Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 2 décembre 2022
Antananarivo | 21h52
 

Répondre à un commentaire

22 septembre à 12:08 | Besorongola (#10635)

https://fb.watch/fHc-gpWnNk/

GAS OIL FRELATÉ DE PÉTROLE LAMPANT. ON PEUT TOUT VOIR DE PIRE SOUS L’ÈRE DE MR HO !

Depuis plusieurs semaines, les automobilistes ont remarqué quelque chose d’anormal concernant leur carburant : leur gasoil se consomme à grande vitesse, leur moteur s’affaiblit rapidement, leurs voitures tombent en panne sèche alors qu’il devrait encore y en avoir dans leur réservoir... Un déluge de protestation des clients sur les réseaux sociaux, notamment à Antananarivo et à Toamasina, a alarmé le ministère de l’énergie et des hydrocarbures, qui par la suite, a porté plainte à la Gendarmerie nationale. Le 18 septembre dernier, cette dernière a annoncé que le réseau de frelatage de carburant a été démantelé. Ce mercredi 21 septembre 2022, le général Serge Gellé, secrétaire d’État en charge de la Gendarmerie Nationale (SEG), veut rassurer les usagers que l’affaire "carburant frelaté" est entre de bonnes mains.

Au cœur de son investigation

Le général Serge Gellé a affirmé devant la presse que l’enquête sur le carburant trafiqué a fini par porter son fruit. "La Gendarmerie Nationale a accompli une grande tâche pour aboutir à un résultat fructueux. Je tiens à remercier tout ceux qui ont contribué à faire réussir cette affaire. Je remercie aussi la gendarmerie de Toamasina ainsi que Brickaville", s’exprime-t-il. Toutefois, le SEG a souligné qu’une enquête ne se fait pas en un jour et qu’il faut du temps pour démanteler complètement un réseau. "Qui est le patron ? Nous sommes en pleine investigation en ce moment et son identité ne sera pas connu dans l’immédiat" affirme-t-il. La Gendarmerie Nationale fait toujours objet de critiques pour des raisons pareilles, déplore-t-il. Le SEG a, cependant précisé que la Gendarmerie est en étroite collaboration avec le ministère de la justice concernant cette affaire de réseau de frelateurs.

Haute pègre

Le 18 septembre dernier, la Gendarmerie Nationale a fait mouche en démantelant un réseau mafieux qui frelate le carburant. La stupéfaction a été à son comble en sachant que la haute pègre derrière le carburant trafiqué possédait une dizaine de camions citernes. Rappelons que la Gendarmerie Nationale a arrêté six suspects et a saisi 11 camions citernes, deux maisons, un garage et deux stations services. Lors de la perquisition, les gendarmes ont mis la main sur une pompe, des étiquettes de plombage trafiquées, des jerricans, des bonbonnes de stockage, des bidons et de l’acide sulfurique. Décidément, le réseau mafieux a été bien équipé ! Pour rappel, deux sites à Toamasina, notamment à Barikadimy et au Cité Haras, ont été signalés aux autorités pour ajonc de pétrole et d’acide sulfurique au gasoil. L’enquête à la poursuite du cerveau des opérations est en cours, selon le général Serge Gellé.
Dépôt de plaintes

Le SEG encourage tout usager victime de cette affaire de carburant frelaté à déposer plainte à la Gendarmerie Nationale. " J’invite ceux qui ont subi des dégâts matériels suite à cette affaire à déposer une plainte en bonne et due forme à la Gendarmerie Nationale. Apportez vos preuves certifiées par un mécanicien, avec un témoin à l’appui. Nous ne laissons pas le crime rester impuni ", rassure le numéro Un de la Gendarmerie Nationale.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS