Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 9 décembre 2021
Antananarivo | 15h25
 

Communiqué

Après les élections, mise en place des institutions et réconciliation

vendredi 14 février 2014

La Cour électorale spéciale (CES) a proclamé le 6 février 2014 les résultats officiels des premières élections législatives de la Quatrième République. Cela conduira à la mise en place de l’Assemblée nationale, à la désignation du Premier ministre et à la formation du gouvernement. Après l’investiture du président de la République, la mise en place de ces nouvelles institutions constituera une étape majeure du processus de sortie de crise et de retour à l’ordre constitutionnel.

Malgré quelques velléités de contestation des résultats au départ, notamment ceux de la présidentielle, les proclamations officielles de la CES ont été finalement acceptées. La présence du candidat Jean Louis Robinson et de politiciens issus de la Mouvance Ravalomanana à la cérémonie d’investiture du président Hery Rajaonarimampianina constitue un début d’évolution des mœurs politiques vers un comportement républicain.

Bien que parsemé d’embûches, aussi bien politiques que techniques, le processus électoral a pu finalement aboutir mais avec un retard sur le calendrier initial. Faute d’accord politique entre les protagonistes de la crise depuis pratiquement cinq ans, le SeFaFi a toujours estimé qu’il fallait trancher dans le vif en laissant la parole aux électeurs. Les résultats des élections présidentielles et législatives ont mis à nu le poids politique réel des uns et des autres, et démontré que le statut autoproclamé de représentant du peuple durant la Transition était une imposture.
Si les jeux sont faits, le déroulement des deux scrutins n’en demeure pas moins sujet à critiques. Le problème de la fiabilité de la liste électorale demeure. Les accusations de fraudes, massives ou non, ont entaché aussi bien la présidentielle que les législatives. Faute d’un règlement au fond des litiges par la CES, le soupçon de fraudes persiste au sein de l’opinion, fragilisant la légitimité des nouveaux élus. L’utilisation des moyens de puissance publique et la violation flagrante des dispositions relatives à la neutralité des autorités de la Transition

n’ont pas été sanctionnées dans les faits. Et la précipitation avec laquelle des observateurs internationaux et de la communauté internationale ont cautionné les élections est loin d’avoir instauré la confiance.

Quoi qu’il en soit, les résultats des précédentes élections et la tenue de futures élections sont aujourd’hui globalement acceptés. Il est clair que la population veut tourner la page de la Transition. Il convient d’en tirer les leçons. Le devoir des acteurs du processus électoral est de déceler toutes les failles du système et d’y apporter les corrections nécessaires. Des améliorations importantes devraient être palpables dès les prochaines élections régionales et communales à organiser d’ici le milieu de l’année. Les expériences des dernières élections seront utiles vu que, selon l’exposé des motifs de la loi n° 2011-011 du 9 septembre 2011 relative aux élections communales et régionales, les « élections communales et régionales de la Quatrième République diffèrent des autres textes de loi relatif aux élections des collectivités territoriales du fait qu’il prévoit des opérations électorales simultanées pour les Communes et les Régions ».

Suite aux élections, il s’agit maintenant de mettre en place les institutions. L’Assemblée nationale se réunira en séance spéciale le mardi 18 février 2014 pour procéder à la constitution de son bureau et à la formation des commissions parlementaires. C’est au cours de cette réunion que doivent être clairement définies la majorité parlementaire et l’opposition. Des tractations de couloir ont lieu pour la constitution de ces deux blocs. Si cela fait partie du jeu parlementaire normal, les négociations ne doivent pas relever du marchandage, du chantage et encore moins de la corruption. L’objectif doit être d’avoir une majorité parlementaire et/ou présidentielle claire et stable, ainsi qu’une opposition pouvant être une alternative crédible. D’autre part, dans le cadre de ces négociations, les nouveaux députés sauront-ils mettre en avant l’intérêt supérieur du pays et non leurs petits intérêts personnels ?

La première mission de la nouvelle Assemblée nationale sera de redorer le blason du Parlement, déjà discrédité sous la Troisième République avec l’absentéisme chronique des députés et leur course effrénée aux avantages. Cette déconsidération s’est accentuée avec le Congrès de la Transition et le Conseil supérieur de la Transition. Les nouveaux députés auront-ils la noblesse d’esprit de revoir à la baisse leurs avantages ? Les indemnités parlementaires sont une garantie d’indépendance et doivent soustraire le parlementaire à toute tentation de corruption, mais ils doivent également tenir compte des moyens financiers du pays et du niveau de vie moyen de la population.

Pour restaurer la confiance et montrer que le changement est réel, les nouveaux députés doivent assumer pleinement leurs obligations. La première d’entre elles est d’assurer la fonction législative, c’est-à-dire d’élaborer des propositions de loi, de discuter et d’amender dans l’intérêt général les projets de loi du gouvernement. Combien de députés ont déjà des propositions de loi à soumettre ? Combien sont prêts à examiner les textes de loi article par article ?

La seconde est la fonction de contrôle du gouvernement. Le genre parlement-croupion et députés bénis oui-oui a fait son temps. La Constitution a donné aux députés des moyens de contrôle comme les questions orales et écrites, les commissions d’enquête parlementaire, la motion de censure. Ils doivent les utiliser à bon escient, non pour des règlements de compte politiques, mais pour le bien de la Nation. Dans ce cadre l’opposition, bénéficiant désormais d’un statut et dotée de moyens légaux, devra assumer pleinement son rôle afin
d’être une alternative crédible pour les citoyens.

Les nouveaux membres de l’Assemblée nationale doivent comprendre leur
rôle. L’article 62 de la Constitution leur fait porter le titre de « Député de Madagascar » et non pas de député de leur circonscription électorale. Cela
signifie qu’ils doivent raisonner et agir en terme national et non pas local. Parler de développer un district, comme vient de le faire un député fraîchement élu, constitue un étalage d’ignorance flagrant.

Si Madagascar s’achemine progressivement vers le retour à l’ordre constitutionnel, il faut parallèlement s’atteler à la réconciliation nationale, dont la nécessité est reconnue par la plupart. Le contour de cette réconciliation doit cependant être bien cerné pour une meilleure efficacité. Par exemple, qui réconcilier ? De même pour l’organe chargé de cette délicate mission. Faut-il s’en tenir au Conseil National de Réconciliation, dont les compétences et la volonté d’aboutir sont sujettes à caution ? Faut-il revenir au Conseil des églises Chrétiennes à Madagascar (FFKM) ? Faut-il recourir à des expertises extérieures comme celle de la communauté romaine de Sant’Egidio ou les Elders ? Il faut en tout cas éviter que les organismes internationaux ne versent de nouveau dans la surenchère comme pour la médiation de la crise politique malgache. Par contre, en termes de réconciliation, une chose est sûre : il faut réconcilier les Malgaches avec la politique.

Antananarivo, 11 février 2014


SEHATRA FANARAHA-MASO NY FIAINAM-PIRENENA
SeFaFi
Observatoire de la Vie Publique
Lot III R 45 tar Tsarafaritra, Tsimbazaza, Antananarivo 101
Tél. 032 59 761 62 Email : sefafi@gmail.com Site Web : www.sefafi.mg
 ??

22 commentaires

Vos commentaires

  • 14 février 2014 à 08:42 | betoko (#413)

    De quelle réconciliation parlez vous , car le sujet est très vaste .Comment faire réconcilier un couple qui ne veut plus vivre ensemble et n’a pas du tout envie de faire la paix . Ça c’est vraiment la méthode malgache . C’est une des choses que je déteste chez nous , quand un couple décide de se déparer voilà que toute la famille qui vienne foutre la mer..... Je ne pense pas qu’il y aurait une réconciliation possible entre Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana ,Qui a cherché la mer.... en premier ?

    • 14 février 2014 à 08:50 | hrrys (#5836) répond à betoko

      Bnne question et ma réponse est simple,ce qu’il faudrait reconcilier ce sont les malagasy et leurs gvnants successifs .

    • 14 février 2014 à 08:53 | hrrys (#5836) répond à hrrys

      Établir d’abord les vérités et ensuite on va voir qui a fait qui ?Aza atao tompon-trano mihono ny malagasy

    • 14 février 2014 à 08:54 | hrrys (#5836) répond à hrrys

      Qui a fait quoi.....désolé.

    • 14 février 2014 à 09:05 | betoko (#413) répond à hrrys

      Et vous croyez que Marc Ravalomanana va dire en public comme ont faits les sud africains qu’il a fait ceci ou cela pour pouvoir se maintenir en place , jusqu’ à voler l’état malgache ? Hier soir sur TV+ ses journalistes disaient à l’antenne que l’entreprise TIKO devait quelque chose comme 200 milliard D’AR à l’état malgache c’est à dire quelques 66 millions d’euros , taxes diverses et les droits de douane
      Du côté d’Andry Rajoelina , nous aimerions aussi qu’il nous dise pourquoi il n’a rien fait pour éradiquer la corruption .

    • 14 février 2014 à 09:32 | hrrys (#5836) répond à betoko

      On attend ses aveux à cette allure je crains fort qu’il ne les fasse pas.Les vérités d’abord et on discute les suites

  • 14 février 2014 à 09:05 | valoha (#7124)

    Ka tsy hisy mihintsy izany fifampihavanana sy fifanantonana @ samy Malagsy izany raha mbola tsy mahaleotena sy manana ny fiandriam-pirenena Malagasy marina isika. Hitsabaka lava ny raha2 eto ny vahiny, indrindra moa fa ny frantsay. Tsy maintsy miala @ fahaleovantena ara-toekarena isika hampiodonana ny raha2m-pirenena, ny ara-tsosialy,sns...Ho lany tamingana ny andramena sy ny vatosoa raha tsy MITAKY MIARAKA IRETO NOSY KELY MALAKY MIARAKA NY MALAGASY. Averiko lalandava etoana io satria antsika ireo Nosy Kely manodidina antsika ireo, izay mirakitra harena goavana tokoa ho entina hampandrosoana sy hihavanana marina. Ny sarimihetsika lava dia tsy mety satria mba efa betsaka ny Malagasy no nandalo fianaraka ka saratro ny hanambaka azy ireo ! Be no hita @ ny fandrebirebena saim-bahoaka sy fanodikodinana ny marina. Ko - takiana ara-pomba iraisam-pirenena ireo Nosy Kely ireo(Juan de Nova, Europa, Tromlin,sns...), sokafana ny dossiers rehetra tao aloha, tsaraina ny meloka Malagasy rehetra, saziana izay voaporofo fa diso(betsaka ny vavolombelona velona hatra@ ny 1960), hajoro ny Fitondrana tan-dalana, hampihavanana ny Malagasy, ary miroso ny lakana @ fikarohana ara-tsiantifika, fahasalamana, fambolena, angovo, fianarana,sns....Vita izany raha ny samy Malagasy no manao azy. Antsika no misafidy na vitsy hilomano @ harem-pirenena, na hiaraka handroso hanarina an’i Gasikara !

    • 14 février 2014 à 09:16 | betoko (#413) répond à valoha

      S’il vous plait Valoha , vous serait il possible de nous le traduire en français ce que vous venez d’écrire ? Je vous ai lu quatre fois mais désolé j’ai pas bien saisi votre pensée , On dirait que vous aimeriez que Madagascar soit vraiment indépendant ? Si c’est cela , rendez vous dans 100 ans

    • 14 février 2014 à 09:49 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à valoha

      Ces îles que vous citez sont des îles non-comprises dans notre déclaration d’indépendance.
      Occupons-nous d’abord d’améliorer ce qu’on a !Point barre !
      NOSY-BE,
      - SAINTE-MARIE,
      - NOSY-LAVA et les autres...
      Basile RAMAHEFARISOA
      b.ramahefarisoaàgmail.com

    • 14 février 2014 à 10:53 | betoko (#413) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Décidément quel imbécile ce Basile . Tout était de la faute de Tsiranana ,Souvenez vous Chirac disait quand il était président de la république que Madagascar et La France gèrent ensemble ces îles

    • 14 février 2014 à 13:06 | valoha (#7124) répond à betoko

      Ry namana Betoko,
      Tsy izaho mihintsy no handika ny teny Malagasy @ teny frantsay ho anao ! Malagasy ianao ? Anjaranao ny mandalina ny hevitra sy ny fisainana Malagasy ! Misaotra indrindra ! Ary raha toa anao avokoa ny Malagasy dia ho zana-tany mandrakizay isika Malagasy ! Tsy mba hisy mihintsy ny finiavana hivoaka @ izao toe-draharaha izao fa dia hanaika ny zava-misy satria izay no lahatra angaha ! Mbola ho lavitry ny afo ny kitay raha ianao no handrasana !

    • 14 février 2014 à 13:17 | valoha (#7124) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Ka ny Lalana iraisam-pirenena no harahina fa tsy izay nataon’ny frantsay antsika fony isika zana-tany e ! Aiza ve, tany any @ 10.000km miala an’ireo nosy kely ireo no milaza azy ho tompony ?!! Sady raha harahina tsara ny sata sy lalana mifehy ny sisin-tany sy ny fari-dranomasina - dia tafiditra ao anaty faritra Malagasy ireo Nosy ireo(200 miles off shore). Koa mila Teknokraty Malagasy mahay mitaky sy hendry isika. Manana ireo olona ireo tokoa isika. Saingy mila antsika mihainga miaraka. Mila Fanapahan-kevitra miaraka. Ary miala avy eto Gasikara fa tsy sarimihetsika na olona hiraka na rajakom-bazaha, toy izay nisy hatr’izay sy izao, ny hevitra sy ny fanapahana !!! Vita ary mety atao izany raha dinihana lalina ! Misy tombon-tsoa goavana ho an-dry zalahy vaventy mantsy ao ka io no mampanano-sarotra ity resaka ity ! Toy tsy nisy mpitondra Malagasy nikitika io resaka Nosy io mihintsy raha ny tantara no zohina ! Ingahy Ratsiraka no nanisy resaka kely, fa, indrisy, toa tsy nisy tohiny !?!!!!

    • 14 février 2014 à 13:30 | betoko (#413) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Basile , votre très cher ami , votre mentor , votre seigneur et maître Didier Ratsiraka disait lors de son interview sur TV+ avant les élections disait ceci je le cite " Je viens d’apprendre qu’on vient de découvrir du gaz et du pétrole au large de ces îles éparses dont la capacité est de plus de millions de mètre cube , et je suis très étonné que notre ministre des affaires étrangères( sous entendu Pierrot Rajaonarivelo) est resté muet , il aurait du tout de suite faire une déclaration en direction de la France pour lui dire que ces îles nous appartiennent aussi "
      Vous arrivez à me suivre Basile ?

    • 14 février 2014 à 16:31 | betoko (#413) répond à valoha

      J’ai lu et relu 5 fois ce que vous avez écrit , et je suis désolé , mais je n’y arrive pas . Vous défendez notre langue maternelle , c’esty très bien , mais demandez au responsable de ce site d’écrire des articles en langue malgache et vous serez satisfait . Tout est écrit en français et c’est tout à fait normal que tout le monde réponde en français sauf vous Est ce par patriotisme( Tian Tannindrazana que c’est rigolo) ou par chauvinisme ?

  • 14 février 2014 à 12:57 | bbernard (#6880)

    Voilà un bon rappel des devoirs des hommes politiques. Maintenant, en ce qui concerne la réconciliation, il appartient aux parties concernées de faire ce qu’elles pensent devoir faire. Avant de parler réconciliation, ce qui est pour moi un moyen de détourner l’attention du vrai problème, il faut commencer par mettre à plat toutes les spoliations, corruptions, enrichissements personnels qui ont eu lieu sous les deux anciens guignols qui se sont tout permis : Ra8 et DJ. La justice doit faire son travail afin que soient restitués à l’Etat ce qui lui a été volé par ces deux voyous.

    • 14 février 2014 à 13:23 | betoko (#413) répond à bbernard

      Comme vous comme tout le monde j’ai entendu dire qu’Andry Rajoelina a piqué dans la caisse de l’état Je veux bien vous croire mais jusqu’ à ce jour personne n’est capable d’apporter des preuves contrairement à Marc Ravalomanana .Peut être que quelqu’un va nous publier des preuves comme l’ex-ministre des finances par exemple . Savez vous que les rumeurs tuent ,l’exemple venait de Nosy Be

    • 14 février 2014 à 15:20 | Jacques (#434) répond à betoko

      Ça ne vous arrange pas, Betoko, qu’on traite le bac-3 de voleur, n’est-ce-pas ?

    • 14 février 2014 à 15:30 | bbernard (#6880) répond à betoko

      Ouvrez les yeux. Avec quel argent fait-il construire ses 18 villas somptueuses dans les paradis fiscaux ? Avec quel argent paie-t-il son train de vie ? Avec son salaire de DJ ? Avec ses indemnités de président par intérim (qu’il dit ne pas percevoir) ? Soyez honnête pour une fois, vous n’en mourrez pas.

    • 14 février 2014 à 15:45 | betoko (#413) répond à Jacques

      Vous êtes jaloux on dirait , que vous apporte avoir le bac même + 12 en politique ou ne pas en avoir ? Combien sont les chefs d’état qui n’en ont pas et ceux qui en ont font des bourdes en longueur d’année , même s’ils sont sorti de l’ENA ou Science PO . Je ne dis pas qu’il n’a pas volé , mais qu’on nous donne la preuve et là je vous crois

    • 14 février 2014 à 15:55 | betoko (#413) répond à bbernard

      Merci de nous monter les litres de ces soit disant 18 villas somptueuses dans les paradis fiscaux ? Que quels paradis fiscaux il s’agit ? Les îles vierges , les îles caïmans , l’île Maurice ? tiens à propose ;il y avait un c.o.n. qui a montré sur la toile comme quoi Andry Rajoelina a construit une très belle villa immense à l’île Maurice, en fait avec les vérifications d’usage faites par des journalistes d’investigation il s’agit d’un faux , la villa était construite en Amérique du Sud et l’imbécile de journaliste du MYDAGO.COm a fermé sa gueule d’un coup
      Monsieur Bernard , faites comme le journal Le Canard enchaîné , leurs journalistes écrivent des articles avec preuves à l’appui , (photos , courriers , correspondances des corrompus etc ...)Savez vous que les rumeurs tuent ?

    • 14 février 2014 à 16:01 | betoko (#413) répond à bbernard

      Avez vous oublié qu’il a toujours sa société spécialisé en communication et aussi sa station de radio et de télé . En tant que président de la transition il a droit à des indemnités de voyage de déplacement quand il se déplace en visite officiel . Et ça fait des années qu’il n’est plus DJ . Tsiranana et Hery Rajao ont gardé les vaches et les zébus , sont ils toujours des bouviers ? Marc Ravalomanana un petit laitier en vélo , l’est il toujours ? Et vous je trouve que vous n’évoluez pas , un réac aussi

  • 14 février 2014 à 17:21 | rasalama (#8180)

    Fampihavanana, reconciliation, fihavanana... Hanomezana havarampatana ny mpijirika pôlitika rehetra izao ? Pas besoin de tout ça ! Il faut une justice impartiale et implacable ! Au cachot les bandits ! Point barre !

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS