Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 26 novembre 2022
Antananarivo | 22h54
 

Editorial

Activisme ou action durable ?

vendredi 1er juillet 2011 | Patrick A.

Pendant que l’on évoque une prochaine session extraordinaire pour compléter le travail législatif lié à la Feuille de route (amnistie, loi sur les partis, statut de l’opposition...), les séances de questions réponses entre le gouvernement et les membres du CST et du CT dominent la fin des sessions ordinaires en cours.

Une certaine insatisfaction était perceptible dans les rangées du Parlement car, malgré la durée des séances, toutes les questions n’ont pu être traitées. Ainsi, pour le Congrès, 10 heures auront été passées dans la journée d’hier pour répondre à seulement 44 questions, à rapprocher des 106 demandes de prise de parole déposées auprès du bureau.

Délicieux frissons

Agitation pour tenter de briller ou travail réel ? On doit évidemment imputer à la retransmission en direct sur les chaines audio-visuelles publiques une partie du zèle manifesté par les parlementaires auto-désignés. Apparaître dans l’exercice de la défense de la veuve et de l’orphelin un tant soit peu convaincant devant les caméras est supposé améliorer les chances d’être plus tard élu. Si l’on ajoute dans la balance les non négligeables indemnités financières qui pourraient permettre de financer des actions « sociales » dans les circonscriptions, il faut admettre que, même dans des scrutins complètement ouverts, les membres du CST et du CT ne sont pas forcément mal placés pour tirer individuellement leur épingle du jeu. La position la plus confortable semble d’ailleurs être celle d’« opposant parlementaire », qui permet de critiquer avec virulence le gouvernement sans craindre ni de le renverser, ni d’être renversé par lui… Il y a là de quoi gagner la popularité d’un Robin des Bois, sans trop courir les dangers associés.

Malgré cela, l’on admettra qu’il arrive à ce parlement non élu de faire un travail pas complètement inutile en vue d’une encore hypothétique réhabilitation auprès de l’opinion publique de l’activité politique. On en avait eu un premier exemple avec le CT qui avait refusé un amendement du CST n’obligeant plus les parlementaires à démissionner avant les élections. On en a eu un autre exemple hier avec l’idée qu’il ne soit plus acceptable qu’un député puisse être élu avec seulement 25% des voix de sa circonscription. L’on est tenté de dire que l’échec cuisant au Sénégal de la proposition d’Abdoulaye Wade de faire élire avec 25% des voix un « ticket » composé d’un président et d’un vice-président est passé par là...

Questions de fond(s)

Bonne volonté ou simulacre ? La nature des débats dans les prochains jours devrait constituer un intéressant test. Comme une loi sur les partis devrait figurer à l’ordre du jour de la prochaine session extraordinaire, j’attends de voir si et comment la question taboue du financement des activités politiques sera abordée...

12 commentaires

Vos commentaires

  • 1er juillet 2011 à 08:02 | Ravao (#5319)

    BJR, on s’active pour que tout dure. Entendons par là, que les per diem durent ! Quoi qu’ils fassent là, c’est encore"hypothétique", et c’est toujours pour défendre leurs propres intérêts ! c’est du Burlosconi !

    • 1er juillet 2011 à 08:29 | LillumiNEZ (#5654) répond à Ravao

      ...dia ohy intsika oe : Kärescherizeo daholo !

      LillumiNEZ, prophète du Fa9

  • 1er juillet 2011 à 10:18 | Basile RAMAHEFARISOA (#417)

    Il faut renvoyer tous ces "représentants-désignés-repêchés" dans les diverses circonscriptions pour établir les listes électorales qui serviront à légaliser les élections des "VRAIS REPRESENTANTS du Peuple.

    Basile RAMAHEFARISOA

    b.ramahefarisoa@gmail.com

    L’accusation contre "X" pourrait s’écrouler pour l’affaire de SOFITEL de N-Y !!

  • 1er juillet 2011 à 10:59 | da fily (#2745)

    Que de trésors de pondération et d’optimisme confondants de la par de notre éditorialiste. Vous devez avoir foi inébranlable en l’humain mon cher Patrick, je vous concède cette bonne foi que je vous envie des fois. Vous n’êtes pas manichéen soit, c’est un postulat que je vous accorde, mais quand même...

    Sans m’arroger d’avoir la vista et une capacité d’analyse intrinsèque ne souffrant d’aucun grief, je ne partage point votre apparent optimisme concernant nos "politiques", ceux-là même ardents experts en contrefaçons et carabistouilles en tout genre. Les observer aujourd’hui remontés comme des coucous suisses sans leur exactitude cependant, pour enclencher une éventuelle surmutipliée car "soudainement très préoccupés" par moults blocages, ne me convainc pas plus que ça. Au contraire, je me dis qu’il faut redoubler de méfiance pour ne pas se faire rouler encore une énième fois, mais bon, ils ont tellement de moyens pour nous farcir...

    Nous avions déja jugé sur pièce, et leur propension à faire passer nos bourses pour des halogènes, est une réalité dure, palpable et vérifiable chaque jour qui passe, ça c’est du concret.

    Messieurs-dames, arrêtez la comédie, ce n’est pas parce que vous êtes sous les feux de la rampe, qu’il faille véritablement vous prendre pour ce que vous n’êtes pas !

  • 1er juillet 2011 à 10:59 | QUOUSQUE TANDEM (#543)

    "ce parlement non élu " dites-vous !!!!! ?????

    Qu’est-ce que c’est ce truc ?
    Soit on est dans un régime parlementaire, soit on est en dictature.

    Je n’ai jamais entendu parler de régime parlementaire non élu. Certainement une invention due au génie malgache, à faire breveter.

    • 1er juillet 2011 à 12:00 | HINDY (#1781) répond à QUOUSQUE TANDEM

      Pour être fixé, il faudrait proposer à nos "Députés", à titre de vérification de leur patriotisme et s’ils sont vraiment de véritables représentants du Peuple, de diminuer de moitié leurs émoluments et salaires.
      En effet, la situation de crise étant, les caisses de l’Etat sont pratiquement vides et 75% de la population vivent en dessous du seuil de la pauvreté.
      Qui veut parier sur le résultat de leur vote secret, que plus de 50% vont dire "oui" à la diminution de 50% de leurs salaires ?

    • 1er juillet 2011 à 12:17 | QUOUSQUE TANDEM (#543) répond à HINDY

      "75% de la population vivent en dessous du seuil de la pauvreté. ..."

      C’est quoi le seuil de pauvreté dans un pays où le revenu moyen par habitants est de 1 dollar par jour ?

    • 1er juillet 2011 à 12:18 | Ravao (#5319) répond à HINDY

      Proposition très alléchante pour nous autres qui ne gagnons même pas la moitié de ce que gagnent nos députés. Mais je mettrais ma main au feu. PERSONNE NE LE FERA et "je dirai même plus", ils vont demander quand est-ce qu’ils auront leur new 4X4, leur new villa, leurs vacances aux frais de la pricesse dans un lieu idyllique ? Seul le petit ose dire qu’il n’est pas payé mais (sous-entendu) qu’il puise dans la caisse de l’Etat avec sa propre autorisation car il se croit être l’Etat.

  • 1er juillet 2011 à 12:27 | kotondrasoa (#3872)

    Il ne faut pas nier que des nommés du soi-disant parlement veulent travailler et ne veulent pas s’associer à des élucubrations hatiennes dans l’objectif d’élections à venir.

    Il y a aussi ceux qui savent pertinemment que le Gvt ne peut les démettre et octroie des volées de bois vert à ces ministres si frileux qui n’ont d’autres objectifs que de s’accrocher par tous les moyens à leurs chaises, quitte à expliquer l’inexplicable (voir le passage de dame chri).

    Et comme le salaire faramineux est agrémenté de per diem, n’importe quel ogre serait satisfait de cette orgie (pas celle du DJ d’antsohihy) de bons mets hanimbaloloha (na i Ra8 no hampivalo azy eo na ny vahoaka no hivalozana)

  • 1er juillet 2011 à 15:25 | Edos (#823)

    Le pingouin (toujours pas guéri) aliéné mental vous salue,

    Juste une chose : Voilà qui me fait regretter l’époque de Papa Africa où l’assemblée n’était qu’une simple bureau d’enregistrement, annexe de TIKO. Hummm, la nostalgie me guette, la belle époque où le claquement des doigts de Papa Africa valait une loi. Ah là là, quelle belle époque !

    En voyant les "non-élus" paradaient devant l’écran télé, je me suis dit : quel frimeur ! Je préférerais les "élus" d’hier qui fuient la télévision et qui ne parlaient que lorsque Papa Africa leur en donnait l’ordre. Que je regrette le temps de Satro-bory, la référence notoire en éthique politique du temps de Papa Africa.

    Mais, au risque de me tromper, je crois avoir reconnu en ce Jao Jean membre du CST (bandes de non-élus) le Jao Jean qui était la main droite de Papa Africa à Antsohihy en son temps. Comme quoi, la leçon politique produigée par Papa Africa a donné ses fruits...

    Vivement Tonton demain....

    • 1er juillet 2011 à 16:47 | Ravao (#5319) répond à Edos

      En matière de mode, il fut un temps, à Madagascar où c’étaient les reversibles, c’est-à-dire, endroit et envers valables. Il n’y avait que deux couleurs. Les politiciens, ils étaient soit PSD : un chat noir sur fond rouge , soit AKFM une colombe sur fond jaune clair ;et on le reste. Maitenant, il y a des reversibles à plusieurs côtés et qu’on retourne au gré de la politique. Qui sont la plupart des orange d’aujourd’hui ? des ex-AREMA, ex-UNDD,RE-exAREMA,des TIM. Nous autres dans tout ce mic-mac politique ?

  • 2 juillet 2011 à 12:07 | réveille-toi jeunes Malagasy (#2446)

    Tsy efa ampy @ izay ve ilay resaka sy fandrobana è ? Mitsangana ry Malagasy fa ho very anie isika è !

    source : tananews
    Les vivres épuisés : tout commence à tomber en miettes
    01/07/2011
    Publié dans Actualité
    Et on parle de fierté nationale.

    Le régime d’Andry Rajoelina tente éperdument de faire croire ou de croire que tout va bien à Madagascar. Alors qu’une poignée de politiciens qui disent pouvoir représenter 20 millions de personnes s’enrichissent et gagnent du poids chaque jours qu’ils passent au pouvoir, le patrimoine national disparaît à vue d’œil et le peu de bien qui reste à l’Etat tombent en miettes. Nous avons cité dans nos lignes précédentes la mise en vente des actions de l’Etat à la SIRAMA ainsi que la cessation des travaux de réhabilitation du palais de Manjakamiadana. Mais comme les mauvaises nouvelles ne viennent jamais seules, autant annoncer que le Gouvernement a avoué ne plus avoir les moyens de financer le redressement de la compagnie aérienne nationale Air Madagascar. Force est de rappeler que la compagnie en question a dernièrement sollicité une aide d’urgence de la part du régime pour qu’elle puisse « survivre » aux pires difficultés qu’elle ait pu à subir de toute son histoire. Une autre nouvelle reflétant la brillance du régime actuelle, le taux d’inflation qui depuis l’année 2011 a encore connu une hausse de 3,6% ayant contraint les foyers de réduire leurs dépenses vivrières de 0,7%. Malgré ces chiffres, le CEMGAM et le président du CMDN ont vu d’un troisième œil que la situation politique et sociale du pays s’est nettement améliorée depuis le début de cette année.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS