Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 20 juillet 2024
Antananarivo | 09h36
 

Economie

USA - Madagascar

Vers le renforcement de la coopération et de l’évaluation de l’AGOA

mardi 2 avril |  1565 visites  | Mandimbisoa R.

Andry Rajoelina, a récemment accueilli une délégation de la Commission des Voies et Moyens au sein du Congrès des États-Unis d’Amérique, dirigée par le Président de ladite Commission, Jason Smith. Cette rencontre a été l’occasion d’évaluer les progrès réalisés par Madagascar dans le cadre de la Loi sur la Croissance et les Opportunités Économiques en Afrique (AGOA).

Les États-Unis procèdent régulièrement à l’examen des pays membres de l’AGOA afin de revalider les accès commerciaux préférentiels au marché américain. Madagascar est déjà éligible aux avantages de l’AGOA pour l’année civile 2024. En 2021-2022, Madagascar figurait parmi les cinq premiers exportateurs représentant 81,7 % de part du marché des importations américaines, notamment dans le domaine du textile dans le cadre de l’AGOA.

Une stratégie nationale AGOA a été élaborée pour la période 2022-2025 afin de promouvoir la diversification des exportations des secteurs prioritaires identifiés à Madagascar, notamment le textile et l’habillement, l’agroalimentaire, les huiles essentielles, la décoration d’intérieur et les accessoires de mode. À travers l’AGOA, les produits textiles représentent 49,3 % des exportations de Madagascar vers les États-Unis, suivi de la vanille (20,7 %) et des minerais tels que le titane (10 %).

Dans son allocution lors de l’ouverture de la rencontre avec la délégation américaine, le Chef de l’État a mis l’accent sur les mesures prises pour accélérer le processus d’industrialisation du pays. Il a cité, entre autres, l’adoption de nombreuses réformes juridiques, notamment la loi sur les investissements et le nouveau code minier.

La Commission des Voies et Moyens, compétente en matière d’augmentation des recettes, est la principale commission au sein du Congrès américain, chargée de la politique commerciale internationale, y compris les accords commerciaux réciproques, les recettes douanières, les ports d’entrée et de livraison, ainsi que le transport des marchandises soumises à des droits de douane. Madagascar est principalement concernée par l’AGOA, qui a été promulguée en 2000 pour aider les économies de l’Afrique sub-saharienne et améliorer les relations économiques entre les États-Unis et la région.

-----

8 commentaires

Vos commentaires

  • 2 avril à 11:21 | MALIBUC (#9345)

    Plus bas, encore plus bas, plus profond, encore plus profond.
    Voilà ou nous en sommes le 2 Avril 2024 soit 15 ans de Cédric Vazaha....

    Madagascar chute de six places pour se classer 97ème dans l’Indice de liberté économique 2024. Avec un score global de 57,3 sur 100, le pays est considéré comme « peu ou pas libre » économiquement. Les piliers de l’évaluation comprennent l’État de droit, la taille du gouvernement, l’efficacité de la réglementation et l’ouverture des marchés.
    📌Madagascar obtient des scores mitigés, notamment en droits de propriété (41,1 sur 100), liberté d’entreprendre (37,5 sur 100) et liberté commerciale (68,4 sur 100). Ces résultats soulignent les défis persistants pour améliorer l’environnement économique du pays et stimuler la croissance.

  • 2 avril à 12:20 | Jipo (#4988)

    « Augmentation des recettes » est la principale et unique préoccupation de ce gouvernement après la frime, le vola , encore le vola et toujours le vola, le reste ils peuvent crever !
    Les préoccupations du gouvernement ne sont pas celles du commun des mortels, moins encore celles de la population, qui patauge dans la misère, la famine, quasiment sans eau ni électricité ou juste ce qu’ il faut pour que cela laisse espérer : qu’ un jour peut être ?
    Merci à mandimbisou pour les États Unis d’ Amériques , on n’ avait pas deviné quant à encenser toujours ce DJ et ses accueils tape à l’ oeil et sans aucun résultats concrets et visibles, particulièrement pour le Malgache moyen ,
    L’ agoa, encore une vaste fumisterie d’ enfumage, budgétivore et dont les résultats ne sont plus à démontrer, !
    augmenter les exportations : vous parlez du pillage du sous sol ???
    Car pour exporter encore faudrait-il produire et en quoi la production autre que la misère : a-t-elle augmenté , pouvez-vous m’ en citer une seule ? pour le vola mena l’ objectif est plus que souhaité : ya + K 🤑
    Ah oui ! la production de parasites et de suceurs se porte en effet parfaitement , pour le reste je cherche encore ?
    Mais on va augmenter les exportations si si ... 😜
    Exportation de foza sur les éparses, une étude de marché est DEJA à l’ étude .

  • 2 avril à 12:22 | Yet another Rabe (#4812)

    • 2 avril à 15:24 | Jipo (#4988) répond à Yet another Rabe

      Bonne et lucide analyse, la corruption est la cause première de cette régression , puisque l’ impunité règne en toute impunité, quand le chat n’ est pas là les « rats » dansent prend ici toute sa pratique, démonstration & signification .
      D’ en déduire quoi ? qu’ il faudrait plus de laxisme, de tolérance, ou : Le contraire ?
      Que finalement le Malgache cherche à deux mains ...
      De constater que chaque fois que quelqu’ un de tolérant, démocrate a été aux commandes, il a été évincé !
      Comment concilier les deux reste une équation à deux énigmes, dont seul Madagascar semble avoir le secret ( bien gardé ) ?

  • 2 avril à 12:26 | lé kopé (#10607)

    Encore des publications stériles pour amadouer le peuple , alors que le Pays s’enlise dans une crise Institutionnelle intense, avec toutes les conséquences qui en découleront. Le drame de notre Patrie est que tous ceux qui osent pointer du doigt les difficultés et les dysfonctionnement de notre système ,sont cloués au pilori , sans aucune réaction de ceux qui sont réellement concernés. Tant que l’on a son bol de riz , on se la « boucle » de peur des exactions qui vous pendent au nez. Mais au rythme où vont les choses , même le bol de riz ne risque plus d’être consommé, vu le prix exorbitant du Kapoaka (récipient qui sert de contenant pour les plus démunis), affiché sur le marché . Allons nous encore accepter cette famine qui se pointe à l’horizon . Mieux vaut mourir debout , que mourir à petits feux. Wake up , stand up , for our rights. Bob Marley .

  • 2 avril à 13:09 | Shalom (#2831)

    C’est exactement l’analyse et la définition qui s’appliquent à un certain cedrick vazaha rainilainga rajoelina lors de son « fameux coup d’état de 2009 » : du VRAI N’IMPORTE QUOI.

    Je fais référence à ce qu’a écrit le rezimanta kaondrana zinandra :

    « C’est vraiment, comme ça, l’apanage de l’opposition, quand ils ne sont plus au pouvoir, ils critiquent tout et n’importe quoi ».

  • 2 avril à 18:47 | Yet another Rabe (#4812)

Publicité




Newsletter

[ Flux RSS ]

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS