Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 27 septembre 2021
Antananarivo | 18h39
 

Tribune libre

60 ans d’éducation populaire ?

samedi 28 décembre 2013

À l’approche de 2014, je pense à ce pays sur la planète Terre dont la situation ne cesse d’empirer à presque tous points de vue.

Il fait certes une place au gratin autochtone, souvent arrogant, ainsi qu’aux sociétés voraces du monde sur-développé qui lorgnent – plus que jamais ! - sur ses richesses matérielles. Mais, pour ce qui est du peuple, tout se passe hélas comme si celui-ci était tout simplement de trop : tellement de conditions indispensables à l’amélioration de son sort finissent par sombrer au fil des ans…

Le pire, à cet égard, est peut-être la situation de l’enseignement. L’instruction de base, promue par les organisations internationales bien-pensantes, et sur lequel misent encore des parents soucieux de l’avenir de leurs enfants, a atteint un niveau de dégradation qui la rend, non pas peu performante, mais contre-performante. Pour une hypothèse plus heureuse, il faudrait miser sur une éducation de base complémentaire, me semble-t-il.

L’histoire politique récente peut se découper en deux parties : 60 ans de colonisation, puis presque autant d’un enchaînement de brouillons plus ou moins désastreux. La société civile ne pourrait-elle pas s’insurger pacifiquement en inventant, par exemple, une très ambitieuse stratégie d’éducation populaire pour une durée, elle aussi, de 60 ans ?

Or, il existe au moins deux ressources mobilisables simultanément, et qui permettraient d’envisager une belle alternative.

La première : les médias électroniques sonores qui, eux, se répandent à grande vitesse dans le pays.

La seconde : les quelques centaines de milliers de citoyens, vivant sur place ou résidant en diverses autres régions du monde, et qui ont eu la chance d’accéder à des formations leur procurant, pour certains, des situations enviables. Ils représentent potentiellement une part précieuse de la société civile du pays !

À quoi allouer ces deux ressources ?

Juste un exemple : réaliser et diffuser largement une encyclopédie orale de vulgarisation, au moins bilingue, qui permettrait tant aux adultes – enseignants, parents – qu’aux enfants d’accéder à diverses connaissances. Le mode d’élaboration de Wikipedia, collaboratif et à distance, peut servir de modèle. Et son succès ne constitue-t-il pas un puissant encouragement ?

Certes, ma proposition ne résout ni l’ensemble du « problème scolaire », ni la montagne de difficultés que connaît le pays. Mais c’est un chantier sur lequel la société civile pourrait prendre la main de manière indépendante et à long terme, quelles que soient les orientations à venir des décideurs politiques.

Ne serait-ce pas en appliquant ainsi le fihavanana à très grande échelle, pour cette cause ou bien pour d’autres, que la flamme de l’espoir pourrait se raviver dans ce pays ?

Utopie ? Oui, sans doute. Mais réalisable non ?

Izao F. Izao

9 commentaires

Vos commentaires

  • 28 décembre 2013 à 16:00 | Turping (#1235)

    Votre analyse allait un peu dans tous les sens en faisant allusions au système d’éducation pendant la colonisation puis depuis l’indépendance ......puis finalement en mettant en doute le système en dérive en parlant. "Il fait certes une place au gratin autochtone ,souvent arrogant ,ainsi qu’aux sociétés voraces du monde sur-développé qui lorgnent -plus que jamais !" ....
    Avant d’aborder le sujet ,est-ce qu’on peut poser la question :
    >Est-ce que nous méritons les dirigeants que nous avons jusqu’à maintenant ?
    >Ont-ils fait les nécessaires pour instaurer les éducations de base accessibles à tout le monde ?
    >L’inégalité sociale a toujours existé car ceux qui se sont battus socialement sont allés au -delà des raisonnements basiques pour être les meilleurs.
    >Si on regarde les cartes géographiques de Madagascar ,beaucoup de gens ,d’enfants sont illettrés ,ne savent ni écrire ni lire (en malgache ,français ,.. anglais) ,c’est scandaleux même si dans les pays développés comme la France touche encore 14% de la population ,à Madagascar le taux d’illettrisme avoisinant les 70% avec 92% qui vivent en dessous du seuil de la pauvre .C’EST SCANDALEUX !
    La problématique ne se situe pas seulement à la comparaison, soit disant de l’éducation pendant la période coloniale ,64ans exactement à celle depuis l’indépendance mais aussi de faire le rapprochement avec le sous -développement et le modèle sociétal dans le lequel ce pays voulait aboutir.

    > Logiquement réussir ses études supérieures universitaires ,etc....sont souvent les gages d’une réussite et d’ascension sociale,l’égalité de chance pour tout le monde pour décrocher un bon poste sans discrimination .

    >Malheureusement cela n’a plus été le cas depuis des lustres même soit disant dans les pays développés avec le taux de chômage ,le copinage ,les pistons ,etc....
    >L’éducation ne devient plus la priorité de base à moyen ou long terme de ceux qui arrivent au pouvoir pour faute d’ambition et les politiques qui manquent de rigueur.
    >Tout le monde veut la facilité ;Avoir une Ipod ,un ordi portable ,une belle voiture ,maisons etc....sans rien faire .
    >Pareil,les élites qui se sont battus durant leurs études essaient de décrocher le pouvoir ou un poste prestigieux dans le but de s’approprier ,se remplir les poches ,de s’occuper de sa famille seulement mais non pas au -delà.....
    >Je dénonce le rôle de l’état qui devrait être le garant de la transmission du minimum de savoir à la majorité de population afin de leur donner la chance de s’en sortir pour créer de la richesse ,de la connaissance . C’est un système feed-back ,turn over .
    >Madagascar est une grande île où il y a beaucoup de choses à faire avec une politique d’incitation au développement ,de moyens alloués pour aider les paysans afin de produire suffisamment,d’assurer l’auto-suffisance alimentaire,....etc....C’est scandaleux d’entendre parler qu’un grand pays producteur de riz comme Madagascar importe du riz. ,
    >L’éducation ne veut pas dire seulement de calquer le modèle colonial avec les cols blancs et cravate car tous les malgaches ne deviennent pas bureaucrates alors que 80% des malgaches sont des paysans .
    Le gouvernement devrait assurer néanmoins la transmission ,la gratuité de l’éducation jusqu’à un certain âge afin que le peuple ne ferme pas leurs yeux ,à l’accès à l’éducation comme source de développement d’un pays .
    Masina ny Tanindrazana !!!

    • 28 décembre 2013 à 16:06 | Turping (#1235) répond à Turping

      ....du seuil de la pauvreté.....

    • 29 décembre 2013 à 10:35 | mangidy (#7480) répond à Turping

      Parlant en connaissance de cause,j’affirme qu’eduquer les gens au choix,à la logique cartesienne ,à la reflexion ,à la temperance,deviendrait dangereux pour les gens en place qui desirent y rester pour s’enrichir......eduquer les gens c’est pour eux scier la branche sur laquelle ils sont assis.Consequence:surtout ne pas faire de l’education une priorité car pour ces biens pensants toute personne eduquée est une bombe....laisser surtout les gens dans l’ignorance c’est cela la priorité dans ce pays.Est que que je trompe ?
      je ne crois pas au vu du niveau de la campagne electorale recente où les programmes se traduisent en chants,danses,distribution de casquettes ou autres idioties.....Bonne chance à tous et...bonne année 2014 !

    • 29 décembre 2013 à 23:17 | Turping (#1235) répond à mangidy

      Mangidy,
      Je ne partage pas votre conception sur l’éducation.
      L’ignorance justement permet aux plus rusés de berner les autres facilement.
      L’éducation de base contre l’illettrisme est primordial est très important.
      Comme dans beaucoup pays sous développés ,le taux d’illettrisme à Madagascar avoisine les 70% .
      L’apprentissage ,la maîtrise des règles de base (écrit ,lecture ,calcul ,....) permettrait à, un pays ,ses concitoyens de s’évoluer....ne pas se faire arnaquer sur tous les plans....
      Un exemple très simple :les cultivateurs ,les éleveurs ,les paysans ,.....ils ont besoin de faire un peu de comptabilité ,de gérer leur vie ,....
      Justement comme vous dîtes si l’éducation n’est pas la priorité de l’état malgache pour laisser les gens dans l’ignorance pour que les régimes de l’autocratie , l’autoritarisme ,la dictature se succèdent .....le pays ne se développera jamais ( toy ny faty entin’alina foana ny gasy ) car ils n’auront jamais de vrais jugements pour contrarier ou revendiquer leur droit envers leurs dirigeants.
      Il faudrait se battre pour cela car nul n’est condamné à subir sort jusqu’à la fin de son existence d’autant plus que le pouvoir à Madagascar n’accomplit jamais son vrai rôle d’autant plus qu’il ne fallait pas tout attendre de l’état même pour le minimum.....

  • 29 décembre 2013 à 23:20 | Turping (#1235)

    .....son sort.....

  • 30 décembre 2013 à 11:03 | Rakotomenatra (#6912)

    Mangidy,

    Je partage entièrement votre analyse !

    Et je voudrais ajouter encore :
    L’intention c’est de saouler et droguer les gens, à faire l’écolage tellement cher que les parents n’arrivent plus à le payer et à inciter les gens à faire "fety be" - justement pour pouvoir mieux s’enrichir et surtout ne pas être confronté à des gens intelligents qui comprennent, se lèvent et s’opposent contre eux.

    Quelles solutions ?
    1) Est-ce que Madagacar a peut-être besoin d’un embargo de 30 ans comme le Cuba ? Le résultat : presque 100 % d’alphabétisation (la meilleure de toute l’Amérique du Sud !), un système de santé excellent - même des gens des pays industrialisés y vont pour se faire traiter !) et du travail pour tout le monde.

    Les Cubains sont loin d’être riches - mais chacun a du travail et arrive à subvenir à ses besoins. Presque chacun a reçu une bonne éducation et formation. Fidel Castro avait donné 54 ha à chaque paysan qui le voulait pour planter pour ses besoins ; c’est l’Etat qui leur a donné gratuitement les semences.

    Et : Ils ont développé une vraie solidarité - qc qui manque cruellement à Madagascar (je ne parle pas du "fihavanana" qui équivaut souvent à un grand pardon généralisé à des gens qui ont fait des infractions criminelles et qui a pour conséquence que l’anarchie se répand de plus en plus).

    A méditer !

    Il faudrait aussi qu’on abandonne une certaine arrogance insulaire et s’inspire un peu de ce que d’autres pays - jadis des pays sous-développés ou du Tiers Monde - ont réalisé, et on en trouve surtout en Amérique Latine :

    2) Le Costa Rica n’a plus d’armée - ils investissent cet argent plutôt dans la protection de l’environnement. C’est un des pays les plus verts et écologiques du monde - écotourisme, parc nationaux, énergies renouvelables etc.

    3) L’histoire de l’’Equateur est un peu comparable avec celle de Madagascar - mais avec une grande différence :
    Le Président en place a été réélu la 3x fois cette année pour sa politique d’un socialisme modéré (promotion des PMEs, vraie lutte contre la pauvreté, pas de soumission aux grandes transnationales qui aimeraient piller le pays, lutte contre la corruption...) .

    Avant aucun président n’a pu finir sa période de gouvernance - tous ont bien commencé et dérapé après quelques temps (corruption, détournements de fonds, changement de camps..). Mais contrairement aux Malgaches dont la mentalité paisible (ou disons phlegmatique) et le manque de vraie solidarité empêche un soulèvement, les gens là-bas ont chassé ces présidents à temps !

    Tandis qu’ici on se demande si les gens sont des masochistes - tous se plaignent de cette longue crise, mais pour sortir de l’impasse, on élit exactement ces deux candidats parmi le nombre record de 41, qui symbolisent une continuation de la bagarre entre les deux camps opposés pendant ces longues années !

    Alors là il ne faut plus se plaindre - il semble que les Malagasy aiment souffrir !

    4) On souligne toujours que Madagascar est un Etat souverain. Un Etat souverain qui n’arrive même pas à gérer convenablement les ordures dans sa capitale ? A combattre des maladies du Moyen Age - comme la peste ?
    A nourrir ses enfants ? à les éduquer ? à soigner ses malades - qui peuvent crever s’ils n’ont pas d’argent ? Quelle honte !

    Ce pays est tellement riche - il faudrait seulement congeler et bloquer l’argent de tous ces voleurs politicards à l’étranger et le redistribuer aux pauvres.

    Mais il ne faut pas espérer des miracles - il y a un proverbe qui dit :
    Aide toi-même, et Dieu va t’aider !

    • 30 décembre 2013 à 12:15 | Stomato (#3476) répond à Rakotomenatra

      J’aime bien votre post...
      Cependant le rappel de ce qui s’est passé à Cuba me laisse songeur.
      Vous écrivez :
      >>Est-ce que Madagacar a peut-être besoin d’un embargo de 30 ans comme le Cuba ? Le résultat : presque 100 % d’alphabétisation (la meilleure de toute l’Amérique du Sud !), un système de santé excellent - même des gens des pays industrialisés y vont pour se faire traiter !) et du travail pour tout le monde.<<

      Ce n’est pas faux , cependant je vois assez mal les Malgaches devenu riches à cause d’une forme de gabegie supporter un tel régime...
      Mais je suis assez d’accord avec une solution de ce genre.
      Cuba est un vrai musée des voitures américaine des années 50...
      Madagascar aurait pu devenir le musée des voitures françaises de al même époque :-)

      >>Les Cubains sont loin d’être riches - mais chacun a du travail et arrive à subvenir à ses besoins. Presque chacun a reçu une bonne éducation et formation. Fidel Castro avait donné 54 ha à chaque paysan qui le voulait pour planter pour ses besoins ; c’est l’Etat qui leur a donné gratuitement les semences.<<

      Encore exact ! mais vous admettrez que Fidel Castro a été un tyran ! De nombreux cubains ont été contraints à l’exil politique pour éviter la prison.
      Les récipiendaires de terres de l’état avaient une obligation de résultats !
      Ils n’avaient pas le droit à l’excuse du genre : je n’ai pas les moyens pour ...
      La bonne éducation et les bonnes formations étaient "données" sous des contrôles drastiques. Je serais étonné d’apprendre que des étudiants du niveau BAC+12 en sociologie des mygales amazoniennes aient pu rester dans le pays étranger les ayant formés grâce à des bourses cubaines...

      En outre pas un touriste étranger n’a été maltraité, ou spolié ou Nosy Béisé !

      Et je suis encore d’accord avec vous quand vous préconisez d’adopter des solutions inspirées par ce qui a été fait ailleurs, et éviter de copier l’extérieur.

      Puisse l’année 2014 inspirer des citoyens à prendre leur avenir en mains, et contraindre les politiques à réellement servir au lieu de se servir.

    • 30 décembre 2013 à 14:29 | efa ela (#4563) répond à Rakotomenatra

      Cuba ? hum ! Ce n’est pas le pays où se pratique la plus libre expression, si ?

      A Madagascar, il existe pour le moment des coins d’où l’expression individuelle n’est pas bannie : le présent forum, par exemple (même si nous donnons parfois l’impression d’en user et d’en jouir comme des zazakely, sans être assez conscients de son importance).

      Merci à ceux qui nous en donnent l’occasion !

  • 30 décembre 2013 à 21:02 | Rakotomenatra (#6912)

    Merci de vos commentaires sur mon post !

    Stomato : Je ne suis absolument pas contre un certain suivi des bénéficiaires - cela évite le gaspillage - si c’est pour les bourses des étudiants ou pour les semences pour les paysans. Cela devrait inciter à la bonne gestion : Seuls ceux qui sont prêts à s’engager et à bosser ont droit à des avantages.

    Concernant la liberté d’expression : Oui - je m’en rends compte que c’est un bien précieux. J’ai eu la chance de ne jamais vivre dans un état totalitaire et ne sais donc pas ce que cela signifie vraiment en pratique.

    Mais je trouve que les Malagasy ne profitent pas de cette liberté d’expression : ils ne vont pas dans la rue pour manifester contre qc (sauf pour de l’argent) ou pour soutenir qn qui a du courage (comme le Tangalamena Patrick Zakarias lors de l’affaire du BDR). Alors cette liberté leur sert à quoi exactement ?

    En plus j’ai même l’impression que les gens ont besoin d’un dictateur, car ils ont tendance de confondre démocratie avec anarchie :

    Actuellement - je trouve - c’est la débandade totale : personne ne respecte rien, on jette les déchets n’importe où, on p...sse partout, les forces de l’ordre s’occupent de tout sauf de veiller au comportement "manaraka lalàna", et chaque petite boîte met de grandes baffles devant sa porte et tourne le volume au max à n’importe quelle heure.

    Le totalitarisme n’est peut-être pas "gentil", mais l’anarchie ne me plaît pas non plus. La liberté de mon voisin finit là où commence la mienne.

    Je crois un "dictateur gentil" qui s’occupe du bien-être de son peuple et applique un socialisme modéré et libéral ne serait pas la pire des solutions pour ce pays...

    De toute façon je souhaite à tous les forumistes un début excellent de la Nouvelle Année qui - espérons-le - nous apporte la paix, une résolution durable de la crise, un environnement sain et vert, santé, prospérité et amitié pour tous et à tout moment un échange constructif et amical !

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS