Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 7 juillet 2022
Antananarivo | 19h38
 

Communiqué

Communication de l’ambassadeur Ramtane Lamamra, Commissaire à la paix et à la sécurité, sur la situation à Madagascar

vendredi 17 mai 2013

Communication de l’ambassadeur Ramtane Lamamra, Commissaire à la paix et à la sécurité, sur la situation à Madagascar

1. Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine (UA) s’est réuni, au niveau ministériel, à Dar-es-Salaam, en République unie de Tanzanie, le 22 avril 2013, pour examiner la situation à Madagascar. Dans la décision qu’il a adopté pour l’occasion, le Conseil s’est félicité des avancées enregistrées dans le processus de mise en œuvre de la Feuille de route, notamment la mise en place des principales institutions de la transition et le bon déroulement des préparatifs pour les prochaines élections présidentielles et législatives, prévues entre juillet et septembre 2013. Il a néanmoins noté que certaines dispositions de la Feuille de route n’ont pas été intégralement mises en œuvre, en particulier celles relatives au caractère neutre, inclusif et consensuel du processus de transition, aux mesures de confiance et de réconciliation nationale, y compris le respect des libertés fondamentales, l’octroi de l’amnistie, la formalisation du statut des anciens Présidents, le dégel de tous les avoirs de l’ensemble des anciens Présidents, et le retour inconditionnel au pays de tous les exilés politiques, et exhorté les acteurs politiques malgaches à redoubler d’efforts en vue de hâter la sortie de crise.

2. La période qui a suivi la décision du CPS a été marquée par la poursuite du dialogue malgacho-malgache et la décision de la Cour électorale spéciale (CES) sur la liste des candidats retenus pour l’élection présidentielle. Le dialogue malgacho-malgache a débuté le 18 avril 2013 par une réunion pilotée par le Conseil œcuménique des églises chrétiennes de Madagascar (FFKM). Il a été conclu le 5 mai 2013. Bien que ce processus entre dans le cadre de la Feuille de route, certaines des recommandations de la réunion, notamment celles relatives à une nouvelle transition et la mise en terme de la Feuille de route s’avèrent préoccupantes, d’autant plus qu’elles s’écartent manifestement du chemin suivi jusqu’ici dans le cadre du processus de sortie de crise à Madagascar.

3. Quant à la Cour électorale spéciale (CES), elle a adopté, le 3 mai 2013, une décision sur la liste des candidats à l’élection présidentielle, parmi lesquels figurent, entre autres, le Président de la Transition de Madagascar, Andry Rajoelina, l’épouse de l’ancien Président Marc Ravalomanana et l’ancien Président Didier Ratsiraka. La décision de M. Rajoelina de se présenter à l’élection présidentielle s’écarte, d’une part, de l’engagement qu’il avait pris, à la suite de la décision de M. Ravalomanana de ne pas être candidat au scrutin présidentiel, et de l’autre, de la recommandation faite par le Sommet extraordinaire de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC), tenu à Dar es Salaam, en République unie de Tanzanie, les 7 et 8 décembre 2012, de persuader les deux personnalités à ne pas se porter candidats aux prochaines élections générales comme marche à suivre pour sortir de la crise. Concernant spécifiquement M. Rajoelina, il convient de souligner ici que la doctrine de l’UA prohibe la participation de personnes ayant contribué ou bénéficié d’un changement anticonstitutionnel de Gouvernement aux élections organisées pour rétablir l’ordre constitutionnel ; la Charte sur la Démocratie, les élections et la gouvernance est explicite à cet égard.

4. Il importe de souligner que l’actuel Président de la Transition, Andry Rajoelina, l’ancien Président Didier Ratsiraka et Madame Lalao Ravalomanana refusent, pour l’instant, de retirer leurs candidatures respectives pour assurer le déroulement paisible des élections et la stabilité à Madagascar, tel que demandé par le Sommet de la Troïka de l’Organe des chefs d’Etat de de Gouvernement de la SADC, tenu au Cap, en Afrique du Sud, le 10 mai 2013. Cette situation complique sérieusement le processus de sortie de crise en général, et électoral en particulier, et fait peser un grave danger sur la stabilité de Madagascar.

5. Le processus de sortie de crise à Madagascar se trouve à la croisée des chemins. Alors qu’il s’approchait de sa conclusion, les nombreux défis énumérés ci-dessus risquent de remettre en cause toutes les avancées enregistrés si on n’y prend pas garde. Il importe pour le Conseil de faire sienne la décision du Sommet de la SADC tenu au Cap et de trouver les voies et moyens de persuader les personnalités politiques malgaches mentionnées ci-dessus à renoncer à leurs candidatures respectives à l’élection présidentielle afin de permettre la poursuite du processus de sortie de crise dans un environnement apaisé. Le Médiateur de la SADC, l’ancien Président Chissano, pourrait avantageusement s’employer rapidement dans une telle action de sauvetage du processus électoral et des acquis de quatre années de transition.

23 commentaires

Vos commentaires

  • 17 mai 2013 à 09:13 | Tanindrazana (#3224)

    Cette Communication du Commissaire a la Paix et a la securite sur la situation a Madagascar stipulant que le processus de sortie de crise en général, et électoral en particulier se complique sérieusement par la candidature de Rajoelina , Ratsiraka et de Lalao Ravalomanana.., et fait peser un grave danger sur la stabilité de Madagascar. D’une part, je ne renie pas le serieux de ce doute car trop de manipulations se font dans le rouage de cette transition et meme au niveau de notre diplomatie, surtout concernant la geopolitique de la region. D’autre part, je constate l’irrealisme de cette decision ou analyse car, tout d’abord, on n’a jamais mentionner ou soulever des critiques sur une eventuelle candidature de Lalao Ravalomanana depuis. Au contraire, la panique de l’equipe de Rajoelina qui commencait a s’effriter dans toutes les directions etait au rendez-vous seulement apres la declaration. La Dame a tout a fait ses plein droits, meme forcee a ne pouvoir rentre suite a des manigances machiaveliques. De plus, beaucoup n’ont jamais souhaite la candidature de Ratsiraka, mais puisque rien n’a ete dit a l’encontre de sa candidature officiellement ou dans un des accords de resolution, il a tout a fait le droit. Rappelons que les deux ont ete bloques d’une maniere ou d’une autre pour pouvoir rentrer au pays et afin de refuser leurs candidatures. Il en est tout autre actuellement car la CES, a la suite d’une flagrante et honteuse bevue, a aussi valide la candidature de Rajoelina, deposee hors delai et de sucroit, soumis a une declaration solennelle de ne pas se porter candidat. Bref, ce n’est que maintenant que tout ce beau monde de la Communaute Internationle leve le petit doigt pour critiquer et suggerer le desistement des trois contendants et le comble, oser dire a haute voix maintenant qu’une grande partie de la feuille de route n’est pas encore realisee. N’y a t il pas une grande part de responsabilite de cette Communaute Internationale si la crise persiste ? Elle a ete molle et manipulee par differentes tendances au sein d’elle meme et se demene un peu trop tard dans toutes ses reactions. La decision de la CES est irrevocable comme vous avez mentionne. Si Lalao Ravalomanana se desiste, autorisera t on une nouvelle candidature de la mouvance Ravalomanana ? Je ne le pense pas ! En tout cas, l Il me semble qu’il y une tendance flagrante de cette communaute internationale a vouloir eliminer certains partis, en occurrence , celui de la mouvance Ravalomanana qui est d’ailleurs le favori de cette course. Je pense qu’on a plus peur du retour en force de Ravalomanana que de la crainte d’une situation intenable.

    • 17 mai 2013 à 09:45 | Mbly (#7396) répond à Tanindrazana

      Bien dit Tanindrzana, et j’ajoute :
      1 - Pourquoi la SADC, UE, UA, n’ont pas réagit dès l’annonce de candidature de Madame Lalao Ravalomanana et Didier Ratsiraka ? Cette réaction tardive prouve que c’est surtout la candidature hors délai fixé par le code électoral de Andry Nirina Rajoelina qui a tout foiré mais toujours avec ce soit-disant langage diplomatique qu’on a mis les 3 dans le même sac ?
      2 - Lalao Ravalomanana est-elle Marc Ravalomanana ? si c’est le cas pourquoi aux Etats Unis Madame Hillary Clinton était candidat à la présidentielle de l’US alors que son Mari Bill n’avait plus le droit de postuler un troisième mandat ?
      3 - Pourquoi la CI n’a pas condamné l’Etat de la Transition quand il a expulsé manu militari Madame Lalao Ravalomanana le 27 juillet 2012 ?
      4 - Parlant de la Charte de l’UA, il n’y pas que Andry Rajoelina qui ne devait pas être candidat, il y a 109 Têtes sanctionnées je crois.

      Un message du Peuple Malagasy pour la CI :
      "Arrêtez de manipuler et de tourner les Malagasy en bourrique, si vouliez l’élection alors contentez-vous des aides matériels et financiers et laissez aux Malagasy régler eux-même ce problème de candidature. Médiation ne veut pas dire Ingérance, point barre !"

    • 17 mai 2013 à 09:47 | mpitily (#1212) répond à Tanindrazana

      Lalao Ravalomanana avait également signé un accord comme quoi elle s’interdira de toute action politique après sa rentrée non ? Et alors ?

      Je trouve cette décision de l’UA sage et prudente. Il faut retirer les candidatures des 3 et en plus ceux de Hajo, Roindefo, Pierrot, Vital, Dolin et tous ceux qui sont dans la liste des 109.

    • 17 mai 2013 à 10:20 | Mbly (#7396) répond à mpitily

      Et qu’en est-il de Didier Ratsiraka ? Quel engament il a pris ? Même la Feuille de Route, il ne l’a pas signé !
      Donc cette histoire de soit-disant engagement de Lalao Ravalomanana ne tient pas débout ! Et si je me rappelle bien il s’agit de ne pas participer à des meeting politique ni faire de déclaration politique. Il n’était jamais question de CANDIDATURE à la présidentielle, et d’ailleurs, elle a parfaitement le droit de se porter candidate puisqu’elle n’a pas d’antécédent judiciaire et son dossier est valide.
      N’ essayez pas aussi de balancer l’histoire de résidence de 6 mois car ces deux candidats ont plusieurs fois manifesté leur désir de rentrer dans son pays natal mais le pouvoir en place a décidé autrement en sortant des NOTAM et en expulsant manu militari vers d’autres pays, Madame Lalao Ravalomanana alors qu’elle a déjà passé la frontière le 27 juillet 2012 (son passeport faisant foi).

    • 17 mai 2013 à 10:54 | marco (#6803) répond à Mbly

      Il est clair que c’est surtout l’acceptation de la candidature hors-délai de Rajoel qui à déclenché les courroux de la CI et de l’UA. Jusqu’à ce jour, si les explications de la CES, sur leur acceptation des candidatures de Lalao et Didier sont claires et acceptables, par contre leurs explications sur le cas Rajoel, qui de plus, est le plus grave , reste floues.Le souhait de Rajoel est la disqualiication de Lalao, de Didier, il ’se tape
      Mais la CI et l’ UA sont ils dupes, pour ne pas remarquer qu’ils jouent le jeu de Rajoel en imposant ces retraits de candidature ?
      Le seul moyen d’éviter des troubles post éléctorales, c’est d’accepter la candidature de tous les candiadats, même celui de Rajoel.Personne n’aurait plus de raison de contester les résultats, car personne n’a été écarté.
      Le choix du peuple est la présence de tous les candidats.

    • 17 mai 2013 à 11:36 | mpitily (#1212) répond à Mbly

      Je voulais simplement démontrer que dans cette histoire personne est tout blanc ou tout noir.

      La meilleure mesure d’apaisement est d’interdire les candidatures des 3 + celles des inclus dans la fameuse liste de 109 noms (= carton rouge pour nos politicards d’hier et d’aujourd’hui).

      Mpitily
      TSZRRR

    • 17 mai 2013 à 18:07 | Jim-0450 (#945) répond à Mbly

      Bonjour Mbly

      j’allais justement exposé ce que vous avez évoqué.
      Il n’y a plus rien à rajouter,tout est bien dit.
      Entièrement d’accord.
      A+.

    • 17 mai 2013 à 19:31 | Radepy (#7163) répond à marco

      Mais alors, dans ce cas, celle de Ravalomanana marc aussi, n’est-ce pas ? Ou, tous ceux qui sont impliqués, de près ou de loin dans l’affaire de 2009 seront interdits de candidatures, pour un apaisement durable. Raha tena tia tanindrazana na ny vahoaka malagasy izay sahirana ianao dia iny ny farany voalazako io no tokony ...
      Mais bon sang, je finirais par descendre sur terrain, parcourir tout le pays, le plus rapidement possible, pour convaincre le peuple pour cette ... quitte à suivre la direction des criquets, en même temps que leur passage ... Qu’on arrête le massacre !

      A bon entendeur, salut !

    • 17 mai 2013 à 19:34 | Radepy (#7163) répond à mpitily

      C’est la seule et meilleure solution pour l’avenir du pays et de la Nation Malagasy !

  • 17 mai 2013 à 11:40 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    Pour MOI,Basile RAMAHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa@gmail.com
    - "Cette communication est nulle et non avenue".Point barre !

    • 17 mai 2013 à 13:30 | mpamaky (#2519) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Arrêtez tous de délirer !!!!! Pauvre Madagascar !!!!!!!!!!
      Allons nous encore continuer notre fameux "moramora" ????
      Quatre ans se sont écoulés,....et rien de concret.
      Si nous les malgaches, on ne peut rien résoudre, acceptez au moins que les autres nous aident ; et tant pis même si c’est un NUL qui sera élu.
      De toute façon ce sera mieux que de s’entre déchirer indéfiniment !!!!!
      L’essentiel c’est d’avoir un président élu "démocratiquement".
      Je vous invite à écouter MAMANE :
      http://www.rfi.fr/emission/20130506-candidature-surprise

    • 17 mai 2013 à 18:30 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à mpamaky

      Dommage ! pour VOUS si c’est RFI,comme référence.
      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa@gmail.com

  • 17 mai 2013 à 17:16 | malagasy (#6343)

    un ptit mesage pour la CI : n’aggravons pas la situation à Mada parcequ’aucun fait ni tendance tangible prouvent que les Malagasy aillent dans la même situation comme au ruwanda ou un peu moins celle de la côte d’Ivoire. ; ;...
    je sens que le temps nous a bien tous mis à l’épreuve et bientôt la vérité sera connue au grand jour par tous : manipulateur, personnalité politique, simple citoyen , militaire, les aspirants du pouvoir...etc et je vous dis pourquoi, c’est parceque le jour du vrai jugement s’approche et je sens que la majorité des malagasy toute classe l’attende de pieds ferme et sagesse.
    je soutiens et met ma confiance à la CES depuis ce 3mai13, Dieu merci on a reuni de justesse sur la selette de ce verdict du peuple Malagasy souverain , tous les principaux responsables de cette crise et tous ces prétendants aspirant du renouveau...personne n’a été écartée et bien nous arriverrons tous chacun à sa bonne place au jour de l’election ... à ce stade nous arriverons bientôt au célèbre dicton Malagasy :"Ny isavorovoroan-kilatoana" parceque le but ultime de tous ces préparations et entraides deci-delà serait de connaitre la vérité exprimée par la majorité de ce peuple Malagasy...après ce verdict seulement que le vrai ordre reviendra dans ce pays !!!...
    j’invite respectueuesement la CI à assister le peuple malagasy par cette voie déja traçée...l’exception fait la règle !!

    • 17 mai 2013 à 18:33 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à malagasy

      - "Quelques acteurs politiques Malgaches tirent les ficelles pour "PARTAGER UN PEU LE GATEAU DE TRANSITION".
      Pourquoi pas ??MOI....
      De l’argent facile et à gogo.
      Basile RAMAJHEFARISOA—1943
      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 17 mai 2013 à 20:02 | Jipo (#4988) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      On a toujours bouffer à tous les râteliers dans la famille 500, pardon 1 milliard de cinois : & moi & moi & moi ...

    • 17 mai 2013 à 20:19 | Radepy (#7163) répond à malagasy

      Nous prendrons une autre voie, la voie tracée par Dieu le tout puissant que le FFKM a enfin ...
      Nous descendrons sur terrain, quitte à parcourir tout le territoire et ce, dans les plus brefs délais, pour montrer et convaincre le peuple malagasy de la voie à suivre ...
      Nous obligerons nos politiques à se réconcilier ... ou, par défaut, nous les contraindrons à ne pas s’investir ... ainsi, tous ceux qui sont impliqués, de près ou de loin dans l’affaire de 2009, seront interdits à se présenter à l’élection présidentielle, contrairement aux législatives.

    • 18 mai 2013 à 05:08 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à Radepy

      - "GRAND PARDON=Réconciliation Nationale=Amnistie Générale".Point barre !

    • 18 mai 2013 à 05:13 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à Jipo

      - "La CHINE POPULAIRE est un Pays libre qui ne se mêle pas des affaires intérieures des autres Pays Souverains".Point barre !
      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 18 mai 2013 à 19:18 | Boisgard (#6878) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Vous avez un curieux sens de la liberté, Basile1743 ! Si la Chine était le pays de la liberté, cela se saurait. Et de plus, la Chine ne se mêle pas des affaires intérieures des autres pays souverains, dites-vous. Mais Madagascar n’est plus un pays souverain, c’est un pays vassal de la Chine.

  • 18 mai 2013 à 05:06 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    Béatrice Atallah a annoncé une éventuelle suspension du financement des élections par la France et l’Union Européenne,au cours de sa rencontre avec les candidats à la présidentielle du 24 juillet 2013.
    - "Qu’elle se rende en CHINE pour demander une avance financière pour "l’exécution des élections Malgaches" de 2013.
    Il faut en finir avec tous les chantages de QUI que ce SOIT ?
    - "LA VOLONTE DU PEUPLE EST LE FONDEMENT DE L’AUTORITE DES POUVOIRS PUBLICS ;cette volonté doit s’exprimer par des élections honnêtes que doivent avoir lieu périodiquement (-le 24 juillet 2013-) au suffrage universel égal et au vote secret ou suivant une procédure équivalente assurant la liberté du vote".
    Club fictif :
    - "RAVALOMANANAKOTONIRAINIJOELINA".
    Basile RAMAHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa@gmail.com

  • 18 mai 2013 à 09:17 | jansi (#6474)

    Maintenant que je suis au contact avec le terrain, je constate aux propos des uns et des autres ici à Tana (j’aurai le temps d’aller en province à commencer par Alaotra Mangoro....), que la population en a marre de la politique et des politiciens. Ils ont déjà évacué le debat (qui continue sur ce forum) sur le pourquoi et le comment des candidatures d’untel ou d’untelle. Ils mettent tout le monde dans le meme sac : tous des fossoyeurs de la Nation.

    "On veut bien des élections, mais pas n’importe lesquelles et pas avec n’importe qui" dit on souvent. "Et on est capable de supporter de nouvelles mesures pourvu qu’on trouve la bonne solution pour des élections qui règleront la crise".

    A vrai dire, beaucoup parmi les observateurs redoutent une épisode "CENIT vs CES" comme ce fut le cas en Cote d’Ivoire, pour la bonne et simple raison que lasse de la période de 10 années imposée par Gbagbo, la CI a forcé (par chars interposés) la tenue des élections qui ont fini avec les milliers de morts qu’on connait.

    Ici, je peux lire 22 journaux quotidiennement. J’écoute une dizaine de radios. Je regarde une demi douzaine de TV. Je vois plusieurs personnes différentes de vive voix. Le constat est clair : leo politique ny olona ! Ils en ont marre des politiciens.

    Ces politiciens enfoncent encore et encore le pays dans ce gouffre déjà trop profond. Ceux qui se disent pour la tenue des élections dans l’immédiat sont ceux qui font tout (inconsciemment ?) pour les torpiller. A commencer par le 1er d’entre eux : DJ, en défiant par sa candidature la CI, chercherait finallement à rester au pouvoir d’une nouvelle transition qu’il sait désormais inévitable. Il aimerait placer Iznogoud au perchoir du CST, virer JOB et garder tout de même Rakotoarivelo qui ne voit pas d’un mauvais oeil la tournure des évènements. Car Rakotoarivelo ne veut pas du retour de R8. Et voilà le nouveau trio infernal que risque de subir le pays si on ne fait pas gaffe.

    A écouter TVplus hier, la formule FFKM prend son envol dans le microcosme, meme parmi les plus récalcitrants il y a qq temps encore. Le débat tourne mainteant autour du délai de la nouvelle transition. Mais il s’agit d’un débat qui ne sera résolu que par des considérations techniques basées sur un planning des "opérations" à réaliser avec les moyens adéquats.
    Les habitués des magouilles commencent déjà à visiter certaines personnalités pour se faire une petite place dans la nouvelle transition. Mais celle-ci ne sera pas conduite par des hommes politiques. Elle sera le résultat d’un débat politique, d’un accord politique.

    Voilà où on en est à Tana. En province (comme à Tana aussi d’ailleurs), c’est toujours l’insécurité. Ce n’est pas qu’on en parle moins qu’elle a disparu.

    • 18 mai 2013 à 10:46 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à jansi

      Jansi sur le terrain...Bravo !
      - "on veut bien des élections,mais pas avec n’importte QUI" ?
      - "Toujours dans ses rêves :"TRANSITION bis"
      - "JAMAIS" !!!!!
      Club fictif :
      - RAVALOMANANAKOTONIRAINIJOELINA"
      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 18 mai 2013 à 11:48 | mpamaky (#2519) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Alors là, vous pouvez toujours attendre !!!!
      C’est le but du jeu !

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS