tsitraka amin’ny fiarahamonina ; ny tsy fisian’ny fifandeferana ; ny fangoronana ho an’ny tena ny harem-pirenena sy ny fananam-bahoaka ; ny fahavezam-pitokisan’ny vahoaka amin’ny ireo mpanao politika izay heveriny ho tsy misy hilana azy.

      • Fampiombonana sy fampihavanana ny samy ny mpanao politika : eo mantsy ny tsy fisian’ny fifampifanajana ; ny tsy fanajana ny teny nomena.

      Amin’ny fomba ahoana ? Famerenana mialohan’ ny zavatra rehetra ny fifampitokisana
      Tanjona lavitr’ezaka ny fifampihavam-pirenena, kanefa tokony tsy maintsy hatomboka dieny izao mba hisian’ny fitoniana hialana amin’izao krisy izao sy ny tsy hiverenany intsony. (cf ohatra ny any mali).
      Tokony hisongadina ny fifampitokisana eo amin’ny olona sy ny antokon’olona mba hahatongavan’ny fifampihavanana. Ny fanafoanana ny tsy fifampitokisana sy ny fandriana andriran’antsy ary ny tebiteby dia tsy tafapetraka raha tsy misy :
      • Ny fiaikena ny zava-nisy, izany hoe ny fiaikena ny marina momba ny fahadisoana, ny fanararaotana sy fitsetsefana ny olona isan-karazany sy ny fananam-bahoaka nataon’ny mpitondra fanjakana sy ny manampahefana nifanesy ;
      • Ny fametrahana ny andraikitry ny tsirairay avy ;
      • Ny fivalozana ny hadisoana nataon’ny olo-meloka ;
      • Ny famaritana ny setriny ;
      • Ny fanomezan-toky ny tsy hiverenan’ny teo aloha ;
      • Ny fanajanonana ny fanararaotam-pahefana sy ny tsy maty manota manoloana ny fihaoram-pefy maro ;

      Ny fampijoroana indray ny tena fitsarana marina dia tsy azo iodivirana, izay azo heverina ambonin’ny fitsarana nahazatra.
      Amin’izay ny asa ampiandraiketina ny fifampihavanam-pirenena dia tokony ho toy izao :
      • Manazava amin’ny fanadiadiana mahaleotena ny disadisa rehetra ;
      • Mametra ny andraikitra noraisin’ny tsirairay ;
      • Manainga ny meloka hihaiky ny hadisoany ;
      • Tsy hamela heloka izay mandà ny hiditra ao amin’ny fizorana ho amin’ny fifampihavanana
      • Mamaritra ny fombafomba rehetra ny amin’ny fanonerana tokony hefahin’ny diso ;
      • Manambara ampahibemaso fa ny nandika lalàna dia homelohina ;
      • Manokatra fifampidinihana ny amin’izay rafitra hifanaraka amin’ny maha-malagasy.

      Ny vahoaka : mpisahana fara-tampony hanatanteraka ny fifampihavanana sy ny fampiombonana ny fiarahamonina
      Na inona na inona zavamisy, krisy, fiovana nolalovana firenena iray, na niaretany, dia ny lehilahy sy ny vehivavy ao aminy no lohalaharana amin’ny fitarihana azy na amin’ny fiantefany, satria eo amin’ny vahoaka no misy fiantraikany indrindra ny asa sy ny firotsahana an-tsehatry ny mpanao politika, na ankolaka na mivantana izany.
      Raha eto Madagasikara, mihoatra ny any an-kafa, dia etsy an-daniny :
      • ny fientanam-bahoaka no nanamora ny fialan’ny filoham-pirenena, tamin’ireo krisy samihafa izay niainan’ny firenena nanomboka tamin’ny taona 1972 ;
      • ny vahoaka no niharan’ny tsy fahaiza-mitondra raharaha, antony voalohany niavian’ireo krisy ireo, singanina amin’izany ny krizy efa naharitra taona telo izao.

      Fa etsy an-kilany, dia an’ny vahoaka izay mandrafitra ny mpifidy no manapaka ny amin’izay vehivavy na lehilahy na ireo izay hitondra ny raharaham-panjakana.
      Noho izany, ara-potokevitra, dia ny vahoaka no antony ary indrindra ivon’ny zava-nitranga rehetra noho ny hetsiky ny olom-pirenena na noho ny politika.
      Tsy ireo antokon’olom-pirenena (mpanao politika - mpandraharaha amin’ny toekarena na eo amin’ny sosialy) na ny avara-pianarana mihitsy noho afaka hanarina indray ny firenena fa ny vahoaka manontolo : izy no afaka hiantoka amin’ny fandraisana andraikitry ny tsirairay fa ny fanapahan-kevitra noraisina dia tena mitaratra ny hetahetan’ny be sy ny maro.
      Ny vahoaka no mpisahana voalohany indrindra ny amin’ny famerenana ny fifampitokisana : mba hampanan-kery moraly sy ho azo tanterahana ny Fampihavanam-pirenena, ny vahoaka dia asaina ho hentitra eo amin’ny fihazonana sy fanohanana ny fizorana ho aminy.

      Ho an’ny CCOC,

      Lily RAZAFIMBELO
      Faraniaina PIERRE BERNARD
      Hony RADERT
      Jean Pierre RAKOTOFIRINGA

    • 22 juin 2012 à 17:37 | N.R. (#2958) répond à Hony

      Zava-dehibe loatra ny serasera an-gazety toa itony, ampitaina @ vahoaka tsy an-kanavaka, indrindra ireo sari-toerana lavi-pandrosoana nefa manaja sy mihazona ny soatoavina Malagasy (soa ihany)...
      Azo heverina ho fametrahana elanelana sahady eo amintsika samy Malagasy mantsy ny fampiasana tenim-bahiny amin’ny sehatra misy anareo, na dia mbola noraiketina ho aofisialy aza araka ny lalàna fototra ; ary izany indrindra no anisan’ny ilàna fanovàna eto @ ity firenena malalantsika ity.

      Akaotr’izay, raha nitanisa ireo olana vitsivitsy mianjady ny firenentsika ianareo, dia narosoko etsy ambony ny "VAHA-OLANA" "MAHARITRA" azo ampiharina anaty fotoana fohy, koa diniho sy zarao raha maharesy lahatra anao. Vonona hanome fanazavana misimisy kokoa ny tenako raha sitrakareo.

      Mamerina fisaorana amin’ny fanampim-panazavàna ary manao veloma finaritra Tompoko.

  • 22 juin 2012 à 10:35 | GasyRay Gasy Reny (#2021)

    Quelle compensations pour ces voleurs qui ont ruiné le pays ! Vraiment ils y a des gens se disant pointus, avancent du n’importe quoi ! Si on demande mon avis, je dirai qu’ils ont tous a payer qu’à être comppensés !

    • 22 juin 2012 à 14:26 | Hony (#6721) répond à GasyRay Gasy Reny

      Bonjour,
      Je crois que vous n’avez pas bien compris le sens de la compensation : ce sont les coupables (les voleurs, donc) qui donnent une compensation aux victimes et qui, comme vous le dites vous-mêmes, paient.

  • 22 juin 2012 à 11:30 | Tojo (#6209)

    En lisant le communiqué du CCOC, des fumées noires sortent de mes narines et me montent à la tête. Et je me dis : Dois-je cogner ou cela n’en vaut-il pas la peine ?

    Bon, je préfère ne pas cogner...pour le moment.

    • 22 juin 2012 à 13:25 | intrus (#6296) répond à Tojo

      Les fumées qui sortent de votre narine et qui vous montent à la tête, c’est surtout à cause de ce que vous fumez... je ne sais pas ce que vous fumez mais de toute évidence, vous ne le supportez pas si on lit ce que vous aviez écrit ces derniers temps (depuis longtemps ?).

      Les fumées sont peut être grises mais il faut de temps en temps enlever les lunettes noires qui vous aveuglent... vous êtes aveuglés par la haine envers le laitier.

      Pour le baston, dommage qu’on ne se connait bas car je serais ravi de vous servir de sac de sable, mais attention, je réplique de temps à autre, et vous risquez de ne pas vous en remettre.

      Pour la CCOC : le peuple a toujours le choix et le pouvoir... Pour l’instant, il a choisi de ne rien faire. Il y aura réconciliation quand tous les camps (car y en a pas que deux) s’y mettrons... C’est pas quelque chose qu’on force à faire, qu’on décrète (comme la hat a l’habitude de faire). Bref, y aura réconciliation quand tout le monde à réconcilier se ra réuni... et pendant que j’y pense, l’article 20 ne va t-il pas dans ce sens ?

    • 22 juin 2012 à 14:28 | Hony (#6721) répond à Tojo

      Cogner ? Pour quelles raisons ? Peut-être serait-il bon que vous précisiez les points qui vous gênent dans le communiqué pour que nous puissions avancer dans la réflexion. Merci d’avance.

    • 22 juin 2012 à 15:13 | Paulo Il leone (#6618) répond à Tojo

      Tojo, pour le mal dont vous souffrez, j’ai un remède formidable à vous recommander : une bonne douche bien glacée, suivie d’une bonne séance d’électrochocs ! S’il s’avère que vous avez toujours envie de cogner, choisissez un bon mur en béton et cognez-vous la tête dessus pendant au moins 20 bonnes minutes, ça devrait faire l’affaire. Si ça ne suffit pas, engagez-vous et allez casser du dahalo !

  • 22 juin 2012 à 12:18 | ratiarivelo (#131)

    Salama e !! Inty mba misy " citation " mba samy erintreretin’ny tsirairay avy , indrindra indrindra ho an’ireo mpanao POLITIKA na ao a@ny fitondra na ny tsy ao, amin’ izao andro sarotra mianjady @ny firenena ???? LA SATISFACTION qu’on tire de la VENGEANCE ne dure qu’un momoent : celle que nous donne la CLEMENCE est ETERNELLE !!! Henri IV 1553-1610 roi de france .

    • 22 juin 2012 à 13:28 | intrus (#6296) répond à ratiarivelo

      Plus simple ratiarivelo a : le pardon rapporte plus à celui qui pardonne qu’à celui à qui on pardonne.

      Seulement voilà, à force de trop vouloir ne pas être plus nul.......

  • 22 juin 2012 à 16:35 | bema (#828)

    CCOC, on peut faire mille fois plus simple : "Respectons nous". Une règle simple et naturelle et qui ne coûte rien. Passons à l’acte car cela fait plus de 50ans que nos cadres dirigeants blabladent comme la CCOC maintenant. Misaotra Tompoko.

    • 22 juin 2012 à 16:57 | iarivo (#5822) répond à bema

      "Respectons-nous !"

      Oui, vous êtes absolument dans le vrai, respectons-nous !

      Oui, mais voilà, pendant plus de 7 années, le sankalité marc ravalomanana ne savait pas ce que celà signifiait et maintenant il en paye le prix !

      Le respect des autres et des biens de la Nation lui (le sankalité marc ravalomanana) donnait de l’urticaire en plus des hémoroïdes, il (le sankalité marc ravalomanana) en est complètement allergique !

    • 22 juin 2012 à 17:35 | Paulo Il leone (#6618) répond à iarivo

      Et le sanservo iarivo, lui, est allergique à tous ceux qui ne rentrent pas dans le jeu de ses bouffées délirantes. Les biens de la nation, puisque vous osez en parler, sont pillés par ceux-là mêmes qui ont évincé Marc Ravalomanana du pouvoir avec l’aide de nos valeureux soldats qui sont en train d’écrire une nouvelle page de leur glorieuse légende en ce moment même, avec leur pitoyable chasse au dahalo !
      Faut vous faire soigner Iarivo, votre état empire de post en post ! Allez -y ensemble avec Tojo, peut-être que les psychiatres vous feront un prix de groupe ?

  • 26 juin 2012 à 02:58 | el che (#344)

    j’adhère volontiers aux propositions du CCOC.
    Après avoir ressencé les problèmes et leurs solutions , il convient de les rappeler à tout citoyens.

    Une fois les règles établies et démocratiquement acceptées, elles sont opposables à tous : tout manquement doit être assorti de sanction sans complaisance .

    Bref, il s’agit tout simplement d’appliquer les regles démocratiques, celle d’une nation civilisée.

  • 26 juin 2012 à 12:05 | alamino (#809)

    BONNE FETE NETIONALE A TOUS !

    REJOIGNEZ MADAGASCAR LIBRE POUR LIBERER NOTRE PAYS DES MAINS DE LA HAT !

    SEUL UN GOUVERNEMENT EN EXIL POURRA SAUVER NOTRE PAYS DE CETTE OCCUPATION PUTSCHISTE !

    MOUVEMENT ASSOCIATF DE LIBERATION NATIONALE

    AIDEZ-NOUS A LIBERER LE PEUPLE D’UNE TRANSITION BIDON ET BIDOUILLEE !

    VIVE MADAGASCAR LIBRE !

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS