Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 18 août 2022
Antananarivo | 06h48
 

Economie

Traitement de l’huile usagée

Reyoil Company Lmd s’installe à Madagascar

mardi 25 mars 2008 | Alphonse M.
L’initiateur du projet est très optimiste.

Madagascar sera incessamment doté d’une usine de traitement d’huile usagée. Après l’acquisition du permis environnemental le 21 mars dernier, le projet de l’entreprise Reyoil Company Limited de s’installer dans la Grande Ile se précise. En clair, « ce projet consiste à récupérer, retraiter et exporter de l’huile usagée provenant des moteurs à explosion (voitures, navires, groupes électrogènes…) mais aussi de tous types de systèmes hydrauliques utilisant de l’huile (transmission, boîte de vitesse, différentiel…) », a précisé notre interlocuteur. L’huile devient sale durant son utilisation et en général, elle est déversée dans les remblais ou dans des bassins sous terrains, polluant l’environnement dans la mesure où l’huile n’est pas biodégradable. Selon les scientifiques, ce type d’huile peut continuer à polluer l’environnement durant des décennies sans pour autant minimiser les risques sanitaires sur les humains.

« Après re-traitement, l’huile redevient utilisable sans perte de sa qualité lubrifiante ni de sa viscosité d’origine », rassure l’initiateur du projet. Ainsi, il permet de conserver les ressources naturelles, d’économiser de l’énergie et de protéger l’environnement, a-t-il ajouté.

  • 10 000 litres par jour

Implantée à Mahajanga, plus précisément à Antanimalandy, l’usine pourrait traiter 10 000 litres d’huile usagée par jour. L’objectif est de traiter 3 000 m3 d’huile usagée par an afin d’obtenir 2 100 m3 d’huile réutilisable. Selon la demande des clients, l’usine peut produire de l’huile de type SN 150 ou SN 500 dont le délai d’implantation ne dure que 180 jours. Il ne reste plus que l’agrément de l’Etat pour pouvoir démarrer le projet nous a affirmé un haut responsable de la société.

Répondant à notre question sur la production énergétique, un responsable du projet a tenu à signaler que l’usine demande 80 KW d’électricité par jour et 25m3 d’eau pour le refroidissement des cuves.

Toutefois, il a noté que l’usine fonctionnera sans avoir recours au service de la Jirama. Une manière de dire que l’entreprise produira ses besoins énergétiques ainsi que l’eau.

Régie sous le régime des entreprises franches, cette société va créer une trentaine d’emplois directs et une centaine d’emplois indirects pour ceux qui vont assurer la collecte d’huile usagée à travers l’île. Un ouf de soulagement pour les jeunes Majungais.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS